Tribus Morales : ces biais moraux qui ont fait perdre la droite et la gauche

Joshua Green montre dans Tribus Morales que capitaliser sur le tribalisme politique pour gagner l’élection n’a pas pu éviter la défaite pour les Républicains comme pour le Parti socialiste.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Tribus Morales : ces biais moraux qui ont fait perdre la droite et la gauche

Publié le 21 juin 2017
- A +

Par Frédéric Mas.

Dans son livre de psychologie morale Tribus morales. L’émotion, la raison et tout ce qui nous sépare, Joshua Greene relate une expérience faite par un magazine américain. Celui-ci avait demandé à une partie de ses lecteurs : « Si quelqu’un vous intentait un procès dont vous sortiez blanchi, cette personne devrait-elle payer les frais d’avocat ? ».

85% des personnes avaient répondu positivement. À une autre fraction de ses lecteurs, le magazine avait posé la question suivante : « Si vous traîniez quelqu’un en justice et que vous perdiez le procès, devriez-vous payer ses frais d’avocat ? ». Pour 44% d’entre eux, pas question.

Dans les deux cas, la perception de la réalité est déformée par l’intérêt personnel, le plus souvent de manière inconsciente, ce qui nous empêche d’être, dans le domaine de la morale, du droit ou de la politique, les juges impartiaux que nous prétendons parfois être.

Pour Joshua Greene, ce biais a pour origine nos conceptions de la morale, taillée évolutivement pour convenir à la coopération au sein des petits groupes, mais pas entre les groupes eux-mêmes : le tribalisme moral tend à biaiser nos jugements en faveur de notre propre groupe – quel que soit le groupe dans lequel nous nous insérons réellement.

Le tribalisme politique à l’honneur dans Tribus morales

Le tribalisme le plus exposé médiatiquement en ce moment reste le tribalisme politique : le biais partisan qui nous conduit à favoriser notre groupe au détriment de celui d’en face, à percevoir d’un œil favorable ce qui renforce nos convictions et à ignorer ce qui peut les affaiblir n’est peut-être pas étranger à la défaite à la fois des Républicains et des socialistes aux législatives.

À entendre certains stratèges et analystes politiques en vue à la gauche de la gauche et à la droite de la droite, il fallait soit mettre la barre totalement à gauche, soit totalement à droite pour gagner les suffrages. Benoit Hamon, en remportant les primaires à gauche, personnifie cette stratégie de l’échec plaçant la barre à la gauche de la gauche, en se basant sur les opinions et les commentaires des militants les plus à gauche du PS.

La polarisation politique n’a pas payé

À droite et (plus souvent) à l’extrême-droite, certains analystes, dans le sillage de Patrick Buisson, ont eux aussi soutenu la nécessité de porter le combat sur les valeurs de sa frange la plus radicale (et la plus anti-libérale), oubliant au passage deux données fondamentales : Les républicains est un catch all party interclassiste traditionnel, qui assemble des intérêts et des valeurs très divers, et les tentatives de combler le fossé entre extrême-droite et centre-droit se sont jusqu’à présent soldées par des échecs répétés (certains pourront avoir en tête les tentatives du MPF de M. Philippe de Villiers pour occuper ce terrain).

Résultat, Emmanuel Macron a gagné au centre, en fédérant l’aile droite du parti socialiste et l’aile gauche des Républicains. Plutôt que de repenser à nouveau frais les lignes de clivage idéologiques, les nouveaux rapports de force, et l’éternel dialectique entre passions et intérêts, certains, en guise d’analyse, ont préféré vendre aux partis et à leur clientèle ce qu’ils souhaitaient entendre plutôt que les analyses qui auraient pu les porter à la victoire.

En politique, l’extrême polarisation tribale des positions morales n’est pas toujours gagnante.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

L’association entre droite et catholicisme est une sorte de lieu commun de l’histoire politique française. Depuis la Révolution française, en particulier à gauche, il est assez facile de confondre en un seul ennemi à abattre la réaction d’Ancien Régime, le pouvoir de l’Église catholique et la critique des privilèges sociaux et économique que cette « sainte » alliance protégerait contre le progrès social et la longue marche vers l’émancipation proposée par les diverses chapelles progressistes, qu’elles soient républicaines, socialistes ou comm... Poursuivre la lecture

photo d'Eric Ciotti
6
Sauvegarder cet article

À droite on suit le chef. C’est comme ça. Ça a toujours été comme ça.

Et quand le chef dit une bêtise, on répète la même bêtise. Quand le chef fonce droit dans le mur, on fonce tous droit dans le mur.

Bon, ne soyons pas trop dur. Le ralliement des Républicains au projet de la majorité sur le sujet des retraites n’est peut-être pas encore l’achat de billets de dernière minute pour la traversée inaugurale du Titanic ou l’enrôlement dans la légion le jour du dernier parachutage sur Diên Biên Phu, mais c’est quand même a minima une ... Poursuivre la lecture

Eric Ciotti
1
Sauvegarder cet article

Par Olivier Guyottot.

 

Éric Ciotti, président nouvellement élu du parti Les Républicains (LR) aura peu de temps pour savourer ce succès. Les défis qui l’attendent semblent nombreux et compliqués. Alors que plusieurs défections ont suivi l’annonce de sa victoire face à Bruno Retailleau avec 53,7 % des voix, le principal challenge sera sans doute de stopper le mouvement de déclin du parti entamé depuis l’élection d’Emmanuel Macron à la tête de l’État en 2017. L’enjeu est d’éviter à terme sa disparition.

Les recherches... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles