Réforme de la zone euro : la diversion d’Emmanuel Macron

Les propositions d’Emmanuel Macron s’inscrivent dans la continuité d’une fuite en avant : centraliser les politiques budgétaires européennes. Avec moins de rigueur budgétaire.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Réforme de la zone euro : la diversion d’Emmanuel Macron

Publié le 12 juin 2017
- A +

Par Ferghane Azihari.

À peine investi de ses fonctions, le nouveau président de la République française s’est rendu en Allemagne pour son premier déplacement officiel afin de rencontrer Angela Merkel. Emmanuel Macron se dit déterminé à relancer le projet d’une Europe politique forte en réaction à l’euroscepticisme ambiant qui, selon lui, prospèrerait sur l’inefficacité d’une union économique et monétaire (UEM) dépourvue de gouvernance.

Il souhaite doter l’Union européenne de plus grandes capacités budgétaires. Cette proposition, qui implique une plus grande mutualisation des finances publiques en Europe, a reçu un accueil mitigé outre-Rhin. Car si les Allemands partagent le souhait de renforcer l’intégration de la Zone euro, le contenu de cette intégration diffère radicalement.

Meilleur contrôle sur les budgets nationaux pour les Allemands

Berlin insiste sur la nécessité de conférer plus de pouvoir au Mécanisme européen de stabilité pour mieux surveiller les politiques budgétaires nationales, mission actuellement dévolue à une Commission européenne jugée trop laxiste.

Le gouvernement allemand paraît ferme, en apparence, sur le refus de mutualiser les politiques budgétaires au profit des États irresponsables. Mais cette position, destinée à rassurer les contribuables allemands, a été considérablement assouplie ces dernières années.

Rappelons qu’il était interdit, dans le cadre de l’UEM, de contraindre les contribuables européens à renflouer un gouvernement extérieur défaillant sur lequel ils n’ont aucun contrôle démocratique.

Cette interdiction a été contournée par la multiplication des prêteurs publics en dernier ressort à l’échelle internationale. Le Fonds monétaire international, le Mécanisme européen de stabilité (qui devait à l’origine s’appeler mécanisme européen de solidarité avant que l’on ne réalise que cela pouvait heurter certaines sensibilités germaniques) ainsi que la Banque centrale européenne ont tous participé à divers degrés à de multiples opérations de financement des États en difficulté.

Ces opérations ont pour conséquence de déresponsabiliser les mauvais gouvernements (et accessoirement leurs créanciers). Les États deviennent moins enclins, grâce à aux subventions internationales, à remettre leur gestion en question et à alléger la bureaucratie qui pèse sur le secteur productif.

Plus de centralisation mais aussi plus de laxisme pour Emmanuel Macron

Ceci explique pourquoi un pays comme la Grèce est incapable de réformer son administration et se contente d’alourdir sa fiscalité plutôt que de réduire ses dépenses dans ce domaine. Les propositions d’Emmanuel Macron s’inscrivent dans la continuité de cette fuite en avant consistant à centraliser les politiques budgétaires européennes. L’objectif est d’affaiblir la discipline budgétaire censée peser sur les gouvernements nationaux dans un contexte de concurrence.

Le programme européen d’ En Marche propose de conditionner l’accès à cette manne financière européenne « au respect de règles communes en matière fiscale et sociale ». En luttant contre la concurrence fiscale et sociale, la France espère affranchir les États les plus dépensiers de la nécessité de réformer leur fiscalité. Ce souhait d’harmonisation européenne ne laisse donc pas présager chez Emmanuel Macron la volonté ferme de remettre en question la lourdeur de l’administration française.

Au contraire, le chantier d’une éventuelle réforme de la Zone euro constituerait une sorte de diversion en détournant l’attention des Français. On perpétue la tradition française qui consiste à imputer des problèmes nationaux à des facteurs essentiellement extérieurs : une Union européenne insuffisamment dépensière, quand bien même les gouvernements européens prélèvent et dépensent en moyenne respectivement 40% et 47,3% de la richesse produite sur le vieux continent.

Il est toujours plus facile pour un politicien d’invoquer la magie d’une croissance économique décrétée par la bureaucratie plutôt que d’admettre que notre prospérité dépend avant tout de notre capacité à entreprendre, à épargner ou à investir.

Reste à savoir comment réagiront les opinions publiques quand tous les instruments budgétaires européens auront échoué à générer une croissance économique durable. Il n’est pas sûr que ces promesses illusoires servent à long terme une Union européenne dont la légitimité est déjà bien entamée.

Pour plus d’informations de ce genre, c’est ici.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • L’état est devenu une sorte de dieu, tout le monde se tourne vers lui pour invoque une meilleur récolte, pour le plus grand bénéfice de son clergé.

  • @ Ferghane Azihari

    Quel bel article mettant le doigt sur les dérives françaises par rapport aux pays partenaires de l’€zone.

    Mais quelle bizarre conclusion (dernier alinéa) pas du tout partagée hors de France!

    L’Union Européenne et l’€zone ne peuvent fonctionner qu’avec l’uniformisation des pays selon les critères de Maastricht (ou « pacte de stabilité et de croissance ») dont la France, après avoir signé (!), ne respecte pas du tout son engagement sans aucune culpabilité en espérant récupérer ensuite le leadership européen avec une Allemagne qui devrait l’aider financièrement, comme un pays du tiers monde: ça ne tient évidemment pas debout!

    C’est donc le contraire qui risque d’arriver: une Europe concentrique avec des pays partenaires distribués dans ces cercles concentriques, Allemagne (+ pays « du nord ») près du centre, et France dans un cercle différent, avec entre les 2, Espagne et Portugal, sur une voie vertueuse difficile, et hors concours, la Hongrie (pour raisons politiques) et la Grèce, sauvée, mais qui revient de loin!

    Ce système est évidemment contraire à l’esprit de l’Union mais correspond à la volonté des pays qui veulent avancer contre celle des pays statiques ou reculant vers leurs thèses souverainistes!

    Bien sûr que l’€zone est laxiste mais infliger une amende à ceux qui ne parviennent pas à se bien gérer et se discipliner c’est alourdir leur handicap, pas très utile!

    La France n’a pas de raison objective pour expliquer son retard si ce n’est sa volonté politicienne de dépenser plus ailleurs. Aucun pays ne l’aidera sauf à lui prêter de l’argent mais pas au taux de la BCE!

    • La Grèce n’est pas sauvée et avec la remontée des taux la France et l’Italie vont plonger. Quant à l’Europe, vu la charge de la fiscalité, elle va poursuivre son marasme économique!

  • Preuve, s’il en fallait, que le petit Macron est bien socialiste, et n’a aucune intention de faire les réformes indispensables!
    Une seule solution: fuir la France!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un entretien mené par Matthieu Creson pour la la Revue Politique et Parlementaire. 

 

Pascal Salin est économiste, professeur émérite de l’université Paris-Dauphine, et fut président de la société du Mont-Pèlerin de 1994 à 1996.

Parmi les ouvrages qu’il a publiés, citons notamment La Vérité sur la monnaie (Paris, Odile Jacob, 1990), Libéralisme (Paris, Odile Jacob, 2000), Français, n’ayez pas peur du libéralisme (Paris, Odile Jacob, 2007), Revenir au capitalisme pour éviter les crises (Paris, Odile Jacob, 2010), La T... Poursuivre la lecture

La victoire écrasante de l’union des droites en Italie ce dimanche inquiète autant qu’elle réjouit. La percée de la droite radicale incarnée par Giorgia Meloni suit de près celle des démocrates de Suède (SD) survenue deux semaines auparavant. En France, la gauche hurle au (post)fascisme et l’extrême droite reprend espoir, y voyant une victoire par procuration. Le centre technocratique accuse le coup également mais dissimule mal son malaise.

La semaine dernière, madame Meloni a bénéficié d’un soutien particulièrement inattendu (et invol... Poursuivre la lecture

Il y a quelque intérêt à ne pas effacer de la mémoire collective ce qu’ont pu être les grands débats qui ont infléchi notre histoire.

Les acteurs de ces débats ont en effet avancé des prédictions qui ont pesé sur la décision du peuple souverain lorsqu’il a été appelé à se prononcer, comme ce fut le cas pour le référendum sur le traité de Maastricht. On est en droit de juger de ces arguments et de ces prédictions à l’aune de ce que l’on a pu observer dans la durée.

 

Il y a juste 30 ans, le 20 septembre 1992, les Fran... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles