Marlène Schiappa, nouvelle Nadine Morano ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Marlène Schiappa, nouvelle Nadine Morano ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 6 juin 2017
- A +

Par Eric Verhaeghe.

Marlène Schiappa est en passe de devenir la risée des esprits libres après ses sorties baroques auprès de Cyril Hanouna ou d’Alain Finkielkraut. Il faut plutôt lui dire merci d’éclairer notre lanterne sur ce qu’est le substrat idéologique du macronisme. Est-elle la Nadine Morano du nouveau Président ?

Marlène Schiappa, nouvelle Nadine Morano ?

Marlène Schiappa ne ménage ni son temps ni sa peine pour exister médiatiquement, et cette débauche d’énergie a quelque chose de sympathique. Elle agace certains, qui s’étonnent de voir une secrétaire d’État au droit des femmes intervenir sur des sujets qui ne sont pas les siens.

Ce procès d’intention est injuste, dans la mesure où Marlène Schiappa l’a jusqu’ici fait pour répondre aux nombreuses critiques qui lui étaient adressées sur ses prises de position passées. Ce fut le cas notamment avec Alain Finkielkraut, qui a dénoncé sa tribune obsédée par une islamophobie imaginaire. C’était hier le cas dans sa réponse dilettante à notre article sur ses incitations à la fraude à la Sécurité sociale.

Au fil de cette parole désordonnée et libératrice (pour sa conscience, surtout), c’est un portrait en creux de l’idéologie macronienne qu’on pourrait voir. Et c’est pourquoi il ne faut surtout pas censurer Marlène Schiappa. Au contraire, il faut la faire parler : chacun de ses aphorismes est une bénédiction qui jette un nouveau cru dans la lumière jupitérienne dont nous sommes sommés de nous abreuver désormais.

Le macronisme, triomphe de la bien-pensance ?

On aurait tout d’abord bien tort de diaboliser la parole schiappienne, qui se contente d’ériger en vérité dogmatique, ayant force de loi, la bien-pensance moyenne dont les salons parisiens donnent l’écho ordinaire. Marlène n’invente rien. Elle répète sur un ton péremptoire les bons mots et les paroles mielleuses qui prolifèrent dans les dîners de bobos parisiens. Le seul reproche qu’on puisse lui faire est de n’avoir pas compris la différence épistémologique entre la doxa de l’élite germanopratine et la vérité juridique.

Ainsi, en va-t-il de l’islamophobie, attaque facile dans les beaux quartiers de Paris où l’on ne croise jamais une femme en burqa, mais dont l’usage peut aussi être un délit qui se juge en correctionnelle. Un mot qu’on peut utiliser autant qu’on le veut dans son salon ne peut être galvaudé avec autant de légèreté dans la sphère publique. Mais c’est le propre de la bien-pensance d’imaginer que les raisons de sa bonne conscience immédiate sont des vérités universelles.

[..]

Il fut une époque où les bien-pensants faisaient un effort pour vanter les mérites de la pédagogie, de la prévention, de l’explication. Le renouvellement selon Macron ne s’embarrasse plus de cette vision ringarde de la bien-pensance. Désormais, le Code pénal est la solution incontournable de notre vie quotidienne, surtout, bien entendu, dans les quartiers lointains, pauvres, abandonnés, où aucun bien-pensant ne va jamais.

Ce recours à l’interdit pénal mériterait un moment de psychanalyse. Quelle peur de l’effondrement hystérique cache-t-il chez tous ces bien-pensants qui nous renouvellent ? Quelle angoisse d’eux-mêmes portent-ils avec toutes leurs leçons de morale ?

Toujours est-il que l’interdit, sans que l’on y ait pris garde, est devenu la norme de gouvernance depuis le mois de mai. Et c’est encore Marlène Schiappa qui s’y colle. Ainsi, après les blagues de mauvais goût de Cyril Hanouna, la secrétaire d’État le convoque.

On avait raillé, durant la campagne, la proposition émise par un affidé de Marine Le Pen de mettre en place une sorte de comité de censure. Mais bon sang ! Tous ceux qui ont voté Macron pour éviter cette folie qui nous était proposée, que disent-ils aujourd’hui quand une sous-ministre convoque un présentateur d’une télévision privée pour lui demander raison de son humour ?

Certains se rassureront en se disant que Marlène Schiappa est un cas isolé. On laissera ici répondre les rédacteurs de la petite société de presse méconnue du grand public « La Lettre A », attaquée au pénal par En Marche pour avoir repris des informations du Macronleaks.

D’autres n’hésitent pas à mettre les moyens de l’État à leur service pour faire triompher leur doctrine. Cela s’appelle de l’intimidation, et là encore Marlène Schiappa a montré la voix.

Ainsi, elle n’a pas hésité à répondre sur papier à en-tête d’un ministère de la République (mais à titre privé) aux attaques d’Alain Finkielkraut sur ses positions passées :

Si un jour, l’homme de valeurs que l’on me dit que vous êtes s’intéresse à la réalité de ma pensée philosophique, il sait désormais où m’interroger.

On en reste pantois. Ce qui gêne n’est pas seulement qu’une secrétaire d’État s’attribue une « pensée philosophique ». C’est bien qu’elle intime à un citoyen ordinaire, elle qui incarne la République, l’obligation de s’adresser à elle en tant que ministre.

[..]

 

L’ère du deux poids deux mesures

Selon que l’on est dans un camp ou dans l’autre, on peut ou ne peut pas dire, faire ou ne pas faire, les mêmes choses.

Ainsi, quand Marlène Schiappa appelle à frauder la Sécurité sociale, elle explique qu’il s’agit juste de propos humoristiques. Il faut donc lui pardonner. Ce n’est pas grave. Pas de quoi « pénaliser », même si de nombreuses assurées ont dû faire leur miel des conseils de Marlène Schiappa pour bénéficier des prestations indues financées par les autres cotisants.

En revanche, quand un quidam appelle à ne plus payer ses cotisations à la Sécurité sociale, là, la blague est tout de suite moins drôle. Elle tombe sous le coup d’une sanction pénale inventée en 2014 par la direction de la Sécurité sociale, dont le directeur est devenu directeur adjoint du cabinet d’Édouard Philippe.

Deux poids, deux mesures.

En revanche, quand un quidam fait une blague sexiste bien grasse, Marlène Schiappa propose de verbaliser immédiatement.

Deux poids, deux mesures.

Ainsi, quand François Fillon embauche sa femme ou ses enfants avec les indemnités que l’Assemblée Nationale lui verse à cette fin, tout le monde trouve normal que la justice enquête immédiatement, au risque de bouleverser le scrutin présidentiel.

En revanche, quand l’ancien secrétaire général d’En Marche devenu ministre fait l’objet de soupçons étrangement similaires, il est de bon ton de n’y voir que du feu, et de juger normale et républicaine la passivité de la justice.

Deux poids, deux mesures.

C’est le renouvellement d’une religion ancienne : l’amour aveugle de l’autorité en place.

Sur le web

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • Vous attendiez vous sérieusement à autre chose ?

  • Qu’avez vous contre Nadine Morano ?
    -vous n’aimez pas les femmes
    -vous n’aimez pas les blonde
    -vous n’aimez pas Mistinguette

    En fait vous n’aimez pas le peuple s’exprimant avec ses mots et sans arrière pensée..vous auriez été un mauvais président des USA,pas brut de décoffrage ,bien coiffé et malgré tout un humour de fin de soirée bien arrosée ?

  • דוב קרבי dov kravi
    6 juin 2017 at 9 h 34 min

    Marlène n’invente rien, c’est exact. La Fontaine se gaussait déjà du fameux deux poids deux mesures, de la bien-pensance et de l’abus de pouvoir.
    Il ne s’agit plus de pouvoir absolu, mais des injonctions feutrées d’une démocrature douce qui n’hésite plus à faire fi de la séparation des pouvoirs et utilise une presse conforme car quasi unanime.

    • @ דוב קרבי dov kravi

      Je ne sais pas si vous êtes au courant, mais, hors de France, la France, sous la Vième, n’est plus considérée comme démocratie du fait de son parquet politisé et influençable par le ministère qui, cela s’est vu, déplace et promeut des juges trop concernés par leur travail dans des dossiers « complexes et épineux », ce qui aurait pu aboutir à une résolution déplaisante des affaires touchant éventuellement « le pouvoir »!

      Cela existe depuis 1958: il n’est donc pas criminel d’en rire en 2017 puisque aucun gouvernement n’a modifié cet aspect.

      Qu’on en utilise les facilités quand on détient le pouvoir, n’est évidemment pas plus surprenant.

      Depuis J.de La Fontaine, c’est « haro sur le baudet! », chacun le sait et il faut être naïf pour espérer un « pouvoir parfaitement vertueux »!

      Quant à « l’utilisation de la presse », cela se fait selon des règles non écrites et donc, le plus souvent, sans aucune illégalité condamnable (l’étique et la morale: … ).

      Donc que la secrétaire d’état convoque Cyril Hanouna, après le buzz, pour qu’il puisse s’expliquer, sans autre sanction, alors qu’elle s’occupe de « l’égalité des chances », n’a vraiment rien de choquant.

      De même, qu’A.Finkielkraut critique publiquement une secrétaire d’état et reçoive une réponse de sa part, n’a rien de choquant!

      Idem encore quand elle défendait des femmes en « Baby blues » (médicalement reconnu comme mal-être fréquent) pour se refaire une santé, alors qu’elle n’était pas « aux responsabilités ».

      Personnellement, je trouve bien plus grave et suspect le « traitement judiciaire » « exceptionnel dans sa rapidité » de Fr.Fillon, lors de la dernière campagne, évidemment.

      J’attends l’éventuel « non-lieu » qui jettera le doute officiel sur l’objectivité de la justice, conséquence d’une gravité probablement camouflée en « condamnation symbolique de principe ».

  • le pouvoir monte à la tête , sans rendre pour autant intélligent ;

  • Après Duflot, Belkacem, Touraine et Taubira, on constate que les intellos de gauche sont des précieuses ridicules, ô combien!

    • @ Virgile

      N’oubliez quand même pas toutes les sottises de la « droite la plus bête du monde »!

    • Ah ba oui, quand on a commis ce genre d’écrit « Osez l’amour des rondes » où elle prône la sodomie pour maigrir ainsi qu’un manuel pour escroquer la sécu en dix points, on peut être fière de se retrouver au gouvernement !

  • thelincolnlawyer
    7 juin 2017 at 13 h 34 min

    Cela dit, ce que vous dénoncez ici est un mal bien contemporain. L’humour douteux d’un Hanouna rejoint la moraline empesée de notre bobocratie. On peut mettre dos à dos ces personnalités sans envergure. Elles sont des produits médiatiques qui ne créent rien, ne produisent rien, n’existent qu’en tant qu’image et logorrhée creuse de sens. On ne pouvait imaginer pareil esprit de censure du temps de Jean Yanne, de Coluche, de Desproges et du fameux Tribunal des Flagrants Délires, qui pourtant ne ménageaient personne…

  • « quand François Fillon embauche sa femme ou ses enfants avec les indemnités que l’Assemblée Nationale lui verse à cette fin »

    J’ignorais que l’AN versait des indemnités afin de rémunérer la famille des parlementaires.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un peu plus de 70 jours nous séparent de la prochaine élection présidentielle. Comme tous les 5 ans, le pays est le théâtre d’un concours Lépine des propositions les plus démagogues.

Une situation qui a empiré avec le quinquennat. Ce dernier a transformé la présidence de la République en un super-Premier ministre dont les électeurs attendent un travail d’assistante sociale.

Cette attente est confirmée par un récent sondage Ipsos-Sopra Steria pour le journal Le Monde, qui montre que les Français attendent un président proche de l... Poursuivre la lecture

C’est le 9 octobre 2021 qu’Édouard Philippe a officiellement lancé son propre parti, Horizons. L’ancien Premier ministre a présenté celui-ci comme étant destiné à favoriser la réélection d’Emmanuel Macron. Mais il semble que les critiques qu’il a émises concernant « la gestion de la dette et le probable report de la réforme des retraites » n’aient pas été appréciées par le président. Ainsi, Horizons a très vite été perçu comme une menace potentielle pour LREM.

La sanction ne s’est pas fait attendre : la récente proposition de Philippe ... Poursuivre la lecture

Ce 19 janvier, Emmanuel Macron a pris la parole au parlement européen pour faire un discours dans le cadre de la présidence européenne de la France.

Arrivé de Macron au parlement... pic.twitter.com/rBEkIdJfG6

— Esposito Corinne (@coconuts1315) January 19, 2022

Le propos s’est concentré sur les valeurs qu'il souhaite défendre. Il a été critiqué par les représentants français des groupes européens de l’opposition comme Jordan Bardella du RN, Yannick Jadot d'Europe Ecologie les Verts, François-Xa... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles