Plaidoyer pour Nadine Morano

Le procès médiatique de Nadine Morano est celui de l’ensemble de la classe politique !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
UEMEDEF11 Nadine Morano 1059 credits françois von Zon via Flickr ( (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Plaidoyer pour Nadine Morano

Publié le 1 octobre 2015
- A +

Par Frédéric Mas.

UEMEDEF11 Nadine Morano 1059 credits françois von Zon via Flickr ( (CC BY-NC-ND 2.0)
UEMEDEF11 Nadine Morano 1059 credits françois von Zon via Flickr ( (CC BY-NC-ND 2.0)

Non vous ne rêvez pas, je prends la plume pour défendre Nadine Morano. Plus exactement, la classe politique et médiatique instruit son procès en sorcellerie : elle a donc droit à un avocat, même commis d’office comme votre serviteur. Devant les jurés, je plaide autant la bêtise politique que la mauvaise foi de ses ennemis à gauche (et aussi à droite). Il ne faut pas voir dans les propos de ma cliente la moindre malice, elle en est totalement dépourvue, pour le meilleur et pour le pire. Par contre, en montant en épingle cette maladresse, ses détracteurs démontrent une nouvelle fois leur hémiplégie morale.

Dans une émission de télévision, Nadine Morano a expliqué que la France était un pays de « race blanche », paraphrasant ainsi le général de Gaulle, pour qui cette caractéristique était essentielle à l’identité de la France (les lecteurs attentifs auront compris que de Gaulle parle de la France des années 1960). Bien entendu, afin de « faire le buzz », l’expression a été sortie de son contexte, et des ribambelles d’experts autoproclamés se sont bousculées devant les micros pour se scandaliser du racisme de la politicienne.

Nadine Morano plane depuis des années

Dois-je rappeler ici que Nadine Morano a choisi la profession de politique ? Est-ce sur Contrepoints qu’il faut rappeler qu’il ne faut pas vraiment être Einstein pour entrer dans la carrière ? Que les qualités demandées pour l’accession aux postes au sein d’un parti sont considérées dans la plupart des métiers honnêtes comme des vices dégradants ? La politique a de tout temps été symbolisée par le minotaure, l’homme au front de taureau. Madame Morano a sans doute des qualités, mais elle suit les travers de sa profession, et son analyse social-historique du monde témoigne pour elle. Qu’on se souvienne de ses propos tenus en 2009 sur les Musulmans en France : « Moi, ce que je veux du jeune musulman, quand il est français, c’est qu’il aime son pays, c’est qu’il trouve un travail, c’est qu’il ne parle pas le verlan, qu’il ne mette pas sa casquette à l’envers ». Comment prendre au sérieux quelqu’un qui comprend la société française d’aujourd’hui avec les outils conceptuels de la culture télévisuelle des émissions de jeunesse des années 1980 ? Comment estimer le jugement d’un individu qui puise dans les pubs pour Saupiquet pour comprendre l’islam en France et les clips de Benny B pour rendre compte des travers de la jeunesse de ce pays ?

La politique, c’est jurassik park

Aujourd’hui, en 2015, Nadine Morano fait d’un propos du général de Gaulle de la fin des années 1960, tenu en off comme on dirait aujourd’hui, une grille d’analyse suffisamment fiable pour décrire la France contemporaine. Certains se demanderont ce qu’elle a pu faire ces cinquante dernières années, si elle était isolée sur une île au milieu du Pacifique pour ne pas voir les transformations d’aujourd’hui. En d’autres termes, le caractère multiracial de la population française, le « fait du pluralisme » dont parle Rawls dès les années 1970 pour les États-Unis, mais qui s’applique tout autant à la France d’aujourd’hui, lui a totalement échappé. Elle s’étonne donc d’avoir suscité le scandale et froissé la sensibilité de nombreux compatriotes. À notre avis, elle ne feint pas : la profession politique l’a tellement éloignée des réalités quotidiennes que c’est avec peine qu’elle placerait la France sur une carte. Comme l’ensemble de la classe politique française, Nadine Morano semble avoir perdu le contact avec la société civile depuis la fin des années 1980. Au regard de son opinion éclairée sur la question religieuse, sur la sociologie contemporaine ou encore l’histoire de France, il va sans dire que ses réflexions en matière de génétique des populations ne méritent pas vraiment un poste au Collège de France.

Des médias complaisants

Maintenant, tournons-nous vers les médias : au regard de ces défauts, pourquoi inviter Nadine Morano sur un plateau de télévision, sinon pour exciter les passions basses de nos concitoyens ? Pourquoi tendre le micro à tous les indignés quand on sait qu’à gauche, on tient aussi ce genre de propos, sans susciter autant d’indignation ? Et puis à l’extrême gauche, la racialisation du débat est devenu un fonds de commerce tout à fait acceptable politiquement et médiatiquement. Cette ferme des animaux politiques, où certains sont plus égaux que d’autres, souffrent tous la même maladie identitaire, est devenue l’alpha et l’omega du débat public français. Vous voulez susciter un peu d’animation au sein d’une émission de télé un peu nulle ou sur une chaîne de radio de seconde zone ? Jouez la carte identitaire, qu’elle soit raciale, religieuse ou culturelle.

La criminalisation des opinions

Messieurs les jurés, n’accablez donc pas trop madame Morano. Elle est le pur produit de son milieu, la classe politique française : obsolète, totalement coupée des réalités du monde d’aujourd’hui, elle favorise les plus aptes à se mouvoir dans les querelles d’appareil et le maquis bureaucratique français plus qu’à gouverner et réfléchir sur la longue durée. Ses adversaires se sont saisis de ses propos les plus stupides pour apparaître le temps d’un instant plus moraux et plus profonds qu’ils ne le sont réellement. Le public, dont la conscience morale intermittente oublie rapidement l’ignominie constitutive de la profession politique, s’est emporté, comme il le fait toujours quand la question identitaire revient sur le tapis. Plus encore, la législation française pénalise les opinions stupides (racisme, antisémitisme) ce qui a comme effet pervers de les comprimer au sein de la société, de les porter hors du regard de nos institutions pour les confiner dans les foyers sans les faire disparaître pour autant. Elles réapparaissent sous d’autres noms, plus brutales encore, et suscitent en contrepartie des vocations d’indicateurs de police, des professionnels de la dénonciation, des entrepreneurs du pénal chargés de réprimer et même d’étendre le domaine des opinions jugées non conformes.

Messieurs les jurés, pour Nadine, pour la France, je propose un stage de réhabilitation au ministère de Madame Taubira, ce qui, j’en suis sûr, serait un pas symbolique de plus en direction du vivre-ensemble au sein de la profession politique.

Voir les commentaires (114)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (114)
  • Nadine Morano a parfaitement le droit de dire des sottises.
    Nous avons tout autant le droit de dire qu’elle est sotte. Et aussi d’éteindre la télévision.

    • les statistiques ethniques n’existent pas en france , mais vous à vue de nez, pensez-vous que les français de 2015 sont majoritairement caucasiens, africains, arabes, asiatiques ?

      C’est la seule réponse que cette « sotte » aurait du répondre aux journalistes lourding qui insistaient pour qu’elle s’excuse de ses propos. Quand à « l’affaire » elle n’aurait même pas du avoir lieu.

      • La sottise du propos de Nadine Morano ne résidait pas tant dans l’analyse génétique de la population française que dans son gloubi-boulga mêlant race, culture, religion et étrangers.

      • Ce qui serait utile, ce serait un point de vue scientifique sur la question apporté par des spécialistes (et non 1). Les bad buzz d’une gourde antique contre des chacals, ça n’arrête pas et ça n’apporte rien…

      • bonjour,
        Nadine Morano aurait pu s’informer auprès de L’Ined et de l’INSEE pour transmettre le contenu de l’enquête statistique Trajectoires et Origines de 2008/2009 à ses fidèles

  • Quelle sale tête. Morano est une conne incompétente mais cette affaire est du grand n’importe quoi: faire un tel scandale, juste pour une bête phrase, cela montre à quel point le niveau de débat en France est bas. On est pas obligé d’être d’accord avec elle mais franchement, je trouve idiot de transformer cela en affaire d’état.
    Moi, ce qui me choque c’est le deux poids deux mesures. On peut parler de race qui si on est de gauche. Regardez un peu les anciennes déclarations de Taubira, elle est la première à parler de race (« nous sommes créoles càd que nous sommes une race indescriptible, c’est merveilleux »). La gauche, par antiracisme, n’a pas arrêté de racialiser le débat et après, elle ose se dire choqué par les déclarations de Morano, c’est quand même un comble. La gauche ne fait que récolter ce qu’elle a semé.

    Scientifiquement parlant, il n’existe pas de race

    • Ce que je constate aussi, c’est que les racistes tendent à reprendre le langage victimiste des antiracistes… Si on dit à un raciste qu’il l’est, il joue les persécutés… D’ailleurs, c’est bien là ce que fait Narine Modano…

      Quant au fait de réfuter la race par la génétique, ça me semble un peu simpliste…

      • « Les racistes jouent les victimes » : donc pour vous elle est raciste. Soit. Mais, vous trouvez qu’elle n’est pas suffisamment attaquée ?

      • Le problème du racisme c’est comme celui du fascisme, ces mots à force d’être utilisé à tort à et à travers, ne veulent plus rien dire. La gauche a détruit le sens de ses mots en imposant sa pensée unique et en pratiquant du terrorisme intellectuel: toutes personnes n’étant pas de gauche est fasciste, raciste ou xénophobe. Ernesto Galli della Loggia , un spécialiste du fascisme a très bien montré cela: l’instrumentalisation de l’antifascisme (qui n’a pas grand chose avoir avec le vrai antifascisme) par la gauche. Il y a deux sortes de fascisme: le fascisme et l’antifascimse même cose pour le racisme, il y a deux sortes de racisme: le racisme et l’antiracisme.
        Je trouve quand même nul que souvent, ce qui est le cas ici (en tout cas de la part des gauchistes), on se contente de traiter la personne de raciste sans argumenter contre elle. C’est un argument ad hominem, un faux argument (une spécialité gauchiste).
        Le racisme à la base s’est coire qu’il y a des races supérieurs à d’autres (il n’y a pas bcp de gens pour ne pas dire personne qui croit cela aujourd’hui), son commentaire était plutôt xénophobe que raciste.
        Morano vient de milieu populaire, elle a grandi dans un HLM. Alors, je peux parfaitement comprendre qu’elle soit xénophobe (quand on voit la population qui vit aujourd’hui dans le quartier qu’elle a vécu). Je pense qu’il existe des degrés dans la xénophobie (bcp de gens sont un peu xénophobes y compris les gauchistes). Je trouve quand même marrant que souvent, les gens favorable à l’immigration (genre bobos) en veulent bien mais pas chez eux, les plus fervents défenseurs de l’immigration sont ceux qui la subissent la moins. Ce qu’a dit Morano était maladroit, elle aurait mieux fait de dire: la France est un pays de tradition judéochrétienne. Le problème n’est pas l’ethnie mais la culture. Une partie des immigrés refusent de s’intégrer mais en plus, ils veulent imposer leurs lois (d’arriérés)

      • « c’est que les racistes tendent à reprendre le langage victimiste des antiracistes… Si on dit à un raciste qu’il l’est, il joue les persécutés » Il y a une partie de vrai mais d’un coté, il y a quand même une véritable persécution. Maintenant, je ne plains pas Morano, elle a dit cela dans un but électoraliste (attirer la sympathies des électeurs FN), elle a joué avec le feu et elle s’est brûlé. Mais elle est quand même persectué. Je pense que c’est une stratégie de certaines personnes: dire quelque chose qui a va choqué les gauchistes, ce qui provoque une polémique et donc un buzz puis pouvoir se poser en victime face à l’acharnemen médiatique. les gauchistes servent l’intérêt de ces gens.
        Certains racismes sont totalement acceptables socialement parlant, je parle du racisme de classe (racisme contre les riches). Le marxisme peut être considéré comme un racisme de classes. D’ailleurs, souvent, les deux sont liés (il suffit de voir l’électorat FN). Il y a d’ailleurs des études montrant une forte corrélation entre haine de la finance et antisémitisme. A bien des égards, la gauche est raciste (vis à vis de l’homme blanc hétérosexuel et vis à vis des riches)

      • « Quant au fait de réfuter la race par la génétique, ça me semble un peu simpliste » Justement c’est un excellent argument que personne ne peut contester. Il faudrait arrêté de parler de races mais d’ethnies (c’est un terme bcp plus juste scientifiquement parlant)

    • Politiquement correct parlant, il n’existe pas de race.
      Mais dans la réalité et scientifiquement parlant, il en existe,

      • Il existe des races parceque des gens disent qu’elles existent mais cette affirmation ne repose sur rien de scientifique.

      • En science, on parle de rang taxinomique. Et la race n’est fait pas partie.
        On parle de race uniquement pour les animaux domestiques et d’élevage.

        • Deegs ,

          Mais comment peut -on rationnellement écrire qu’il n’y a pas de races humaines ais qu’il y a des races animales ( les races ovines charolaises et mérinos , les races de poules Leghorn et cou dinde …)..

          • Il y a un consensus qui dit que sachant que l’homme partage 99% de son génôme avec celui du chimpanzé, la division de l’humanité en race distincte est très faible. Cela dit, d’autres sont d’accord pour dire que les races humaines existent bel et bien, en témoignent les traits des nouveau nés issus du métissage, du caractère dominant ou récessif de ces phénotypes à la base propres à certaines régions du monde. Mais personne n’arrive à se mettre d’accord, on dirait. Les subdivisions raciales sont souvent floues et les siècles de métissages n’ont pas arrangé la chose.

            En fait, la question de la race n’est aucunement un problème en soi… elle le devient quand on hiérarchise les races entre elles. Ca a été déjà été démonté à de nombreuses reprises… certains y croient encore… tant pis pour eux.

            Pour ce qui est de Morano, en évitant tout le côté machine à buzz stupide, je ne comprends pas l’intérêt d’une telle phrase. Que veut-elle dire? Nous sortir en guise de grain les citations d’hommes plus intelligents qu’elle mais décédés et d’une autre époque n’est pas franchement une façon de communiquer révolutionnaire… mais visiblement, tout le monde tombe dans le panneau.

            • ce n’est pas que les races n’existent pas, elles sont arbitraires…..

              en outre vous vous amuserez un bon bout de temps à créer vos races, à définir des critères qui vous permettent d’assigner à tout être humain une race..et ensuite vous ferez quoi? vous regarderez vos races et leurs différences et t(as vu la race A a en moyenne un Qi de 100 et la race B de 97…
              puis vous regardez les statistiques associées à telle ou telle de vos races etc etc???
              et vous en conclurez quoi????

              on juge les gens un par un…et c’est déjà pas facile…

              posez vous la question de savoir pourquoi vous voulez juger un être humain à travers un groupe flou auquel vous l’aurez associé à grand peine???

              ah oui…et sur le fond ce que dit morano est assez creux…mais ce qu’elle ne dit pas c’est qu’elle en conclut que si la france etait rose…elle doit pour des raisons assez obscure ne pas changer de couleur…et que on doit autoriser ou pas les gens à entrer en france selon leur couleur…

              • Si il n’y a pas de race il faut interdire immédiatement SOS racisme et la licra : ils n’ont aucune raison d’exister et ce serait alors eux qui créent le problème .Proclamer que le racisme c’est mal c’est accepté l’existence des races!

                • non ..il y a bien des races , il y en a autant qu’on veut… et oui le discours antiraciste flirte avec le racisme…

                  • « le discours antiraciste flirte avec le racisme »

                    +1000.

                    Vous ne pouvez pas dire que les races n’existent pas et ensuite accuser les autres d’être racistes.

                    Et pendant que les clébards du politiquement correct aboient après Morano, on ne les a pas vus dénoncer les agissements du WWF à Madagascar.

                    PS : Toussenel et Vacher de Lapouge, théoriciens racialistes, étaient socialistes et Blum proposait en 1925 d’apporter la civilisation aux inférieurs.

              • C’est exact, une race, une espèce, cela n’existe pas. Seul les individus existent. Nous sommes tous une race donc personne ne l’est.

              • C’est ce que des types comme Rushton ont réalisé : Une hiérarchisation arbitraire sur base de données statistiques… statiques. Le QI des noirs africains (càd le QI à un moment donné figé dans le temps) est moins élevé que celui des européens (à savoir que le terme Noir africain ne signifie pas grand chose sur le plan ‘génétique’) ==> ils sont forcément moins performants dans un monde d’innovation et d’adaptation.
                Bien sûr, il a omit (volontairement ?) de mentionner le QI croissant des afro-américains, de prendre en compte une croissance générationnelle, de prendre le QI pour ce qu’il est : une analyse partielle qui est de plus en plus dépendante d’autres analyses (aussi bien socio-culturelles que psychologiques)… donc je vois ces statistiques, je n’en conclus rien du tout sinon ceci = elles sont le cauchemar de Jung.

                On ne peut raisonnablement pas interdire de les publier et on ne peut raisonnablement pas interdire aux gens d’y croire…. même si c’est improductif.

    • @jacques
      dire que scientifiquement parlant il n’existe pas de races humaines, est aussi stupide que de nier l’existence de races canines .

      • Il existe des races canines car ce sont justement des constructions de l’homme. Elles sont le résultat de sélections strictes et orientée, chez l’homme rien de tel; les flux de gènes ne sont pas limités.

        • rien de strict dans les races canines ou le mélange est la règle: très certainement beaucoup plus de flux de gènes qu’il n’y parait ou que les non avertis s’imaginent, d’autant plus que les croisements peuvent s’effectuer sur des périodes très courtes, permettant en effet la sélection artificielle de certaines qualités recherchées plus vite que ne le ferait une sélection naturelle.
          Ceci fait dire à certains en plaisantant qu’il faudrait parler de chien de races (avec un s !)

          • Il ne reste pas moins que l’on pas obtenu le chihuahua à partir du loup en laissant faire la nature. Il a fallu neutraliser l’apport de gènes permettant les grand chiens, ceci par la sélection or l’humanité n’est pas soumise à une sélection orientée.
            Doit on parler de race blanche, noire, jaune
            Doit on parler de race française ou allemande
            Etc…
            Ou doit on parler d’individu tous différents, individus qui sont je le croyais du libéralisme ?

        • Non, c’est faux. Les races canines, ou équines, ou bovines, sont le produit non pas de la sélection, mais de la séparation.
          La séparation peut etre artificielle (et c’est ce que vous appellez la sélection), mais elle peut aussi etre naturelle (les mers, les montagnes, les fleuves, les bassins,…)
          « Les flux de gènes ne sont pas limités » Bien sur que si! Les genes ne sautent pas les océans, et c’est bien pour ca qu’il y a des noirs, des blancs, et que nous ne sommes pas tous métissés.

          • Ah ah j’aime beaucoup subtile différence entre sélection et séparation. On a créé les chihuahuas en emmenant leur géniteurs sur une ile ?
            Quant au flux de gêne il y justement dans le sciences&vie du mois d’octobre un article sur les hypothèses de migration des indiens d’Amérique. Article qui indique entre autre que certains indiens partagent des gènes avec les peuplades « australo mélanésiens »
            « Cette découverte surprenante indique que la population du Nouveau Monde n’est pas restée isolée du Vieux Monde après sa migration initiale »

            Donc votre « Les genes ne sautent pas les océans » oublie juste que les dits gênes ont des porteurs très efficaces et mobiles: les gonades des humains.

            • C’est bien de déformer la pensée des autres pour se moquer d’eux. Vous avez l’équipement pour voter PS.
              Le fait de dire que l’apparition de races animales distinctes peut provenir de séparation géographique comme de séparation par sélection veut bien dire que les 2 sont possibles. Dans le cas des chihuahua, il s’agit bien sur de l’effet de la selection humaine, mais ca ne veut pas dire pour autant que c’est le cas de toutes les races de chien.
              Quand aux genes communs entre indiens et arborigenes, ca n’est bien sur pas impossible. Il y a toujours eu des marchants, de grands voyageurs. Il n’empechent qu’il ne suffit pas qu’un ou deux aventuriers aillent se reproduire a l’autre bout du monde, et y laissent leur genes, pour que tout d’un coup les populations soient métissées. Marco Polo n’a pas suffit pour donner des yeux bleus aux chinois.

              • Pour ne pas être moqué il faut ne pas donner le flanc.

                La grosse différence entre la création de la race Chihuahua et l’espèce humaine c’est que justement l’homme a créé une barrière forte entre disons les bouledogue et le chihuahua alors pour l’espèce humaine il n’y a pas de barrière qui n’ai pu être passée par petit pas. Un Marco Polo n’a pas transformé les chinois mais lui et tous les autres migrants, marchants, envahisseurs ils ont fait de sorte qu’il n’y a pas eu jusqu’à maintenant de « surgeon » humain suffisamment éloigné du restes du pool génétique.
                Que voulez vous le monde est poreux.
                Je l’ai dis dans d’autre commentaire l’humanité n’est pas intrinsèquement inapte a avoir des races. Si vous aimé la sciences ficiton on peut imaginer soit des aliens éleveur qui envahiraient la terre et qui nous sélectionneraient et élèveraient selon leur besoin ou de la création de barrière forte comme par exemple des vaisseaux mondes colonisant les étoiles ou encore des barrières comme dans la très mauvaise série « The Dome ». Avec le temps la dérive s’effectuerait mais sans ces conditions et tant que l’humanité sera aussi mobile et qu’elle baisera dans tous les sens il ne peut y avoir de race.

    • voici les propos exactes, et le sens change …

      – Jean-Pierre Elkabbach : La Guyane, c’est un mélange de cultures, de civilisations, de couleurs… c’est-à-dire ?

      – Christiane Taubira : C’est une mosaïque extraordinaire parce que nous avons en Guyane un village planétaire. Nous avons une reproduction pratiquement de la Terre entière. C’est toute notre histoire qui est comme ça. Notre histoire a commencé avec les migrations des asiatiques (…), ensuite ce fut la traite, l’esclavage. La traite elle-même a été un mélange de plusieurs ethnies d’Afrique. Ce que je peux vous dire c’est que, vous n’avez qu’à regarder mon faciès, je suis issue d’un mélange complètement infâme (elle sourit). C’est-à-dire que toutes les races et toutes les communautés de la Terre se sont rencontrées et leur sang coule dans mes veines. (…)

      Nous sommes les Créoles, nous sommes une race indescriptible, c’est merveilleux. Nous sommes de l’Amazonie, nous sommes du plateau des Guyanes, nous sommes une différence géographique, nous sommes aussi une histoire, une culture qui s’est agrégée à travers le temps.

      • Cela ne change absolument rien au fait que taubira est la championne del a victimisation et de la racialisation. Cette femme est à la limite du racisme antiblanc

    • « Scientifiquement parlant, il n’existe pas de race ». C’est ce qu’on nous dit partout, comme par exemple dans l’émission C dans l’air, sur France 5 le 1er octobre. C’était d’ailleurs amusant d’entendre les invités peiner pour ne pas utiliser le terme honni, et dire « groupes humains » ou encore « communautés ».

      L’usage courant des termes, et les définitions scientifiques sont deux choses. Constater qu’il y a 3 ou 4 grands groupes humains présentant des caractéristiques les différenciant, n’est pas raciste. En revanche, penser qu’une race est supérieure aux autres l’est.

      Etre attaché au pays tel qu’on le connait, avec ses habitants, ses moeurs et sa culture, n’est pas raciste non plus, ni même simplement méchant. Ni bête d’ailleurs, c’est juste un sentiment.

      Faites une expérience mentale, mettez-vous dans la peau d’un Français de Martinique. Si demain vous prenez un vol pour Paris et constatez que les 3/4 de la population sont des Noirs, d’origine du Nigéria. Reconnaîtriez-vous la France ? (Je ne parles pas du fait que c’est un bien ou un mal ou si c’est indifférent).

    • Tout a fait.
      Ce qu’on nomme race est le processus par le lequel des populations séparées développent des caractéristiques distinctes.
      Pour prendre l’exemple d’animaux, ils exitent de nombreuses races de vache car des troupeaux ont été séparés, soit par la géographie, soit par la sélection opéré par les éleveurs pour favorisé certaines caractéristiques.
      Pour en revenir aux hommes, il y a bien des groupements humains qui ont vécu séparés pendant des millénaires (par la Mediterranee par exemple)
      C’est tous ce que le mot race veut dire. Il n’y a pas de raison que ce mot soit stigmatisant. Ceux qui s’indignent qu’on l’utilise (et qui de facon assez amusante se prétendent pour la différence) veulent nier a la différence le droit d’exister.

  • C’est le jeunisme à plein pot !
    Si le mot « race » n’est pas pertinent pour circonscrire une communauté, qui plus est du 21 ème siècle, il n’en reste pas moins que les propos de Madame Morano s’appliquent aux 2.000 dernières années.
    Il arrive que des propos ne s’adressent pas qu’à notre égo idéologue et instantané…..

    • Le problème est que Nadine Morano n’est pas historienne, mais politicienne. Et son projet n’est pas de décrire le passé mais de nous imposer sa vision du futur.

  • au moins , elle dit ce qu’elle pense ; combien dans le monde sournois de la politique pense comme elle sans le dire ouvertement ? et là , elle va pouvoir faire le tri entre ses vrais amis ( politique s’entend ) et les autres …..

    • Elle dit surtout, ce que, quelques voix supplémentaires et nécessaires pour les primaires, lui réclamait. Elle a toujours été bêbête mais là, quand on regarde toute sa prestation, et précisément celle-ci, c’est rempli, comme d’habitude d’incohérence, de mélange,… bref du Morano dans le texte.
      Mais soyons sérieux, pourquoi ? pourquoi elle dit « nous sommes un pays d’origine de race blanche », la réalité, c’est que tout le monde le sait, nous sommes un pays blanc historiquement (et les pseudos choqués me font rire tout autant qu’elle), et donc… pourquoi le dire ? Pourquoi ne dit-elle pas non plus « les arbres sont marront et vert », « l’eau ca coule »,… a part pour se faire une petite place pour les primaires ? ba oui le centre droit est occupé par Fillon et Juppé, la droite radicale est occupé par Sarkozy… et voila, elle a voulu etre l’aile la plus a droite possible, cela n’a qu’un seul objectif, comme tous ces propos, choquer l’opinion pour buzzer et donc exister.
      Vrai ou pas on s’en fou, un politique qui ne veut qu’exister par le buzz et en disant des paroles sans interet, ne mérite que ce qu’elle recoit… et maintenant elle va se victimiser « je suis une incomprise, je suis malheureuse »… Et bien paf dans ta tronche. Surtout venant d’une fille d’italien, donc de peaux foncés ayant changer les modes de vies en transformant les Francais en mangeur de pizza et pates,… bref ce qu’elle reproche aux musulmans c’est ce que ces parents ont faits.. Bref la France est d’origine plus ou moins blanche, la France est donc un pays surtout métissé clair si on voulait etre précis dans le texte, mais ca Morano l’italienne, n’est pas dans la nuance, comme ces amis de l’extreme gauche a l’extreme droite… juste des bouffons voulant choquer pour exister.

      • Risible. Les italiens ne sont pas  »foncés » comme vous dite. C’est a croire que vous n’étes jamais allé en Italie. Toutes les populations européennes d’origine sont blanches, de la meme facon que toutes les population africaines d’origine sont noires.

        Ensuite, ce n’est pas parce que l’integration de quelques centaines de milliers d’Italiens s’est bien passé que ca veut dire qu’il est souhaitable qu’on intégre maintenant des millions d’africains. Et Morano a parfaitement le droit de le penser. Les italiens partageaient tres largement notre culture, notre histoire, nos valeurs, notre vision de l’homme et de la société. Tel n’est pas le cas de beaucoup de nouveaux arrivants.
        Et j’ajouterais que tous les italiens venaient pour travailler.

        Aujourd’hui, des qu’on decrit les choses telles qu’elles sont, on est accusé de vouloir choquer. C’est regrettable.

  • Les anti-racistes réussissent le tour de force inouï d’être plus khiant que les racistes !!!

  • Morano n’est même pas fichue de citer de Gaulle correctement. Elle montre ainsi que la droite française, après avoir vu son chêne tomber sans rien faire puis avoir essayé vainement de se greffer sur la souche, a laissé pourrir ses racines.

  • C’est vraiment l’archétype de la polémique débile.

    Morano a dit que la France est un pays d’ORIGINE judéo chrétienne et HISTORIQUEMENT de race blanche.

    Et alors ? Qu’on m’explique en quoi c’est faux.

    Le pb effectivement c’est que Morano ne perd pas une occasion de faire une bourde et est incapable d’argumenter de manière un tant soit peu solide. Y compris face au deux Fouquier-Tinville de Ruquier.

    Et pendant ce temps là, on ne parle pas :
    du chômage
    de la dette
    de la politique étrangère inepte de Hollande
    du recul dans la France en matière de liberté
    etc.

    • « Morano a dit que la France est un pays d’ORIGINE judéo chrétienne et HISTORIQUEMENT de race blanche. »

      A la limite ce n’est pas faux mais fait on de la politique ou même une analyse du présent en regardant ce qu’était la France en l’an 1000 ? En quoi cela fait avancé le schmilblic ?

      • La France n’était pas comme cela il y a seulement 1000 ans. Elle l’était aussi il y a 500 ans, 100 ans, et même 50, voire 30 ans.
        La culture de la France, quant à elle, est toujours judeo chrétienne.
        1981 fut une catastrophe…

        • La France est de culture chrétienne pas judéo chrétienne. Ce concept de judéo chrétien a été inventé dans les années 60 par des rabbins américains afin de diminuer l’antisémitisme.

    • 1) Tout d’abord notre pays est d’origine chretienne et non judéo-chretienne, c’est un élément de langage qui ne veut rien dire. Judéo-chretien désigne les chretien d’origine juive, et désolé, mais à part si on s’amuse a remonté à la création du christiannisme, je ne vois pas en quoi c’est une vérité, et à ce moment là, je refuse l’idée que mon pays est chrétien, car ma religion, le darwinisme me dit que la France est une grenouille et un tétard… et donc non la France n’est pas… la France est ce qu’elle est aujourd’hui, donc métissé (un suédois et une italienne est un métissage aussi), et pour les origines, elles sont diverses car nous ne sommes que des enfants de singes.

      2) Mais c’est précisément la gourde Morano, qui fait la polémique, qu’elle maitrise a 90%, en sortant, comme tu le dis « une évidence », si c’est évident, alors pourquoi le dire ? a part pour choquer et creer une polémique stérile ? Donc qu’elle se prenne le retour de baton des idiots utiles tant pis pour elle. Je ne pleurerais pas pour elle, tout cela n’est juste une tentative d’exister pour les primaires… ou elle faisait 0%. Après je te rassure, les autres sont tout autant des abrutis a faire comme si ils lui tombaient dessus, ils disent bien pire tous les jours et surtout… ils ne parlent pas du fait que la France est un pays marxiste-étatiste, et que par conséquent que l’on a aucune chance de s’en sortir tant que le débat sera de savoir si oui ou non on est un pays blanc ou non, ou si le terme race existe ou non.

      • Je n’ai jamais dit que ça faisait avancer quoi que ce soit.

        Je dis juste qu’on fait une polémique à partir de rien.

        • en effet, et si il y a un problème c’est le non dit et le fait que le commentateur s’arrête sur un propos car il lui parait inacceptable alors que ce qui aurait été intéressant c’est de lui demander et ensuite…?
          où veut en venir morano?

  • Les discours des médias et partis au pouvoir ont diabolisé certains termes à force de propagandes et manipulations. Une part importante de l’électorat est devenue sectaire sur diverses questions.
    En heurtant ces nombreux électeurs, elle gêne l’élection de gens de son parti, même si elle a presque complètement raison dans son propos (la tradition est beaucoup plus chrétienne que judéo, et la race est blanche sauf exceptions).

  • Pas très Charlie tout ça.
    En France, on lynche médiatiquement ou on vire ceux dont les propos gênent (ou parfois sont idiots) au lieu d’en débattre (ou d’en rire parfois).
    Le pluralisme et le débat ouvert sont deux caractéristiques majeures de la démocratie, servies par une liberté d’expression non entravée. Je vous laisse tirer la conclusion.

    • Nadine Morano a bien fait usage de sa liberté d’expression, non ? Lors d’une émission de télévision à grande audience, sur une chaîne publique.
      Qu’elle soit ensuite reniée par sa famille politique n’a rien à voir avec la liberté d’expression – comme si un parti politique était un lieu de libre expression et comme si concourir à une primaire était un droit de l’homme.

      • La mauvaise foi à ce point là….

        La liberté d’expression ce n’est pas seulement avoir le droit d’exprimer des idées mais aussi de pouvoir le faire sans avoir une meute de chiens lâchée à ses trousses.

        Après, que sa famille politique soit veule, ce n’est une surprise pour personne.

        • La liberté d’expression n’a rien à voir avec le fait de n’être pas descendu en flamme par la presse et/ou le public lorsqu’on raconte des sornettes.

          • Des sornettes? Oui vous avez raison, ce sont des sornettes, la France est bien sur un pays historiquement de religion Thaoiste, et de race noire, c’est une évidence 😉

            Ensuite, je suis sur que vous comprenez tres bien ce que guillaume_rc veut dire. C’est par l’usage EXCESSIF de la force, de l’humiliation par voie de presse quand on déroge aux theses officielles qu’on reconnait une atteinte a la liberté d’expression.

            On parle davantage de cette affaire que de l’attaque du Thalys, ou un fanatique souhaitait massacrer un train entier. Il n’y a pas disproportion vous trouvez?

        • « La liberté d’expression ce n’est pas seulement avoir le droit d’exprimer des idées mais aussi de pouvoir le faire sans avoir une meute de chiens lâchée à ses trousses. »

          Heu, non, pas du tout. ce n’est pas ça la liberté d’expression.

          Et franchement, c’est bien vous qui êtes d’une incroyable mauvaise foi. Cela fait des années que les journalistes n’arrêtent pas de tendre le micro à cette nullarde alors qu’elle n’a strictement rien de sensé à dire. Elle incarne à elle seule tout ce qu’il y a de plus détestable dans la politique.

          Elle a même pu se rependre encore aujourd’hui dans la presse pour déclarer « Sarkozy, je vais le dézinguer ». Prétendre que cette nullité est privée de liberté d’expression, c’est vraiment totalement faux et ridicule, car c’est exactement l’inverse qui se passe : elle ne cesse pas de nous infliger jusqu’à la nausée ses idées ringardes et affligeantes.

        • Donc pour vous la liberté d’expression, c’est la liberté de quelqu’un de s’exprimer sans contradicteur ?

        • Guillaume n’a pas tort. Les critiques sous son mot sont formalistes. La liberté n’est pas qu’une affaire de loi, mais aussi de pression sociale, ce qu’a bien montré Stuart-Mill. Ce qui ne veut pas dire que la critique des opinions n’est pas justifiée, mais il y a la mesure et la manière.

          Il y a la lettre de la loi mais aussi l’esprit.

          • La liberté d’expression implique, lorsqu’on est une personne publique, d’accepter le feu roulant des critiques, virulentes et même injustes.
            Si Nadine Moreno n’a pas le cuir assez épais pour faire de la politique, qu’elle retourne planter ses choux. Mais comme il a été dit plus haut : cela fait des années qu’elle nous inflige imperturbablement ses observations navrantes. Je ne m’en fais pas trop pour elle.

    • On lui reproche la seule chose peut-être censée de ses propos: la population française est encore de majorité caucasienne.
      Nier des évidences ne fait pas avancer l’anti-racisme.

      • La France a d’autres problèmes plus urgents que de débattre si oui ou non elle est majoritairement de race blanche..A première vue c’est encore le cas. Mais pendant ce temps on ne nous parle plus du taux de chômage historiquement élevé NI DE LA stagnation économique ni de la dette..Pourquoi les Français ne s’indignent pas plus que ça de leurs conditions économiques ?

      • Pas tout à fait : on reproche à Nadine Morano sa rhétorique raciste. Car qui use de l’argument des races dans un raisonnement visant à déterminer une politique emploie bien un discours raciste.

  • La phrase vraiment problématique de De Gaulle est la suivante : « C’est très bien qu’il y ait des Français jaunes, des Français noirs, des Français bruns (…) MAIS À CONDITION qu’ils restent une petite minorité. »

    C’est cette « condition » totalement arbitraire qui pose problème.

    De Gaulle, tout comme aujourd’hui Nadine Morano, ne se contentent pas de parler inoffensivement des racines blanches et chrétiennes de la France. Ce ne sont pas des historiens inoffensifs, ce sont des politiciens, je répète : ce sont des politiciens, ils veulent, et ils PEUVENT, arbitrairement INTERDIRE à la France tout autre avenir que celui auquel ils aspirent pour ce pays.

    Ce qui pose problème n’est pas de dire que les racines de la France sont blanches et judéo-chrétiennes mais que des politiciens comme Nadine Morano ou De Gaulle pensent que la France leur appartient. Morano a le droit de ne pas vouloir de musulmans dans sa maison, dans sa propriété, mais justement la totalité de la France n’est pas la propriété de Nadine Morano.

    Tel que l’avait expliqué un article de Contrepoints: « un Français a le droit de décider qui peut vivre, travailler ou acheter sur sa propriété, mais il n’a aucun droit pour décider qui peut vivre, travailler ou acheter en France. La France n’est pas une copropriété. La France n’appartient pas aux Français. »

    Il n’y a rien de mal à ce que Nadine Morano éprouve de la nostalgie pour ce que fut une ville ou un quartier dans lequel elle a grandi, cependant la seule façon libérale d’empêcher l’évolution spontanée d’un quartier, c’est de le privatiser, de le transformer en une copropriété privée. L’État et ses sbires comme Nadine Morano ou De Gaulle n’ont pas le droit d’exclure des musulmans. Seuls des propriétaires privés, seuls des quartiers privés, seules des villes privés, ont le droit d’exclure des musulmans.

    Mais cette exclusion, cette discrimination, ne sera pas sans conséquence dans une société libérale : Si des « français de souche » (Morano est à moitié italienne m’enfin bref… ) qui souhaitent préserver leur mode de vie franco-français refusent de s’adapter à des changements culturels en se mélangent avec des populations d’origine étrangère, dans une société libérale ces français de souche « ségrégationnistes » courront le risque de se couper économiquement des avantages que pourraient leur apporter des échanges non limités et, au bout du compte, ils courront le risque de perdre de l’argent, de faire faillite, d’être ruinés, bref, de disparaitre par leur propre faute, de disparaitre à cause de leur propre refus de s’adapter aux évolutions de la société.

    De la même façon qu’un propriétaire peut avoir intérêt pour ses affaires à INTERDIRE l’accès de sa propriété à des musulmans, un propriétaire peut avoir intérêt pour ses affaires à AUTORISER l’accès de sa propriété à des musulmans. Et, s’il s’y refuse obstinément, courir le risque de disparaitre par sa propre faute.

    • « De la même façon qu’un propriétaire peut avoir intérêt pour ses affaires à INTERDIRE l’accès de sa propriété à des musulmans, un propriétaire peut avoir intérêt pour ses affaires à AUTORISER l’accès de sa propriété à des musulmans. Et, s’il s’y refuse obstinément, courir le risque de disparaitre par sa propre faute »
      C’est votre conclusion. Mais il me semble que l’on pourrait aussi la prendre à rebours, l’appliquer dans l’autre sens et pourquoi pas y voir la raison des problèmes économiques de certains quartiers, du refus d’assimilation, du multiculturalisme.

    • Je suis d’accord avec vous.

      Mais prenons le cas de l’afrique du sud ou l’apartheid a été fort. Il fut le fait d’un état mais aussi de citoyens.

      Or loin d’être misérable, l’afrique du sud fut ( et peut-être toujours) l’un des états les plus riche.

      Tout ça pour dire que ce n’est pas démontré qu’une population ségrégationniste est systématiquement voué à la misère.

      Je ne parle pas du point « moral » de la question.

      • @romaric : La chose cruciale à comprendre au sujet de l’Afrique du Sud (et que beaucoup de gens ne font hélas pas l’effort de comprendre) c’est que ce pays était prospère MALGRÉ l’apartheid et non pas GRÂCE À l’apartheid.

        (Par apartheid j’entends évidement « ségrégation forcée » et non pas « ségrégation volontaire ». Vous avez raison d’insister sur le fait que la « ségrégation volontaire » n’est pas en soi un problème. Du moins elle ne conduit pas forcément à la misère.)

        Lorsqu’on constate le déclin actuel de l’Afrique du Sud, il ne faut pas faire l’erreur d’imputer ce déclin aux quelques libertés qu’a entrainé la fin de apartheid, il faut au contraire imputer ce déclin aux conséquence de l’absence de liberté qui a existé durant l’apartheid, et à l’absence de liberté qui a perduré APRÈS l’apartheid.

        Autrement dit : l’Afrique du sud était condamnée à décliner à cause de l’apartheid, mais ce déclin n’aurait pas été aussi brutal si les sud-africains avaient mis fin au socialisme après avoir mis fin à l’apartheid. Les sud-africains ont mis fin à l’apartheid mais pas au socialisme.

        • Cher Commando,

          J’ignore si vous connaissez l’Afrique et l’Afrique du sud. Je vis en Afrique depuis 10 ans, et j’ai vécu en Afrique du sud, où j’ai beaucoup appris. Je pense que vous avez tort au final dans votre analyse sur la richesse de ce pays.

          En deux mots : sans l’Apartheid (ou le contrôle politique par la Métropole), l’élément culturel européen aurait été submergé : les institutions politiques libérales (européennes) que le pays a connu auraient sombré dès le début, et le pays n’aurait pas connu la prospérité. Idem pour la Rhodésie.

    • Tant de mauvaise fois ca fait peur.
      Pour vous, c’est les francais traditionalistes qui refusent d’accueillir l’autre et de faire une place a sa vision du monde?

      Vous voyez pour moi, croire en l’importance de la liberté religieuse, en l’égalité de la femme, au prima de la loi sur la religion, ce n’est pas un passéisme desuet ni une specificité culturelle. C’est une base non négociable.

      Ensuite, les avantages économiques de recevoir une énorme population qui arrive sans aucune formation, aucun outils, ni aucun capital, mais a immediatement besoin de nourriture, de maisons, de santé, de route, etc???
      Vous oubliez que le cout collectif est avant tout un cout individuel. Les sommes prélevées sur le revenu des francais pour les besoins de l’accueil sont énormes. On n’oblige pas les francais a accueil chez eux dans leur maison? Si! L’imposition qu’ils supportent et qui permet de loger les migrants en hlm voir en hotel, c’est bien la piece supplementaire, le salon plus grand, que les francais voudraient avoir mais ne peuvent plus se permettre.
      Pour avoir des echanges, il faut deja avoir des choses a echanger. Si on échange avec des gens qui ne nous apportent rien d’autre que leur misere et a qui on a commencé a devoir donner tout ce dont ils avaient besoin, je ne vois pas tres bien ou se situe l’avantage économique.

  • Ça profite au moins à celui qui cherchait un prétexte pour l’évincer.

  • le problème est que citer De Gaulle n’a plus aucun sens, la France de 2015 n’a plus rien à voir avec la France des années 60, ce qu’il dit n’est plus applicable aujourd’hui. Et on parle d’un mec qui s’est allié aux communistes donc il était loin d’être parfait et visionnaire.

    • « Et on parle d’un mec qui s’est allié aux communistes »

      Les clébards serviles de l’UMP ont fait la même chose en se désolidarisant de Morano. Rien d’étonnant, la droite depuis 1945 a toujours mieux promu le communisme que la gauche.

  • La France est un pays de race blanche car c’est celle qui l’a construit, c’est notre histoire.
    (Les races n’existent pas ? Bon alors disons juste les blancs.)
    Mais cela il ne faut pas le dire car le futur qui se prépare sera différent, les blancs sont amené à s’effacer au profit d’une nouvelle population. On peut constater ce fait en région parisienne par exemple.
    Ce que nos « élites » veulent éviter c’est la résistance à ce changement de société et de culture.
    Devons nous au prix du politiquement correct détruire tout ce que les anciennes générations ont mis des siècles à construire ?

    • @greg : Vous dîtes que « les élites » veulent éviter une « résistance » au « changement de société et de culture »

      Si le changement social et culturel dont vous parlez est spontané, c’est-à-dire naturel, la « résistance » à ce changement est légitime si elle est pacifique, cependant elle sera condamnée à l’échec.

      La « résistance » ne peut réussir que si elle s’oppose à un changement imposé par la force (c’est-à-dire imposé par des lois injustes privilégiant les « non-blancs »).

      La « résistance » ne peut pas réussir si elle combat une évolution naturelle. Le fait qu’une région autrefois habitée par une population blanche soit désormais habité par une population non-blanche ne signifie pas FORCÉMENT que la population originelle est victime d’un changement imposé par des méchantes « élites. »

      Autre exemple : Le fait que Harlem devienne un quartier de blancs ( par un processus de gentrification, de « boboïsation » ), et que ses habitants afro-américains se retrouvent minoritaires, ne signifie pas FORCÉMENT que les habitants afro-américains sont victimes d’un changement imposé par des méchantes « élites. » Il se peut très bien que les nouveaux habitants blancs ne bénéficient qu’aucun privilège injustifié accordé par des politiciens.

      • Même chose pour la nouvelle-orléans. Arte a essayé de nous faire passer ça pour une conspiration de sudiste raciste alors que seul le marché ( mais sans doutes quelques malotrus aussi ) ont changé la composition de la population.

      • les nouveaux habitants de Harlem payent leur loyer et nincendient pas leurs quartiers!

  • Mme Morano, l’heure est plus grave que l’on ne pense…

    Laissons donc les traînes-potences politico-médiatiques macérer dans leur jus… L’avenir est déjà derrière eux

    Nous ne sommes pas, nous ne serons jamais les « chiens » conditionnés du syndrome de Stockholm !

    http://news360x.fr/nous-sommes-en-train-de-brader-2-000-ans-dhistoire-la-france-est-bonne-pour-la-sauvagerie/#comment-168944

  • LA DELICATE QUESTION D’ARGENT DES CASTES ANTI RACISTES

    Pourrait-on concevoir cette sorte de nouvelle France, telle que nous la voyons aujourd’hui : multiculturalisée, hollandisée … vallsisée … macronisée … belkacemisée … béachélisée … ruquiérisée… sarkomisée … etc. – sans ces « Furoncles » atrabilaires et leurs pustules verbales, qui dissimulent pourtant mal une réalité un tantinet plus âpre que leurs fielleux discours sur les « non races » ne le laissent entrevoir ?

    Ci-dessous, voir un court poème de Jacques Prévert qui en dit long sur la face cachée des véritables enjeux de leurs feintes véhémences… Qu’on en juge :

    « Vers la fin d’un discours extrêmement important
    le grand homme d’Etat trébuchant
    sur une belle phrase creuse
    tombe dedans
    et désemparé la bouche grande ouverte
    haletant
    montre les dents
    et la carie dentaire de ses pacifiques raisonnements
    met à vif le nerf de la guerre
    la délicate question d’argent ».

    Comment ? Plaît-il ?… Ho là là !… Mais c’est parfaitement scandaleux, ça !… Parfaitement vénénifère !… Un coup bas porté à la cause anti raciste !… Mais, il est quoi, au juste, cet homme-là ?… Ce… Prévert ?… Comment ose-t-il ?… Et pour qui se prend-t-il ?… D’ailleurs, on a pas le droit de dire des choses comme çà ! Pas le droit ! La vénalité, les rentes, le luxe, les privilèges, les passe-droits, c’est notre petit poulailler aux œufs d’or à nous, pas à lui ! Alors, basta ! Défense d’y toucher. Interdit ! C’est compris ? Allez, oust ! Dehors !

    Non, mais, dites donc ! Faut être gonflé pour dire que les races, ça n’existe pas. Vous rendez-vous seulement compte que d’affirmer le contraire, c’est savonner la planche de nos subterfuges, de nos combines médiatiques, de notre prêt-à-porter dogmatique, de nos contrevérités larmoyantes ; aujourd’hui toutes versées aux tribunaux de notre police de la pensée… aussi unique que notre fond de commerce anti racial ?

    Alors, une fois pour toute, comprenez donc que la « non race », c’est notre petite clé d’or à nous. Elle nous ouvre grand les portes de nos convoitises tant pécuniaires qu’électoralistes. Sans elle, soyez en persuadés, notre petit klan de ku ku humanitaristes stipendiés n’y survivrait pas.

    Vive nous, donc ! Vive les béni-oui-oui ! Et vive la « Non Race » !

  • Si le mot de race est impropre scientifiquement pour diviser l’espèce humaine, il a été maintes fois utilisé – c’est un pis-aller scientifique – pour décrire une réalité selon laquelle en fonction des endroits de la planète, « la race noire », la « race jaune » ou la « race blanche » était prédominante. Le mot de race signifie non pas seulement une couleur de peau dominante (parler de couleur de peau étant plus juste scientifiquement que le concept de race) mais un patrimoine de culture, de spiritualité, de vertus, un héritage de racines de civilisation, ne se ramenant pas à la couleur de peau. On est loin de l’accaparement du mot de race par les idéologues nationalistes allemands et leurs successeurs nazis.

    Dire que la France est un pays de race blanche, du moins majoritairement (pas exclusivement donc) c’est une réalité implacable inscrite dans les représentations collectives et dans l’histoire de ce pays. Cela n’en fait évidemment pas l’essence, mais cela correspond au stéréotype que l’on se fait du « français moyen » en France et ailleurs. Même si, encore une fois, parler de couleur de peau plutôt que de race aurait été sans doute plus juste, mais il ne faut pas en demander trop à Nadine Morano…

    Quoi qu’il en soit, je ne vois absolument pas ce qu’il y a de choquant la dedans. Et cette hystérisation du débat politique, cette traque quasi stalinienne du dérapage sémantique ne correspondant pas à la pensée (ou à son absence devrais-je dire) dominante me paraît extremement préoccupant.

    • Ben voyons… Si Nadine Morano a tenu ses propos, c’est sans doute parce qu’elle avait envie de causer histoire, mais certainement pas pour stigmatiser une partie de la population en fonction de leur origine ethnique !! Mais oui, mais c’est bien sûr, tout cela est très crédible…

      Si vous vous semblez choqué par une prétendue « traque quasi stalinienne », figurez-vous que moi ce qui me choque, en qualité de libéral, c’est la « lepenisation des esprits » bien réelle qui progresse en France, dont votre commentaire est la parfaite illustration.

      • Elle a plus que progressé, elle est devenue « mainstream », les gens n’ont pratiquement plus peur de le dire.

        • Les gens n’ont pratiquement plus peur de le dire, c’est très bien : personne ne devrait craindre des représailles pour tenir des propos racistes. Et personne ne doit hésiter à appeler le raciste par son nom.

          • D’accord alors je nomme Valls raciste parcequ’il veut plus de Blancos dans son quartier.

          • tout à fait, il ne faudrait pas criminaliser les propos racistes, tout comme on devrait pouvoir tenir des propos libéraux sans crainte de représailles.
            la liberté d’expression, ce n’est pas fait que pour parler de météo (il fait beau aujourd’hui. non, je trouve qu’il fait froid). le formatage des esprit commence très tôt à l’école (sur la pollution, sur le co2, voiture pas bien, donné à avaler à des gamins de 11 ans), il continue à chaque âge de la vie avec la télé et la radio.
            il y a 3 jours, je discutais avec une suissesse dans le train, on comparait la france et la suisse. je lui expliquais qu’en france, on avait moins de liberté qu’en suisse, ce qui l’a surprise. elle pensait qu’en suisse, les gens étaient moins libres, plus coincés, plus guindés… je lui ai répondu qu’il ne fallait pas confondre indiscipline, incivilité et laxisme avec la liberté. ensuite je lui ai expliqué les libertés qui nous manquaient en france : la liberté du travail et je lui ai donné quelques exemples, elle a compris d’elle même que les 35 heures empêchaient de travailler autant qu’on en avait besoin ou envie.
            pour la liberté de pensée et la liberté d’expression, elle a été un peu surprise. je lui ai expliqué que de nos jours, en france, on pouvait se retrouver devant un tribunal pour des propos tenus en public voir même en privé. je crois qu’elle a eu de la peine à me croire. mais je suis sûr qu’aujourd’hui elle a compris de quoi je parlais.

  • Les deux pays les plus violents sont le Brésil et l’Afrique du Sud.
    Pays « multiculs » et donc censés être des paradis sur terre…..

    • La France a un taux d’homicide dix fois inférieur à celui de la Russie. Et donc ?

    • « Les deux pays les plus violents sont le Brésil et l’Afrique du Sud. Pays « multiculs » et donc censés être des paradis sur terre….. »

      @Caesar : Et contrairement aux méchants pays multiethniques vraiment pas gentils, la Corée du Nord, pays ultra homogène ethniquement, est un merveilleux paradis sur terre n’est-ce pas ? Hé bien non, la Corée du Nord est un enfer socialiste.

      Morale de l’histoire :
      La société la moins violente n’est pas forcément celle qui est la plus homogène ethniquement. La société la moins violente est celle qui est la moins socialiste : Une société multiethnique MAIS libérale sera toujours beaucoup plus paisible qu’une société homogène ethniquement MAIS socialiste.

      Si le Brésil et l’Afrique du sud, dont vous vous moquez, étaient des pays libéraux, le fait qu’ils ne soient pas homogène ethniquement ne changerait rien au fait que ces pays seraient extrêmement paisibles et prospères.

  • Le discours de N Morano entretenait une confusion regrettable entre nation- race-religion. Elle aurait été beaucoup plus efficace en répondant à Ruquier que l’islam n’est pas une simple religion mais c’est aussi un système politique avec son propre droit ( la charia) et ses propres règles. Dès lors, se pose la question de la compatibilité avec les lois de la République. Elle a parlé des immigrés en général alors qu’il faut distinguer l’immigration musulmane ( de race blanche ou pas) et l’immigration chrétienne , athée,asiatique etc…En voulant ne pas heurter l’islam là où cela fait mal elle s’est noyée dans un discours sans intérêt et sans conclusion sur les races.Pourtant elle a abordé le problème de l’égalité homme -femme chez les musulmans, des lois non appliquées ( port du voile intégral etc…). Elle a raté une belle occasion de prendre courageusement date pour le bien de tout le monde ( et des musulmans modérés compris).

  • Donc, je ne suis pas bL…oh, zut, je voulais dire « caucasien »…Et pendant combien de temps encore pourrai-je dire que je suis Breton? Si ça se trouve, je ne parle même pas brezhoneg!

  • « ses adversaires se sont saisis de ses propos les plus stupides »
    La France serait donc un pays de race noire?

  • Il me semble que les propos de Nadine Morano, dont le mérite a été au passage d’avoir lever certains doutes sur certains politiques, n’est pas du tout ceux de dire « que la France est de race etc… » en citant partiellement le Général de Gaulle, mais de dire son refus de voir la France devenir islamiste.

    Il est facile de la traiter de bébête, nullarde et autres insultes méprisantes de sa haute stature morale, n’est-ce pas José?.

    Yann Moix lui a répondu que la France sera Islamisée d’ici 2050, c’est le sens de l’Histoire. Cette seconde partie, essentielle selon moi a été totalement escamotée dans le débat comme par l’auteur de l’article tellement son envie de se payer Nadine Morano est grande, c’est un peu court tout de même.

    Faites une visite sur le net avec le mot « race », vous ne serez pas déçus de votre recherche, y compris chez les scientifiques qui s’auto-censurent tellement l’idéologie est prégnante. N’est-ce pas méritoire de la part de cette femme supposée bête?

    C’est à cela que l’auteur aurait dû s’interroger et attirer notre attention que traiter Nadine Marone de bébête.

    • Abdelkader, il vous semble mal : si vous visionnez ou revisionnez l’intervention de Nadine Morano, vous constaterez bien que son propos était bien de défendre une vision raciste de la société en mélangeant, dans un gloubi-boulga sans consistance et incohérent, sécurité des personnes devant les synagogues, « cohésion nationale », « majorité culturelle », « pays judéo-chrétien » et « race blanche ».

      Quant à Yann Moix – qui n’intervient qu’en réponse aux sottises de Morano -, il n’a pas dit que la France serait islamisée, mais bien qu’il n’existe pas de « France éternelle », que celle-ci évolue et pourrait même devenir un jour un pays musulman.

    • Morano n’a pas dit qu’elle ne voulait pas que la France devienne « islamiste », elle a dit qu’elle ne voulait pas que la France devienne « musulmane. » Son propos est donc beaucoup moins nuancé que vous le prétendez.

      D’un point de vue libéral, Morano a le droit ne pas vouloir que sa maison, sa propriété, devienne musulmane. Cependant Morano n’a aucun droit d’interdire que la France devienne musulmane, car la France n’est pas la propriété de Morano.

  • Benny B? Je suis toujours soufflé par l’étendue de la culture picdelamirandolesque du secrétaire de rédaction de Contrepoints, surtout en matière de musique de danse de jeunes.

  • juste une question d’époque et surtout de manoeuvres politiques politicienne..j’ai une vieille édition du l’encyclopédie universelle datant de 1963.il y a 5 pages sur les races.. avec leurs caractéristique set leurs déplacements à travers les âges…
    la confusion aujourd’hui entre le mot race qu’il ne faut plus prononcer sauf à être brûlé en place publique et le racisme sous entendu Hitlérien cad une échelle dans la valeur supposée des races ( mein Kampf) démontre une fois de plus que plus le vocabulaire est sujet à confusion ;confusion volontaire organisée par nos élites
    Dans le tome 8 de l’encyclopédie de l’époque ,on distinguait les groupes « melanoderme » « xanthoderme  » et  » leucoderme »
    madame Morano vous auriez dit : au commencement la France était un pays composé d’un groupe leucoderme culturellement judéo chrétien ( vous auriez pu ajouter païen aussi) vous étiez sauvée…

    • Je crois pas que Nadine Morano aurait pu mieux vendre son discours raciste en assurant que la France devait être habitée majoritairement par des groupes leucodermes. Et qu’elle ne voulait pas voir trop de melanodermes et de xanthodermes dans son quartier.

  • Allez comprendre ce tollé général (surtout à gauche), alors que nombres d’école et de lycées portent encore le nom de Jules Ferry qui déclarait sous la IIIe République:
    « Messieurs, il y a un second point, un second ordre d’idées que je dois également aborder (…) : c’est le côté humanitaire et civilisateur de la question. (…) Messieurs, il faut parler plus haut et plus vrai ! Il faut dire ouvertement qu’en effet les races supérieures ont un droit vis-à-vis des races inférieures. (…) Je répète qu’il y a pour les races supérieures un droit, parce qu’il y a un devoir pour elles. Elles ont le devoir de civiliser les races inférieures. (…) Ces devoirs ont souvent été méconnus dans l’histoire des siècles précédents, et certainement quand les soldats et les explorateurs espagnols introduisaient l’esclavage dans l’Amérique centrale, ils n’accomplissaient pas leur devoir d’hommes de race supérieure. Mais de nos jours, je soutiens que les nations européennes s’acquittent avec largeur, grandeur et honnêteté de ce devoir supérieur de la civilisation. » (source Wikipédia)

    • « Nous admettons le droit et même le devoir des races supérieures d’attirer à elles celles qui ne sont pas parvenues au même degré de culture et de les appeler au progrès réalisées grâce aux efforts de la science et de l’Industrie »…

      Léon Blum, 9 juillet 1925.

      Gratien Candace, qui était noir, siégeait au Conseil national de Vichy.

  • Nadine Morano a peut-être appris à dire cette connerie, déclenchant un tollé général médiatique, dans une école ou lycée portant le nom de Jules Ferry, si cher aux socialistes, qui déclarait sous la IIIe République:
    « Messieurs, il y a un second point, un second ordre d’idées que je dois également aborder (…) : c’est le côté humanitaire et civilisateur de la question. (…) Messieurs, il faut parler plus haut et plus vrai ! Il faut dire ouvertement qu’en effet les races supérieures ont un droit vis-à-vis des races inférieures. (…) Je répète qu’il y a pour les races supérieures un droit, parce qu’il y a un devoir pour elles. Elles ont le devoir de civiliser les races inférieures. (…) Ces devoirs ont souvent été méconnus dans l’histoire des siècles précédents, et certainement quand les soldats et les explorateurs espagnols introduisaient l’esclavage dans l’Amérique centrale, ils n’accomplissaient pas leur devoir d’hommes de race supérieure. Mais de nos jours, je soutiens que les nations européennes s’acquittent avec largeur, grandeur et honnêteté de ce devoir supérieur de la civilisation. » (source Wikipédia)

  • Je corrige, France musulmane et non islamiste.
    Yann Moix s’était appuyé sur le mouvement de l’Histoire, qu’il connait bien, pour affirmer qu’en 2050 et c’est précis, la France sera musulmane, ajouta t-il peut être? comme le capitalisme mourra parce-que c’est aussi le mouvement de l’Histoire. Qu’il faut accepter cette France musulmane qui adviendra en 2050, je suis comme Nadine Morano, je n’accepte pas les mouvements de l’Histoire.

    • « omme le capitalisme mourra parce-que c’est aussi le mouvement de l’Histoire » n’importe quoi. Les anticapitalistes n’arrêtent pas de dire cela et ils ont toujours eu tort. Contrairement à ce que certains disent, l’apparition de l’économie collaborative (uber,…) n’est pas contre le capitalisme mais c’est même l’exact contraire. C’est surtout l’état qui va souffrir de cette invention.

      Il faut arrêter d’écouter Yann Moix, ce mec dit tellement de conneries. En gros, sa stratégie: utiliser des mots très compliqués pour que de un, montrer qu’il est cultivé et de deux, personne ne puisse le comprendre et montre qu’il a tort.
      Les conneries qu’il dit (Suisse, Tocqueville, famille, USA,…)sont tellement grosses que je me demande comment on peut le qualifier d’intellectuel.
      A ce que je sache, Moix n’est ni démographe ni historien ni économiste

  • Je corrige encore!
    « Qu’il faille…  »
    merci et bonne journée à tous.

  • madame morano n’a rien dit d’autre qu’une évidence ,tout ce bla bla pour rien . je crois que les ripoublicains le paieront dans les urnes car elle a dit ce que dit le peuple

  • Article idiot.
    Un pays est le produit de son histoire, et l’histoire de france est celle de peuples qui tous étaient blanc. C’est une evidence.
    Je ne vois pas ce qu’il y a de sot a le rappeller.
    Le pluralisme est peut-etre une caractéristique de la France moderne, mais c’est une caractéristique tres récente, et les produits de ce pluralisme sont les premiers a ne pas se reconnaitre francais.
    Personne ne songerait a se scandaliser qu’un africain puisse dire que l’afrique est un continent peuplé par des peuples noirs. Mais interdit de dire que l’Europe a été peuplé par des peuples blancs.
    Il semblerait qu’en France on ne puisse meme plus dire le mot de « blanc » sans se faire insulter.
    Il est triste de voir qu’un « libéral » trouve ca normal… (mais pousse tout de meme son grand coeur jusqu’a excuser la ‘pauvre sotte’ qui a prononcé le vilain mot)
    Bien sur que des noirs vivent en france et peuvent etre pleinement francais. Mais je suis sur que meme eux sont prets a reconnaitre que l’Europe est blanche a l’origine. Les autres sont soit incultes, soit malhonnetes.
    La comparaison faite dans l’article avec les USA est malhonnete et malvenue. Aux USA, le peuplement par les blancs et les noirs a été quasi simultané, et s’est opéré sur 5 siecles. Cela n’est en rien le cas en Europe.
    La France est multiethnique, variée, mais elle a aussi sa propre culture et ses propres origines. Contrairement au lavage de cerveau dispensé dans les média, la France n’a jamais été une terre d’immigration massive.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Philippe Wodka-Gallien[1. Philippe Wodka-Gallien. Institut français d’analyse stratégique. Ancient auditeur de l’IHEDN -47e Session nationale Armement - Économie de défense-. Prix Vauban 2015 pour son livre Essai nucléaire, la force de frappe française au XXIe siècle édité chez Lavauzelle. Auteur du récent ouvrage, La dissuasion nucléaire française en action, dictionnaire d’un récit national aux éditions Deccopman].

Le Monde : « La confrontation nucléaire, un scénario évoqué avec de plus en plus d’insistance en Russie ». Le Figaro ... Poursuivre la lecture

l'histoire
0
Sauvegarder cet article

Harold Innis est sans doute le principal théoricien canadien de la communication même si son nom est moins connu de nos jours que celui de son compatriote Marshall McLuhan. La profondeur de ses analyses fait que sa réflexion sur les médias a traversé le temps pour garder toute son actualité.

Pouvoir et connaissance au cœur de la communication

Si McLuhan et Innis assument tous deux la centralité de la technologie de communication, ils en déduisent des implications différentes.

Alors que McLuhan considère que les technologies de l... Poursuivre la lecture

Par Yannick Harrel.

Côté face, Elon Musk est un entrepreneur à succès avec SpaceX, Tesla, Neuralink et X.com (futur PayPal). Côté pile, Elon Musk est un trublion médiatique trop heureux de jouer avec les réseaux sociaux et les crédules. Irritant, séduisant, provocant, exaltant, il est peu dire que l’individu déclenche les appréciations les plus tranchées dans les discussions, les rédactions et les commissions d’enquête.

Devenu troisième fortune mondiale (115,4 milliards de dollars estimés) en 2021, l’entrepreneur américain d’ori... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles