Roland-Garros : derrière les paillettes, des affaires pas nettes

Serres d'Auteuil

La Mairie de Paris brade Roland-Garros à la Fédération Française de Tennis et veut remettre le couvert aux Serres d’Auteuil.

Par Serge Federbusch.

L’ouverture du tournoi de Roland-Garros est l’occasion de rappeler à ceux qui prétendent gouverner Paris leurs faits et méfaits. Et à ceux qui liront cet article de ne pas bronzer idiots s’ils fréquentent ces gradins glamour.

Il est un jardin extraordinaire aux marches du bois de Boulogne appelé jardin des Serres d’Auteuil. Lesdites serres sont une merveille d’architecture de verre et de métal. Certaines des sculptures qui ornent les bâtiments de pierre qui les jouxtent ont été taillées par Rodin.

On lit, tracées à la main en caractères gothiques, des inscriptions délicieuses qui font le charme inquiet des enfants : «plantes carnivores». On y admire de magnifiques collections de cactées et de végétaux rares. Tout cela exhale un charme désuet, provincial, hors du temps, romantique. Retenez le qualificatif qui vous plaira mais, surtout, rendez vous sur place pour vous faire votre idée du bonheur.

La Fédération Française de Tennis et ses affaires

Mais il y a toujours un serpent dans le jardin d’Eden. J’ai nommé la Fédération Française de Tennis (FFT), qui a défrayé la chronique des scandales et qui vit largement du tournoi de Roland-Garros, enceinte sportive à immédiate proximité.

Pourtant, la mairie de Paris a décidé de satisfaire sa demande d’empiéter sur le jardin des serres d’Auteuil. Depuis près de dix ans, une lutte oppose donc les défenseurs du patrimoine et FFT/Mairie de Paris. En 2011, une convention passée entre la ville et la FFT s’apparente à un scandale. Résumons-la.

Le scandale de 2011

Alors qu’un rapport de l’Inspection de la ville, aussitôt publié aussitôt planqué, chiffrait à 17 millions d’euros annuels la somme que la FFT devrait payer pour occuper le site (et encore c’était avant l’agrandissement décidé), la FFT ne doit verser que 3 % de son chiffre d’affaires hors taxes jusqu’à 150 millions d’euros et 6% au-delà. Sachant que le chiffre d’affaires réalisé sur Roland Garros en 2010 était de 137 millions d’euros (avec un profit extravagant de 60 millions !), le montant de la redevance était, toutes choses égales par ailleurs, de 4 millions d’euros environ.

On restera donc, et pour longtemps, à des niveaux outrageusement bas. Rappelons qu’il ne s’agit « que » de 13 hectares concédés pour 99 ans dans un des quartiers les plus chics et chers de France et susceptibles de toutes sortes d’exploitations commerciales !

La FFT a en effet récupéré au passage le droit d’accorder des contrats de sous-occupation de tous les espaces et de conserver l’argent ainsi récolté, en clair de procéder à des quasi sous-concessions. Il est précisé qu’elle peut se livrer à des activités non sportives et notamment de la restauration ou des séminaires.

Il est également convenu que « l’exploitant… fixe librement les tarifs d’utilisation et détermine seul la programmation des activités…». Bref, la FFT peut faire à peu près n’importe quoi. Quand on sait les tarifs pour les simples cocktails et autres pince-fesses organisés dans ce genre d’endroits et pas seulement au moment d’internationaux de tennis, on vous laisse saliver avec nos « busitennismen ».

Les serres d’Auteuil menacées

Enfin et surtout, les serres d’Auteuil sont menacées. La convention indique que les deux bâtiments en meulière dont les toits et façades sont inscrits à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques (dits du Fleuriste et de l’Orangerie) et le nouveau court construit sur l’emplacement actuel des serres chaudes échapperont, même en dehors des périodes de tournoi, au règlement parisien des parcs et jardins. Ces bâtiments de grand intérêt patrimonial sont donc de facto annexés en toutes circonstances.

On remarquera aussi que les serres classées du célèbre Jean-Camille Formigé, situées à un jet de pierre des nouveaux équipements, resteront ouvertes pendant le tournoi et devront donc supporter la présence de dizaines de milliers de visiteurs quotidiens malgré leur fragilité.

Enfin, les explications filandreuses sur le fait « qu’une partie des plantes des serres tempérées d’Auteuil » sera déplacée sans dégât vers le bois de Vincennes et que les autres plantes subiront tous ces travaux et transferts ainsi que la présence de dizaines de milliers de badauds pendant le tournoi, ne convainquent évidemment pas les botanistes indépendants conscients de leur fragilité.

Cerise sur le gâteau, une clause prévoit qu’en cas de blocage du projet, concrètement si des recours juridiques finissent par le paralyser, outre le remboursement des études et travaux et les frais de rupture des emprunts et contrats passés par la FFT, une indemnité de 20 millions d’euros sera versée par la ville. Énorme !

À propos de blocages, c’est précisément ce qui se passe actuellement puisque la justice a désavoué la ville à plusieurs reprises. Notamment, le Tribunal de Grande instance a ordonné en décembre dernier la suspension des travaux à la demande des héritiers de Formigé, une pétition d’opposition a recueilli 80.000 signatures, une étude de l’Icomos (organisation internationale de protection du patrimoine) bat en brèche les arguments de la FFT et de la mairie et surtout un projet alternatif de couverture d’une bretelle d’autoroute, écarté par la FFT qui ne veut pas toucher à ses grasses réserves, permettrait de préserver les serres.

En bref, on voit à l’œuvre dans ce dossier comme aux Halles, au Parc des expositions de la porte de Versailles ou pour le stade Jean Bouin, une collusion nauséabonde, pour reprendre un terme dont la gauche raffole, entre socialistes locaux, capitalistes de connivence et sport-business.

Anne Hidalgo va tenter désormais de se servir de la candidature aux Jeux olympiques, autre gabegie, pour enfoncer le clou et déclarer le projet d’intérêt national. Tous les amoureux de la nature, du patrimoine, de la démocratie et tous ceux qui veulent éviter la dilapidation des fonds publics par une coalition de politiciens et d’affairistes doivent se dresser pour les en empêcher.

Article initialement publié en mai 2016.

Sur le web