La croissance mondiale est-elle en train de s’accélérer ?

D’après un rapport publié par le FMI il y a quelques semaines, la croissance mondiale devrait décoller. Un regain d’optimisme est-il de mise ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

La croissance mondiale est-elle en train de s’accélérer ?

Publié le 10 mai 2017
- A +

Par Jacques Garello.

Le point d’interrogation s’impose. Si l’on se réfère au rapport publié il y a quelques semaines par le Fonds Monétaire International, la croissance mondiale devrait s’accélérer.

Mais si l’on détaille les arguments du rapport, cet optimisme est très sollicité. D’une part, les États-Unis tireraient la statistique mondiale. D’autre part, les incertitudes politiques devraient être levées. Ces hypothèses sont-elles vraisemblables ?

Optimisme global ?

Pour 2016, la croissance mondiale serait de 3,5 %, en hausse d’un point, et cette tendance se confirmerait en 2018 avec 3,6 %. Ces chiffres sont les plus optimistes depuis 2014, année où le FMI avait prédit une reprise mondiale, qui ne s’est d’ailleurs pas produite.

En passant du global au partiel, les prévisions sont assez disparates. Les États-Unis seraient les locomotives de la croissance, passant de 2,3 à 2,5 voire 2,6. Les pays émergents remonteraient de 4,1 à 4,5 % voire davantage. L’Asie se maintiendrait à un taux élevé, autour de 6,6 %.

L’Europe continuerait à stagner en dessous de 2 %. Si on passe maintenant du partiel au national, les contrastes apparaissent nettement. Au sein des émergents, l’Inde est très performante avec plus de 7 % (en dépit d’un tassement dû à sa réforme monétaire), alors que l’Amérique Latine se traîne.

Dans la zone Pacifique, la Chine se maintient autour de 6,6 % mais le Japon est stagnant. Le temps n’est donc pas tout à fait au beau fixe, d’autant plus que le FMI observe avec inquiétude une recrudescence du protectionnisme, dont la mode a été relancée avec les options de Donald Trump.

La relance américaine

La locomotive US serait elle-même lancée par le programme économique de Donald Trump.

On sait que l’un de ses projets est un investissement massif dans les infrastructures de transport, dans l’eau et l’énergie, dans le haut débit et dans les hôpitaux. Cela représente 1.000 milliards sur 5 ans.

Mais le financement n’est pas assuré et dans le budget prévu pour 2018, seulement 17 milliards de dollars sont prévus pour le transport. La hausse prévisible des taux d’intérêt réduira la capacité d’investissement de l’administration américaine.

Mais le FMI sous-estime ces contraintes, et suivant la théorie keynésienne qui inspire cette institution, il mise sur l’effet multiplicateur de dépenses publiques additionnelles.

En réalité, la dynamique américaine dépendra avant tout des gains de productivité, qui eux-mêmes sont suspendus à des investissements permettant l’adaptation de l’industrie manufacturière à la concurrence mondiale.

Mais quid si le protectionnisme renchérit les coûts de production et diminue le pouvoir d’achat des consommateurs américains ? Il y a trop d’incertitudes sur les mois à venir pour miser la croissance mondiale sur la « relance américaine ».

Le redémarrage européen

En revanche, les hypothèques politiques qui pèsent sur l’Europe sont peut-être en train de se lever. Certes le Brexit n’est pas encore réglé et la liquidation pourrait être coûteuse. Mais vraisemblablement, le Frexit vient d’être évité.

En Allemagne, la chancelière a remporté les élections en Sarre et le quatrième mandat est maintenant en vue. Hier lundi, le différentiel de taux d’emprunt à 10 ans (spread) entre France et Allemagne a chuté spectaculairement de 25 % après la victoire de Macron, et l’euro a repris trois points contre le dollar (passant de 1,08 à 1,04).

C’est dire que les chances de réorganisation des institutions européennes (et en particulier de la gestion de l’euro) réapparaissent. Certes, les nuages qui assombrissent le ciel européen sont encore bien noirs : la Grèce ne sort pas de sa crise, ni l’Italie, et les divisions sont grandes entre pays du Nord et du Centre, et pays du Sud.

Les relations politiques avec la Russie sont également tendues. Dans ces conditions, les conjoncturistes, et ceux du FMI en particulier, ont le choix entre le pronostic d’une croissance retrouvée et la prudence extrême, que commandent les données géopolitiques. Choisissons la prudence.

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • La croissance mondiale, ce n’est pas illogique. Le niveau de vie augmente dans le monde, même si on reste extrêmement loin d’un niveau suffisant pour la grande majorité des habitants de notre planète. Mais la France reste et restera en arrière pour la croissance car elle est irréformable. Notre pays a pourtant beaucoup d’atouts, sa situation géographique, son climat, son histoire, sa culture et tout ce qui a été construit par nos prédecesseurs et nous même. Nous devrions veiller à préserver ce patrimoine et à le faire fructifier, ainsi que créer de nouvelles entreprises si nous voulons que la croissance soit au rendez-vous. Malheureusement, tant de Français sont aggrippés à leurs avantages corporatifs archaïques, l’ Etat ne nous apporte que taxes, obligations et contraintes, freins de toute espèce et nous vivons au-dessus de nos moyens…

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
10
Sauvegarder cet article

Le vendredi, c’est poisson et la morue en est un excellent qu’on peut par exemple déguster en brandade. Sans rapport aucun, signalons qu’Anne Hidalgo fait actuellement parler d’elle alors que la ville dont elle a la charge serait en très fâcheuse posture budgétaire.

Il est vrai que la situation économique du pays et l’inflation galopante finissent par toucher tout le monde, même la Ville des Lumières. Ajoutons-y une petite guerre à l’Est, un méchant covid qui a nettement pénalisé les activités touristiques et voilà la capitale français... Poursuivre la lecture

Les rapports de notre propre Cour des comptes comme ceux des grands organismes économiques internationaux se suivent et se ressemblent : la France doit impérativement mettre un terme à sa fuite en avant dans la dépense publique, les déficits et la dette.

Qu'on s'illusionne tous collectivement au point de voir dans cette folle cavalcade de notre modèle économique et social l'aboutissement sublime de la solidarité, de l'égalité et du « quoi qu'il en coûte » propre à une France supérieurement juste et généreuse ne change rien à l'affaire... Poursuivre la lecture

Il y a quelque intérêt à ne pas effacer de la mémoire collective ce qu’ont pu être les grands débats qui ont infléchi notre histoire.

Les acteurs de ces débats ont en effet avancé des prédictions qui ont pesé sur la décision du peuple souverain lorsqu’il a été appelé à se prononcer, comme ce fut le cas pour le référendum sur le traité de Maastricht. On est en droit de juger de ces arguments et de ces prédictions à l’aune de ce que l’on a pu observer dans la durée.

 

Il y a juste 30 ans, le 20 septembre 1992, les Fran... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles