Face à Macron, il faudra reconstruire une opposition de qualité

Comment soutenir Macron dans les bonnes idées qu’il pourrait avoir et comment le refréner sur les mauvaises si l’on n’entend que les vitupérations étatistes de Le Pen et Mélenchon à l’Assemblée et dans les médias idoines ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Face à Macron, il faudra reconstruire une opposition de qualité

Publié le 28 avril 2017
- A +

Par Nathalie MP.

À quoi ressemblera l’opposition à Emmanuel Macron ? La question semble prématurée, voire audacieuse : le second tour n’a pas encore eu lieu, on ne sait même pas vraiment à quoi ressemblera sa majorité, ni même s’il sera capable d’en trouver une.

Et il est vrai que si l’on considère qu’on a eu droit à beaucoup de surprises depuis le début de la campagne électorale présidentielle, on ne peut exclure tout à fait un retournement de l’opinion à la faveur de tel ou tel événement qui rendrait Macron complètement inacceptable pour une majorité d’électeurs. 

Ce que disent les sondages

Cependant, ce n’est pas ce qui se dessine actuellement. Les sondages disponibles tablent sur du 60 / 40 en faveur du candidat En Marche ! Dimanche dernierMarine Le Pen a obtenu 21,3 % des suffrages exprimés et 7,6 millions de voix.

Avec les reports envisagés depuis le socle électoral de Dupont-Aignan, depuis la droite filloniste, et depuis la gauche mélenchoniste – admirons au passage combien tous ces gens vont s’apprécier entre eux – elle parvient à se hisser à 40/42 %. Avant d’arriver à 50 % plus une voix, il lui reste un travail gigantesque à accomplir.

• Donc faisons l’hypothèse, raisonnable à ce jour, qu’Emmanuel Macron sera élu le 7 mai. Il me semble que ses électeurs du premier tour sont de deux sortes : ceux, jeunes très souvent, qui l’ont choisi pour le nouveau visage, pour la modernité, pour le changement, pour l’espoir et la fraîcheur printanière qu’il leur a promis de discours en discours, et ceux, plus tardifs et moins poètes dans leur adhésion, qui ont fui un Parti socialiste en déroute après l’élection de Benoît Hamon à la primaire de gauche.

Ralliements à gauche

Ajoutez à cela des ralliements de nombreuses personnalités indiscutablement issues du PS ou des cercles des « forces de progrès », voire du PCF en la personne de Robert Hue, ex-Secrétaire général de ce parti connu pour son goût pour l’initiative privée, et vous comprenez que la politique qui sera menée, même si elle s’affuble généreusement du terme « liberté », butera rapidement sur deux difficultés : comment concilier les attentes et les intérêts divergents de toutes ces personnes, comment s’extraire de l’ADN socialiste version social-démocratie qui est pratiqué en France depuis 35 ans, que ce soit mollement par la droite ou allègrement par la gauche après l’échec du programme commun de Mitterrand ?

Or la France est aujourd’hui dans une situation de faillite – disait Fillon, ce en quoi il avait totalement raison – qui tranche complètement sur ce qui se passe chez nos grands voisins et qui ne permet pas de s’accommoder des quelques timides mesures baignées d’envolées lyriques d’Emmanuel Macron.

La nouvelle situation en France

Pour bien prendre la mesure de la situation actuelle de la France, je vous propose de vous reporter au tableau comparatif avec l’Allemagne et le Royaume-Uni que j’ai dressé dans From beautiful France with love, et également au dernier article de h16 L’évaporation des problèmes n’est pas pour maintenant.

En plus de ce qui précède, nous pouvons aussi ajouter à la longue liste des mauvais résultats de François Hollande un élément supplémentaire dont nous avons eu connaissance hier : le chômage a fortement augmenté au cours du mois de mars 2017.

En un mois, la catégorie A, celle des chômeurs complètement sans emploi, a bondi de 43 700 personnes, soit la plus forte hausse depuis 2013. Au total depuis le début du quinquennat, le nombre de chômeurs de catégorie A a augmenté de près de 600 000 personnes sans jamais vraiment se retourner.

Les « bénéfices » de la social-démocratie

Si l’on intègre les catégories B et C (faible activité) pour la France entière,  on atteint 5,8 millions de chômeurs soit 1,2 million de plus qu’en mai 2012. C’était un petit condensé des bénéfices évidents de la social-démocratie.

Tout ceci n’a pas empêché François Hollande de nous expliquer récemment qu’il laissait à son successeur « un pays en bien meilleur état » que celui qu’il avait trouvé.

Il s’accroche comme il peut à son refrain du « Ça va mieux », au cas où des hagiographes se mettraient en tête de devenir biographes. Il est un point, cependant, sur lequel il nous a livré des indices intéressants : d’après lui, quand on est socialiste, on est forcément social-démocrate. Et d’après lui toujours, il faudrait que son successeur s’inscrive dans la continuité de son action.

Ce premier tour est une satisfaction pour le président, qui voit un ancien ministre, l’un de ses proches, en mesure de remporter la présidentielle. (déclaration d’un proche de François Hollande)

Hommage à la nullité de Hollande

Comme il vient d’annoncer son intention de voter pour Emmanuel Macron le 7 mai, on ne peut que redouter que le quinquennat de ce dernier ne se transforme en un long hommage à la nullité de son prédécesseur.

• C’est pourquoi j’en suis venue à me dire qu’il faudrait que l’opposition qui va se former contre lui, dans l’opinion publique comme à l’Assemblée nationale, soit une opposition de qualité.

J’entends par là une opposition qui ne verse pas automatiquement dans les projets extrémistes qui nous ruineront rapidement et à coup sûr comme ceux de Marine Le Pen, présente au second tour, et Jean-Luc Mélenchon, non présent mais fort de 19,58 % des voix, et singulièrement silencieux sur ses consignes de vote et son propre vote, pour quelqu’un qui a toujours prétendu vouloir battre le Front national tout en soutenant bruyamment Hugo Chavez (grand bienfaiteur du Vénézuela comme chacun sait).

Programme communiste

Tout  programme qui, à l’instar du programme commun de la gauche en son temps, intègre protectionnisme, revalorisation brutale du salaire minimum et des pensions, baisse du temps de travail, baisse de l’âge de départ en retraite, fiscalité confiscatoire, abandon pur et simple du respect des 3 % concernant le déficit public, fuite dans la dette et passage obligé par la volonté de l’État dans tous les domaines – un tel programme se termine inéluctablement en débâcle dont les personnes les plus modestes font les frais avant toutes les autres par le chômage et la baisse du pouvoir d’achat.

Or ceci est exactement la proposition du FN et du Front de gauche, modulo quelques différences de moins en moins perceptibles, même sur les questions de l’immigration, de l’Europe et de l’Euro (éléments vilipendés mais qui n’expliquent pas vraiment nos difficultés quand on se compare à nos voisins).

Le poids des extrêmes

Le poids de ces deux composantes politiques qui ne sont pas sans rapport entre elles, sur le plan des idées comme sur celui des électeurs, est inédit lors d’une présidentielle et il se répercutera forcément sur la qualité de l’opposition au futur Président.

Comment soutenir ce dernier dans les bonnes idées qu’il pourrait avoir et comment le refréner sur les mauvaises si l’on n’entend que les vitupérations étatistes de Le Pen et Mélenchon à l’Assemblée et dans les médias idoines ?

Je crois que la composition de la prochaine Assemblée doit se préparer dès le second tour de la Présidentielle.

Si l’opposition à Macron de type Marine Le Pen vous convient, si la politique du pire vous attire, alors n’hésitez pas : votez Le Pen déjà charitablement épaulée par le Front de gauche, donnez-lui un large score, accordez-lui une crédibilité et une assise populaire qui lui permettront d’engranger des députés et faire des discours outragés sur l’ultra-libéralisme du gouvernement – appréciation purement fantasmagorique, car pour Marine Le Pen comme pour Jean-Luc Mélenchon, François Hollande a mené une politique ultra-libérale !

Penser l’autonomie des personnes

Mais si comme moi, vous espérez que les projets du gouvernement pourront peut-être être amendés pour certains, stoppés pour d’autres et acceptés pour quelques autres encore, et si comme moi vous souhaitez voir émerger dans notre classe politique des idées de qualité vraiment libérales, c’est-à-dire celles qui favorisent l’autonomie des personnes, alors ne votez pas pour Marine Le Pen le 7 mai et permettez que se forme ensuite un groupe parlementaire solide comprenant des députés de la droite et du centre.

Non pas que je prenne l’UDI ou LR pour des partis très libéraux. Il existe cependant la possibilité que le passage renouvelé dans l’opposition ainsi que le quinquennat hollandais qui se profile ne réactivent la nécessité de « transformer la France en profondeur » pour de bon. Possibilité qui est complètement exclue si on laisse tout le bénéfice de l’opposition à Le Pen et son allié objectif Mélenchon.

Sur le web

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • Et les députés de droite feront comme toujours de l’opposition systématique même sur des lois qu’ils auraient pu voter
    http://www.huffingtonpost.fr/2015/01/26/loi-macron-pourquoi-elus-ump-vont-braver-consigne-sarkozy-voter-texte_n_6532590.html
    Et en résultat, Macron édulcorera ses propositions pour qu’elles soient plus socialistes.

  • Mouais… si la droite et le centre promettent d’avoir cette approche pourquoi pas. Mais ce n’est pas ce qu’on a observé ces dernières décennies lorsqu’ils étaient dans l’opposition.

  • Pour l’instant LR et UDI vont jouer le jeux pour gagner un maximum de sièges. Mais dès le mois de juin, les masques vont tomber.
    UDI et « En Marche » sont très proche idéologiquement, ils vont travailler ensemble. De plus, LeMaire se voit déjà ministre et NKM affirme que Fillon a perdu à cause de son programme trop libéral.
    Alors, si vous voulez voter pour l’opposition aux législatives, l’étiquette LR ne suffira pas. Chacun de nous devra se renseigner avec précision sur les candidats proposés.

  • Quel que soit le score de MLP, je ne vois comment elle pourrait obtenir plus de quelques dizaines de députés au mieux, peut-être même moins de dix, en vertu de notre système électoral et du « tout sauf le FN » passablement en vigueur, notamment à gauche, capable de renoncer pour faire élire un LR au détriment d’un éventuel FN. Donc IMHO, le vote du second tour est sans objet sur la suite.
    Il me semble que la seule stratégie, c’est d’empêcher Macron d’avoir une majorité du tout, en favorisant le vote LR, même si le programme pour les législatives va être inférieur à celui de Fillon, qui était déjà très édulcoré par rapport à ce qui serait nécesaire, au vu de la lâcheté de tous nos dirigeants depuis près de 40 ans. Cela, c’est le comportment « raisonnable ». L’autre, que je comprends sans l’approuver, est de favoriser au contraire la gauche pour que l’écroulement arrive plus vite, au motif que ce pays ne se redressera que dans les convulsions d’un écroulement qui feront enfin voir aux veautants que le socialisme mène à la ruine, les exemples étrangers n’ayant manifestement pas suffi.

  • Oui, maintenant pour LR il est enfin temps de se débarrasser définitivement de cette tendance fortement conservatrice, dont on se demande pourquoi elle n’a pas rejoint plus tôt les rangs de l’extrême-droite plutôt que de laisser le champ libre aux lubies collectivistes du FN.
    Pour l’instant l’orientation des LR semble aller dans le bon sens (consignes de votes, demandes d’exclusion des ralliements au FN), mais si ce mouvement ne se prolonge pas pour les législatives, alors mieux vaudra s’orienter vers l’obtention d’une majorité macroniste.

    • @ cachou42
      Je trouve ces prospectives assez vaines, en ce qui concerne des politiciens.

      Dans les 2 partis-mammouths (PS et LR), l’échec de ces élections est évidemment un revers pour chaque candidat député.

      Le risque est grand de voir un « sauve qui peut » professionnel pour les politiciens professionnels qui ne « savent faire que ça »!

      Et l’unité de façade pré-électorale des 2 partis risque bien d’être malmenée très vite!

      Il faudra attendre la formation du gouvernement pour avoir une première idée puis 100 jours pour en savoir bien plus sur E.Macron que maintenant.

      Alors que lui-même a placé sa candidature au-dessus des partis et du clivage gauche-droite (brevet Ch.De Gaulle), ce qui lui laisse jusqu’à maintenant la « liberté », malgré l’envie des scribouillards et gloseurs de l’affubler d’un post-it!

      Les jeux ne sont pas faits! Alors patience!

  • Et oui, les 3e et 4e tours de l’élection présidentielle sont en marche !

  • Macron est LE candidat du système. En conséquence, il va passer vu les moyens mis en oeuvre. Et les 2/3 des votes lors des législatives iront au plus grand nombre de députés déjà existants afin de se rattraper d’avoir voté pour Macron, par défaut d’un candidat accepté en première lecture et non présent. Seuls les plus « cuits » et/ou subissant le non cumul seront éliminés. Donc, je vois assez bien une assemblée majoritairement LR-PS mais d’étiquette EM, dont on peut dire, hors effet de manches pour la galerie, qu’ils sont assez proches politiquement. Il suffit de voir les politiques menées depuis 10 ans. Et tout cela va bien rouler, tout un chacun étant globalement d’accord. RIP…

  • Une opposition de qualité ne devrait pas dire oui à tout ou non à tout.
    Voter oui à ce qui va dans le bon sens, négocier le vote entre l’abstention, le oui ou le non suivant les cas. Tenter de pousser dans le bon sens, vers moins d’état. Éviter le clash.

  • Je concois les législatives comme un 3 droite. Si la droite était intelligente (ce dont je doute fortement), elle doit viser la cohabitation. Certes, ce sera très dure (pour ne pas dire impossible) pour la droite d’avoir la majorité absolue mais au vu de la fracturation du paysage politique, la droite peut espérer former une coalition avec En Marche. le FN et la gauche radicale (Mélenchon et aile gauche du PS) ne s’allieront jamais à Macron. Macron pour avoir une majorité parlementaire sera obligé de se tourner vers la droite ou l’aile droite du PS. Or, je doute que l’aile droite du PS pèse grand chose après les législatives. Par conséquent, Macron se tournera vers la droite. La droite doit viser d’être la première force législative et d’être incontournable (même si elle n’a pas de majorité absolue). Mais pour cela, encore fait t il qu’elle soit intelligente et qu’elle reste unie. Le problème de la droite francaise s’est que la plupart de ses membres n’ont pas d’idéologie et sont uniquement motivés par leur carrière. La droite francaise a raison d’appeler à voter Macron mais elle ne doit pas aller trop loin dans son soutien à Macron. Comment pourra t elle combattre En marche aux législatives si à la présidentielle, elle s’est gentillement ralliée à lui. Elle doit tenir un discours de vérité: à savoir qu’entre MLP et Macron, Macron même s’il est mauvais est bien moins pire. Certains responsables de la droite (Estosri, Pécresse, Baroin,…) sont en train de suicider la droite aux législatives en sucant (pardon de ma vulgarité) Macron pour obtenir un poste. C’est pathétique.

    • « concois les législatives comme un 3 droite » concois les législatives comme un 3 tour (de la présidentielle)

  • Si Macron n’arrive pas à dégager de majorité cohérente ce sera un désastre pour la france (5 ans de perdu). Avec un risque de voir le FN remporter en 2022.
    MLP sait très bien qu’elle avait pratiquement aucune chance en 2017. Pour moi, elle vise surtout 2022.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’âge de la retraite semble avoir beaucoup d’intérêt pour les candidats, il n’en a pratiquement pas pour les retraités actuels et futurs.

Certes l’âge de la retraite est désormais au cœur de la campagne électorale. Dans son allocution de lundi soir le Premier ministre a annoncé non seulement son soutien inconditionnel au candidat Macron (ce qui était surprenant et courageux) mais aussi sa certitude que les tout premiers jours du nouveau président (« reconduit » a-t-il dit avant de corriger pour « réélu ») seraient consacrés à la réform... Poursuivre la lecture

boomers non-travail orpea actionnaire
6
Sauvegarder cet article

Mais puisqu'on vous dit que Macron, c'est Le Grand Réformateur ! Puisqu'on vous dit qu'il n'a pas arrêté de réformer, d'affûter avec habileté la France pour la prochaine décennie ! Les petits dérapages budgétaires n'y changeront rien : les réformes sont sur des rails, elles passeront. Quoi qu'il en coûte.

C'est sans doute dans cet esprit que l'actuel gouvernement planche à nouveau sur la réforme des retraites qui avait été subrepticement mise en pause suite à la déclaration de guerre (non, pas contre Poutine, contre le virus il... Poursuivre la lecture

libéralisme
0
Sauvegarder cet article

Par Alain Laurent.

Tandis qu’un récent sondage (Harris Interactive) nous apprend que 54 % des Français souhaitent l’élection d’un « président libéral », un autre (vague IFOP 2021) révèle que pour 60 % des 18/30 ans le mot libéralisme est positivement connoté et le deuxième dans leurs préférences lexicales. Voici qui surprend heureusement, alors que de toutes parts est annoncé que « le libéralisme est une idée du passé qui va probablement connaître une longue éclipse » (François Lenglet) ou qu’il est victime d’un « krach idéologique » (... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles