Échec de Fillon : et si Dupont Aignan n’existait pas ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Dupont-Aignan

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Échec de Fillon : et si Dupont Aignan n’existait pas ?

Publié le 27 avril 2017
- A +

Par Philippe Lacoude. 

On peut faire couler beaucoup d’encre sur la question mais il est évident que les voix de Nicolas Dupont-Aignan n’appartiennent bien sûr ni à Nicolas Dupont-Aignan ni à François Fillon, les électeurs étant libres de leur choix.

Par ailleurs, selon tous les sondages disponibles, au second tour, François Fillon aurait de toute façon perdu contre Emmanuel Macron : la candidature de François Fillon était vraisemblablement damnée dès l’intervention inopinée du Parquet national financier.

Mais si Nicolas Dupont-Aignan n’avait pas été candidat ? François Fillon aurait-il été présent au second tour ?

Depuis lundi matin, on peut lire constamment sur les réseaux sociaux – généralement sous la plume de Fillonistes – que si Nicolas Dupont-Aignan ne s’était pas présenté, François Fillon aurait été présent au second tour.

Le raisonnement est que les 4,70% de voix de Nicolas Dupont-Aignan se seraient ajoutées aux 20,01% de François Fillon, plaçant celui-ci en tête du premier tour.

Je voudrais dissiper cette erreur statistique.

On ne peut bien sûr pas exactement savoir ce qu’il en aurait été car le positionnement d’un candidat est bien évidemment dépendant des autres candidats en présence. Le programme de François Fillon aurait été différent en l’absence de Nicolas Dupont-Aignan.  Pareillement, Nicolas Dupont-Aignan a probablement ajusté son offre politique à cause des prises de positions de Marine Le Pen et de François Fillon.

Ces réserves faites, nous pouvons nous tourner vers des données d’un sondage de l’Ipsos effectué les 12 et 13 avril 2017.  Ipsos a demandé aux sondés pour quel candidat ils auraient voté en l’absence de leur premier choix.

Selon les sondés qui pensaient voter Nicolas Dupont-Aignan, en l’absence de ce dernier, 14% auraient, par exemple, voté François Fillon et 31% auraient voté Marine Le Pen.  Sans surprise, 32% des électeurs de Jean-Luc Mélenchon auraient voté Benoît Hamon si le premier ne s’était pas présenté.

Selon ces reports de voix, on peut recalculer les résultats sans Nicolas Dupont-Aignan. Ceci donne les résultats ci-dessous.  L’ordre des candidats est inchangé.

On me rétorquera que le sondage Ipsos portait sur un échantillon de 1509 personnes et qu’en conséquence, les chiffres de report de voix portent sur seulement 53 électeurs de Nicolas Dupont-Aignan.  Comment puis-je extrapoler un résultat national à partir d’un échantillon si petit ?

Ceci n’est évidemment pas un problème : les statisticiens savent parfaitement calculer le risque d’erreur quelle que soit la taille de l’échantillon.  En fait, si on applique la formule mathématique de l’intervalle de confiance au sous-échantillon des électeurs potentiels de Nicolas Dupont-Aignan, on découvre qu’en fait, il y a 95% de probabilité pour que 26% à 33% des électeurs de ce dernier aient voté Marine Le Pen compte-tenu de la taille de l’échantillon de l’Ipsos.  On peut appliquer cette formule à tous les chiffres de reports de voix.  On obtient alors les fourchettes du tableau ci-dessus.

La conclusion est sans appel : en l’absence de Nicolas Dupont-Aignan, François Fillon aurait eu entre 20,36% et 21,26% des voix, toujours loin de Marine Le Pen qui aurait alors eu entre 22,31% et 23,52% des voix.  L’ordre des quatre premiers candidats est très probablement inchangé : ces résultats ont une probabilité d’être vrais de 95% (car j’ai utilisé les intervalles de confiance statistiques à 95%).

Nicolas Dupont-Aignan ou pas, François Fillon finit troisième de cette élection compte-tenu des reports de voix du tableau de l’Ipsos.

On peut jouer avec les données de l’Ipsos : pour que François Fillon soit au second tour en l’absence de Nicolas Dupont-Aignan, il aurait fallu que les voix de ce dernier se reportent à 38% sur François Fillon et à seulement 7% sur Marine Le Pen (si on laisse les autres reports inchangés) !

Le cas de Benoît Hamon

Un autre scénario plus intéressant consiste à se poser la question de savoir qui aurait été au second tour de la présidentielle en l’absence de Benoît Hamon.

Là le résultat change.

Comme la moitié des voix de Benoît Hamon se serait reportée sur Jean-Luc Mélenchon, ce dernier aurait non seulement dépassé François Fillon mais il aurait fini devant Marine Le Pen. Les intervalles de confiance à 95% de ces candidats sont sans ambiguïté : même si on prend le haut de la fourchette de Marine Le Pen (21,52%), celle-ci ne dépasse pas le bas de la fourchette de Jean-Luc Mélenchon (22,20%).  L’incertitude sur le résultat de ce dernier est plus grande parce qu’il y a plus de voix de Benoît Hamon qui se reportent sur lui que sur Marine Le Pen.

De son côté, Benoît Hamon n’a pas de reproche à faire à Jean-Luc Mélenchon de s’être présenté : il n’aurait pas été – de loin – candidat au second tour en l’absence de ce dernier.

Les proximités des candidats dans l’esprit des électeurs

Si l’on veut comprendre ces résultats, il faut comparer les reports de voix des différents candidats.  En reprenant les chiffres de l’Ipsos, on peut calculer la corrélation entre les reports de voix de Nicolas Dupont-Aignan et ceux de Marine Le Pen : à 84%, cette corrélation est très élevée.

En français, en l’absence de Nicolas Dupont-Aignan et de Marine Le Pen, les voix de ceux-ci se reportent presque identiquement sur les autres candidats.  Dit d’une autre manière, si on interdit à 100 votants de Nicolas Dupont-Aignan de voter pour lui, ces derniers votent à 84% comme le feraient 100 votants de Marine Le Pen si on leur interdisait de voter pour elle.  Pour leurs électeurs respectifs, Nicolas Dupont-Aignan et Marine Le Pen voient les 9 autres candidats à 84% de la même façon.

Et pour François Fillon, c’est là que le bât blesse : alors que la « proximité » entre Nicolas Dupont-Aignan et Marine Le Pen est de 84% pour les reports de voix, la proximité entre lui et Nicolas Dupont-Aignan n’est que de 49% (dans l’esprit de leurs électeurs respectifs).

Au contraire et sans surprise, les électeurs de Benoît Hamon et de Jean-Luc Mélenchon se reportent presque identiquement sur les autres candidats.

Et évidemment, en leurs absences respectives, les électeurs de François Fillon partent à droite alors que ceux d’Emmanuel Macron partent à gauche : c’est pourquoi leurs reports de voix sont corrélés négativement.

François Fillon était le candidat atypique de l’élection dans le sens où ses électeurs se reportaient différemment des cinq autres candidats qui ont dépassé 4%.  Ceci ne surprendra pas les Fillonistes qui nous diront qu’il était le moins étatiste des 11 candidats… Que ce soit vrai ou pas, les données Ipsos le classent objectivement dans une catégorie à part.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Il y a de vrais boucs-émissaires ( Bayrou appelant à voter Hollande en 2012) et des faux: NDA n’ a en effet rien à voir avec le naufrage de Fillon,il a probablement même empéché MLP d’être plus près en score de Macron.. Qui plus est, son programme était assez proche de celui de MLP.

  • Je constate surtout que la tentative actuelle de MLePen de draguer les électeurs de Mélanchon dont la proximité n’est que de 20% est vouée à l’échec .

  • Article très intéressant sur la dynamique des résultats de ces présidentielles et de l’éclatement des partis traditionnels!
    attendons le jeu des législatives

  • Eclairage intéressant sur la dynamique des résultats du premier tour de la présidentielle !
    Hâte de voir les législatives 🙂

  • On peut dire merci à Hamon, sans quoi nous aurions eu Mélenchon-Macron, alors qu’il y a à peine 4 mois il était évident d’avoir Fillon-Le Pen.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Macron pourra-t-il reconquérir la jeunesse séduite par Mélenchon et Le Pen ?

Pour gagner sa place à l’Élysée, il veut convaincre même ceux qu’ils persécutaient ou ignoraient hier. En déplacement à Denain, dans le Nord de la France, le président candidat a été interpellé par deux femmes lui reprochant d’avoir voulu « emmerder les non-vaccinés ». « Emmerder les non-vaccinés, vous l'avez dit », lui rappelle une des deux femmes. « Oui mais je l'ai dit de manière entre guillemets affectueuse » a répondu Emmanuel Macron.

Poursuivre la lecture

2
Sauvegarder cet article

On dit qu'en démocratie, les peuples ont les politiciens qu’ils méritent. Devant les désolantes options qui ont été les nôtres dans ce premier tour de l’élection présidentielle, il est temps de s’interroger sur ce que nous sommes devenus.

Sur les 12 candidats, 9 sont incompatibles avec la démocratie libérale, le commerce international et l’économie de marché.

Au moins trois militants trotskystes - Philippe Poutou, Nathalie Arthaud, Jean-Luc Mélenchon - ont obtenu sans souci les signatures de 500 de nos élus qui leur ont permis d... Poursuivre la lecture

Le politologue Jérôme Sainte-Marie l’avait prédit : le clivage gauche/droite est en train d’être supplanté par celui entre un bloc élitaire et un bloc populaire[1. Jérôme Sainte-Marie, Bloc contre bloc : La dynamique du Macronisme, Paris, éditions du Cerf, 2019.]. Seulement, le bloc populaire est lui-même fracturé entre son aile nationaliste et son aile communiste, ce qui donne un avantage au bloc élitaire qui arrive au premier tour avec Emmanuel Macron.

L’ancien clivage entre PS et LR est mort. Entre une Anne Hidalgo à 2 % et une Valé... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles