Les-Bouches-du-Rhône, symbole du désastre politique français

Autour de Marseille, plus de la moitié des votants ont donné leur vote à un parti de type socialiste d’extrême gauche ou d’extrême droite. Pourquoi ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Marseille vue du vieux port

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les-Bouches-du-Rhône, symbole du désastre politique français

Publié le 28 avril 2017
- A +

Par Emmanuel Martin.
Un article de l’Iref-Europe

Dans le département qui accueille la belle ville de Marseille et sa Bonne Mère, ce 23 avril, Marine Le Pen a fait un score de plus de 27 % et Jean-Luc Mélenchon, de plus de 22 %. En ajoutant les candidats de gauche « ultra », on arrive à plus de la moitié des votants qui ont donné leur vote à un parti de type socialiste d’extrême gauche ou d’extrême droite. Pourquoi ?

Comme celui de monsieur Mélenchon en effet, le programme de Marine Le Pen est d’essence socialiste et nationaliste, même s’il ne s’agit, heureusement, pas de national-socialiste à l’allemande. Leur conception collectiviste du politique fait que du nationalisme au socialisme il n’y a qu’un pas ; et vice versa.

Malaise dans la société

Ce type de résultat traduit un malaise profond de la société française. Et plutôt que de stigmatiser et montrer du doigt, il parait plus constructif, pour ceux qui chérissent la liberté et abhorrent le collectivisme, de droite comme de gauche, de tenter de « comprendre l’incompréhension », et remonter ainsi aux racines des maux sociaux, réels, qui génèrent ce malaise.

Pourquoi la haine du patron, pourquoi la haine de l’Arabe ? Réaction naturelle au libéralisme économique, pardi ! Au libéralisme en matière d’immigration ! Toujours ce sale libéralisme, répondront les électeurs de Marine et Méluche.

J’ai grandi à Marseille et travaillé dans ses quartiers chauds en ZEP au milieu de cités ultra-violentes. La pauvreté est bien là, avec sa détresse sociale, morale, économique, le chômage, la violence, l’exclusion, les fins de mois difficiles – mais aussi les débuts et les milieux de mois, le communautarisme.

Le taux de pauvreté atteint les 25 % à Marseille, le chômage, officiellement près de 19 %. Et encore, une partie du chômage est cachée dans tous ces boulots aidés en associations et multiples programmes, très souvent inutiles et coûteux.

Intégration difficile

L’intégration est difficile : repli identitaire musulman, sentiment anti-Français, (combien de fois n’ai-je pas entendu « La confiance n*que la France » ? ). Les travailleurs africains, en particulier maghrébins, qui dans les années cinquante travaillaient dans la construction, et notamment à faire ou refaire les routes françaises, vivaient à l’époque dans les bidonvilles qui poussaient dans les quartiers nord.

La décence voulait qu’on les loge de manière humaine. Avec le regroupement familial, ce sont des familles entières qui sont arrivées. Elles auraient dû pouvoir s’intégrer, comme l’avaient fait avant elles les Espagnols, les Portugais ou, comme ma famille, les Italiens, dans la première partie du XXe siècle. Mais le nouveau contexte institutionnel, davantage que la religion, a changé la donne comme on le verra.

À côté de certaines zones relativement dynamiques, comme autour d’Aix-en-Provence, une spirale de décroissance (concept merveilleux pour certains, paraît-il…) submerge de nombreux quartiers.

Et le chômage y touche toujours davantage les Français de souche comme dirait l’extrême droite. Pas assez d’entreprises, pas assez d’emplois. « Les patrons égoïstes n’embauchent pas, les Arabes nous piquent notre boulot ou vivent des allocs ». Tout cela la faute au libéralisme ?

Le poids du modèle social

Évidemment dans un pays à 57 % du PIB de dépense publique, 47 % de prélèvements obligatoires où un salarié moyen coûte à l’entreprise deux fois son salaire net, et qui régule à tout va, une telle affirmation devrait faire spontanément sourire. Mais les gens ne savent pas.

Ils ne savent pas combien leur coûte économiquement et donc socialement leur cher système social, leurs chères régulations, leur chère administration, leurs chères subventions. L’ignorance est minutieusement cultivée par les politiques qui en tirent leur pouvoir.

Les réflexes simplistes sont donc d’autant plus aisés. En cela d’ailleurs, les étatistes démocrates du front républicain sont tout autant à blâmer que les extrémistes. Car c’est bien l’interventionnisme – allez, lâchons le mot : le socialisme – qui est au contraire à l’origine de tout ce malaise.

Socialisme local

Socialisme local, qui consiste à socialiser un maximum l’action collective en arrosant de subventions la moindre association ou la moindre initiative du « peuple » ou des « gens », le but étant évidemment de se constituer une clientèle électorale et/ou d’asseoir son pouvoir bureaucratique.

Si Marseille est championne de l’arrosage en subventions, elle est aussi un symbole de la magouille politique. Après la guerre, un contrat tacite est passé entre socialistes et communistes : le port pour ces derniers (ce qui a permis à ce port jadis dynamique d’être gangrené par une mafia cégétiste et de reculer sans cesse dans les classements) et la mairie pour les premiers. Le passage à droite n’a pas véritablement fait bouger les lignes. Les traditions ont la vie dure.

Entrave et racket fiscal

D’un côté on empêche, on entrave, comme la récente mésaventure du génial inventeur du flyboard Franky Zapata, à Martigues, l’a montré, voire on rackette, et d’un autre côté on redistribue.

Cela duplique le socialisme pratiqué au plan national : on crée d’un côté des tas de régulations, fiscalités et autres joyeusetés pour entrepreneur, qui empêchent curieusement le dynamisme et l’intégration économiques, et on « compense » d’un autre côté avec une redistribution instaurant la dépendance. Les gens sont pris en tenaille dans des trappes à pauvreté.

La redistribution tous azimuts a pour vertu d’éviter que la cocotte n’explose. Mais comme les scores électoraux l’ont montré, l’eau bout. Elle bout parce que ce système socialiste, en générant l’irresponsabilité à la fois du politique et des administrés construit durablement la défiance : c’est donc « la faute de l’autre, du patron, de l’Arabe, du Français, de l’Europe ».

La solution n’est pas dans plus de politique mais moins ; pas dans plus de socialisme, mais moins ; pas dans moins de liberté, mais plus : davantage de société civile, d’habitude de vivre ensemble, d’autonomie et de responsabilité personnelle, de solidarité volontaire, d’action collective et d’initiative économique « d’en bas ». À Marseille comme ailleurs. C’est la seule voie possible vers une France réellement apaisée.

Sur le web

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Bravo Emmanuel. Oser dire les choses, voilà la première étape vers la liberté.

  • Bon article equilibré

  • « Elle bout parce que ce système socialiste, en générant l’irresponsabilité à la fois du politique et des administrés construit durablement la défiance »

    Voilà, tout est bien résumé dans cette seule phrase : l’irresponsabilité.
    Vu que nous n’avons pas à assumer des conséquences de nos choix, nous n’avons pas à chercher à comprendre et à amélirer les choses par nous mêmes.

    Ca montre aussi un grave manque d’éducation : nous ne sommes pas formés à penser par nous mêmes.

  • C’est le résultat de 50 ans de propagande antilibérale, ça commence à l’école, ça continu avec les médias, au cinéma, dans la littérature, partout, personne ne peut y échapper.

    • J’allais le dire, GN. Et de fait, depuis Madelin, plus aucun politicien n’ose se revendiquer du libéralisme. C’est le seul système qui a enrichi systématiquement les gens (avec des inégalités, certes) partout où il a été appliqué, mais c’est le seul que la France n’applique jamais, alors que les gens croient qu’il est la cause de leur malheur…

  • J’applaudis votre discours et je fais suivre.

  • Donc, le problème à Marseille, c’est le socialisme, et pour dire merde, les marseillais votent socialiste. Le problème de Marseille ne serait pas plutôt les marseillais si on réfléchit bien ?

  • Toutes mes félicitations pour votre diagnostique. En tant que Président d’un Centre Social depuis 20 ans, je pense pouvoir moi aussi donner mon approbation malheureusement que partielle, nous attendons vos propositions constructives pour sortir de cette situation. Ayrault puis Valls avaient pris à bras le corps avec le Préfet Cadot, le Maire Gaudin. Tout ce qui comptait dans la grande Énarchie locale s’était retroussé les manches… On ne voit pas de solution arriver. Les Marseillais s’exilent vers la périphérie laissant la place à la nouvelle immigration, qui, contrairement aux immigrations précédentes que vous citez Italienne, Arménienne, Espagnole, Portugaise, Vietnamienne, etc… nous avions une culture, un mode de vie, une liberté. Ils venaient chercher ces caractéristiques bien françaises de démocratie, liberté. Ce n’est pas le cas de ces émigrés économiques qui cherchent à reproduire leur système et culture de vie en France, ceux-là même qui ne pas marchent pas chez eux. Vous avez vu, je n’ai pas parlé de religion, il y aurait tellement à dire.
    Bref, donnez nous la solution, nous en avons assez de faire des constats, agissons ou alors, au mieux ce sera la révolte des autochtones, au pire l’abandon de territoires et de culture. Donnez nous de l’espoir!
    Un Marseillais qui se désespère.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Jeudi dernier, le gouvernement annonçait triomphalement que le nombre de chômeurs (catégorie A, sans activité) avait enregistré en France une nouvelle forte baisse de 5 % au premier trimestre 2022 par rapport au trimestre précédent. 169 100 personnes en moins se sont inscrites à Pôle Emploi, ce qui porte le nombre de chômeurs en catégorie A (celle sur laquelle communique le ministère du Travail) en France à 3,193 millions.

Si on regarde de manière plus granulaire les chiffres, en incluant les catégories B et C, la baisse n’est plus que... Poursuivre la lecture

Macron pourra-t-il reconquérir la jeunesse séduite par Mélenchon et Le Pen ?

Pour gagner sa place à l’Élysée, il veut convaincre même ceux qu’ils persécutaient ou ignoraient hier. En déplacement à Denain, dans le Nord de la France, le président candidat a été interpellé par deux femmes lui reprochant d’avoir voulu « emmerder les non-vaccinés ». « Emmerder les non-vaccinés, vous l'avez dit », lui rappelle une des deux femmes. « Oui mais je l'ai dit de manière entre guillemets affectueuse » a répondu Emmanuel Macron.

Poursuivre la lecture

2
Sauvegarder cet article

On dit qu'en démocratie, les peuples ont les politiciens qu’ils méritent. Devant les désolantes options qui ont été les nôtres dans ce premier tour de l’élection présidentielle, il est temps de s’interroger sur ce que nous sommes devenus.

Sur les 12 candidats, 9 sont incompatibles avec la démocratie libérale, le commerce international et l’économie de marché.

Au moins trois militants trotskystes - Philippe Poutou, Nathalie Arthaud, Jean-Luc Mélenchon - ont obtenu sans souci les signatures de 500 de nos élus qui leur ont permis d... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles