Les 30 promesses non financées du candidat Macron

Emmanuel Macron (Crédits : LeWeb, licence CC-BY 2.0), via Flickr.

Un tiers des mesures proposées par Emmanuel Macron pèseront sur les finances publiques, soit en restreignant les recettes soit en augmentant les dépenses.

Par Jean-Baptiste Boone.
Un article de l’Iref-Europe

Est-ce un hasard si le programme d’Emmanuel Macron relègue les questions budgétaires en dernière page ? Elles sont très succinctement traitées et l’exigence de la réduction des déficits étant reconnue, c’est en responsabilisant les ministres sur leurs objectifs de dépenses qu’on entend économiser 60 milliards d’euros.

Nous craignons que ce soit un peu court, tant en quantité que dans les explications ! En effet, face à cela, c’est un florilège de dépenses supplémentaires que le candidat promet, renouant par là avec les promesses de François Hollande ou de Benoît Hamon.

C’est bien simple, un tiers des mesures proposées pèseront sur les finances publiques, soit en restreignant les recettes, soit en augmentant les dépenses.

Les propositions qui coûtent des milliards :

1. Lancement d’un grand Plan d’investissement de 50 milliards d’euros dont :

  • 5 milliards d’euros consacrés à l’agriculture (dont modernisation des exploitations)
  • 5 milliards d’euros consacrés à la santé (dont développement de maisons de santé)

2. Réduction des cotisations payées par les salariés, par les indépendants et par les fonctionnaires : près de 500 euros supplémentaires nets par an pour un salaire de 2200 euros nets par mois

3. Baisse des cotisations sociales employeur de 6 points en remplacement du CICE, et jusqu’à 10 points au niveau du SMIC : les employeurs économiseront près de 1800 euros par an et par salarié au SMIC, 2200 euros par an pour un salarié payé 3000 euros bruts par mois

4. Rénovation d’un million de logements mal isolés d’ici 2022

5. Instauration d’un budget de la zone euro voté par un Parlement de la zone euro et exécuté par un ministre de l’Économie et des Finances de la zone euro

6. Augmentation des moyens de nos armées à 2% du PIB

7. Exonération de la taxe d’habitation pour 80% des ménages

8. Couverture en très haut débit ou en fibre de l’ensemble du territoire

9. Baisse de l’impôt sur les sociétés de 33,3% à 25%

Les propositions qui coûtent des millions ou des centaines de millions :

10. Mise en place de l’équivalent d’un 13ème mois de salaire, soit 100€ nets de plus chaque mois pour ceux qui bénéficient de la prime d’activité

11. Rétablissement des exonérations de cotisations sociales sur les heures supplémentaires

12. Ouverture des droits à l’assurance-chômage pour les salariés qui démissionnent (une fois tous les 5 ans au maximum et contrôles plus sévères)

13. Effort national de formation « sans précédent »

14. Remplacement des vieux véhicules polluants en créant une prime de 1000 euros pour l’achat d’un véhicule neuf ou d’occasion moins polluant

15. Recrutement de 10 000 policiers et gendarmes supplémentaires

16. Construction de 15 000 nouvelles places de prison

17. Création d’une force de 5000 garde-frontières européens (en partenariat avec les membres de l’Union)

18. Limitation de la taille des 12 000 classes de CP et de CE1 en zone prioritaire à 12 élèves par enseignant

19. Auxiliaire de vie scolaire pour tous les enfants en difficulté

20. Construction de 80 000 logements pour les jeunes

21. Ouverture des bibliothèques en soirée et le week-end

22. Création d’un « Pass Culture »

23. Création d’emplois francs pour encourager l’embauche des habitants des quartiers prioritaires de la politique de la ville ; quel que soit le lieu où elle se situe, une entreprise qui recrutera en CDI un habitant de l’un de ces quartiers bénéficiera d’une prime de 15 000 euros sur 3 ans

24. Généralisation d’Erasmus et extension aux apprentis

25. Augmentation du minimum vieillesse de 100 euros par mois

26. Création d’un « accélérateur » d’associations : cette nouvelle structure sera chargée de développer sur l’ensemble du territoire et en moins de 5 ans les associations les plus utiles à notre société

27. Prise en charge à 100% des lunettes et des prothèses auditives et dentaires d’ici 2022 (en lien avec les mutuelles)

28. Création d’un service sanitaire : 40 000 étudiants en santé consacreront 3 mois à des actions de prévention dans les écoles et les entreprises

29. Augmentation de 100 euros par mois de l’Allocation Adulte Handicapé (AAH)

30. Émission de 200 000 billets d’avion à prix aidé pour les habitants d’Outre-mer

Des promesses coûteuses

Une cascade de promesses coûteuses donc, mais un ruisselet de mesures pour les couvrir financièrement. Il est fait mention de lutte contre la fraude fiscale ou contre la fraude aux prestations sociales. La réduction souhaitée du « millefeuille administratif » pourrait théoriquement créer des économies d’échelle mais les précédents laissent dubitatifs (Cf. la réduction du nombre de régions).

Enfin la réduction « d’environ un tiers du nombre de députés et de sénateurs » peut être source d’économie mais « ils disposeront de moyens supplémentaires » pour faire leur travail. Reste ce plan de 60 milliards d’économie, à la charge des ministres, consistant à augmenter les dépenses de façon moins soutenue.

Ce serait donc une économie de dépenses… Emmanuel Macron, qui passe pour un rénovateur de la classe politique française, en emprunte pourtant bien les pires défauts : clientélisme, pusillanimité face aux défis qu’il se donne, recettes éculées.

Sur le web