François Hollande, un président qui ne doute pas de lui

François Hollande semble se satisfaire de son bilan.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
François Hollande en 2012 by Parti socialiste (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

François Hollande, un président qui ne doute pas de lui

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 12 mars 2017
- A +

Par Philippe Bilger.

Suffisance et insuffisance vont souvent de pair. Comme s’il y avait dans l’excès de confiance en soi un signe masquant les défaillances professionnelles ou prétendant les sublimer. Les lucides attendent d’avoir démontré pour éventuellement se pousser du col. À supposer que cette attitude soit jamais bonne, ce que je dénie. La vanité est un défaut capital qui parfois est le pire ennemi de personnalités pourtant brillantes. On ne se méfie jamais assez de soi.

François Hollande : un homme qui ne doute pas de lui

François Hollande qui est encore, pour si peu de temps, notre président de la République est tombé dans ce piège. Il n’a jamais douté de lui et de ses qualités. Alliés et adversaires ont rarement trouvé grâce à ses yeux. Il a eu la dent dure et le jugement sévère.

Durant les derniers mois cette tendance s’est aggravée. Il y a eu là un effet presque mécanique. Ayant décidé d’abandonner le terrain présidentiel, il lui fallait compenser par une trop élevée conception de lui-même qui au moins symboliquement pouvait lui donner l’assurance d’être quelqu’un, la certitude d’être le meilleur. Sans doute est-ce l’une des manières, détestable, de surmonter les désastres : gagner avec soi quand on a perdu avec les autres, à cause d’eux.

Car il convient qu’ils soient médiocres. Sinon le rehaussement de soi est inconcevable.

François Hollande narcissique ?

Là où il ne peut plus être, tout devient mauvais, tout se dégrade et ce qui l’a servi hier avant son élection de 2012 – la primaire socialiste – est maintenant à récuser.

La campagne est « inédite » et « sa qualité assez basse ». Hamon et Macron sont « fragiles ». Les primaires ne correspondent pas à la Ve République et elles affaiblissent les partis ». Les débats organisés par TF1 (le 20 mars) et par France 2 (le 20 avril) : une idée « épouvantable et dangereuse » qui va aboutir à un « nivellement par le bas ».

Dans cette acrimonie généreusement dispensée, on ne pourrait voir que la manifestation d’un je qui ne supporte plus de s’être mis hors jeu alors que lui-même et quelques inconditionnels se persuadent dorénavant qu’il aurait fait triompher la gauche. Je devine les frissons de plaisir en même temps que de frustration que le soutien de Bernard-Henri Lévy et de Christiane Angot a dû susciter chez lui. Il n’y a pas de petits profits pour quelqu’un qui se juge grand. N’importe quel miel fait l’affaire.

François Hollande n’est cependant pas qu’un vaniteux qui souffre. Quand il ose célébrer ce qu’il a accompli et dissimule sa faillite sous la surabondance des mots et des inventaires disparates, il n’est plus seulement un président qui se rengorge mais un président qui s’égare.

François Hollande dit avoir combattu le FN

Son combat principal, voire exclusif, paraît-il, est consacré au FN dont il est convaincu qu’il peut l’emporter. Cette perception n’est pas absurde et d’ailleurs il n’est pas le seul à l’exprimer. Mais dénoncer le péril que représente le FN alors que son quinquennat, sur le plan économique, social, judiciaire et avec sa politique étrangère, l’a fait augmenter sensiblement – comparons le FN de 2012 avec celui de 2017 d’autant plus que François Hollande craint qu’il soit sous-évalué – relève d’un déni qui ne laisse pas d’inquiéter au sujet de sa psychologie et de son intelligence.

On attendrait de lui qu’il pourfende s’il en a envie mais en ayant l’honnêteté de souligner que sa responsabilité est engagée dans cette montée et dans cette démocratie à portée d’extrémisme. Elles ne sont pas nées de rien mais de la perversion mêlant un discours moralisateur à une impuissance dans l’action.

Il me semble que ressasser l’obligation, pour les partis dits républicains, de ne se préoccuper que du FN prive sans doute leur programme d’une vision d’avenir au bénéfice d’une dénonciation systématique qui paradoxalement donne une aura sulfureuse à cet adversaire exclusivement ciblé.

Est-ce offenser le Président que de douter de son aptitude à entraîner les Français sur le chemin qu’il estime souhaitable ? Avant même l’annonce de son abandon, il n’était plus écouté, plus crédible (Le Parisien).

Ironie du sort. Des nouvelles positives surviennent, notamment sur le fait que la France, depuis des années, n’a jamais créé autant d’emplois (TF1).

Trop tard pour que sa suffisance s’en empare, pour que son insuffisance en soit heureusement affectée.

Sur le web

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • n’importe quel imbécile peut se targuer d’être ce qu’il n’est pas ; il suffit de marcher avec des oeillères et de ne pas entendre ce que l’on ne veut pas entendre ;

  • Le titre aurait pu être simplifié de la façon suivante: « Je suis le dernier! ». Sous-entendu: le dernier en tout, soit le nul, le cancre du fond de la classe endormi à côté du radiateur, le crétin du village, qu’une majorité de français encore plus crétins que lui ont élu président. Ces derniers vont bientôt avoir l’occasion de se racheter, mais s’ils élisent un autre crétin/profiteur socialiste du même acabit, ils ne faudra pas qu’ils viennent se plaindre des conséquences (entre autres une guerre civile comme la France n’en a pas connu depuis des siècles)… A bon entendeur…

  • On peut penser que tous les présidents de la 5 eme ont eu une haute opinion d’eux même ,les autres ont eu leurs flagorneurs et courtisans pour les chanter , hollande doit faire le boulot tout seul.

  • Cher Monsieur Bilger, comme d’habitude vous nous servez un baratin prétentieux.

    Bien sûr que Monsieur Hollande a de quoi être fier.

    Il a éliminé tous les ténors de son partis. il a vaincu Valls qui voulait prendre sa place. Il propulse son poulain Macron. La droite ridiculisée !

    Il a augmenté les impôts et les recettes de l’Etat plus que quiconque ne l’a fait avant lui. Il brille à l’international, c’est un chef de guerre !

    Pire il a transformé notre Justice en justice politique d’Etat à sa botte ! Et je crois, vous faites partie de cette Justice qui devient de jour en jour plus infâme. Outreau, un handicapé incapable de subvenir à ses besoins primordiaux est mort en prison sans soins et abandonné à son sort, tout en étant innocent !

    Bien sûr Monsieur Hollande peut être fier, par contre nous citoyens, plumés et réduit à l’esclavage étatique, nous ne pouvons pas en être fier.

    Tout dépend de où on se place, les politiques de tout poil ont largement augmenté leurs pouvoirs. Ils peuvent être fiers de Hollande et même Marine Le Pen peut le remercier. Elle sera au premier tour, au deuxième elle sera fauchée !

    Quand on prétend faire une analyse il faut savoir s’élever au-delà du contexte et des rancunes souterraines.

  • Il vaut mieux pour lui qu’il s’envoit des fleurs plutôt que le Peuple lui balance des pavés !
    S’en ira-t-il dans le même silence populaire que B.W. Bush quand il a laissé la Maison Blanche à Obama ?

    « FRANÇOIS HOLLANDE DIT AVOIR COMBATTU LE FN » Je suis aussi dubitatif que l’est l’auteur de l’article. Je ne me rappelle pas qu’il ait déclaré la guerre au F.N. Si c’était le cas, il aurait dû combattre son parti d’origine, les autres, et sa propre politique :
    « Art. 2. Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’Homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté, et la résistance à l’oppression. » Il n’a pas défendu le DDHC, pas plus que la Constitution de la Vème République dont il est le garant.

  • Les fats et vaniteux sont toujours content d’eux et se prennent pour les meilleurs, des génies méconnus et mal apprécier par leurs contemporains! Comment peut-on être content de son bilan avec plus de 1 million de chômeurs supplémentaires?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quand les temps sont moroses, quand les perspectives semblent sombres, rien de tel qu’un peu de distraction sans prétention pour se changer les idées et rire un peu. En France, alors que les prix de l’énergie s’envolent et que la guerre en Ukraine nous désole, nous réalisons une fois de plus avec effroi que nous n’avons pas de pétrole et beaucoup trop d’impôts. Mais par chance, nous avons François Hollande pour nous dérider !

Ancien Président et héros improbable de virées amoureuses en scooter, il rêvait de rendosser l’habit de Capitai... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Par Jean-Philippe Feldman. Un article de l'IREF Europe.

Les supputations sont allées bon train après que François Hollande a récemment déclaré qu’« un ancien Président peut très bien être candidat à l’élection présidentielle ». Pourtant, la question essentielle n’a pas été posée : comment François Hollande peut-il encore exister en politique ?

L’exception française

Les commentateurs n’ont pas manqué de railler les ambitions présidentielles toujours vertes de l’ancien chef de l’État. On peut comprendre humainement que François Ho... Poursuivre la lecture

Suspense intenable ! François Hollande va-t-il bientôt nous annoncer sa candidature présidentielle ? Des propos habilement équivoques tenus récemment par l'ancien chef de l'État devant des lycéens relancent la machine à spéculation politico-médiatique : "pour l'instant", il n'est pas candidat. Mais comme "ça ne va pas bien" - sous-entendu, à gauche, vous l'aurez immédiatement compris - forcément, il s'interroge :

"Est-ce qu'une candidature de plus serait utile ? Je ne sais pas. Je ne le pense pas, d'ailleurs. J'ai les mêmes idées qu'av... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles