Un Emmanuel Macron au XVIIIe siècle : Vincent de Gournay

Adepte d’une administration bienveillante et accompagnatrice, plutôt que tatillonne et tracassière, Vincent de Gournay chercha à seconder les forces entrepreneuriales de la France, un peu à l’image du réformisme d’Emmanuel Macron aujourd’hui.

Par Benoît Malbranque.
Un article de l’Institut Coppet

Entré dans la haute administration après s’être enrichi dans la pratique du grand commerce, Vincent de Gournay (1712-1759) a tâché de rapprocher la politique du monde de l’économie et de mettre en application sa devise, « liberté et protection », qui résumait ses convictions idéologiquement hétérogènes.

Adepte d’une administration bienveillante et accompagnatrice, plutôt que tatillonne et tracassière, il chercha à seconder les forces entrepreneuriales de la France. Le premier, il milita pour l’abolition des corporations et l’établissement de la liberté du travail.

Qui est Vincent de Gournay ?

Vincent de Gournay est né en mai 1712 dans la ville de Saint-Malo, au sein d’une grande famille de commerçants. Il exerça lui-même le métier de commerçant, gérant les affaires familiales depuis Cadix en Espagne, port incontournable à l’époque dans les routes commerciales mondiales.

Sa fortune faite, il entre dans la haute administration. Ses connaissances sur l’économie et le commerce intéressent Maurepas, secrétaire d’État à la Marine (qui a le commerce international à sa charge), lequel en fait son conseiller spécial.

Après avoir servi quelques années en tant que conseiller, Vincent de Gournay se voit offrir un poste dans la haute administration de l’économie : il devient Intendant de Commerce en 1751.

Les Intendants de Commerce sont des agents consultatifs qui échangent avec le ministère sur les dossiers économiques à l’étude. Gournay est le référent pour les localités suivantes : Bordeaux, La Rochelle, Tours, et Limoges. Il est en outre chargé de l’industrie et du commerce de la soie.

Une expérience pratique de l’économie

Au sein du Bureau du Commerce, Gournay est le seul à avoir une expérience pratique de l’économie. Il ne partage pas avec ses collègues hauts fonctionnaires cette passion pour l’État qui est si typique de notre pays.

Le premier, il mène la charge contre la bureaucratie. Le philosophe Melchior Grimm raconte en 1764 :

Monsieur de Gournay, excellent citoyen, disait quelquefois : « Nous avons en France une maladie qui fait bien du ravage ; cette maladie s’appelle la bureaumanie1. » 

Après avoir subi bien des revers et des protestations, il démissionne de son poste et meurt en 1759, à 47 ans.

Rapprocher la politique du monde de l’entreprise

Dès son entrée dans l’administration, Vincent de Gournay tâche de rapprocher le monde de l’économie de celui de la politique, avec ses conseils et ses bureaux. Quand il démissionnera de son poste, il écrira à Trudaine, son supérieur, que telle avait été, dès le début, sa grande intention :

Je ne vous dissimulerai point, Monsieur, que lorsque j’ai désiré la charge d’Intendant du commerce, j’y ai été poussé par l’espoir de rapprocher un peu plus le commerce et les négociants des personnes en place. J’ai espéré que si cet état pouvait être vu de plus près et être plus connu des supérieurs, il acquerrait en France le même degré de faveur et de considération dont il jouit chez nos voisins2

Pour cela, Gournay se fait le porte-parole des artisans et des commerçants. Il milite pour eux en faveur de la liberté du travail et de la réduction des règlements qui pèsent sur l’activité économique.

Le commerce bénéficie à tous

Il souhaite montrer que le commerce est bénéfique pour tous, que la concurrence favorise le sort des masses, contrairement aux préjugés communs que peuvent avoir les hommes de l’administration, et qui les ont poussé à amasser les règlements.

Ne dirait-on pas en voyant toutes ces restrictions, dit-il, que depuis que l’on a connu le commerce et la fabrique en France on les a regardés comme des maux contre lesquels il fallait prendre des précautions pour les empêcher de s’étendre ? » « À voir les restrictions que l’on a mises sur le commerce, écrit-il une autre fois, il faut que nos ancêtres l’aient regardé comme une espèce de drogue dont l’usage pouvait être dangereux et dont il fallait limiter les doses et n’user qu’avec précaution3

Pour la liberté du travail et contre les corporations

Selon l’historien Steven L. Kaplan, auteur de La fin des corporations (2001), Vincent de Gournay est le « père fondateur » et « l’initiateur » de la critique libérale des corporations4. Le premier, en effet, il lance le procès des institutions corporatives en France, ce système ultra-réglementaire qui, sous l’Ancien régime, encadrait le travail des artisans et des commerçants.

Gournay reprochait aux corporations d’allonger artificiellement la durée de l’apprentissage obligatoire des métiers, afin de restreindre la concurrence et de gonfler les profits des maîtres.

Sous des prétextes d’intérêt général, c’est un intérêt particulier antisocial que les corporations défendent.

Il est de l’intérêt particulier des communautés, écrit-il, de diminuer le nombre des maîtres, c’est pour cela qu’elles prolongent les apprentissages et qu’il faut plus de temps pour devenir tireur d’or, que pour se faire recevoir docteur en Sorbonne ; ces longueurs dégoûtent les aspirants5

Contre les corporations

Gournay souligne à quel point les corporations fabriquent de la pauvreté et de l’exclusion : en dégoûtant du travail, elles favorisent l’oisiveté ; elles créent des mendiants et des vagabonds.

Ces dernières activités, fait-il remarquer, moitié ironique, moitié sérieux, attirent les recalés, les exclus du système corporatif, parce que « ces professions sont les seules que l’on puisse exercer facilement et sans frais, point d’apprentissage, point de difficulté ni de rétribution pour être reçu maître6 ».

L’enfer réglementaire

Il en est de même, selon lui, des règlements tatillons sur l’industrie et le commerce.

La multitude des règlements faits depuis 50 ans sur le fait des manufactures, note-t-il, les confiscations et amendes, les visites chez les fabricants ordonnés par ces règlements sont autant de choses tendant à gêner l’exercice de la fabrique, par conséquent à dégoûter du travail, en ce qu’elles mettent dans le risque de payer une amende tout homme qui ose entreprendre de travailler et de cesser d’être à la charge aux autres, amende qu’il n’eût pas encourue s’il fût resté à rien faire7

Son opposition aux règlements était amplifiée par sa bonne connaissance des législations des puissances européennes voisines. Or il s’avère qu’au XVIIIe siècle, la France se caractérise par une intrusion réglementaire inconnue ailleurs.

Cela cause à notre économie des dommages majeurs, remarque Gournay.

Nous sommes aujourd’hui la seule nation commerçante de l’univers qui croie encore que ses fabriques doivent être conduites avec une verge de fer ; qu’il faut mettre à l’amende un ouvrier qui contrevient à un règlement qu’il n’entend point, souvent mal fait et qui fixe invariablement une étoffe dont la qualité doit varier selon les différents goûts des consommateurs, et à laquelle quelque léger changement fraye un nouveau débouché souvent longtemps avant que le gouvernement puisse en être instruit ; c’est donc retarder les progrès du commerce et la vivacité de ses opérations, que de faire attendre l’approbation du conseil pour les changer8

Le libre jeu de la concurrence

Gournay, qui doute de l’efficacité et même de l’utilité des règlements, leur préfèrerait le libre jeu des forces concurrentielles. À ce titre, ce sont tous les règlements qui sont nuisibles, tous les règlements qu’il faudrait détruire. Gournay l’affirme hardiment :

Je soutiens qu’aucun ou très peu de nos règlements actuellement en vigueur (quoique le recueil en soit fort gros) ne tend à l’augmentation de nos manufactures9

C’est sur une fausse idée de l’économie et de la concurrence que ces règlements se fondent. Citons les mots de Gournay :

Les règlements ont été faits, dit-on, pour empêcher le public d’être trompé ; mais le public n’achète point en corps, et ne nous a point chargé de ses affaires. Le public n’est autre chose que chaque particulier qui achète ou pour sa propre consommation, ou pour faire commerce ; dans ces deux cas il doit savoir mieux que personne ce qui lui convient. Laissons-le donc faire10Laisser faire, on le verra, c’est la conclusion auquel aboutissait Gournay, et qu’il couplait à une demande de « protection » dans son credo : liberté et protection.

Protéger le citoyen face à la rapacité et à l’étroitesse d’esprit de l’administration

Vincent de Gournay défend à sa façon un « droit à l’erreur » et une protection des travailleurs. Selon lui, l’administration n’a de cesse de rudoyer et de violenter le commerçant et l’artisan, les empêchant de travailler, rendant leur sort déplorable.

Les amendes que tous nos règlements prononcent rendent la profession du fabriquant la plus malheureuse qui soit dans la société, puisque le simple exercice de sa profession l’expose à des peines ; à mesure que l’esprit du commerce fera des progrès parmi nous, nous rougirons de cette barbarie11

Dans ses fonctions d’Intendant du Commerce, Vincent de Gournay chercha à défendre les travailleurs face à la puissance réglementaire.

Défendre les travailleurs contre la réglementation

À ce titre, un passage d’une lettre de Gournay à Rodiez, élève-inspecteur, est d’une lecture illustrative.

J’ai vu avec grand plaisir, Monsieur, lui dit-il, par plusieurs ouvrages que Monsieur Trudaine m’a communiqués, combien vous avez de zèle et de talent. Mais vous ne sauriez les mettre véritablement à profit pour le bien du commerce qu’en traitant doucement les fabricants, en évitant autant qu’il est possible de leur donner des dégoûts. 

Et avec son sens de la formule, il ajoute :

L’expérience aura pu vous apprendre que les étrangers sont fort empressés de nous enlever nos ouvriers, mais qu’ils sont peu curieux de nous enlever nos inspecteurs ; la douceur et les bonnes façons envers nos ouvriers sont nécessaires pour les conserver12

Empêcher l’émigration fiscale

Gournay avait compris que l’excès de fiscalité ou l’intrusion réglementaire étaient de nature à pousser nos travailleurs à émigrer : c’est même un thème sur lequel il revient abondamment dans sa correspondance.

Nous avons vu que Gournay songeait à la destruction complète des règlements.

S’il avait adopté cette attitude systématique, qu’on lui reprochera d’ailleurs, c’est qu’il considérait qu’un règlement économique auquel est associé une peine, est nécessairement, essentiellement mauvais.

Pour moi, écrit-il donc, dans un règlement de cent articles dont chaque disposition porte une amende, je ne vois que cent moyens de ruiner un homme laborieux et très utile dans l’instant même où on l’accuse d’être uniquement occupé de son intérêt particulier. […] Je tiens pour mauvais tout règlement de fabrique qui a cent articles, de quelque main qu’il puisse venir, car les fabriques sont simples et faites pour être exercées par des gens simples13

C’était, en d’autres termes, promouvoir une administration bienfaisante et compréhensive, dont il traçait les contours dans sa correspondance administrative, en attendant la suppression à jamais de l’enfer réglementaire français.

Une devise incomprise : « Liberté et protection »

Dans ses écrits, Vincent de Gournay parle de « cette maxime fondamentale de tout commerce que l’on veut rendre florissant, liberté et protection14 », un slogan qui a certains mérites, mais certainement pas celui de la clarté. Que signifiait cette formule ? Que signifiait surtout la « protection », qui nous rappelle tant le protectionnisme, que cependant Gournay récusait ?

En vérité, dans l’esprit de Gournay, la liberté est indissociable d’une égalité en droit de tous les acteurs sur le marché libre.

C’est ce double idéal de la liberté la plus absolue, c’est-à-dire du laissez faire, et d’une égalité en droit de tous les acteurs, qui poussait Gournay à critiquer les corporations, qui limitent la liberté en instaurant une inégalité légale, les règlements, dont le principe est identique, et tout autant à réclamer la baisse du taux de l’intérêt et l’instauration d’un traité de commerce.

Rétablir l’égalité par la protection

En d’autres termes, la protection signifie le rétablissement de l’égalité naturelle entre les acteurs : non pas l’égalité forcée, par la loi, entre des fabricants plus ou moins talentueux, plus ou moins travailleurs, mais une égalité quant aux dispositions qui les régissent.

Gournay pourrait bien utiliser une phrase couramment employée de nos jours par les protectionnistes, qu’il faut, dans la concurrence économique mondiale, que Français et étrangers luttent à armes égales. Mais il l’entend bien différemment qu’eux, puisque nos protectionnistes modernes veulent mettre à l’amende le génie, le bon marché, l’ingéniosité de certains peuples.

Il faudrait selon eux taxer les produits étrangers qui sont fabriqués à meilleur marché que les nôtres, jusqu’à temps que l’équilibre soit rétabli. Drôle d’équilibre assurément, et drôle de manière d’encourager nos propres industries à s’améliorer. Gournay est trop connaisseur des intérêts de l’économie pour s’y laisser prendre.

Loin du discours des protectionnistes, il souligne uniquement que le laissez-faire ne produira pas les meilleurs résultats si on ne l’accompagne pas d’une réforme de notre législation (règlements sur l’industrie, prohibition de l’intérêt sur les prêts, etc.), qui puisse rendre égal le cadre légal du Français et de l’étranger.

Sur le web

  1. Melchior Grimm, Correspondance littéraire, tome IV, Paris, 1764, p.11.
  2. Mémoires et lettres de Vincent de Gournay, édition Takumi Tsuda., p.106.
  3. Note autographe de Gournay, archives M 88/ D1 ; cité dans Benoît Malbranque, Vincent de Gournay ou l’économie politique du laissez-faire, Institut Coppet, 2016.
  4. Steven L. Kaplan, La fin des corporations, Paris, Fayard, 2001, p.24.
  5. Remarques de Vincent de Gournay à la traduction des Traités sur le commerce de Josiah Child, L’Harmattan, p.177.
  6. Remarques, p.178.
  7. Mémoires et lettres de Vincent de Gournay, p.51-52.
  8. Remarques, p.193.
  9. Remarques, p.190.
  10. Mémoires et lettres de Vincent de Gournay, p.53.
  11. Cité par Gustave Schelle, Vincent de Gournay, Institut Coppet, 2014, p.36.
  12. Lettre à Rodiez, élève-inspecteur des manufactures à Alais, Mémoires et lettres de Vincent de Gournay, p.159-160.
  13. Remarques, p.195.
  14. Remarques, p.318.