Penseurs économiques du XVIIIe siècle 2/3 : Gournay

Retour sur quelques grands noms de l’histoire de la pensée économique en France, avec Vincent de Gournay.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Aucune représentation de Gournay n'est malheureusement passée à la postérité

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Penseurs économiques du XVIIIe siècle 2/3 : Gournay

Publié le 17 novembre 2013
- A +

Par Jean-Baptiste Noé.

Aucune représentation de Gournay n'est malheureusement passée à la postéritéVincent de Gournay (1712-1759)

Vincent de Gournay n’est pas de la même génération que Boisguilbert puisqu’il nait deux ans avant la mort de ce dernier. La chose est importante, car lorsque l’on évoque les penseurs du siècle des Lumières, ou du XVIIIe siècle, on a parfois tendance à penser qu’ils ont tous vécu en même temps et qu’ils ont pu se rencontrer. Il n’en est rien. Boisguilbert est davantage un homme du XVIIe siècle, et Gournay un homme de la première moitié du XVIIIe siècle. Les conditions économiques et politiques connues par les deux hommes sont forts différentes. Gournay est plus jeune que Voltaire (1694-1778), et du même âge que Rousseau (1712-1778).

Vincent de Gournay est un praticien et un entrepreneur. Né à Saint-Malo, il fut commerçant et navigateur. Il travaille pour le comte de Maurepas, secrétaire d’État à la Marine de 1723 à 1749. À ce titre, il est chargé d’organiser le commerce en France, notamment dans les ports. Il fréquente régulièrement Turgot, Malesherbes et Quesnay, il soutient une correspondance importante avec Hume. Il voyage beaucoup en Europe pour ses affaires personnelles, ce qui lui permet de découvrir la variété économique et sociale du continent. Alors que Quesnay a privilégié l’agriculture sur l’industrie, Gournay a beaucoup valorisé l’idée du commerce. C’est à lui que l’on attribue généralement la formule « Laissez-faire, laissez-passer ».

Lire aussi : Penseurs économiques du XVIIIe siècle 1/3 : Boisguilbert


Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Nous avons vu, lors des deux précédentes parties, présenter la notion de norme de productivité ; puis présenter les différents arguments en sa faveur en contraste à une politique de stabilité des prix. Aujourd’hui, nous finissons donc cette série en nous intéressant à différents événements historiques, puis en mettant en contraste les différentes manières d’appliquer une norme de productivité.

La Grande Déflation

La Grande Dépression, ou plus exactement Grande Déflation, est une période de ralentissement économique mondial entre 1873 ... Poursuivre la lecture

économie
1
Sauvegarder cet article

Par Damien Theillier.

Petite explication par Pascal-Emmanuel Gobry :

Pour un keynésien, Noël est évidemment une bonne chose. Noël, c’est une poussée très forte de la consommation. Les gens dépensent leur argent. Ces dépenses créent de l’activité économique : tous ces jouets, il faut les fabriquer, les acheminer, les marketer, les distribuer… Tout ça crée de l’activité économique, et donc de la croissance et des emplois. Après tout, à un instant T, l’économie n’est que la somme des décisions individuelles de dépenses. Que du bon ... Poursuivre la lecture

Par Johan Rivalland.

Pour qui connaît un peu l’Histoire de la Pensée économique, l’œuvre de Turgot intervient, tout en s’en distinguant sur certains points fondamentaux, dans la lignée des idées des physiocrates, avec lesquels il correspondait et avait des débats intellectuels (de même qu’avec Adam Smith). Mouvement qui s’inscrit lui-même dans la suite logique des idées de Boisguilbert, puis de Cantillon, en réaction aux idées des économistes mercantilistes, qui ont régné durant plus de deux siècles, mais aussi du système de Law.

L... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles