Amazon va-t-il dénaturer Tolkien au nom du vivre-ensemble ?

Jeff Bezos trouve que « Le Seigneur des Anneaux » est un peu raciste et qu’il allait falloir de toute urgence y mettre « de la diversité désormais indispensable »…

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Playland-Not-at-the-Beach www.playland-not-at-the-beach.org 10979 San Pablo Avenue El Cerrito, CA 94530 (510) 592-3002

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Amazon va-t-il dénaturer Tolkien au nom du vivre-ensemble ?

Publié le 18 mars 2019
- A +

Par Dern.

On a coutume de dire, pour se moquer des politiques culturelles actuelles, que si Le Seigneur des Anneaux était tourné aujourd’hui, Aragorn serait joué par une femme asiatique en fauteuil roulant.

Arrêtez immédiatement de rire, Amazon a trouvé cette idée géniale.

Bâtisseur de rêves

On ne présente plus Le Seigneur des Anneaux, œuvre majeure du très grand John Ronald Reuel Tolkien, parue entre 1954 et 1955, et adaptée par Peter Jackson en un monstre du cinéma du même nom. Les chiffres sont à la hauteur du gigantisme de l’œuvre : 285 millions de dollars de budget pour plus de trois milliards de recettes uniquement en salles, dix-sept oscars pour le dernier opus de la trilogie…

Le Seigneur des Anneaux n’est que la face émergée de l’iceberg : l’univers créé par Tolkien s’étend bien au-delà de l’aventure de Frodon. Tolkien a créé un univers entier, doté de sa cosmogonie et de ses légendes, si prenant et si puissant qu’un genre littéraire entier s’est créé sur le sentier qu’il a ouvert : la fantasy.

Un monde dont Amazon vient d’acquérir les droits.

Le duel du streaming

Depuis son lancement en 2006, la plateforme Amazon video Prime peine à séduire. Le marché du streaming vidéo est largement dominé par Netflix, qui a su développer son activité pour investir jusqu’à 20 milliards par an dans la production de séries et films originaux. Il recouvre 52 % du marché européen, là où Amazon Prime peine à atteindre les 20 %.

Alors il fallait viser gros, très gros, mieux que Game of Thrones et ses 10 millions de spectateurs. Et pour obtenir leur fer de lance, ils ne pouvaient se contenter d’une petite licence. Pour la somme de 200 millions de dollars, Jeff Bezos, directeur d’Amazon, s’est offert le numéro un du game : Le Seigneur des Anneaux.

L’achat des droits aura coûté à lui seul presque autant que toute la production de la Trilogie de Peter Jackson. Avec une mise de cette taille, la prise de risque doit être mesurée. Et de nos jours, il ne faudrait pas risquer de perturber les délicates prunelles éco-responsables de nos Penseurs du Camp du Bien.

Alors Jeff a eu une idée, forcément parfaite. Il a déclaré que Le Seigneur des Anneaux était un peu raciste quand même, et qu’il allait falloir de toute urgence mettre « de la diversité désormais indispensable » dans un univers décidément trop… blanc.

Que compte nous mijoter Amazon ? Dans Le Hobbit, les plus fins observateurs d’entre vous auront vu les habitants de Laketown déjà librement panachés de racisés comme nos maîtres à penser bien aiment les appeler.

« Vous venez d’Umbar ?
– Pas du tout, je suis juste là pour le quota !
– Ah super. »
 

Les Elfes, les Orcs, les N… gens de petite taille, les racisé.e.y.j.s.

Tolkien a repris, avec la mythologie nordique d’où il a puisé son inspiration, le concept de race sous la forme de particularités propres à différents peuples. Mais les races des Elfes, des Nains, ou des Hommes, dans son œuvre, sont bien plus que de simples traits physiques : ce sont la matérialisation d’un chemin, du destin et des choix d’un peuple.

Les Eldars (hauts elfes) ne sont pas blonds parce que leur coiffeur a abusé de l’eau oxygénée : leurs cheveux reflètent la lumière de l’arbre sacré de Valinor, si pure qu’elle marque jusqu’à leur corps. Les Orcs ressemblent à des syphilitiques sous crack parce qu’ils ont été torturés et avilis par la magie sombre, pas parce qu’ils ont subi une politique de discrimination ethnique d’après la circulaire A38 de l’Intendant du Gondor.

Crédits au Daily Gondor

 

La diversité existe sur Arda (le monde). Si c’est plus indispensable de faire une série diverse qu’une bonne série, les créateurs peuvent nous emmener découvrir les terres de Dun, le Harad au sud, ou Numenor à l’Ouest avant sa chute…

Mais il semblerait que le virus de la modernité à tout (et n’importe quel) prix devienne le gonfanon d’Amazon Prime.

La Roue de LA temps (qui a dit que le temps devait être masculin ?)

Tolkien a inspiré de grandes œuvres littéraires de fantasy, dont le très célèbre cycle La Roue Du Temps, dont Amazon Prime vient aussi d’obtenir les droits. La saga retrace la réincarnation, dans un futur ou passé très lointain, du mythe arthurien légendaire.

Dans cet univers, la magie canalisée par certains disciples provient de deux parties de la même source. Le Saidar, la moitié féminine, et le Saidin, la moitié masculine. Cette dernière moitié a été contaminée par le Ténébreux, Père des Mensonges, à tel point que les hommes qui canalisent cette source se retrouvent peu à peu corrompus. Les femmes détenant la magie se sont regroupées au sein d’un ordre, les Aes Sedai, siégeant à Tar Valon pour former d’autres disciples, gérer le monde en sous-main et empêcher que des hommes ne développent le Pouvoir.

Les Aes Sedai de la Roue du Temps sont ce que le Bene Gesserit est à Dune : une organisation de femmes puissantes et respectées, travaillant à l’équilibre du monde. Mais ça n’est pas suffisant pour Amazon Prime, qui vient de déclarer à travers son chef de projet Rade Judkins :

« Je compte changer beaucoup de choses concernant les relations hommes / femmes, car je me définis comme un féministe et la série DOIT l’être dans le contexte actuel. »

Sinon ça fait mourir des bébés chats ? Avez-vous sérieusement LU le bouquin ?

Moiraine Sedai, attendant l’autorisation d’être puissante et féminine de la part de Rade Judkins

 

À ce stade-là, on se demande si la série ne va pas être un prétexte pour une leçon de morale gigantesque, disons aussi grosse que l’échec du nouveau Docteur Who en femme.

Retourneurs de veste professionnels

On sera surpris par l’ironie de la situation : il y a quelques dizaines d’années, les journaux qui avaient pignon sur rue, les chroniqueurs en vue, tous mettaient le genre de la fantasy, et particulièrement Le Seigneur des anneaux, dans la case fasciste ou  nazi ; impossible de se déclarer ouvertement geek avec leurs campagnes de désinformation. Bernard Werber déclarait que la rédaction du Nouvel Obs avait dégagé le livre d’un geste de la main sous prétexte que l’auteur venait d’Afrique du Sud et qu’il y avait des chevaliers dedans, recette bien connue du nazisme (ici minute 34).

Aujourd’hui, alors que la culture geek est devenue en vue (mainstream), ce sont les premiers à l’afficher en gros sur leurs Unes ou à faire des jeux de mots demi foireux sur Dark Vador ou Winter is Coming.

Ceux qui ont débuté ces polémiques courent aujourd’hui après la culture geek, mais à leur sauce : avec votre gobelin et votre armée d’elfes, vous reprendrez bien une bonne louche de vivrensemble et un zeste de féminisme ?

Prenez vos propres licences au lieu de dénaturer des œuvres trop conséquentes pour vous. Créez vos mondes. La série animée Prince des Dragons y parvient avec brio : on a toute la diversité culturelle et sexuelle, mais avec un bon scénario et dans un univers original. Et ça fonctionne.

Sur le web

Voir les commentaires (37)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (37)
  • J’ai du mal à imaginer Golum en burqa ou Theresa May en Gandalf. Suis-je donc nazi ?

  • « En même temps », c’est un principe du droit (libéral) de propriété. Amazon achète les droits, il en fait ce qu’il veut. La sanction, succès ou échec, dira s’il a raison ou bien tort…

    • Sûr. Et il ne faudra pas se priver de ridiculiser le massacre de l’œuvre pour autant.

    • Exactement : soit les séries qui en seront tirées seront bonnes et attireront le public, dans ce cas le pari sera gagné. Soit elles seront mauvaises et passé la curiosité initiale elles partiront sur la pointe des pieds.
      Attention, le public visé est très, très exigeant.

      • Elles peuvent aussi être mauvaises et attirer le public (ou excellentes et lui déplaire).

      • Je confirme que le public visé est exigeant, surtout, ce dernier aime de la cohérence dans l’univers (cf. mon poste plus bas). Vous pouvez extrapoler beaucoup de chose, introduire de nombreux concepts/idées dans cet univers, tant que ce dernier est cohérent dans l’ensemble, avec un scenario qui tient la route !

        • Si le public visé proteste, on accusera celui-ci d’être facho-sexo-raciste, etc.

          Et le public SJW trouvera quand même que l’adaptation est trop raciste et sexiste, car tout est pour eux sexiste et raciste…

          • Malheureusement vous avez raison…

            L’effet caisse de résonance des réseaux sociaux est assez impressionnant pour les SJW.

      • Oui et quand les fans diront que non, Galadriel n’est pas noire et Legolas pas gay (encore que) ça sera parce qu’ils sont racistes, évidemment.

    • L’état est par définition socialiste propriétaire de tout (y compris de nos organes et de nos mentalités). Donc de la science et de l’histoire.

      Après avoir revu la science pour la rendre plus écologique, l’état va revoir l’histoire pour la rendre plus diverse et nommer Mme Ernotte à l’EN pour en chasser les mâles blancs de plus de 50 ans.

      On enseignera donc que Vercingétorix était une femme, que Napoléon était paraplégique et chevauchait son fauteuil roulant à la tête de ses troupes, et que Jeanne d’Arc était noire et luttait pour bouter les esclavagistes hors de France.

      • Tôt ou tard, ce genre d’idée pourrait faire son chemin.
        Si on peut attribuer un autre genre ou couleur dans un film, pourquoi ne pas le faire dans les livres d’histoire ?
        Si vous vous y opposez, c’est que vous êtes un salfacho.

        • C’est déjà le cas dans les livres d’histoire. Si vous ne creusez pas, vous êtes convaincu que les Européens ont inventé l’esclavage avec le commerce triangulaire. Car les livres d’histoire ne vous disent pas que si le commerce triangulaire a pu apparaître, c’est parce qu’en Afrique les Noirs étaient déjà transformés en esclaves par les Arabes, mais chuuuut….

      • Se procurer toute la liste des achats de droits et boycotter systématiquement ces livres en attendant d’étendre la sanction à tous les médias que contrôle Bezos !

    • Le Louvre et l’état français sont propriétaires de La Joconde. Il va donc la « foncer » par soucis de diversité. (Ils ont essayé avec une bouqa, mais le sourire rendait moins bien.

    • Ils ont le droit. On a le droit de les critiquer pour ça.
      Et en soi, ça reste le massacre d’une oeuvre.

    • Il achète les droits d’exploitation . En droit d’auteur « français il n’aurait pas le droit de dénaturer le travail de l’auteur .En l’occurrence il y a tromperie sur la marchandise
      Qu’il paie des plumitifs pour plagier et donne une autre nom au plagiat . On verra le résultat commercial .
      . SI j’achète un stock de grand vin rouge pour le nom et que je met du blanc à l’intérieur des bouteilles parce que que le rouge je n’aime pas ça , j’ai acheté des bouteilles avec des étiquettes et si j’en vend il y a escroquerie . Si il achète des peintures anciennes , va t’il faire ajouter des noirs st des femmes la ou il n’y en a pas . Imaginez « l’enlèvements des sabines » revu et corrigé …. Le droit de propriété est contraint dans l’état de droit qui définit les limites et possibilités de l’action humaine dont le droit de propriété …

    • et c’est le principe de liberté qui nous autorise à dire tout le mal que l’on pense de ces stupidités.

  • L’article affirme que Jeff Bezos « a déclaré que Le Seigneur des Anneaux était un peu raciste » . Peut-on avoir une source ?

    • L’article manque quelque peu de sources et il n’est pas précis sur la volonté d’Amazone en termes de diversités.

      Par exemple, pour moi, si Amazone voulait mettre des elfes de couleurs, il y aurait un manque de cohérence flagrant avec l’univers. Par contre, mettre des Numenorien noir ne me choquerait pas car rien dans l’univers de Tolkien n’irait à l’encontre de cette idée.

      Bref tout dépend le dosage et la façon dont ceci sera fait, mais je crains que ce soit fait avec un bulldozer et de façon très marqué pour dire : regardez !!! nous sommes dans le camp du bien !!!

      • @ Eric
        Attendez! Jeff Bezos travaille pour un bénéfice bien concret! La philosophie, c’est bien mais ça ne mérite pas tous les sacrifices! Donc on fera d’abord des études de marché puis des tests proches de la nouvelle réalité avant de décider!
        Pas fou!

        • Vous avez raison. Ce qui est un poil inquiétant, c’est que les études devront intégrer la composante « comité la morale », c’est-à-dire le pouvoir de nuisance d’activistes non nécessairement consommateurs ou prescripteurs, mais seulement à même de faire un « bad buzz » qui rejaillit sur sur l’ensemble du biz.

        • Certes, mais nos bien-pensants ont quand même poussé à la réalisation d’une resucée du Dr Who avec une femme en 1er rôle ce qui a été un four.
          Donc des études de marché guidées par la bien-pensance et des testings pratiquées sur un échantillon qui n’osera pas franchement désavouer (vu la difficulté grandissante de dire qu’un film est médiocre parce qu’un acteur n’y est pas sa place pour des raisons de sexe, de couleur ou autre…) n’est absolument pas une garantie de succès.

          • un jour on aura le premier doctor who de la premier version le la version féminin du doctor who actuelle je serais impatient des mot de premier doctor dire des chose contre la féminister après je suis contre la dénaturalisation d’une oeuvre

  • La culture geek est devenue fortement contaminée par le mouvement SJW depuis quelques années. Avec le succès de cette culture, les nouveaux arrivants sont plus féminins qu’auparavant sont féministes, anti-blanc et LBGTQ. Certains anciens s’y sont convertis et d’autres déplorent cette montée du politiquement correct, se sentent poussé au dehors de leur petite bulle de confort geekiste.
    Il suffit de voir, par exemple, qui administre et modère le groupe FB de D&D5 pour s’en rendre compte.

  • Notez qu’on passe d’un extrême à l’autre : vous connaissez J.K. Rowling (Auteur de Harry Potter)?

    Tout d’abord, le « K » a été ajouté pour gommer le « Joanne » parce que un roman écrit par une femme cela ne faisait pas sérieux ! (500 millions d’exemplaires – LOL).

    Dans son univers, il n’ a pas de sexisme et de racisme chez les sorciers. Il y a des blancs, des noirs, des chinois ou des indiens – mais cela est implicite (d’après leurs noms ou des détails). Il y a des gay et même (peut-être) un zoophile. Sans aucun jugement de valeur ou de morale. Les messages sont transposés avec le reste dans l’univers de la sorcellerie et des fasciste voulant imposer la pureté de la race de sorcier.

    Ce qui n’empêche pas la bienpensance d’avoir revisité l’oeuvre avec une héroïne noire pour le postquel au théâtre. En revanche, le fait que Dumbledore soit gay avait échappé à la plupart. Rowling vient de remettre les points sur les « i » à ce sujet. Elle avait déjà du intervenir quand les scénaristes des films avaient voulu inventer une « petite amie » à Dumbledore.

    Il sont tellement c… qu’un jour il feront un remake de « Men In Black » ou l’agent « J » sera noir.

  • Si j’achète un monument historique, je ne peux pas le massacrer sous prétexte que j’en suis propriétaire.

    De plus, rendre politiquement correcte une oeuvre littéraire, c’est une forme de négationisme qui crée la confusion dans les esprits.

    Falsifier l’histoire et les oeuvres du passé sous prétexte qu’on en aurait acquis un droit de propriété, comme l’admettent certains drôles de libéraux dans les commentaires, n’a rien de libéral. C’est de l’abus de pouvoir.

    Ce qui est libéral, c’est d’assumer le passé dans sa réalité, de s’en libérer pour ne pas en rester prisonnier et d’écrire librement une autre histoire.

    Comme le dit l’auteur à la fin de cet excellent article : « Prenez vos propres licences au lieu de dénaturer des œuvres trop conséquentes pour vous. Créez vos mondes. » et ça fonctionnera. Sinon vous ne serez que de misérables falsificateurs. .

    • @ Virgin
      Vous êtes maître de ce que vous possédez chez vous! Un monument historique est classé ou pas: classé: vous ne faites pas ce que vous voulez; pas classé, si.
      Autre condition: si vous achetez l’arc de triomphe ou la tour Eiffel, peu de chances que vous soyez propriétaire du terrain!
      Donc si! Les « drôles de libéraux » sont rationnels et logiques.
      Combien de films sont fait sur base d’une histoire déjà plusieurs fois racontée? Un réalisateur peut rester un créateur en ce faisant: il livre son interprétation personnelle de la même histoire! Son oeuvre est aussi légitimement valable que les versions précédentes. (Autrement, on ne jouerait plus grand chose au théâtre!)

      • Il ne s’agit pas dans l’article d’interprétation mais de denaturation , falsification.
        L’interprétation se fait depuis une oeuvre et ne dénature pas l’oeuvre .
        Plus il y a éloignement de l’original, on dira, librement adaptée, inspirée de , mais en aucun cas on ne reprend le titre et le nom de l’auteur pour se prévaloir . Il en est différend du jazz ou la notion de standard invite à une interprétation de celui ci . Il est souvent écrit en ce sens . La musique baroque comporté elle aussi ce type de relation. Chopin et Litz travaillaient en développements et improvisations . Chopin modifiait ses compositions après la suggestion d’ un interprète . Litz transposait les oeuvres symphoniques en piéces pour piano . Mais tout était libellé : oeuvre d’untel transposée pour piano . Et tout cela avec le plus grand respect de l’oeuvre et de l’auteur.
        Donc si Bezos veut faire de l’interpretation, que ce soit pour effectivement un plus « artistique » ,dans le respect de la propriété intellectuelle , pourquoi pas ,mais pas offrir de la créativité à « deux balles » (fut elle couteuse)pour servir de la moraline lili-bobo .

      • @mikylux
        Je suis maître de rien du tout car je suis au service de ce qui est sous ma responsabilité. Mes actes de propriété mettent à ma charge des biens dont je suis responsable pour les transmettre améliorés. Ils me permettent de m’inscrire dans une Histoire qui vient de loin pour qu’elle aille loin. Si la loi me laisse libre de massacrer, ma conscience m’interdit de le faire, et si j’ai besoin d’être libre, c’est pour faire plus et mieux que les obligations légales.

        Mériter le droit de faire quelque chose, c’est savoir ne pas abuser de ce droit. Si les droits sur une oeuvre sont achetables, y compris le droit de la massacrer, l’intérêt d’acheter ces droits, c’est d’empêcher que des acquéreurs incultes la massacre, c’est de la protéger, c’est de renoncer librement à ce droit de massacre.

        L’intérêt d’être riche, c’est de pouvoir s’offrir le luxe de se mettre au service d’oeuvres qui nous dépassent et d’en propulser l’inspiration en les interprétant, comme le dit très bien Did dans son commentaire, sans les dénaturer ; c’est de créer des oeuvres originales qui seront créatrices de réalités nouvelles qui en vaillent la peine.

        En un mot comme en cent, avoir le droit de faire quelque chose me donne la liberté de ne pas le faire, et je peux acquérir un droit pour empêcher que d’autres en fassent mauvais usage.

        En d’autres termes, si Besos achète Tolkien pour faire mauvais usage du droit que cet achat lui donne, un libéral est fondé à exprimer son désaccord pour dire à Besos que ce qu’il a acheté c’est la liberté d’en faire bon usage sans que ce soit une obligation.

  • Princes des dragons est une grosse bouse. Dire que c’est les mêmes individus qui ont fait the last air bender on voit bien ce lorsqu’un agenda « inclusif » devient la priorité des priorité tout le reste en pâti. Nos pères la morale d’aujourd’hui sont aussi tyranniques que leurs ancêtres, ce sont les chevaliers des temps modernes avec une toute petite différence, l’humilité ne fait plus partie du corpus…

  • On est plus à un massacre près. après bilbo, star war pourquoi pas le seigneur des anneaux. Plus c’est gros plus ça passe…

  • ce qui me sidère le plus est que personne ne se pose la question du droit d’un individu à être raciste.. on condamne une personne pour ses pensées et non ses actes.

    le résultat est que on peut frapper une personne qu’on désigne de raciste en quasi impunité..

    une très grande proportion du pays et l’instruction avec étaient raciste il n’y pas si longtemps…et cette population raciste a pourtant bien vu que les LOIS racistes sont injustes et doivent être supprimées car elles nient l’individu.

    aujourd’hui les antiracistes appellent souvent à des lois racistes..

  • amazon éviter de changer contexte des oeuvre des ancien temps on a rien demander de rendre plus féministe, c’est pas la peine de travailler sur le seigneur des anneaux si c’est pour énerver les fans.

  • Les Orcs sont une chance pour le Gondor.

  • on ne peut plus vraiment dire que la culture geek est « en vue » ou à la mode, c’est bien plus profond que ça, les geeks sont devenus les maîtres du monde (gafam, etc.). Donc par défaut, vus leurs centres d’intérêts artificiels et le peu d’expériences acquis pendant leur adolescence, le relationnel humain de bon sens se perd, comme ils n’ont aucun repère ils se sentent obligés d’imposer un monde qui n’existe pas (encore). C’est que le début, la mise en place des IA partout dans la société finira d’achever le processus.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La plus grande menace de la Terre du Milieu n'est plus Sauron ou Morgoth, mais Jeff Bezos. 

Amazon a publié une bande-annonce pour sa nouvelle série Le Seigneur des anneaux : les anneaux de pouvoir pendant le Super Bowl, et le produit annoncé n'inspire pas trop de confiance.

La série se déroule bien avant que Frodon et la Communauté de l'Anneau traversent la Terre du Milieu et se concentre sur une toute nouvelle distribution de personnages que nous n'avons jamais vu à l'écran. Certains d'entre eux sont des créations de J... Poursuivre la lecture

Par Jon Miltimore. Un article de la Foundation of Economic Education

Pendant de nombreuses années, quand j’étais enfant, je n'aimais pas beaucoup lire, mais cela a changé lorsque j'ai eu environ 11 ans.

Mon père m'a offert le livre de J.R.R. Tolkien, La Communauté de l'Anneau, et ce livre a éveillé mon esprit et mon imagination d'une manière que je ne comprenais pas encore complètement à l'époque. J'ai commencé à dévorer des livres, en commençant par Tolkien, puis en passant à d'autres romans fantastiques écrits par Terry Brooks... Poursuivre la lecture

log4shell
1
Sauvegarder cet article

Cet article est disponible en podcast ici.

Ce 10 décembre, une faille de sécurité baptisée log4shell et touchant la brique logiciel log4j a été découverte. Dès lors, des millions de serveurs, y compris ceux d’Apple, Google, Amazon ou Tesla devenaient piratables.

Cette faille montre comment, sans même commettre d’erreur en programmation, une faille critique peut apparaître. Elle montre aussi l’énorme château de cartes que représente chaque application informatique.

Log4shell : une faille ne reposant sur aucune erreur ... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles