« Macron face à Poutine, impossible ! » Et pourquoi pas ?

Est-il même nécessaire de rappeler tout ce qui, ces derniers mois, a bousculé les opinions, battu en brèche les convictions et surpris la bonne foi, égaré les évidences et déjoué les pronostics ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« Macron face à Poutine, impossible ! » Et pourquoi pas ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 17 mars 2017
- A +

Par Philippe Bilger.

Il convient d’arrêter définitivement les appréciations politiques ou autres fondées sur « je n’imagine pas, on ne peut pas imaginer, on imagine mal… » Par exemple, Emmanuel Macron face à Poutine ou à Donald Trump !

Et les autres, les confirmés, ceux qu’on imaginait si bien, ont-ils pesé lourd ?

Il fut un temps où les comportements et les mérites étaient suffisamment stables pour emporter des hiérarchies et des classements, des prévisions et des plausibilités assurées. Où tout n’était pas cul par-dessus tête. C’est croire encore à un monde disparu que de prétendre, à partir d’une rationalité et d’une évaluation se voulant mesurées, lucides et fixes, imposer sa vision et se persuader que le pas pourra être aisément franchi entre elles et le réel s’inventant chaque jour.

Contre les pronostics établis

Est-il même nécessaire de rappeler tout ce qui, ces derniers mois, a bousculé les opinions, battu en brèche les convictions et surpris la bonne foi, égaré les évidences et déjoué les pronostics ? Au point qu’on peut sans paradoxe soutenir que la seule certitude a été celle de l’imprévisibilité et que cette dernière s’avérera peut-être une chance si elle n’est pas totalement contradictoire avec l’exigence de compétence.

Qui avait prévu le Brexit et l’élection de Donald Trump ?

En France, qui avait prévu le désistement bienfaisant de François Hollande ?

Qui avait prévu la défaite de Nicolas Sarkozy, celle d’Alain Juppé et le triomphe fulgurant et éphémère de François Fillon ?

L’étau Fillon

Qui avait prévu que celui-ci placerait ses soutiens permanents ou conjoncturels dans un insupportable étau ? Qui avait prévu l’alternative de devoir continuer à défendre, grâce à lui, le meilleur projet politique, économique et social pour la France ou d’avoir à se retirer, à cause de lui, d’une entreprise où sa passion du luxe fait pour le moins douter d’une personnalité ayant été choisie pour sa volonté proclamée d’intégrité ? Qui aurait pu prévoir, au mieux, une telle adhésion mais stimulée par l’énergie du désespoir ?

Qui avait prévu le développement de la « bulle » Macron, si peu « esthétique » et si peu « vide » qu’elle attire de plus en plus de citoyens qui se persuadent, beaucoup à gauche, moins à droite, d’avoir avec lui, pour demain, le seul rempart efficace contre le Front national ? (Le Figaro Vox)

Qui avait prévu, sauf une fois leur ampleur constatée, l’irrésistible avancée des populismes décidés à faire de la démocratie non plus une impuissance noble mais une résistance parfois iconoclaste ?

La surprise de certains débats

Qui avait prévu l’importance de certains débats ?

Sur la justice où l’aspiration partisane à une trêve, que la conjoncture politique aurait dû lui imposer, a été vivement combattue et il me semble victorieusement, tant l’idée était saugrenue de séparer l’apothéose républicaine de l’élection de notre président, de l’indépendance d’une institution capitale pour la morale publique…

Sur les médias de plus en plus étonnés, voire scandalisés, par la révolte de ceux qui ne les prennent plus pour des témoins objectifs et des informateurs impartiaux mais les mêlent aux empoignades politiques, sociales, judiciaires et culturelles dans lesquelles, de fait, ils se sont impliqués sans prudence…

Le FN aux portes du pouvoir

Qui avait prévu, sous le quinquennat de François Hollande, que le FN serait aux portes du pouvoir et que les responsables de cette situation s’en laveraient les mains sur les Français qui seraient les coupables, alors que par exemple on a laissé durant quatre ans un véritable pousse-au-FN avec Christiane Taubira ?

Qui avait prévu que Poutine deviendrait le grand ordonnateur international et qu’on opposerait à sa cynique intelligence, son art du rapport de force, nos admonestations moralisatrices et le sens mal compris de nos intérêts ?

La certitude de l’imprévisibilité, oui.

Certes on pourrait soutenir que le Brexit et Donald Trump n’ont été des stupéfactions que pour ceux qui n’étaient pas concernés.

Sur le web

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Aimer le luxe serait incompatible avec l’intégrité.
    Quelle sinistre société dans laquelle nous devrions vivre.

    Quant aux « qui avait prévu… », qui en effet avait prévu l’acharnement dont est l’objet François Fillon, qui avait prévu que serait pris pour argent comptant les accusations dont il doit se défendre, qui avait prévu que les médias et les faiseurs d’opinions se déchaineraient ainsi contre lui, vexés d’avoir été désavoués par les électeurs de la droite et du centre, qui avait prévus que ces mêmes médias et faiseurs d’opinions auraient la lâcheté de ne pas dénoncer ceux ou celles qui sont à l’origine de cette campagne?

    • « Aimer le luxe » ne me choque pas, du moment que la personne qui aime le luxe se l’offre avec son talent, la valeur ajoutée qu’elle apporte au monde, avec son travail.
      Pas en détournant l’argent des autres.

      Voilà la limite.

  • sa cynique intelligence

    Nous aussi somment cyniques. Ne soyons pas modestes :mrgreen:

  • Tout cela est vrai et parfaitement écrit, certes.
    Moralité? Conclusion? Qu’est ce qu’on fait?

  • M. Bilger, dans votre titre, vous laissez comprendre qu’en fait M. Macron a votre préférence, ce que vous suggérez article après article, d’ailleurs.

  • M. Bilger dites-nous s’il vous plaît lequel de ses noms vous paraîtrait crédible pour discuter du bombardement de la Syrie par l’armée française :
    – Hamon
    – Melanchon
    – Macron
    – Fillon
    – Lepen
    – Hollande, à non celui-ci il est encore en train d’attendre Obama.
    Après vous vous nous direz lequel vous paraît crédible pour s’attaquer au problème de la dette.
    Etc.

  • Le désistement de Francois hollande n’a que pour but de placer Macron sur le devant de la scène car toutou Hollande veux donner l’assurance du pouvoir à ses maimaitres qui d’ailleurs finances ce même Macron .., donc pour la bienveillance on repassera

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’incertitude est anxiogène à de nombreux égards et souvent à juste titre.

Définie comme l’absence d’information au sujet d’un phénomène donné, elle signifie souvent qu’on ne sait pas à quoi s’attendre, laissant la porte ouverte aux mauvaises surprises – perte d’emploi, maladie, accident, guerre, etc. et nous laissant désemparés. Car la crainte principale liée à l’incertitude est celle de la perte de contrôle où on ne peut plus rien prévoir ni planifier. Mais cette crainte repose sur une croyance qui est que seule la prédiction permet ... Poursuivre la lecture

La prise de décision en incertitude est un art difficile. L’une des raisons est que dans leur grande majorité, les outils et les concepts que nous utilisons sont ceux du risque, c’est-à-dire propres aux situations répétées. Ils considèrent l’incertitude comme quelque chose dont il faut se protéger. Ce modèle mental de la protection, qui semble si logique, se révèle en fait contre-productif. Et si, au contraire, il fallait se garder de (trop) se protéger de l’incertitude ?

Ce cadre d’une grande entreprise industrielle ne décolère pas. D... Poursuivre la lecture

Nous vivons dans un monde marqué par une forte incertitude et ponctué d’importantes surprises qui remettent en question bon nombre de nos croyances. Cette remise en question peut être très anxiogène tant il semble que nous ne puissions plus nous appuyer sur rien de stable pour avancer dans la vie. C’est particulièrement vrai dans les entreprises : la situation peut aller jusqu’à une forme de paralysie, causée par le sentiment que quoique l’on entreprenne, un événement imprévu viendra tout remettre en question. D’où un risque de démotivation. ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles