Revenu universel : démagogique et coûteux

Le revenu universel est surtout un argument électoraliste : en effet il coûterait très cher et ferait flamber les prix dans certains secteurs. Démonstration.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Revenu universel : démagogique et coûteux

Publié le 20 février 2017
- A +

Par Olivier Myard.

revenu universel
Falling pennies by grahamvphoto (CC BY-NC-ND 2.0)

Avec la campagne pour les élections présidentielles, le concours Lépine de l’achat de voix légal est lancé.

C’est à qui offrira le plus d’argent, et cette fois-ci, Ô miracle, à tout le monde, même aux très riches, avec le revenu universel. Un débat s’ouvre, avec deux grands arguments.

D’une part cumuler en un seul outil l’ensemble des transferts sociaux gérés par douze organismes différents, avec des économies de gestion à la clé, moins de possibilités de fraude et moins d’effets pervers. Par exemple, les allocations logement, en l’absence de constructions nouvelles suffisantes en face de cette nouvelle demande solvable, entretiennent l’inflation des prix de l’immobilier, enrichissant ceux qui sont déjà propriétaires.

D’autre part, le constat de certains qu’ubérisation et robotisation de nos sociétés occidentales se traduiront par la multiplication de petits boulots mal payés et sans protection sociale, et surtout par l’avènement d’une nouvelle société, où il n’y aurait pas du travail pour tous.

Le premier argument est assez convaincant (une seule agence pour gérer une aide unique, engendrant de considérables économies sur les frais de gestion des dispositifs sociaux et un meilleur contrôle des bénéficiaires). Le second nous ramène au temps où les démocraties choisissaient le déshonneur pour éviter la guerre (et finissaient avec les deux), en se déclarant battues avant même d’avoir combattu.

Aujourd’hui, plutôt que d’imaginer toutes les opportunités que la créativité humaine peut saisir, on préfère raisonner par fatalité. Un peu comme si nous en étions restés à la voiture à cheval et à la bougie au motif que le progrès technique allait détruire des emplois de cochers, de palefreniers et de fabricants de chandelles. Comme le dit l’économiste Gilbert Cette, « il ne faut pas avoir peur de l’ubérisation de l’économie ! ».

Le revenu universel pour tous existe déjà

Tous, pour peu que nous ayons des enfants, sommes concernés à un moment ou à un autre par au moins deux prestations, à savoir l’enseignement et la santé. Elles bénéficient à tous, que nous ayons des revenus ou pas du tout, que nous soyons Français ou étranger sur le sol national, en situation régulière ou pas.

Une famille avec deux enfants reçoit ainsi de la collectivité une prestation invisible (mais au coût bien réel) de 2 850 euros par mois à ces titres. Chaque enfant coûte en effet 12 000 euros par an pour sa scolarité, et chaque membre du foyer bénéficie d’une assurance santé annuelle d’une valeur de 2 550 euros.

À cela s’ajoutent moult versements en partie sans conditions de ressources comme les allocations familiales (cinq millions de familles se partagent 60 milliards d’euros par an), l’effort de la nation pour le logement (18 milliards d’euros pour 6,1 millions de foyers) ou totalement sous conditions, comme par exemple le RSA (10,2 milliards pour 1,9 million de foyers).

Qu’ont en tête les promoteurs du revenu universel ? Le remplacement de toutes ces prestations par une allocation unique, mais différenciée selon la composition du foyer ? Cela veut-il dire qu’on ne soignera pas ceux qui préféreront dépenser leur allocation tout de suite plutôt que de payer une assurance santé (auprès de l’opérateur privé ou public de leur choix) ? Va-t-on généraliser le chèque scolaire pour être sûr qu’une part du revenu des enfants sera bien affectée à l’enseignement (avec liberté de choix de l’école, publique ou privée) ?

Le revenu universel est une défaite face au chômage

La plupart des défenseurs du revenu universel imaginent ne pas changer grand-chose à l’édifice actuel de la protection sociale, mais plus simplement étendre le RSA à l’ensemble de la société, que vous soyez inséré ou non, que vous ayez des revenus du travail et/ou du patrimoine confortables ou non, etc.

Face au chômage, est-ce une nouvelle manifestation de « l’esprit de défaite » des élites, frileuses et vieillies avant l’âge, comme cela fut illustré dans les années 40 dans une ville d’eau bien connue ? « Face au chômage, on a tout essayé », disait un ancien président. Tout, certes, sauf ce qui fonctionne ailleurs. Ce serait amusant si ce n’était pas si tragique de voir une partie de la classe politique se courber ainsi une fois de plus, alors que cette fois-ci, sa vie n’est même pas en danger…

Certaines statistiques délivrent des informations particulièrement intéressantes. D’après Eurostat (direction générale de la Commission européenne « chargée de l’information statistique à l’échelle communautaire »), l’Allemagne, où le taux de chômage est deux fois moins élevé qu’en France (4,2% contre 9,9%), dispose de 180 000 robots, soit six fois plus que dans notre pays (30 000).

Plutôt que d’encourager au progrès, à la créativité, l’innovation, la mobilité, à la remise en cause de nos schémas de pensée, les promoteurs du revenu universel préfèrent adopter un profil de battus d’avance, sans espoir : « vous ne trouverez jamais de travail, alors, nous, dirigeants politiques, toujours généreux avec l’argent des autres – ça ne coûte rien puisque c’est l’État qui paye -, vous accorderons une allocation universelle, si vous votez pour nous ».

Cela exonérerait de tout effort de changement, de simplification des normes, d’allégement des contraintes législatives, fiscales et règlementaires pesant sur les entrepreneurs, de lutte contre les rentes (patronales, syndicales, foncières, …), de réforme du système éducatif et de formation, afin de promouvoir davantage l’égalité des chances et d’éviter de concentrer l’essentiel des accès aux grandes écoles aux enfants des catégories sociales favorisées et ceux des enseignants, etc. Toutes ces mesures permettraient à chacun d’optimiser son potentiel et créeraient les conditions d’un meilleur développement économique, nécessaire pour financer le devoir de solidarité au bénéfice de plus faibles de nos sociétés.

L’argent gratuit pour tous

On franchit d’ailleurs une étape supplémentaire dans le délire lorsqu’on évoque le financement de ces prestations par les banques centrales, avec le « quantitative easing (QE) du peuple », selon la proposition de Anatole Kaletsky, journaliste et économiste né à Moscou, vivant au Royaume-Uni… Les nostalgiques des billets du Monopoly de leur enfance ont encore frappé. L’helicopter money est prêt à décoller.

D’aucuns argumenteront que ce n’est pas une utopie, puisque certains pays ou territoires l’ont déjà adopté, comme l’Alaska ou les Seychelles. Mais il s’agit le plus souvent de redistribuer aux citoyens une rente, pétrolière dans le premier cas, touristique dans le second. De plus, cela s’accompagne d’un contrôle très strict aux frontières, afin d’éviter un effet d’aubaine, au demeurant naturel et compréhensible. Ailleurs (Finlande, Canada), on parle d’expérimentations, avec « groupes test », comme si les citoyens étaient des cobayes. Les revenus en question n’ont donc rien d’universel.

Bien entendu, nos sociétés s’honorent de mettre en place de véritables politiques de solidarité. Mais sauf cas extrêmes (personnes totalement inaptes au travail, pour des raisons physiques et/ou psychologiques, qu’il est de notre devoir d’aider quoiqu’il arrive, tout au long de leur vie), ces aides ne peuvent qu’être temporaires, incitatives à la reprise d’une activité dès que possible.

Le revenu universel : un système coûteux dans le pays le plus dépensier

Henri Sterdyniak, X-ENSAE, ancien Administrateur de l’Insee, et aujourd’hui économiste à l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), signataire du manifeste d’économistes atterrés (2010), classé à gauche, considère qu’aller au-delà de ce que l’on fait déjà, avec la généralisation du RSA à tout individu, est impossible. En instituant par exemple un revenu de 785 euros par adulte de 18 à 65 ans, 315 euros par enfant, et de 1 100 euros pour les plus de 65 ans et les handicapés, on arrive à un coût de 500 milliards d’euros annuels, soit 25% du PIB.

Certes, il faudrait enlever à cette somme ce qui part déjà aux allocataires du RSA, aux familles (allocations familiales, aides au logement, primes de Noël), aux handicapés, parents isolés, chômeurs ayant épuisé leurs droits à indemnisation, personnes âgées percevant le minimum vieillesse, veuves, etc. Il y a aussi les allocations de rentrée scolaire, les cartes de transport, les exonérations de taxe d’habitation, les tarifs sociaux pour les fournitures d’énergie et d’eau, etc.

Mais tous ces dispositifs disparaitraient-ils avec la généralisation du revenu de base ? Laisserait-on celui qui a oublié de s’assurer contre la maladie agoniser aux portes de l’hôpital ?

Quoiqu’il en soit, le coût net est très élevé, impossible à financer, sauf à doubler voire tripler l’impôt sur le revenu et sans doute aussi oublier les critères de Maastricht en matière de déficit budgétaire (et à condition que les prêteurs, des non-résidents pour les deux tiers, suivent). Cela devrait suffire à renvoyer l’idée au musée des utopies.

Encore plus fort : le « patrimoine universel »

Il s’agirait d’accorder à chaque jeune arrivant à la majorité (18 ans), un « héritage public », lui permettant de financer ses études (autant investir directement dans l’amélioration de notre système éducatif supérieur), créer une entreprise (il y a déjà des dispositifs pour cela), ou bien encore s’acheter un logement. On voit déjà les prix des biens immobiliers faire un nouveau bond, provoquant l’enrichissement immédiat de leurs propriétaires, des « possédants ». Un comble ! Sans parler de ceux qui préfèreront s’acheter une voiture (très probablement fabriquée à l’étranger) ou carrément aller faire du surf à Honolulu…

Comme d’habitude, il s’agit de pousser des « remèdes » pour lutter contre les maux résultant des mauvaises décisions économiques prises depuis 35 ans sans remettre en cause ces décisions elles-mêmes.

Pour plus d’informations de ce genre, c’est ici et c’est gratuit.

Voir les commentaires (38)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (38)
  • Il y a plein de formes de revenu universels. Merci de préciser que c’est celui de Hamon qui ne vous plait pas!

  • donner de l’argent aux trés riches….là il faut m’expliquer …..

    • tout est dans le « universel », ça ne fait que révéler la tromperie. c’est de la » redistribution », autre tromperie d’ailleurs..

  • Heu….on parle d’emploi fictif ..finançable ou pas ?
    Apparemment , c’est possible pour BCP de gens en France, un peu plus ou un peu moins.. vous pinaillez monsieur 🙂

  • Considérez-vous que pour un budget total égal à la branche famille et au crédit d’impôt lié aux demies part des enfants du quotient familial, il serait idiot de donner un montant unique à chaque enfant de France ? Considérez-vous qu’il est idiot de verser le RSA socle à tous ceux qui y ont droit et qu’il est intelligent d’exclure de ce droit les adultes âgés de 18 à 25 ans ? Considérez-vous qu’il serait impossible de supprimer la tranche à 14% de l’impôt sur le revenu (c’est à dire démarrer directement dans la tranche à 30% dès que la formule de l’impôt de cette tranche est positive) ? Considérez-vous qu’il est insensé de remplacer la prime d’activité par une allocation simple dégressive égale au RSA socle (hors forfait logement soit 470 euros) moins 30% du revenu imposable de la personne ? Si vous répondez non à ces quatre questions, alors vous admettez qu’on peut avantageusement et sans problème mettre en place le revenu universel en France.

    • Pas si simple ! je vous invite à lire mon livre L’ADN de Patricia sur mon site dubruly.free.fr c’est gratuit n’ayez pas peur !

    • ce vous expliquez revient à prendre beaucoup à certains, rien du tout à d’autres et redonner à tout le monde une somme égale.
      c’est de la redistribution, de la confiscation-dilapidation. rien de bien neuf, rien de moral, rien d’efficace.

    • Bonjour Théophile

      Je répond oui à ces 4 questions, il est insensé de distordre toutes les incitations au travail et de distribuer de l’argent que l’état n’a pas, par pur clientélisme.

      • Parce que vous trouvez que le système actuel incite au travail ??? Quand vous êtes au RSA socle et que
        vous travaillez en déclarant vos revenus vous perdez. Toutes les personnes qui sont autour du SMIC et
        jusqu’à deux SMICs sont perdantes par rapport à toutes les autres (dont celles qui ont le RSA socle).

        • Au lieu de faire une énième usine a gaz (RU) pour réparer les dégâts d’une autre usine à gaz (RSA-SMIC) supprimons plutôt la première usine à gaz.

           » Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes-Bossuet »

    • et quand vous aurez franchi ce palier…il y aura un nouveau théophile qui expliquera pourquoi il est « injuste » de ne pas donner telle somme à telle personne, c’est une histoire sans fin, un chemin vers le collectivisme fait à pas de fourmi bureaucratique …SI vous savez ce qui est juste dites le ..on rase tout et on reconstruit .

      • Moi je veux bien tout supprimer mais vraiment tout : RSA, allocations de chômage, allocations familiales, quotient familial….Que chacun se débrouille en travaillant. Au fait si je demande à travailler on me propose un travail ? Ceux qui critiquent ont une solution à proposer ? Autre chose évidemment que les poncifs habituels : si on flexibilise, si on baisse le coût du travail, ça ira mieux…Non ça n’ira pas mieux sinon les américains qui ont un faible taux de chômage n’auraient pas voté Trump…

  • #ADNdePatricia : c’est le système ADN qu’il faut mettre en place avec le #revenuvitalactif dans le #regnedelarecompenseindividuelle. dubruly président !

  • Je vous fiche mon billet qu’il ne faudra pas trois mois après la mise en place de ce RU, pour que l’on nous explique que tout de même, certains méritent plus que d’autres ; parce qu’ils sont malades, vieux, jeunes, mal logés, mères célibataires, etc.

  • @ théophile
    je ne comprends pas bien vos calculs mais je ne dois pas etre le seul. Il faudrait que vous soyez plus didactique pour mon petit cerveau; L’hypothèse du revenu universel serait qu’ elle s’ajoute aux prestations sociales existantes sauf chomage et rsa.Ce qui parait assez évident. Dans cas, il faudrait trouver au moins la moitié des fameux 500 milliards d’Euros soit au moins 250 milliards! Et vous pensez que notre pays est si riche qu’il pourrait avaler cette dépense sans problème???
    Les chiffres sont comme les faits, ils sont tétus!!!

    • L’impôt sur le revenu donne déjà un revenu universel à 470 euros à partir de la tranche à 30% avec le quotient conjugal. Si
      on prolonge vers le bas la formule de la tranche à 30% il suffit de la prendre quand elle est négative à la place de la prime d’activité.
      On a alors une partie de la formule (0,30XR) qui peut rejoindre la CSG et l’autre partie (- 5 650,28 x N) qui est le revenu de base
      de génération libre (ou celui que proposait NKM). Le revenu universel remplace le RSA, la prime d’activité, les allocations familiales et les bourses.
      Pour moi il ne remplace ni l’AAH ni l’aide au logement. Il ne remplace pas non plus le contributif (chômage et retraite).
      Les chiffres que vous évoquez sont farfelus dès lors qu’on s’en tient raisonnablement au RSA socle hors forfait logement
      (l’aide au logement devant être traitée par ailleurs de façon non universelle)…notamment parce que personne ne compte
      aujourd’hui comme coût la niche du quotient familial qu’évidemment je réutilise pour simplifier le système.
      Dans mon hypothèse seul l’état est perdant. Le coût doit être d’environ 40Ge soit l’équivalent des hausses d’impôt récentes.
      Mais l’argent n’est pas donné aux inactifs (le RSA socle ne change pas). Il est donné essentiellement aux travailleurs pauvres dont notamment
      les agriculteurs, indépendants et auto entrepreneurs…

      • « Dans mon hypothèse seul l’état est perdant »

        Haa hhaa ha! , donc cela ne se fera pas.
        Vous êtes naïf, l’état agit pour son intérêt, pas celui de la population.

        • Quand Fillon supprime l’ISF et déplafonne à la fois les allocation familiales et le quotient familial, l’état est perdant aussi.
          Tout cela est une question de choix.

    • Avaler la dépense rien de plus facile par contre avaler le prélèvement ça c’est moins sur.
      Avec le RU on parle toujours de dépense seulement on oublie un peu le corollaire qui avec le prélèvement.
      250 milliards de prélèvement de plus ça va juste pousser de nombreuses personnes à préférer le RU plutôt que de travailler.

  • – C’est 1 idée libérale # d’1 revenu de base, défendue aussi par Milton Friedman. Ca ne résout pas les inégalités ou la pauvreté, mais enferme les chômeurs dans 1 situation fausse en en faisant des consommateurs passifs dans la Société : http://www.slate.fr/story/61823/revenu-base-gauche-peur

  • nos gouvernements de gauche veulent dire en clair qu’ils n’ont aucune solution face au chômage,.Mais qui va payer ce revenu universel ? va t-on emprunter de l’argent à d’autres pays? croyez vous que les gens qui innovent vont venir en France investir leur argent en sachant que nos politiciens sont défaitistes? Cela fera fuir les entrepreneurs qui recevront eux aussi ce revenu universel.
    Je vois un peu le slogan » Venez en France non pour innover, mais pour le revenu universel! » et nos gouvernements seront fiers de dire qu’ils donnent le revenu pour tous . c’est de la pure utopie, et cela prouve que nos gouvernements de gauche sont désespérés face au Progres .

    • Hollande l’a dit « Contre le chômage, on a tout essayé ! » Sauf ce qui a marché dans les autres pays, bien sûr…

      • est ce le rôle de l’etat de donner du boulot? Son rôle n’est il pas juste d’assurer la paix et la jouissance de sa propriété qui permettent de bosser si on en a envie?
        L’état agit pour favoriser le travail de certains, autrement dit l’etat passe son temps à nier la réalité du marche du travail..le cas du smic est remarquable, il oblige à un salaire minimum, et se retrouve avec des gens non qualifiés inemployables qu’il est obligé d’aider d’une façon ou d’un autre.
        Dans les pays communistes vous pouvez avoir le « plein emploi ».
        On se ment à longueur de temps…je viens d’entendre un passage à la radio où des gens nous expliquent comment « aider » les agriculteurs….
        c’est édifiant…les revenus devraient être plus élevés car ils le « méritent », les intermédiaires s’ne foutent plein les poches, j’achète du lait éthique plus cher que le lait non éthique…
        Pourquoi diable faut il aider les agriculteurs? A l’évidence les agriculteurs sont incontournables ils n’ont pas besoin qu’on les aide.
        On va encore aider « certains » agriculteurs..en niant le marché agricole;

    • Le revenu universel n’est pas du tout une proposition de gauche. La gauche est totalement contre
      parce qu’elle préfère le droit au travail opposable en défendant les salaires socialisés, ainsi que
      l’impôt positif très convexe ou très progressif (qui ne peut globalement financer un revenu universel
      du fait de sa convexité justement). Je trouve très curieux que Hamon puisse être porté par ça à
      gauche. Pour moi le vrai revenu universel, c’est celui de Christine Boutin (ou Jean-Frédéric Poisson)
      ou bien celui de NKM, de Frédéric Lefebvre, de Marc de Basquiat ou Gaspard Koenig. Bref celui
      DE GENS QUI NE SONT PAS DE GAUCHE. Par contre il devrait être défendu par Macron si
      celui-ci avait compris ce que c’était vraiment…

      • Deux hommes de Gauche ont proposé le revenu universel. En effet Valls plébiscitait le revenu universel en 2016 avant de se contredire et  Benoît Hamon souhaite répartir un revenu universel à chacun des Français. Fillon propose une autre politique et des solutions.

        • Valls n’a jamais proposé le revenu universel. Il a proposé un revenu « décent » sous condition de ressources ce qui n’a rien à voir et est très désincitatif au travail.

  • A gauche on aime raser gratos avec l’argent que l’on a pas … Puis c’est la débâcle ….

    Que ces gens d’incompétence notoire dégagent des écrans radar pour quelques décennies , le plus vite sera le mieux !

  • Vaste sujet, comme aurait dit « Le » Général…
    J’aurais quand même aimé avoir un chiffrage précis du coût « net », dans l’hypothèse, certes sans doute irréaliste, du remplacement de TOUTES les allocations et aides par le RU, tel que le propose Hamon. Et complément, quid si ce RU est imposable à l’IRPP ?

    Concernant le taux de chômage en Allemagne, quid des « travailleurs pauvres »… pour lesquels justement, un RU de type « Hamon » ne serait pas « du luxe » (^-^) ?
    A défaut d’avoir peur de l’avenir, ce RU ne serait-il pas une soupape de sécurité « minimale » (vivre avec 750€ par mois …) dans les périodes, sans doute de plus en plus nombreuses, même si espérons-le courtes, de « transition » vers de nouveaux emplois ?

    • pastilleverte: une soupape de sécurité « minimale » (vivre avec 750€ par mois …) dans les périodes, sans doute de plus en plus nombreuses … de « transition » vers de nouveaux emplois ?

      La suisse 4eme pour la liberté économique a le plein emploi depuis des décennies. La France, 70eme, pour la liberté économique en dessous du Ghana et du Rwanda s’enfonce dans un chômage de plus en plus effarant.

      Indice liberté économique – Classement des pays

      Sur 148 pays la France est:
      -134ème pour les prélèvements obligatoires.
      -130ème place pour le poids global des réglementations
      -137ème pour la fiscalité défavorable à l’investissement privé,
      -137ème pour les réglementations liées au fait d’entreprendre.
      -134ème pour le taux d’imposition en pourcentage des profits,
      -etc. etc.

      Le chômage français n’est pas dû à une « transition naturelle », mais au tabassage fiscal et législatif de l’état qui étouffe l’économie, les entreprises, la création d’emploi et les salaires.

      pastilleverte: À défaut d’avoir peur de l’avenir, ce RU ne serait-il pas une soupape de sécurité « minimale » (vivre avec 750€ par mois …)

      La France est no1 mondiale pour la dépense sociale, au-dessus des pays du nord.
      https://www.contrepoints.org/2013/12/18/150409-depenses-sociales-la-france-championne-du-monde

      Il y a en théorie largement assez de dispositifs sociaux pour toucher bien plus que 750 euros par mois quand on a besoin d’une « soupape de sécurité ».
      Si l’argent « social » n’arrive pas forcément là où il y en a le plus besoin, c’est parce qu’il est pillé en amont par les corporations d’état, mais le détail est un autre débat.

      pastilleverte: Concernant le taux de chômage en Allemagne, quid des « travailleurs pauvres »…

      Déjà le taux réel de chômage français est infiniment plus élevé que celui officiellement déclaré, car il y a un nombre effarant de chômeurs français « cachés » dans des emplois salariés par l’état. En France un emploi sur trois est ainsi payé avec de l’argent public.

      Mais il y a en plus 7.1% de travailleurs pauvres en France contre 3.5% en Allemagne voir ici. En parité de pouvoir d’achat (PPP), le PIB par habitant allemand est maintenant supérieur de près de 4000 dollars au PIB/habitant français alors qu’il était seulement de 1500 dollars en l’an 2000.

      Vous pouvez voir sur cette carte ou les gens gagnent le plus en Europe, le rouge correspond aux zones les plus riches, le bleu aux zones les plus pauvres:
      https://i.imgur.com/o48WemT.jpg

      À l’indice de développement humain, l’Allemagne est 16 places plus haut (6eme contre 22eme):
      https://www.populationdata.net/palmares/idh/

      Si certains socialistes ont envie de se consoler en se disant que les Français sont plus pauvres, plus endettés mais plus égaux au moins, ce n’est pas le cas non plus. Le coefficient de GINI des deux pays est sensiblement pareil:
      http://appsso.eurostat.ec.europa.eu/nui/show.do?dataset=ilc_di12

      • Merci pour vos « leçons », j’en prend bien note.
        Auriez-vous autant de « cacahuètes » à me fournir en réponse à ma question sur le cpût net réel, telle que je l’ai formulée ?

        • Ilmryn vous explique que la solution du RU n’est pas une solution parce qu’il ne règle aucun des problèmes de la France et vous demandez qu’il vous réponde sur un point de détail de la mise en application d’une certaine forme de RU ?
          C’est de la mauvaise foi ou vous n’avez aucune intention d’ouvrir les yeux sur les données factuelles qui vous ont été apportées ?

        • Hamon change tout le temps de version, ce type n’y a pas réfléchi plus de 5mn:
          http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/01/17/comment-benoit-hamon-a-rabote-son-revenu-universel-en-pleine-campagne_5064235_4355770.html

          Pour le coût je crois qu’il est mentionné dans l’article, mais c’est une idée délirante en tout premier parce qu’il distribue de l’argent à des gens qui n’en ont absolument pas besoin. Notaires, avocats, homme d’affaires, traders, gens riche à millions toucheraient le RU. En France ceci durerait le temps que libération sorte des articles assassins sur « ces riches qui touchent de l’aide sociale » et on serait reparti avec une usine à gaz.

          -La seule protection sociale vraiment efficace pour les travailleurs c’est une économie libre, donc dynamique et souple comme la Suisse, les avantages sont énormes:

          -Vous n’êtes plus lié à un « patron », vous retrouvez facilement du travail ailleurs.
          -Comme les « patrons » sont en concurrence pour les bons employés, ils doivent bien les payer, et bien les traiter.
          -Comme il y a beaucoup moins de chômeurs, vous avez beaucoup moins de dépenses, donc moins d’impôts, donc des entreprises moins taxées, donc moins de chômage, etc., etc. (La suisse avec son 3.8% de chômage des jeunes dépense 19% de son PIB en social, la France avec son >25% dépense 30%)

          Le RU en France n’est qu’une rustine socialiste délirante pour une économie qui s’écroule… à cause du socialisme.

  • Cher THEOPHILE,

    votre réponse pour ce qui concerne la faisabilité du RU ne me convainc pas. Vous ne serez sans doute pas surpris.Vous répondez par de belles formules ( qui me paraissent alambiquées ) mais moi je fous des formules. Surtout si je ne suis pas sur qu’elles reflètent la réalité.Ca n’est quand meme pas difficile de réfléchir en valeur absolue et par ordre de grandeur!!
    Démonstration : RU (à la sauce HAMON) = 750/mois ça fait ( si mes calculs complexes sont exacts ) 9000 EUROS par français et par an; Nous sommes 65 millions de français ça fait ( recalcul très complexe ) 585 milliards d’EUROS. .vous voyez qu’on n’ est pas très loin de l’économiste de l’INSEE ( sans doute éminent puisqu’il est économiste…. ) A cela on peut ,dans le cas le plus optimal pour le RU , diviser par 2 ce résultats pour la fusion avec d’autres prestaions, ce qui nous fait 585 divisé par 2 attendez, ça en devient….. presque du calcul de CM2 attendez attendez ça y est j’ai trouvé. Ca nous couterait au bas mot, je dis bien au bas mot 292,5 milliards d’EUROS !!

    j’avoue ma faute , à ma grande honte, je n’ai pas trouvé de belles formules mathématiques, mais un simple calcul. J’ai le tord de ne pas etre économiste.Mais comme le disait Vaclav KLAUS, président de la tchéquie à propos des subprimes avant qu’elles ne sombrent, et qui répondait à des banquiers,  » Si vous ne comprenez pas ces produits et leurs formules, laissez tombez ça! « 

    • Je ne défends pas Hamon. Ce qu’il propose est irréaliste. Je vais vous présenter les choses autrement :
      D’abord je supprime la demie part dans le quotient familial de l’IR (plus de rattachement des enfants). Le
      surplus d’impôt est entièrement affecté à la branche famille. Je simplifie alors la branche famille en divisant
      ce nouveau budget par le nombre d’enfants et c’est ce montant que je donne à chaque enfant pour solde
      de tout compte. Pour l’instant j’ai simplifié et je n’ai rien changé à l’équilibre des comptes publics.
      A l’étape d’après je supprime la tranche à 14% de l’IR, je donne le RSA socle à ceux qui y ont droit (c’est la
      moindre des choses) et aux jeunes qui sont dans les mêmes conditions. Je le donne aussi aux étudiants
      en supprimant les bourses et le rattachement au foyer fiscal des parents. Là ça me coûte.
      Enfin je remplace la prime d’activité par une allocation dégressive égale au RSA socle (hors forfait logement)
      moins 30% du revenu imposable. Là ça me coûte aussi mais pas tant que ça. Au total
      ces opérations coûtent 30 à 40Ge.
      Je n’ai pas parlé de RU…mais c’est comme si je l’avais mis en place à hauteur du RSA socle hors forfait
      logement (proposition initiale de NKM).

  • l article suppose que les nouvelles techno ne vont pas reduire massivement le besoin de main doeuvre global (autrement dit ce qui sera cree (concepteur de robot) ne sera pas nettement inferieur a ce qui sera supprimé). cet acte de foi n est a aucun moment etayé dans l article.
    Apres le revenu de base a certains problemes: son cout bien evidement. Ou le fait que ses promotteurs pensent que les gens travailleront quand meme. On ne peut evidement le savoir sans avoir fait des essais. Ce qui se rapproche le plus du revenu de base en France, c est la retraite (une somme d argent tous les mois sans avoir a travailler jusqu a la fin de vos jours). Si on prend les retraités jeunes (autour de 60 ans, donc pas encore malade) combien ont des activités sinon productive du moins socialement utile ? soyons clair, la plupart font voyage/petanque/TV .. il est donc a craindre qu un revenu de base transforme la france en un vaste parc de vacances

    • Parce que la mécanisation de l’agriculture a réduit le besoin de main d’oeuvre globale ? Première nouvelle, je croyais que cela avait permis à la main d’oeuvre libérée du travail agricole de se reporter vers une économie de service…

    • cdg: cet acte de foi n est a aucun moment etayé dans l article

      Venez visiter la suisse bien plus robotisée que la France, mieux que des théories vous le vérifierez en vrai. 3.5% de chômage général et 3.8% chez les jeunes c’est mieux que le plein emploi et avec des salaires presque quadruplés, une caissière chez Aldi gagne 4000 euros en Suisse et 1203 euros en France.

      La suisse est 4eme pour la liberté économique la France, 70eme en dessous du Ghana et du Rwanda s’enfonce dans le chômage, le surendettement et la faillite.
      Indice liberté économique – Classement des pays

    • « l article suppose que les nouvelles techno ne vont pas reduire massivement le besoin de main doeuvre global […]. cet acte de foi n est a aucun moment etayé dans l article. »

      Cet argument peut se retourner dans l’autre sens : rien ne prouve que les nouvelles technologies réduiront le besoin de main d’oeuvre globale, donc dans le doute on s’abstient de voter des lois débiles.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Nicolas Marques. Un article de l'Institut économique Molinari

Le revenu universel est un serpent de mer. Le concept vise à distribuer un revenu de base à tous les individus, sans conditions de ressources ou d’activité. Inspiré par Charles Fourrier (1848) et John Stuart Mill (1849), l’idée a suscité l’intérêt de générations de penseurs de tous bords avec le philosophe Philippe Van Parijs ou d'économistes aussi divers que James Meade (Nobel 1977) ou Milton Friedman (Nobel 1976). Friedman défendait cette idée sous la forme d’un impôt ... Poursuivre la lecture

Par Elie Blanc.

Lors des prochaines élections, l’instauration d’un revenu universel (ou revenu de base) pourrait refaire l’objet de débats.

À première vue, l’idée peut paraître séduisante. Notre système d’aides sociales est complexe, injuste et désincite au travail. Pourquoi ne pas le remplacer par un revenu assuré à tous sans conditions ? Ce fonctionnement serait à la fois plus simple, plus transparent et inciterait davantage à la recherche d'emploi.

Avant de s’engager dans un débat sur l’utilité d’un tel changement, il ... Poursuivre la lecture

Un événement organisé par le séminaire francophone d’études libérales

Le séminaire d’études libérales est une aventure intellectuelle sur une journée qui donne aux participants l’occasion d’explorer la tradition libérale classique et les fondements d’une société libre.

En prenant part au séminaire d’études libérales, vous aurez l’occasion d’en apprendre davantage sur les idées libérales classiques dans des domaines tels que l’économie, la philosophie, la politique, le droit et les politique publiques avec une équipe de conférenc... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles