Monsieur Fillon, un vrai libéral ne dirait pas…

François Fillon (Crédits Andrew Newton licence Creative Commons)

15 mesures phares de François Fillon qui font douter de la sincérité de son libéralisme !

Par Pierre-Yves Jammat.

Monsieur Fillon, un vrai libéral ne dirait pas...
François Fillon (Crédits Andrew Newton licence Creative Commons)

Suite à la percée de François Fillon à la primaire de la droite, la presse française, transie d’effroi, est partie à l’assaut d’un libéralisme renaissant. Bien que ravi de voir le mot de liberté à nouveau devenu un argument de marketing politique, je me sens obligé d’ajouter que le programme proposé par François Fillon ne correspond pas à ce que j’attendrais d’un programme authentiquement libéral, en dépit du fait qu’il propose peut-être l’un des programmes les moins mauvais dans l’arène

15 mesures à corriger

La rencontre entre François Fillon et diverses associations libérales s’était achevée sur un trait d’humour de l’ancien Premier ministre : il réalisait que finalement, son programme n’était pas aussi radical que ce que ses opposants affirmaient. Nous proposons donc des corrections et ajustements aux 15 mesures phares proposées par François Fillon

  1. Un libéral ne dirait pas :

« 100 milliards d’euros d’économies en 5 ans sur les dépenses publiques »
mais « Réduction du ratio dette/PIB de 1 point de pourcentage par an »

  1. Un libéral ne dirait pas :

« 40 milliards de baisse des charges pour les entreprises et 10 milliards d’allégements sociaux et fiscaux pour les ménages »
mais « Mise en place du salaire complet ; les charges n’impactent jamais que le salarié »

  1. Un libéral ne dirait pas :

« Fin des 35 heures dans le secteur privé et retour aux 39 heures dans la fonction publique »
mais « Liberté pour chacun de négocier son temps de travail avec son employeur »

  1. Un libéral ne dirait pas :

« Suppression de l’ISF pour aider au financement des entreprises, »
mais « Fin de la progressivité de l’impôt sur le revenu et fin de l’ISF. Flat Tax pour tous. »

  1. Un libéral ne dirait pas :

« Recul de l’âge de la retraite à 65 ans et unifier tous les régimes de retraite pour maintenir le pouvoir d’achat des retraites »
mais « Liberté pour chacun de choisir l’âge auquel il part à la retraite »

  1. Un libéral ne dirait pas :

« Alignement du régime fiscal des commerçants, artisans et indépendants sur celui des auto-entrepreneurs »
mais « Alignement des régimes fiscaux de toutes les formes d’entreprises vers une Flat Tax, pour ne pas favoriser que les grandes multinationales. »

  1. Un libéral ne dirait pas :

« Suppression des normes françaises surajoutées à la réglementation européenne pour que notre agriculture redevienne la première en Europe »
mais « Suppression des normes et abandon de la PAC »

  1. Un libéral ne dirait pas :

« Instauration d’une allocation sociale unique pour que les revenus du travail soient toujours supérieurs à ceux de l’assistance »
mais « Remplacement des allocations par un impôt négatif »

  1. Un libéral ne dirait pas :

« 12 milliards d’euros de plus dans la sécurité, la défense et la justice, et création de 16 000 places de prison, pour que les condamnations soient exécutées »
mais « Politique de sécurité plus efficace en ne punissant plus les crimes sans victime (Code de la route, consommation de drogue) »

  1. Un libéral ne dirait pas :

« Interdire le retour sur le territoire national des Français partis combattre à l’étranger dans les rangs terroristes, condamner les personnes coupables d’intelligence avec l’ennemi et expulser les étrangers appartenant à la mouvance terroriste »
mais « Traiter les terroristes comme des criminels de droit commun »

  1. Un libéral ne dirait pas :

« Réduire l’immigration en créant des quotas et en ne versant des prestations qu’aux étrangers en situation régulière depuis au moins deux ans »
mais « Libérer tous les migrants du poids du système social français en leur permettant de ne pas cotiser et donc de ne recevoir aucune prestation »

  1. Un libéral ne dirait pas :

« Âge de la scolarité avancé à 5 ans au lieu de 6, pour favoriser l’apprentissage de la lecture et des savoirs fondamentaux par nos enfants »
mais « Liberté pour chaque parent de choisir la meilleure école ou éducation pour son enfant »

  1. Un libéral ne dirait pas :

« Universalité des allocations familiales et plafond du quotient familial porté à 3000 euros par demi-part pour soutenir les familles »
mais « Fin de la branche famille de la sécurité sociale »

  1. Un libéral ne dirait pas :

« Adoption plénière réservée aux couples hétérosexuels, limiter la PMA aux couples hétérosexuels infertiles et interdire la GPA »
mais « Ne pas interdire ce qui arrivera inéluctablement, même si nos valeurs s’y opposent »

  1. Un libéral ne dirait pas :

« Protection de notre patrimoine, réduction de la fracture culturelle par un plan « patrimoine pour tous » et soutien à la création artistique pour le rayonnement culturel de la France »
mais « Arrêt complet des subventions à un écosystème culturel fermé qui n’a plus aucune audience populaire »