Épargner, oui, mais dans quoi ?

Les épargnants sont devenus méfiants à l’égard des banques et veulent garder un maximum de liquidités sous la main.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
2 March 2007 (The year of the pig) By: wonderferret - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Épargner, oui, mais dans quoi ?

Publié le 13 février 2017
- A +

Par Jean-François Faure
Un article de L’Or et l’Argent.com

épargnants
2 March 2007 (The year of the pig) By: wonderferretCC BY 2.0

Avec la publication du dernier bilan trimestriel de la Banque de France sur l’épargne des ménages, on apprend que les sommes laissées sur les comptes courants non rémunérés des particuliers atteignent désormais 415 milliards d’euros.

C’est un fait, la baisse de rémunération qui a frappé les différents placements ces dernières années a fortement démotivé les épargnants. Mais leur réticence à investir tient peut-être aussi à l’accumulation de scandales et de révélations concernant les différentes manipulations, voire les malversations, dont se sont rendues complices (à défaut d’être coupables) la quasi totalité des banques.

Difficile aujourd’hui de confier son argent à des institutions qui font régulièrement la Une des journaux en raison des risques inconsidérés qu’elles font courir aux épargnants. Sans compter celles qui les dépouillent littéralement et délibérément. Enfin, 2017 marque une nouvelle année de hausse des tarifs bancaires sans que pour autant les usagers aient le sentiment d’en avoir pour leur argent.

Les épargnants privilégient la prudence extrême

Par conséquent, il est normal que les particuliers (mais aussi les petites entreprises) choisissent au mieux de ne rien changer à leur situation bancaire, au pire de clôturer l’essentiel de leurs placements, même ceux qui étaient réputés non risqués et dont on sait aujourd’hui qu’ils ne peuvent plus être liquidés par leurs déposants sans mettre gravement en péril la stabilité des établissement bancaires. Car l’argent n’est plus là depuis longtemps, il a été utilisé de manière plus ou moins judicieuse, plus ou moins régulière aussi, dans des opérations aussi ambitieuses que risquées.

Ainsi, les Français ont donc décidé de garder un maximum de liquidités sous la main, à plus forte raison face à l’incertitude des mois ou des années à venir. Politique extérieure ou internationale, insécurité des biens et des personnes en plus de celles des patrimoines, craintes grandissantes à l’égard d’un emploi de plus en plus menacé par l’automatisation, autant de raisons qui poussent désormais les gens à privilégier… les comptes courants. Pas de rémunération, mais pas de risque non plus (enfin, tant que les banques restent ouvertes). Et ce sont donc pas moins de 33,7 milliards d’euros qui sont venus s’y déposer en 2016, après un record de 35,1 milliards l’année précédente, portant l’encours des comptes courants à 415 milliards d’euros… qui ne servent à rien.

L’échec de la stratégie des taux bas

Pourtant, tout avait été fait pour inciter les gens à désépargner, et la baisse des taux d’intérêt jusqu’à des niveaux jamais atteints auparavant visait justement à « convaincre » les épargnants que le temps était venu de consommer davantage plutôt que de voir l’inflation, même faible, éroder peu à peu leur patrimoine qui n’était plus rémunéré qu’à des taux plus faibles encore. Rien à faire.

En 2016, les Français n’ont eu de cesse de rapatrier leur argent vers les produits les plus liquides : +33,7 milliards d’euros pour les comptes de dépôt (on l’a vu plus haut), +3 milliards pour les livrets, +18,4 milliards sur les plans d’épargne logement. Seuls les comptes à terme ont vu leur popularité fléchir légèrement, sans doute parce qu’ils impliquent une durée minimale de détention pour rapporter quelque chose et qu’en cas de retrait anticipé, ils se sont guère plus intéressants que de simple comptes courants.

Seul « placement » à avoir visiblement tiré son épingle du jeu, l’indétrônable assurance-vie, en dépit des risques sérieux qui pèsent sur la pérennité de ce système d’épargne. Les Français y sont habitués, et on leur a tellement répété, génération après génération, que c’était un placement garanti qu’ils ont fini par l’intégrer de façon presque atavique. Résultat : +37,5 milliards d’euros collecté en 2016, portant le niveau de l’assurance-vie en France à plus de 1700 milliards d’euros.

L’or : alternative idéale pour les épargnants ?

Quoi qu’il en soit, et si on considère qu’un contrat d’assurance-vie est un placement rentable, au même titre qu’un livret A à 0,75%, il reste tout de même 415 milliards d’épargne improductive menacée de dépréciation en raison de la seule inflation. Dans le même temps, l’or et l’argent se situent à des niveaux de prix très accessibles et pourraient constituer une alternative intéressante pour ceux qui voudraient à la fois conserver une épargne liquide, protéger une partie de leur patrimoine et peut-être même accompagner une éventuelle embellie sur le marché des métaux précieux.

Rappelons en effet que le cours de l’or était à des niveaux similaires l’an dernier à la même époque, et qu’il a brusquement flambé en quelques semaines, gagnant plus de 20% à la faveur d’événements politiques et économiques dont l’année 2017 risque de ne pas être avare non plus. Guerre économique naissante sous l’impulsion de Donald Trump, élections majeures en France, poursuite du délitement de l’Union européenne et de la crise de confiance qui en découle, monnaies sous respiration artificielle, marchés boursiers de plus en plus imprévisibles, tous les indicateurs semblent aller vers une nouvelle augmentation de l’or à moyen terme.

En novembre 2015, un sondage AuCoffre/OpinionWay montrait que seuls 8% des Français détenaient de l’or d’investissement mais qu’ils étaient plus de la moitié à considérer que l’achat d’or et d’argent constituait une bonne alternative aux solutions d’épargne classiques pour conserver leurs économies. Par conséquent, on peut supposer qu’un certain nombre d’épargnants se laisseront tenter et envisageront de placer 5 à 10% de leur épargne improductive dans ce qui fut de tout temps la valeur refuge par excellence, à savoir l’or, avant qu’une nouvelle hausse des cours le rende moins accessible. Quoi qu’il en soit, le timing risque de s’avérer assez serré car l’or a déjà amorcé sa reprise et a gagné plus de 7% depuis le début de l’année 2017.

Sur le web

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • http://www.lefigaro.fr/societes/2011/09/29/04015-20110929ARTFIG00875-le-boom-des-coffres-forts.php

    la vente de coffre-forts en hausse constante, ce n’est sans doute pas un hasard non plus

  • encore une pub pour l’or

    • Je parlerais plutôt d’une contre-publicité. L’immense majorité des media relaie aveuglément les discours mainstream de la banque et des autorités, selon lequel or ne servirait à rien. À cette voix unique on peut ajouter une lutte contre le cash menée pour de mauvais prétextes. Alors que dans le même temps : l’inflation de la masse monétaire n’a jamais été aussi élevée, les déséquilibres budgétaires continuent à s’aggraver entre buveurs de bière et buveurs de vin, il et de plus en plus difficile d’identifier quelles sont les monnaies fortes qui vont le rester.
      Bref, je vois dans cet article un appel à la prudence avant tout.

  • Vous avez de la chance de pouvoir épargner, moi l’état m’a tout pris.

  • Le problème de l’achat d’or physique (a la maison ou dans un coffre-fort dédié, donc coûteux ((environ 3% par an quand même !))) est que sa valorisation dépend essentiellement des politiques monétaires. L’€ monte, le US$ baisse : le cours de l’or varie. Sa valeur intrinseque de matière première rare n’a pas,
    changé (une once d’or pèse toujours une once), mais sa valeur de marché peux fluctuer rapidement selon les politiques monétaire ou la santé de l’economie US.
    Acheter de l’or physique c’est accepter de le conserver longtemps, et de ne jamais regarder le cours de l’or au quotidien.
    Pas si facile en définitive…

  • Peut être que les gens n’ont plus envie de mettre la consommation au centre de leur existence et de ne plus être que des consommateurs.
    Un changement de mentalités/paradigme, personne n’y pense ici car ça serait la catastrophe pour le business de chacun, et pourtant j’observe de plus en plus de gens autour de moi tenter de ne plus porter cette étiquette et de dépendre le moins possible de, sans parler de ceux qui commz moi, épargnent et investissent dans des choses durablement acquises mais qui ne fructifient pas, par crainte de l’avenir et pouvoir l’envisager plus sereinement…

  • le problème est comment retirer des sommes conséquentes de vos banques.. si vous savez ..moi pas

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Loin de nous l’idée d’être des profiteurs de guerre. La guerre en Ukraine est évidemment dramatique humainement. Mais elle a dans le même temps des répercussions économiques et financières. Aussi, de nombreux ménages s’inquiètent pour leur épargne et les valeurs refuge (or notamment) attirent de nouveau. Dans quoi investir dans ce contexte de crise ukrainienne ? Certains placements sont-ils meilleurs que d’autres pour investir son épargne en 2022 ?

L’or : toujours une valeur refuge ?

En période de crise, on pense tout de suite à l’or e... Poursuivre la lecture

Par Mark Thornton.

Nous allons nous intéresser à ce qui se passe avec une augmentation de la masse monétaire, plutôt qu'une augmentation de l'épargne. Ceci est d'une importance capitale. L'idée mercantiliste selon laquelle l'augmentation de la masse monétaire accroît la prospérité a été dénoncée comme une erreur il y a des siècles par Richard Cantillon[1. Richard Cantillon, Essai sur la Nature du Commerce en Général, translated and edited by Henry Higgs (1755; London: Cass, 1931), chap. 1.].

L'orthodoxie monétaire contemporaine

... Poursuivre la lecture

Première partie ici.

Avant l’invasion de l’Ukraine par la Russie, la BCE avait prévu de relever ses taux et de mettre fin à ses rachats de dette tardivement et modestement. Le 7 février, Christine Lagarde déclarait devant la Commission des affaires économiques et monétaires du Parlement européen :

« Il n'est pas nécessaire de se précipiter vers une conclusion prématurée pour le moment […] Les chances ont augmenté que l'inflation se stabilise à notre objectif (2 %). Rien n'indique que l'inflation sera constamment et significative... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles