Emploi : le Royaume-Uni, un modèle pour la France ?

Rares sont les publications qui tentent de s’attaquer au problème de l’emploi, et le livre de Nathalie Droal est un de ceux-là. Il le fait en analysant le cas du Royaume-Uni, dont les résultats ont été incomparablement plus performants que ceux de la France.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Emploi : le Royaume-Uni, un modèle pour la France ?

Publié le 26 janvier 2017
- A +

Par Yves Buchsenschutz.
Un article d’Emploi 2017

Tout y est et sort en filigrane de la comparaison : les emplois marchands, seuls créateurs de richesse réelle et tangible pour la collectivité, ne peuvent en définitive être créés que par de nouvelles entreprises. De plus, seule l’initiative privée peut avoir une chance raisonnable de les inventer puis de les développer. De ce point de vue, le Royaume-Uni a construit patiemment une politique générale d’encouragement à l’investissement des personnes physiques, quand la France, dans le même temps, favorisait l’assurance-vie, l’investissement dans les œuvres d’art et l’immobilier… ou encore l’intervention publique, peu convaincante en la matière.

Encouragé par ses think tanks, le Royaume-Uni a joué le pragmatisme, la France les réglementations, voire la pénalisation systématique de la croissance, en particulier via la fiscalité, des initiatives individuelles. Le Royaume-Uni a choisi l’encouragement du risque quand la France a installé des rentes. Nos voisins d’outre-Manche ont mis en place une réforme ambitieuse de l’apprentissage, rendant les entreprises encore davantage maitresses du dispositif, quand la France l’a laissé aux mains d’une Éducation nationale farouchement opposée à l’entreprise.

Que dire de plus ? La France ne supporte pas l’existence des riches : ils sont pourtant les seuls susceptibles de créer le mouvement pour l’emploi. Pour investir, il faut de l’argent et il faut pouvoir prendre des risques, toute chose hors de portée des citoyens moyens. Demandez à la collectivité de prendre les risques et de l’argent à ceux qui en ont peu, ou pas, est tout simplement contre-productif du point de vue de l’emploi. Punir ceux qui créent les amène à aller investir ailleurs ou autrement.

Il faudra bien qu’un jour notre pays accepte que son développement dépende de l’accroissement du gâteau que nous avons à partager, et que les pâtissiers de ce dernier ne peuvent être que des investisseurs aisés et expérimentés.

Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Truss
1
Sauvegarder cet article

Par Robert Jackman.

Après six semaines de lutte acharnée, le résultat est là : Liz Truss sera le nouveau Premier ministre de la Grande-Bretagne. Cette ambitieuse politicienne conservatrice, qui a été la secrétaire aux Affaires étrangères de Boris Johnson pendant la crise ukrainienne, a pris officiellement ses fonctions mardi. Mais son arrivée à Downing Street mettra-t-elle fin au style grand État et grandes dépenses de son prédécesseur ?

Il y a certainement des raisons d'être optimiste. Au sein du village de Westminster, Mme Tru... Poursuivre la lecture

Charles III
1
Sauvegarder cet article

Par Jess Carniel.

Avec le décès de la reine Elizabeth II, l'Angleterre, mais aussi l'ensemble des pays du Commonwealth ont un nouveau roi. La BBC a confirmé que Charles prendra le nom royal de King Charles III.

Charles a été désigné prince de Galles à l'âge de neuf ans en 1958, son investiture ayant eu lieu dix ans plus tard. Il est l'héritier royal qui a attendu le plus longtemps son accession au trône, alors que le règne de sa mère fut le plus long de tous les monarques britanniques.

Aujourd'hui, la question se pose pou... Poursuivre la lecture

Une image vaut mieux que mille mots. Cette expression, présente des deux côtés de la Manche, ne saurait perdre de sa superbe à quiconque était présent à Londres ce vendredi. Le London Underground est habituellement fort des 5 millions de voyageurs quotidiens de son réseau de métro soit l’équivalent du trafic quotidien de la SNCF sur l’ensemble du territoire français. Un réseau complètement à l’arrêt ce vendredi à l’inverse du réseau de bus où les voyageurs se sont réfugiés, entassés tant bien que mal dans les iconiques bus rouges à impériale.... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles