Primaire de la gauche : la farce tranquille

Si on ne peut pas faire confiance aux socialistes pour la primaire, peut-on le faire pour diriger la France ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Montebourg Hamon CC Parti Socialiste

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Primaire de la gauche : la farce tranquille

Publié le 24 janvier 2017
- A +

Par Frédéric Mas.

Primaire de la gauche : la farce tranquille
Montebourg Hamon CC Parti Socialiste

C’est bien connu, pour Marx, l’histoire se répète toujours deux fois, la première fois comme tragédie, la seconde fois comme farce. Le Parti socialiste a décidé d’innover et d’inverser sous les yeux ébahis de la France entière les deux termes. Après avoir porté au pouvoir François Hollande, qui fut tellement médiocre qu’il n’a pas osé se représenter, c’est au tour de la primaire de la gauche de se transformer en bouffonnerie lamentable. C’est là la farce. L’aggravation de la situation économique nous rapproche chaque jour d’un destin national comparable à celui de la Grèce : jusqu’à présent, les mesurettes politiques prises n’ont servi à rien, sinon à entretenir l’illusion que le pouvoir politique agissait dans le sens de l’amélioration de la situation. C’est là la tragédie.

Chiffres gonflés pour la participation ?

Pour tenter de se refaire une santé politique, le Parti socialiste avait décidé de désigner son représentant grâce à des primaires ouvertes. Le scrutin de dimanche dernier a vu le triomphe des deux tendances qui polarisent la formation sociale-démocrate : l’une réformiste et républicaine, l’autre radicale et utopiste. Seulement, dès lundi, ce sont les chiffres du scrutin qui ne collent pas avec le résultat final.

De l’aveu même du président du Comité national d’organisation de la primaire à gauche, les chiffres ont été un peu arrondis. De quoi justifier les accusations nombreuses de triche pour gonfler la participation catastrophique de ce qui devait être la vitrine du PS pour la présidentielle de cette année. Le PS partait perdant, et savait qu’il organisait une primaire de la gauche en vue de désigner celui qui allait être le perdant de la présidentielle face à la droite et à l’extrême droite. Mais plutôt que d’assumer la défaite, il a aussi choisi le déshonneur.

Perte de confiance

Cela jette rétrospectivement le soupçon sur l’ensemble des méthodes politiques du PS. Si les socialistes sont prêts à bidonner les chiffres pour plaire aux médias pour la primaire, qu’en est-il de la sincérité des chiffres officiels pendant leur mandat, sur le chômage, la dette, l’emploi ? On se souvient, à la lecture du livre de Davet et Lhomme, à quel point François Hollande ne vit que par et pour les journalistes qui flattent son narcissisme. Et si pendant tout son mandat, la suite de tactiques sans lendemain qui a animé le gouvernement socialiste ne répondait qu’à ce genre d’attentes médiatiques ? Quel est le degré de maquillage (ou du moins d’arrangement avec la réalité…) des chiffres dans le bilan Hollande ? Si ces méthodes de margoulins sont bonnes pour la primaires, pourquoi pas pour diriger le pays ?

Le mélange d’amateurisme, de sincérité à éclipses et de communication publique pitoyable a plus sûrement conduit le PS d’aujourd’hui à sa mort que les coups de boutoir de ses adversaires.

A lire aussi, notre analyse : primaire, combien de votants ?

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Les audits d’après mai 2017 risquent de révéler bien des (mauvaises) surprises…

  • Et si pendant tout son mandat, la suite de tactiques sans lendemain qui a animé le gouvernement socialiste ne répondait qu’à ce genre d’attentes médiatiques ?
    C’est l’impression que j’ai souvent eu pendant ce mandat…

    Sinon, pour la triche au PS, rappelez vous l’élection du 1er secrétaire du PS en 2008, Aubry avait triché contre Royal…
    Et Melenchon avait aussi reconnu une élection bidonnée en 97, entre Hollande et lui. Ils s’étaient mis d’accord à l’avance sur le résultat…

    Mais la tricherie est une habitude de longue date au PS : Plus avant, le PS faisait payer aux étudiants de la mutuelle étudiante les salaires de ses employés, par ex…
    Le PS : un grand parti honnête et démocratique !!
    Et dire qu’il y en a qui votent encore pour eux….

  • Dans le même genre, maintenant que Fanfan Premier a jeté l’éponge, les chiffres du chômage repartent étrangement à la hausse.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Candidat sous la casaque présidentielle, Manuel Valls a été éliminé dès le premier tour de la 5e circonscription des Français de l’étranger regroupant Monaco, Andorre, l'Espagne, et le Portugal. La claque l’a laissé sans voix : il a même décidé de fermer son compte Twitter.

🔴 Après sa défaite dès le premier tour des élections #Législatives, Manuel Valls supprime son compte Twitter. pic.twitter.com/pwNVKemzwx

— Élections 2022 🗳 (@2022Elections) June 5, 2022

La défaite de l’ancien Premier minist... Poursuivre la lecture

C’est fou : la sphère politicienne macroniste est en passe de s’étendre de la socialie la plus solférinienne à la droite LR la plus sarkozyste ; de François Rebsamen et Claude Bartolone à Éric Woerth !

Pour les deux premiers, respectivement ministre du Travail et président de l’Assemblée nationale à l’époque du quinquennat Hollande, le ralliement n’est pas encore totalement officiel. Mais pour Woerth, c’est fait : l’ancien ministre de Chirac et Sarkozy et actuel député LR a annoncé avant-hier qu’il allait se mettre en congé des Républ... Poursuivre la lecture

Suspense intenable ! François Hollande va-t-il bientôt nous annoncer sa candidature présidentielle ? Des propos habilement équivoques tenus récemment par l'ancien chef de l'État devant des lycéens relancent la machine à spéculation politico-médiatique : "pour l'instant", il n'est pas candidat. Mais comme "ça ne va pas bien" - sous-entendu, à gauche, vous l'aurez immédiatement compris - forcément, il s'interroge :

"Est-ce qu'une candidature de plus serait utile ? Je ne sais pas. Je ne le pense pas, d'ailleurs. J'ai les mêmes idées qu'av... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles