Grâce de Chelsea Manning : que veut Obama ?

À quelques jours de la passation de pouvoir, Barack Obama a décidé d’accorder sa clémence à Chelsea Manning qui avait écopé de 35 ans de prison pour avoir transmis des documents confidentiels à Wikileaks.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Grâce de Chelsea Manning : que veut Obama ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 18 janvier 2017
- A +

Par Frédéric Mas.

Grâce de Chelsea Manning : que veut Obama ?
By: Timothy KrauseCC BY 2.0



À quelques jours de la fin de son mandat, Barack Obama a décidé de commuer la peine de Chelsea Manning, condamnée à 35 ans de prison par une cour martiale pour avoir transmis des documents confidentiels à Wikileaks. Chelsea Manning, transgenre qui s’appelait encore au moment de son arrestation Bradley, avait participé à l’exposition des excès et des violations des conventions internationales par les États-Unis, en particulier au moment de la guerre en Irak et de la campagne d’Afghanistan.

Contre l’arbitraire et la raison d’État

Pour les plus attachés à la liberté d’expression et aux droits de l’homme, elle était devenue le symbole, avec Edward Snowden et Julian Assange, de la lutte contre l’arbitraire et la raison d’État. Pour ses contempteurs, son action avait mis en danger les troupes projetées partout dans le monde pour protéger les intérêts américains, et relevait de la haute trahison.

Ce mouvement de clémence d’Obama envers Chelsea Manning intervient quelques jours avant l’arrivée au poste de président des États-Unis de Donald Trump. Sans doute s’agit-il de remettre au centre du débat public la question du statut des lanceurs d’alerte dans le collimateur de Washington. En effet, Edward Snowden a trouvé refuge en Russie après une accusation d’espionnage portée contre lui, tandis que Julian Assange est coincé à l’ambassade d’Équateur à Londres pour éviter l’extradition vers les États-Unis.

Trump et Assange désormais dans la tourmente

Dans tous les cas, la libération de Manning obligera à la fois Donald Trump et Julian Assange à se positionner : le premier, accusé par ses adversaires d’être le jouet des Russes, va également subir la pression de son propre camp pour refuser tout geste de clémence envers les nouveaux dissidents (en particulier Snowden et Assange, accusés par les démocrates d’être des agents russes). Le second avait promis de se laisser extrader en cas de clémence envers Chelsea Manning, il sera donc dans l’obligation d’agir ou de se dédire.

Il est difficile de ne pas soupçonner un dernier coup de billard à quatre bandes du président sortant : Obama semble multiplier les boules puantes contre son successeur à quelques jours de la passation de pouvoir, et obliger Assange à tenir sa parole revient aussi à gêner le lanceur d’alerte qui, quelques mois plus tôt, a torpillé la campagne bien huilée de la candidate démocrate Hillary Clinton.

Seulement, et sans doute momentanément, le résultat est positif pour les libertés publiques : la libération de Chelsea Manning remet au cœur des débats la nécessaire protection des lanceurs d’alerte contre les aléas de la politique internationale. Cette exposition est une chance pour la liberté.

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • Et surtout, quel argument a avancé obama pour gracier Manning? Ou il en a donné..et spéculer sur ses intentions est secondaire ou non…et gracier une personne sans explication relève du fait du prince. Non?

    Bon et pour digresser
    Il va falloir définir avec précision ce qu’est un lanceur d’alerte puisqu’il parait qu’ils doivent être protégés.
    SI un lanceur d’alerte est quelqu’un qui dévoile toute ma correspondance privée parce qu’un jour j’ai peut être écrit une lettre où je déclarais avoir arraché les ailes d’une mouche qu’il aille se faire foutre…
    C’est une question de balance entre l’horreur des crimes révélés et la violation de la vie privée par le pirate.
    un lanceur d’alerte se pose en justicier, ça implique certaines responsabilités.

    • « …gracier une personne sans explication relève du fait du prince… »

      La grâce est un fait du prince. Et n’a pas besoin de justification. Sinon, on parle quand même de quelqu’un qui s’est pris une condamnation d’une sévérité exorbitante pour avoir dénoncé publiquement les violations des droits de l’homme par des militaires américains. Ce que vient de faire Obama est bien. C’est tout.

      • Sauf que c’est Obama et son administration qui ont comdamné Bradley / Chelsea en première instance…donc Obama est extrêmement hypocrite sur le coup.

        • « Sauf que c’est Obama et son administration qui ont condamné… »

          Non. Une cour martiale. Pas plus Obama et son administration n’ont condamné Bradley/Chelsea que Hollande a condamné Jacqueline Sauvage.

          • A ma connaissance, une court martiale dépends d’une armée…et une armée ne dépends absolument pas d’une administration…

            Après, même si théoriquement, une court martiale doit être isolée de son commandement, pour prendre « la bonne décision », si ma mémoire est bonne, Obama a lourdement insisté sur le fait que Bradley / Chelsea « enfreint la loi », et s’est montré « irresponsable, et a risqué la vie de membres actifs des services américains causant ainsi énormément de dommages »…en proclamant ceci, ce cher B. Obama a influé le verdict de la court martiale, ce qu’il n’avait pas le droit de faire.

            A l’époque pour pas mal de commentateurs (qui ne portaient pas Bradley / Chelsea dans leur coeur) le président a clairement outrepassé ses droits en indiquant que Bradley / Chelsea était coupable et devait être puni(e) avant que le verdict ne soit rendu par la court.

            Après, rien ne justifie les traitements qui ont étés infligés à Bradley / Chelsea.

            • « …une court martiale doit être isolée de son commandement… »

              Voilà.

              « …Obama a influé le verdict de la court martiale… »

              Pure spéculation sans fondement.

              • Non. Cf ses déclarations à la presse en 2011. Il n’avait pas à les faire, raison pour laquelle il s’est faire retoquer par CNN, MSNBC et d’autres sur le sujet. Il n’avait pas à spéculer sur la culpabilité de Manning, ce qu’il a fait…et en chemin, ses déclarations sont à même d’avoir influencé le verdict de la court martiale.

                • « …ses déclarations sont à même d’avoir influencé le verdict de la court martiale… »

                  Pure spéculation sans fondement.

                  Sinon, tout le monde (hommes politiques, journalistes, citoyen à pied, etc.) pouvait spéculer sur la culpabilité de Manning… sauf Obama… Ben voyons…

      • attendez..par fait du prince, j’entends acte non soumis à un contre pouvoir quelconque. au sens large ..en incluant celui de la presse celui de l’opinion…

        Il me semble que la grâce présidentielle dans une saine démocratie doit s’appliquer dans des cas où la justice humaine avec sa froideur atteint ses limites, je ne m’oppose pas à la grâce de Manning , je ne connais pas l’affaire, je trouve juste que l’article est trop spéculatif…

        SI on veut savoir pourquoi obama a gracié Manning, on lui demande. Bien ou pas…je ne sais pas dans le cas d’espèce.

        Quant aux violations des droits de l’homme en temps de guerre…on va plutôt parler de violation des conventions et usages sinon c’est un peu dérisoire.
        Commencer un processus qui conduit à tuer des gens,les bombarder..en respectant les droits de l’homme me semble dérisoire et un petit peu hypocrite ..mais chacun ses opinions.

  • La justification donnée par l’administration Obama sur l’origine de la différence de traitement entre Manning et Snowden est intéressante: le premier s’est soumis aux lois de son pays, le second s’est enfui. Cette attitude « socratique » de Manning consistant à accepter la condamnation même si on la trouve injuste doit être saluée, et est probablement la seule attitude cohérente pour un lanceur d’alerte s’il prétend défendre l’Etat de droit. Et au delà des calculs politiciens ou stratégiques, cette grâce est donc une décision qui doit être saluée.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les censeurs du monde entier retiennent leur souffle : Elon Musk a suspendu temporairement l’accord de rachat de Twitter, occasionnant une plongée en bourse de la célèbre entreprise à l’oiseau bleu. Avant de l'acquérir, le milliardaire voudrait évaluer le nombre de faux comptes et de spam sur le réseau, que ses administrateurs estiment à environ 5 %.

Elon Musk a bien précisé qu’il avait toujours l’intention de reprendre Twitter pour en faire une véritable zone de libre expression, au grand dam d’une improbable coalition de progressiste... Poursuivre la lecture

Donald Trump est de retour sur Twitter. Pas encore, mais presque. Elon Musk a en effet annoncé qu’il rétablirait le compte de l’ancien président Américain une fois l’OPA terminée, en ajoutant que le bannissement de Donald Trump était, selon ses propres mots : stupide, stupide et moralement condamnable.

Aussitôt, la planète libérale-quand-ça-m-arrange a hurlé au sacrilège et au loup en dénonçant un risque de perte de pluralisme et de dérive idéologique qui déboucherait sur la privation des libertés, dont la sacro-sainte liberté d’expres... Poursuivre la lecture

D’abord, rappelons-nous. Onze ans après les révélations WikiLeaks, Julian Assange finit par être interpellé à l’ambassade d’Équateur à Londres. Il est immédiatement livré à la justice britannique et placé en détention provisoire. Les États-Unis réclament alors son extradition.

Le lanceur d’alerte avait de sérieux espoirs d’y échapper pour trois raisons :

Un état de santé préoccupant, La liberté d’expression et le droit à l’information dont son alerte est le symbole, Et la jurisprudence Snowden.

 

Ce n’est en effet ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles