Julian Assange ou la politique du pire

Le refus de François Hollande d’accorder l’asile à Julian Assange souligne la déconnexion entre les idées officiellement professées par les politiques et leur pratique.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Julian Assange en 2011 (Crédits : acidpolly, licence CC-BY-NC-SA), via Flickr.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Julian Assange ou la politique du pire

Publié le 5 juillet 2015
- A +

Un billet d’humeur de Vincent Andrès.

Julian Assange en 2011 (Crédits : acidpolly, licence CC-BY-NC-SA)
Julian Assange en 2011 (Crédits : acidpolly, licence CC-BY-NC-SA), via Flickr.

La France, ou plutôt son représentant élu, vient d’indiquer refuser l’asile politique demandé par Julian Assange. Qu’est-ce que cela nous inspire ?

Personnellement, ce n’est même plus de la déception, et évidemment pas de la surprise.

La France, ainsi que beaucoup d’autres démocraties occidentales, vit dans une schizophrénie permanente. Nos édiles passent leur temps à des incantations chamaniques aussi ostentatoires et médiatiquement relayées, que complètement dénuées d’effets pratiques (manifestations, déclarations, etc.). En parallèle, parfois le même jour, ils prennent des décisions concrètes parfaitement ignobles, à 180° des « valeurs » dont ils ont osé se proclamer quelques heures avant.

Le refus d’accorder l’asile politique à Julian Assange est parfaitement cohérent avec cette triste façon de gouverner.

En prime, les mêmes politiques ne cessent de déplorer le divorce entre politiques et citoyens. Il ne faut pas manquer de toupet, quand ce sont ces mêmes politiques qui travaillent en permanence, sans relâche, quel que soit leur parti politique, à creuser quotidiennement ce divorce, par des décisions à l’opposé des idées officiellement professées.

La question, comme pour tous les événements de ce type, n’est plus ce que nous devons attendre de notre lamentable classe politique. Cette question n’a plus lieu d’être depuis longtemps. La question est de les laisser patauger seuls dans leur médiocrité, de les ignorer, de les contourner, et de voir ce que nous pouvons faire nous-mêmes. Il n’y a rien d’intelligent ou de courageux à attendre de nos hommes politiques. Ils en sont, pour hélas plusieurs raisons, rigoureusement incapables.

« La vie se rétracte ou se dilate à proportion de notre courage » – Anaïs Nin

Il en est de la vie des individus comme de la vie politique. À force d’une vie politique officielle faite de moulinets, de coups de mentons martiaux (mention spéciale à Manuel Valls !), de brassage de vent, mais sans courage réel, cette vie politique en circuit fermé boucle et se rétracte jusqu’à disparaître du monde réel. Jusqu’à susciter le désintérêt du public et son refus, sain et majoritaire, clairement exprimé et répété à chaque élection, de participer à la comédie.

« La société politique contemporaine : une machine à désespérer les hommes. »

Voilà ce qu’écrivait Albert Camus en 1948, après avoir bien connu la période et ses grands hommes. Plus de 50 ans plus tard, la situation du coté du personnel politique est inchangée (en fait elle s’est même encore dégradée). La différence cependant est que la population est aujourd’hui, par bien des manières, en capacité de contourner les monopoles, privilèges, interdictions et illusions auxquels nos apparatchiks travaillent inlassablement. Le personnel politique est certes bien pire que désespérant, mais de toutes manières les solutions à nos problèmes ne viendront pas d’eux. C’est à nous de retrousser nos manches. Nous en avons désormais les outils (et il s’en construit tous les jours). L’espoir vient de nous. Sa seule solidité est d’arrêter de le sous-traiter.

 

Voir le commentaire (1)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La campagne électorale est enfin terminée, en laissant derrière elle un goût amer.

Il nous a été demandé de choisir entre douze, puis deux nuances de socialisme débridé et irresponsable. Quelle tristesse !

D’un autre côté, cette parenthèse dans la vie politique nous aura permis de savourer une trêve plus que bienvenue dans les bombardements incessants de mesures liberticides et infantilisantes qui frappaient le pays depuis deux ans. C’est toujours ça de pris.

Le bilan est cependant d’une détresse abyssale : absolument auc... Poursuivre la lecture

D’abord, rappelons-nous. Onze ans après les révélations WikiLeaks, Julian Assange finit par être interpellé à l’ambassade d’Équateur à Londres. Il est immédiatement livré à la justice britannique et placé en détention provisoire. Les États-Unis réclament alors son extradition.

Le lanceur d’alerte avait de sérieux espoirs d’y échapper pour trois raisons :

Un état de santé préoccupant, La liberté d’expression et le droit à l’information dont son alerte est le symbole, Et la jurisprudence Snowden.

 

Ce n’est en effet ... Poursuivre la lecture

Le 3 mars 2022, François Sureau était reçu à l'Académie française et y prononçait un discours où il faisait l'éloge, comme c'est la coutume, de son prédécesseur, Max Gallo.

Étant plutôt du côté de chez Proust que du côté de chez Sainte-Beuve, il n'a pas raconté la vie de cet homme qui avait dû d'appartenir à la Compagnie à raison de son oeuvre.

Le nouvel académicien a eu six mois pour explorer cette œuvre. Ce n'était sans doute pas de trop, puisqu'elle compte une centaine d'ouvrages consacrés peu ou prou à l'histoire.Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles