Taxe robot : les solutions dangereuses de Benoît Hamon pour l’entreprise

Benoit Hamon (Crédits Mathieu Delmestre- Parti Socialiste licence Creative Commons)

Benoît Hamon a une solution miracle pour l’entreprise, et elle s’appelle encore plus de charges sociales, mais aussi sur les robots !

Par Jacques Clouteau.

Benoit Hamon (Crédits Mathieu Delmestre- Parti Socialiste licence Creative Commons)

Alors qu’approchait la fête de Noël et que chacun se consacrait au bonheur de sa famille, voici qu’un candidat à la primaire de Gauche s’en est allé lui aussi de son petit refrain du bonheur.

Benoït Hamon, un candidat hors sujet sur l’entreprise

Monsieur Benoît Hamon, puisque c’est de son idée dont nous allons parler, n’a jamais mis les pieds dans une entreprise de toute sa vie, n’a a fortiori jamais créé la moindre richesse marchande par son travail, puisqu’il fut, à peine obtenue sa licence d’Histoire, engagé comme assistant parlementaire avant de créer divers cercles et partis où se développent, entre rêveurs professionnels, les utopies socialistes.

À part le déplacement de dossiers à la dextre ou la sénestre d’un bureau, il ne possède, au vu de son curriculum vitae, pas d’expérience directe de l’économie et de l’entrepreneuriat. Il ne sait pas ce qu’est l’acte de recruter et embaucher une personne, il ignore encore plus ce qu’est une procédure de licenciement, il n’a aucune idée du courage que réclame en France l’action d’investir et quel est le risque sous-tendu. Bref il est comme un prétendu plombier qui viendrait vous présenter son devis tout en vous avouant qu’il n’a jamais fait une soudure…

Mais comme il perçoit chaque mois un revenu, il est persuadé qu’il travaille comme le ferait un entrepreneur…

Bref cet homme politique, imprégné de justice sociale et certain, puisqu’il est de gauche, de posséder la solution-miracle à tous les problèmes du pays, vient de s’apercevoir, avec effroi, que tout ce qu’avait tenté la Gauche dans notre pays, comme dans les autres pays d’ailleurs, n’a jamais produit autre chose que la misère, le chômage, la ruine et la fuite des meilleurs. Mais bonnes gens, sachez-le, si rien n’a marché, c’est simplement parce qu’on n’a pas mis en place une vraie politique de Gauche… Si on avait encore augmenté les impôts, redistribué les richesses et accablé les artisans de charges obligatoires, si on avait rajouté une centaine de pages au Code du travail pour mieux protéger les pauvres salariés, si on avait taxé à 200% les loyers et les revenus du capital, il est évident que du monde entier seraient accourus les investisseurs et les jeunes talents pour profiter de notre modèle social et marcher vers un avenir radieux ! Puisqu’on vous le dit…

La solution miracle de Benoît Hamon

Monsieur Benoît Hamon, qui a largement le temps de penser, vient donc juste de découvrir la cause de tous nos malheurs sociaux, la raison de nos cinq millions de chômeurs, toutes catégories confondues, l’origine du trou monstrueux de la Sécurité sociale, et nous livre derechef sa solution, celle à laquelle personne n’avait jamais pensé : pour faire cesser l’injustice sociale, mettre les patrons à la raison et chavirer plein de sous dans nos caisses de maladie et de retraite faméliques, il suffit de faire payer des charges sociales aux robots !

Crédiou qu’elle est grande cette idée-là… Mais comment le monde a-t-il pu tourner si longtemps si mal sans que personne n’explore cette piste ? Heureusement qu’il est des gens de Gauche pour avoir des éclairs de génie aussi lumineux !

Il nous est apparu cependant que l’idée, quoique révolutionnaire, méritait qu’on précise certains détails, afin que les chefs d’entreprise comprennent bien l’enjeu de la chose et acceptent à l’avance, le chéquier à la main, de contribuer avec enthousiasme à la justice sociale sans laquelle il n’est point de société solidaire.

Redéfinissons d’abord le terme de « charges sociales » : comme chaque salarié peut le voir sur son bulletin de paie, il s’agit de cotisations obligatoires à différentes assurances que les gouvernements successifs, depuis 1945, ont estimé nécessaires à l’irrépressible besoin de protection des Français. Assurance-maladie, assurance-retraite, assurance-chômage, assurance-veuvage, assurance-formation, assurance-mutuelle, assurance-accident de travail, etc… Une bonne vingtaine d’assurances obligatoires dont nos grand-pères se passaient fort bien mais dont leurs petit-fils auraient, semble-t-il, l’absolu besoin pour ne pas mourir d’angoisse…

Maintenant définissons ce qu’est un robot : une machine qui fait, mieux et plus vite, le travail qu’un homme fait à la main. Le robot va-t-il obligatoirement entraîner le licenciement de plusieurs employés ? À l’évidence non, vous répondront les chefs d’entreprise. Par contre on embauchera moins de monde. On va par exemple acheter un robot de soudure pour assembler des pièces en grande série à un coût acceptable plutôt que monter un atelier avec dix soudeurs rivés à leur poste de travail. Mais il faudra toujours un homme pour alimenter la machine et un autre pour programmer le robot. Sans compter le nombre d’employés embauchés dans l’usine qui fabrique les robots… Sans compter la richesse créée par la vente des articles soudés par le robot et exportés…

À ce titre, me direz-vous, la notion de robot demeure floue… À quel moment un outil devient-il un robot qui remplace les hommes et les affame ? Prenons quelques exemples :

  • Un seul homme avec une visseuse remplace trois hommes avec un tournevis cruciforme…. Faisons cracher la visseuse…
  • Une femme de ménage avec un aspirateur remplace trois personnes avec un balai… Faisons cracher l’aspirateur…
  • Une charrette à cheval remplace vingt hommes avec une brouette… Faisons cracher le cheval…
    Une route permet d’aller plus vite qu’un sentier muletier… Faisons cracher l’asphalte…
  • Un paquebot de croisière remplace 5.000 canoés… Faisons cracher le bateau….
  • Une caissière avec sa machine électronique remplace 10 caissières avec boulier… Faisons cracher la machine…
  • Une caissière avec boulier remplace cinq caissières avec crayon de bois, faisons cracher le boulier…
  • Un cuisinier bat la mayonnaise au fouet électrique alors que trois cuisiniers auraient fait le même travail à la fourchette… Faisons cracher le fouet…
  • Et dans la foulée, faisons cotiser chaque kilowatt qui indéniablement retire au muscle de l’homme son labeur…

Supposons maintenant qu’une majorité de députés aient envie de faire rire le monde entier et votent une loi prévoyant que chaque machine remplaçant un homme soit soumise aux mêmes assurances sociales… Puis imaginons les décrets d’application pris dans une obscure alcôve du ministère des Affaire Sociales par un jeune fonctionnaire tout frais émoulu de l’École Nationale de la Sécurité sociale (et oui, on a un truc comme ça chez nous…)

Si un robot paie des charges sociales, il y a automatiquement ouverture de droits sociaux…

Si un robot paie une assurance-maladie, il a droit à tomber malade…, ce qui sur une machine signifie une panne plus ou moins grave. Le coût de la réparation, en toute justice, sera pris en charge par l’assurance-maladie. On trouvera donc des réparateurs secteur 1, à 23 euros la consultation, des spécialistes avec dépassement d’honoraires pour les cas graves, et bien entendu une palanquée de mutuelles pour rembourser tous ces pistons en goguette et ces pompes en rideau…

Si un robot paie une assurance-retraite, il a droit au repos quand sa vie mécanique est terminée. Le recyclage peut être une forme de retraite. L’usure anormale pourrait donner droit à une pré-retraite…

Si un robot paie une assurance-chômage, il a droit à être entretenu dans une période d’absence de travail, et régulièrement alimenté en huile et énergie…

Pour les théoriciens de cette taxation, l’affaire est juteuse puisqu’un robot, contrairement à leurs principes, ne sera pas soumis au droit du travail et pourra bosser 24/24. Mathématiquement, il paiera donc trois fois plus de cotisations qu’un homme. Encore faudra-t-il installer un compteur enregistrant le temps de travail, surveillé par des contrôleurs assermentés, afin de vérifier l’assiette des cotisations. Manquerait plus que certains robots travaillent au black…

Il restera à déterminer de nombreux points. Quelle sera la date à partir de laquelle s’appliquera la nouvelle loi. Les robots utilisés sur les chaînes de fabrication automobile depuis plusieurs années seront-ils soumis à cotisation, ou bien ne seront concernés que les nouveaux robots ? Quelle commission évaluera le nombre d’hommes que remplace un robot ? Ce taux de remplacement sera-t-il modifié si le robot est amélioré ? Si le robot travaille habituellement huit heures et reste allumé une heure de plus pour terminer une série, cette heure sera-t-elle cotisée comme heure supplémentaire ? Si l’entreprise est en grève, pourra-t-on tolérer le travail des robots ?

On voit à l’étude de ces questions que cette nouvelle idée, comme toutes les autres usines à gaz du même acabit, engendrera pour son application la création d’une bureaucratie tatillonne et envahissante. Et comme on est sur une problématique de Sécurité sociale, il sera impossible de réformer quoi que ce soit. Les robots paieront donc leurs cotisations, des années durant, jusqu’à ce que la dernière usine ait quitté la France. Alors le successeur de Benoît Hamon inventera une taxe sur les entreprises qui délocalisent pour utiliser des robots ailleurs, puis le fils spirituel du successeur aura l’idée d’une taxe sur les robots utilisés dans les cinquante dernières années par des patrons félons… Tant que des gens qui n’ont jamais pris un risque de toute leur vie pourront se retrouver décisionnaires du destin de notre économie, il y aura toujours parmi eux de fumeux rêveurs capables de ruiner le pays pour essayer d’avoir raison contre le bon sens…

Monsieur Benoît Hamon, vous qui êtes breton, soyez gentils de nous lâcher un peu les bragou-braz et retournez bien vite en Finistère vous reposer vos neurones. Et pour éviter de nous sortir d’autres idées du même niveau, allez vous promener sur les rochers de la côte et ramassez donc quelques berniques. Mais attention : détachez-les du rocher à la main, éventuellement avec les dents, surtout pas avec un couteau ! En effet, en utilisant un couteau, vous allez pêcher beaucoup plus vite que les autres, ce qui non seulement induirait une concurrence déloyale, voire un danger de disparition de l’espèce, mais surtout risquerait de vous faire comprendre ce qu’est un outil. Ou alors, allez au bout de votre raisonnement et, dès le retour de la pêche, précipitez-vous au bureau de l’Urssaf (pas sûr que leurs heures d’ouverture correspondent à celles des marées…) afin de régler les cotisations sociales de votre couteau calculées sur la différence entre ce que vous avez réellement pêché et ce que vous auriez pêché sans couteau (un décret en Conseil d’État fournira certainement la table d’équivalence couteau-bernique…).

Et ce faisant, imaginez les résultats de votre brillante idée si elle était appliquée dans tous les ateliers de la pauvre France…