Primaire à gauche, c’est quitte ou double

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
By: Rémi Noyon - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Primaire à gauche, c’est quitte ou double

Publié le 1 décembre 2016
- A +

Par Frédéric Mas.

Primaire à gauche, c’est quitte ou double
By: Rémi NoyonCC BY 2.0

Alors que la droite et le centre viennent d’achever leur primaire, qui s’est conclue par la désignation de François Fillon, c’est maintenant à la gauche de choisir son champion. Seulement, les circonstances ne sont pas les mêmes, et la dynamique qui semble bénéficier à la droite se fait au détriment de la gauche de gouvernement.

Alors que la primaire à droite semble l’avoir requinqué pour l’élection présidentielle, celle à gauche risque fort ,non seulement de la diviser durablement, mais de mettre en scène sa faiblesse à moins de 6 mois des élections.

Primaire ouverte à l’extrême gauche

C’est la gauche de la gauche qui a réclamé la primaire ouverte. Sans doute pour s’assurer une visibilité que l’équipe resserrée autour du gouvernement lui refusait, c’est à la gauche du parti socialiste qu’on s’est mobilisé pour demander une primaire ouverte, avec le but avoué de revenir à des recettes plus anciennes que celles proposée par l’équipe Valls.

La crise ouverte entre la droite et la gauche du parti socialiste est apparue au grand jour au moment des discussions sur la loi Khomri, toute velléité de réforme étant vécue pour certains du parti comme une trahison.

Succès obligatoire

Au succès de la primaire à droite doit répondre celui de la primaire à gauche. La droite a réussi à mobiliser des millions de personnes, à focaliser l’attention des Français et à déplacer les termes du débat vers ses propres problématiques.

Certains commentateurs ont même présenté les débats entre candidats à la primaire de la droite et du centre comme une répétition générale des élections présidentielles. Bénéficiant peut-être d’un effet « Trump », les candidats favoris à droite, Sarkozy et Juppé, se sont retrouvés éliminés au profit d’un outsider plus réformateur en économie et conservateur sur les questions sociétales.

Face à ce séisme politique et médiatique, la réponse des socialistes doit être d’une ampleur comparable, c’est-à-dire capable de faire émerger un candidat crédible et un discours plausible pour convaincre. Malheureusement, le bilan du gouvernement actuel est difficilement défendable et le candidat « naturel » du parti, le président sortant, est tellement discrédité que ses soutiens sont devenus rares.

Le boulet François Hollande

Le leader de la gauche est contesté, ses concurrents moyennement crédibles. François Hollande se présentera-t-il à la primaire de la gauche ? Va-t-il chercher à défendre son bilan et incarner la gauche modérée envers et contre tous ?

Non seulement François Hollande divise la gauche, mais pour l’instant, les concurrents déclarés à la primaire ne semblent pas avoir la carrure ne serait-ce que pour rassembler les différentes tendances du Parti socialiste : Filoche, Hamon ou Lienemann chassent sur les terres d’une extrême gauche qui n’a plus besoin de primaire pour se désigner un leader, à savoir Jean-Luc Mélenchon, et les autres candidats ont tout juste assez de poids pour négocier des postes avec le vainqueur potentiel.

Le spectacle global est celui d’une gauche émiettée dont les sympathisants les plus actifs sont même prêts à voter à un candidat de la primaire de droite -Alain Juppé- pour tenter de se tirer de ce mauvais pas.

Reste deux candidats « hors cadre », hors primaire, qui pourrait aussi changer la donne et devenir la planche de salut pour une gauche déboussolée : François Bayrou et Emmanuel Macron. Le premier, contre le conservatisme libéral supposé de François Fillon, pourrait séduire par son centrisme social. Le second par son réformisme social-libéral, pourrait insuffler un peu de jeunesse dans une famille politique en crise. Les paris sont ouverts.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • ho la mauvaise langue ; hollande remonte dans les sondages ….de 1%…..pas sure que ça lui remonte le moral….

    • C’est terrifiant de voir des gens censés sensés encore parler de sondages.

      Tout comme ceux qui parlent de croissance , donc de l’incalculable PIB.

      Sur ce point-là au moins le sur-évalué – à ces propres yeux – Einstein avait raison quand il parlait de la bêtise humaine .

  • C’est amusants, sur les réseaux sociaux, bon nombre de supporters de sarkozy, appellent renvoyer la politesse à la gauche, en votant en masse pour … Gérard Filoche !
    En proposant de désigner le pire candidat pour la primaires, ces militants qui n’ont toujours pas digéré les appels du pieds aux électeurs de gauche de la part de Juppé (auxquels ces dernier ont répondu, faussant le scrutin), espèrent montrer aux socialistes, ce que ça fait d’avoir une primaire faussée

    • Je propose plutôt de voter Hollande à cette primaire, comme ça il se prendra la pire pantalonade de l’histoire de la 5e république. Il ne mérite que ça !

    • Pourquoi allez voter à la primaire socialiste, ils sont tous mauvais, n’importe qui peut faire l’affaire…

  • A quand un partie Démocrate de centre gauche qui irait d’Alain Juppé à Vall en passant par Macron et Bayrou?
    Avec en prime une belle querelle des chefs comme les aiment nos médias.
    Cela marginaliera les Socialistes dans une gauche incapable de renier le culte du marxisme.

  • C’est bizarre, ça fait maintenant quelque temps que je n’entends plus le clown de la rue Solférino faire ses jeux de mots minables avec son sourire crétin.

    Vous croyez qu’il a une angine?
    Ou peut-être passe-t-il son temps à astiquer la voiture pour la campagne électorale que le parti a acheté pour Hollande?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le déclin des organisations s’étale souvent sur de longues périodes, ce qui contribue à rendre sa perception difficile. Mais il arrive qu’un événement particulier le rende évident aux yeux de tous. Cet événement n’est pas nécessairement important, mais sans qu’on sache vraiment pourquoi, il cristallise tout ce qui était en germe depuis longtemps. Pour le Parti socialiste, alors au pouvoir, il semble bien que cet événement soit la gestion calamiteuse de la décision par le groupe ArcelorMittal d’arrêter les hauts fourneaux de Florange en 2012.<... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Claude Robert.

Hollande et Macron ont tous deux polarisé la vie politique à leur manière. Comme leur maître Mitterrand, ils ont su casser le jeu politique, le retourner à leur avantage en imposant des règles défavorables à leurs adversaires.

Surtout, ils l’ont fait en s’appuyant sur des ressorts affectifs, au détriment bien sûr de la transparence démocratique. Ils l’ont fait dans un seul but, celui d’accéder au pouvoir suprême.

Une fois installés à l’Élysée, ils ont continué d’abuser de cette technique pour à la fois ... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article
Par Nathalie MP Meyer.

Cet article doit se lire - j'insiste - comme la suite de "Manuel Valls : com’, ambition et coups de menton", portrait que j'avais écrit en décembre 2016 alors que l'ex-ministre de l'Intérieur puis Premier ministre de François Hollande venait de quitter Matignon pour participer à la primaire de gauche en vue de l'élection présidentielle de 2017.

Depuis son monumental plantage face à Benoît Hamon lors de la primaire de gauche de 2017, on le voit chercher fébrilement le parachutage politique en vue qui rendrait enf... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles