Présidentielle américaine : des résultats mitigés pour le Parti Libertarien

Les résultats détaillés du candidat libertarien Gary Johnson soulignent les points forts et les points faibles du Parti Libertarien américain.

Par Christopher Brenier.

Présidentielle américaine : des résultats mitigés pour le Parti Libertarien
By: Gary JohnsonCC BY 2.0

Après des mois de campagne, des primaires ayant eu leurs lots de surprises, des débats d’un niveau assez consternant et des révélations qui n’auront épargné aucun des candidats, la course à la présidence des États-Unis est terminée.

Cette élection représentait une grande opportunité pour le Parti Libertarien, qui espérait bien naviguer sur le rejet des candidats républicain et démocrate. Alors qu’en est-il des résultats du candidat Gary Johnson à l’issu du vote ?

Une performance en demi-teinte pour le Parti Libertarien américain

Avec 3% des scrutins, et un peu plus de 4 millions de voix, le Parti Libertarien réalise un nouveau record et triple son score des élections de 2012. Néanmoins, ce résultat reste décevant puisque Gary Johnson était souvent crédité de 7 à 8% dans les sondages. La dernière ligne droite aura été difficile pour le candidat libertarien.

Dans un précédent article, j’avais évoqué trois objectifs pour le Parti Libertarien, à savoir :

  • Réaliser un score au-delà de 5%
  • Remporter un État
  • Obtenir un score supérieur à l’écart Trump/Clinton

Seul ce dernier point est atteint, bien aidé en cela par un résultat final particulièrement serré entre Démocrates et Républicains.

Une base électorale libertarienne solide dans le centre du pays

Si l’on analyse les tendances État par État, on constate que Gary Johnson obtient ses meilleurs scores dans les États du centre du pays. Outre son État du Nouveau-Mexique où il dépasse les 9%, il réalise 6,3% dans le Dakota du Nord, 5,7% en Oklahoma ou encore 5,3% dans le Wyoming. Des États assez ruraux et plutôt méfiants à l’égard du gouvernement fédéral.

Ces États représentent un terreau favorable aux idées libertariennes, sur lequel le LP devrait s’appuyer lors des prochaines échéances électorales.

De mauvais résultats dans les États du Sud

C’est dans ces États que Gary Johnson marque le pas. Son discours en matière sociale (légalisation de la marijuana, mariage homosexuel) ayant sans doute du mal à convaincre dans des États où la religion reste très présente. Le candidat libertarien n’obtient par exemple que 1,9% des suffrages en Louisiane et seulement 1,2% dans le Mississippi.

Des progrès à faire dans les grandes villes

En observant les résultats dans les grandes agglomérations, on constate que là aussi les scores de Gary Johnson ont été assez faibles. Dans le comté de Los Angeles, il atteint péniblement les 2,5% et n’obtient que 1,4% dans celui de New-York, deux endroits où les électeurs ont plébiscité la candidate Clinton. Il est cependant intéressant de noter que Gary Johnson triple ses scores dans les comtés péri-urbains, qui, eux, ont principalement voté en faveur de Trump.

Un bilan somme toute encourageant

Malgré un résultat médiocre, il existe quand même des raisons de se réjouir pour les défenseurs de la liberté. Bien que la paire Johnson-Weld n’ai pas été invitée à participer aux débats officiels, cette campagne aura toutefois apporté une grande médiatisation aux idées libérales. De grands noms de la politique ont apporté leur soutien au candidat Johnson, gage de crédibilité pour le parti et son programme. Enfin, selon un sondage USA Today en sortie d’urne, Gary Johnson obtient 5% des voix chez les électeurs de moins de 30 ans. Espérons que cela soit de bon augure pour les prochaines élections.