Trump remporte la présidentielle américaine : la fin d’un monde ?

Publié Par Alexis Vintray, le dans Amérique du Nord, Édito, Pushmobile

Par Alexis Vintray.

Les résultats sont désormais quasiment définitifs et, dans une élection serrée, Donald Trump remporte avec une quasi certitude la présidentielle américaine face à Hillary Clinton. Un résultat inattendu, et le début d’une phase d’instabilité pour les marchés financiers mondiaux qui s’effondrent d’environ 5%.

Pour un libéral, il y a tout lieu de s’inquiéter de cette victoire d’un candidat élu sur des promesses de protectionnisme et de rejet de l’immigration, avec un discours populiste insistant sur le repli sur soi et à l’opposé des valeurs libérales. Marine Le Pen ne s’y est pas trompée, félicitant en premier en France Donald Trump pour sa victoire.

Dans un monde qui va lentement mais sûrement vers le populisme (Brexit, montée des extrêmes droites en Europe, Trump, etc.), il est temps d’ouvrir les yeux sur le diagnostic de la situation actuelle et les solutions à apporter pour défendre nos valeurs de société ouverte.

Ne pas stigmatiser les électeurs de Trump

Chez les démocrates principalement, la tentation sera grande de refuser toute remise en question en accusant les électeurs de Trump d’être des racistes irrécupérables, qui mettent en danger la démocratie. S’il y en a évidemment, c’est perdre de vue le vrai problème.

Le populisme incarné par Donald Trump ne prospère que sur le manque d’écoute du peuple par les élites. Le choix se situe entre le déni de la réalité, comme la France a été très forte pour le faire avec le Front National, et l’écoute du malaise de la classe moyenne blanche pour apporter des solutions à ses inquiétudes. Le mépris du peuple est la voie assurée vers plus de Trump, de Le Pen et autres.

Comme l’écrit ce matin le politologue Laurent Bouvet, « au lieu de le nier et de vouer aux gémonies tous ceux qui essaient d’alerter sur le phénomène, sans doute serait-il plus utile et efficace d’en prendre conscience et de réagir avant que le pire ne se produise. »

Il est inquiétant de voir ainsi les hésitations d’Hillary Clinton pour faire un discours ce soir, laissant penser qu’elle n’accepte pas le résultat. Il est urgent pour les démocrates d’accepter ce résultat et de préserver pour le futur le respect vis-à-vis du processus électoral.

Les libéraux doivent s’inquiéter de la victoire de Trump

Certains libéraux pourraient pourtant être tentés de se féliciter de la victoire de Trump. Les arguments ne manquent pas : Hillary Clinton était une candidate catastrophique de l’autre côté, Trump promet des baisses d’impôt, etc. C’est rater du doigt l’essentiel : les promesses économiques de Donald Trump, si tant est qu’elles soient un jour tenues, sont infinançables et masquent la forêt des haines et des ressentiments que le candidat républicain a attisée pendant toute sa campagne. Après avoir fait montre de son instabilité et de son incapacité à se contrôler, le magnat de l’immobilier et fan de Vladimir Poutine décidera désormais de la politique étrangère et militaire de la première puissance mondiale. Ce n’est pas rassurant…

Comme pour le Brexit, les libéraux doivent s’inquiéter de cette victoire : même si elle aura peut-être de bons côtés minimes, elle est portée par une vague de fond de remise en cause des valeurs libérales d’ouverture, de libre-échange, de tolérance. À jouer avec, les libéraux seront les premiers à se brûler pour un gain nul.

La vraie bonne nouvelle est que le parti libertarien, représenté par Gary Johnson, double ou triple son score. Piètre consolation.

Quelles réponses ?

Comme je l’écrivais déjà au lendemain du Brexit, il faut commencer par cesser d’ignorer la réalité des causes qui ont fait monter Donald Trump. Mais écouter les inquiétudes des électeurs ne veut pas dire renoncer à nos valeurs : face aux craintes sur l’ouverture des frontières par exemple, il faut être ferme sur les principes, mais chercher à accompagner les conséquences éventuelles.

Sur la libre-circulation des individus, la même fermeté sur le principe doit prévaloir, tout en défendant un État fort dans ses fonctions régaliennes pour assurer la sécurité face au risque terroriste.

Enfin il est temps de reprendre le pouvoir aux politiques. Quand les citoyens comprendront que désormais Donald Trump a tous les pouvoirs pour utiliser à sa guise l’appareil de surveillance de la NSA, on peut espérer qu’ils réfléchiront à deux fois avant d’accroître le contrôle des politiques sur nos vies.

Et il y a urgence. Faute de quoi, la vraie division sur l’échiquier politique entre tenants de l’ouverture au monde et tenants du repli sur soi tournera vite au bénéfice des seconds.

  1. Les socialistes (libéraux aux us) ont fait le lit de Trump. En consacrant le plus d’état comme seule solutions à tous les problèmes ils ont ouvert la voix vers la dictature. Car si l’état est LA solution alors pourquoi ne pas faire de l’état le véritable maître de la société ?
    Les soit disant démocrates devraient toujours mettre l’accent sur la responsabilité individuelle qui est le pendant naturel de la liberté. Trump n’est que l’aboutissement naturel des politiques menées depuis les 40 dernières années.

    1. Tout est dit et bien dit.

  2. L’article part sur un tres mauvais postulat de base: que Trump realisera son programme et gouvernera comme il a fait campagne. On sait tres bien que ce ne sera evidemment pas le cas et que tout ça était en grande partie du bla bla électoral.

    Seul le temps nous dira ce qu’il fera vraiment. Ça ne sert à rien de tirer les bilans d’un mandat qui n’a pas encore commencé.

    Concernant la montée du populisme, les deux candidats l’étaient, donc il ne sert à rien de s’en émouvoir subitement ce matin. On savait qu’un populiste serait élu. Sauf qu’Hillary elle, elle aurait eu les coudées franches puisqu’elle appartient officiellement au camp du bien… ses promesses d’interventions militaires en Syrie étaient particulièrement savoureuses, puisque les americains veulent faire tomber le regime syrien, ça revenait à déclarer la guerre aux russes…

    Au passage, à peine les résultats connus que Trump a déjà rangé sa panoplie du parfait populiste pour faire profil bas. Bref, encore une montagne qui accouchera d’une souris.

    1. La prospective est la source d’énergie qui alimente les salles de rédaction surtout en période pré-électorale. Pourquoi en serait-il autrement après l’élection? D »ailleurs vous même, par votre introduction et votre conclusion, faites de même: ‘…On sait tres bien que ce ne sera evidemment pas le cas…’, ‘…Bref, encore une montagne qui accouchera d’une souris’.

      1. @ amcontre
        Vous avez 1000 fois raison: H.Clinton a perdu. Et D.Trump lui a déjà rendu un hommage appuyé et peut-être même sincère: il doit savoir, lui, qu’on ne peut savoir d’avance de qui on peut avoir besoin!

        Ce dont on parle beaucoup moins, c’est de cet échec catastrophique de la presse « sérieuse » comme des sondages qui se sont plantés lamentablement depuis le début de campagne, bien avant les primaires! Ces « chroniqueurs-prévisionnistes » qui « scribouillent », aurait dit « Quelqu’un », se sont montrés moins convaincants que Madame Irma qui, elle, au moins, vous dit ce que vous voulez entendre!

        On ne parle pas, ou si peu, de cette « classe moyenne », (vraie « majorité silencieuse ») qui ne fait plus confiance au politique (confiance des Américains dans leurs représentants au Congrès: 8%). Comment ne pas vouloir changer son fusil d’épaule? Essayer « autre chose »? Loin, des « yaka faucon »!

        Alors, je ne connais pas le degré de compétence de D.Trump, en politique, mais, au moins, il sait, lui, comment gagner! C’est un bon début! Et même dans ses compétences officielles, pas du tout illimitées, il y a des chances pour que sa gestion de son entourage sera son principal souci, comme à son habitude, jusqu’à présent! Ça ne lui a pas trop mal réussi! Le pire n’est donc pas certain!

        Donc, oui, « Attendons et Voyons »!

    2. Desproges, globalement d’accor avec vous, en attedant Trump élu c’est comme la confiture, ça du bien par où que sa passe…

    3. Ben oui. Une analyse de Alexandre Del Valle donne un aperçu de ce que l’auteur estime être le soit disant pouvoir du futur président US : http://www.atlantico.fr/decryptage/homme-plus-puissant-monde-est-plus-qu-etait-quel-pouvoir-reel-detient-encore-e-president-e-etats-unis-donald-trump-alexandre-del-2874873.html
      TRUMP c’est d’abord et avant tout l’échec de la politique de OBAMA. Le reste ne sont que suppositions émises par des gens qui n’ont démontré qu’une chose : s’être lamentablement planté jusqu’à présent.
      Il faudrait un jour sortir de la cour d’école et regarder le monde tel qu’il est, pas comme certains voudraient qu’il soit. Le libéralisme (il veut quoi l’auteur à part ses bonne intentions?) est une vue de l’esprit au même titre que le communisme ou sa verrue plantaire qu’est le socialisme.

  3. Trump (pas encore) élu… Conséquences négatives? Beaucoup de désinformation a circulé sur les médias français. « Fils à papa »? C’est faux, lisez son autobiographie. Il incarne au contraire l’Amérique qui donne à chacun la liberté de réussir. Clinton incarne la corruption des politiques.
    Le peuple américain s’est libéré de la démocratie Big Brother. C’est cela la conséquence positive.
    Peut-être que Trump saura s’entourer de gens compétents et mesurés. En tout cas, pour la paix dans le monde, il valait mieux que ce soit lui
    Ceux qui en France, agitent encore la menace du populisme n’ont décidément rien compris.
    Les « anti-populisme » méprisent le peuple, les anti-référendum en ont peur. Les uns et les autres ont oublié que sans confiance largement partagée entre des dirigeants et leur peuple, aucune gouvernance ne peut tenir sur le long terme.
    Comme de l’autre côté de l’Atlantique, la confiance du peuple français dans ses politiciens s’est émoussée depuis longtemps. En réponse, l’Etat s’est arrogé toujours plus de pouvoir, allant même jusqu’à contrôler ou manipuler les opinions.
    Il est temps que le peuple reprenne le pouvoir, il est temps de chercher des dirigeants dignes de confiance.

    1. Le mec s’est fait élire car il a parler de :
      – construction d’un mur séparant les USA et le mexique (donc 3200 km de mur, si on se dit qu’ils peuvent pas passer par la mer)
      – interdiction aux musulmans de rentrer sur le territoire (si on se dit que le mot musulman est marqué sur chaque front)
      -…

      Bref il s’est fait élire sur quelque chose qu’il ne fera pas, maintenant si c’est cela que vous appelez la « démocratie » c’est drole, alors Hollande a bien respecté la démocratie aussi du coup, en promettant beaucoup et en faisant le contraire ou rien.
      Que cela soit Trump ou Marine Lepen en France, Clinton ou Juppé en France, c’est la meme came, un pure produit politique qui se couchera dès qu’on leur demandera. Preuve en est, Trump est revenu sur a peu près tout ces discours critiqué par les médias, et Marine Lepen qui faisait réver son électorat avec son « on va sortir de l’UE » veut le soumettre ensuite a référundum, car elle sait que les Francais n’en veulent pas, et idem sur la monnaie, elle disait qu’elle sortirait de l’Euro et aujourd’hui veut le soumettre a referundum car elle sait que les Francais ne le voudront pas. Donc aucun risque… et pourquoi faire 1 référundum si tu as été élu sur un programme disant spécifiquement cela.

      Maintenant si tu vires les dizaines de propos buzz que tiennent MLP et Trump tu as un programme classique de politique sans envergure et sans interet…. et cela est concret. De mélenchon a MLP en passant par Sarko, Juppé, Valls, Hollande,…. tous ont un programme similaire et tous respecteront pas ce programme sur le quel ils ont été élus… et idem aux USA avec Trump et Clinton si elle avait été élu… des bouffons qui font fonctionner leurs amis, leurs ententes et point final.

  4. Au moins cette soirée électorale valait son pesant de pop-corn. Du jamais vu. Et que dire de la crédibilité des médias politiques US et Européen (enfin tous les mainstream). 82% de chances pour Hilary de gagner c’est ça? Haha, bon sang, c’est un sacré coup dans la fourmilière. Difficile de dire ce qui va se passer désormais. Le programme de Trump tenait plus du slogan répété à longueur de journée que du plan bien orchestré et échelonné. Sans compter que malgré tout, l’appareil d’état de Washington pèse (forte inertie administrative) dans les décisions. On rentre en plein brouillard de guerre, il va falloir racheter du pop-corn.

  5. « écouter la classe moyenne »
    Ecouter ? Les libéraux Libertaires ont le même mot en tête que NKM : les « éteindre ».

    « face aux craintes sur l’ouverture des frontières par exemple »
    « Donald Trump a tous les pouvoirs pour utiliser à sa guise l’appareil de surveillance de la NSA ».
    Voici le retour de la dialectique des bien-pensants: le « Nous » contre « Lui ». Résumer la majorité à un nom pour les isoler.
    L’honnêteté serait de reconnaître que l’ennemi pour les Libertaires est l’Etat Nation, serait-il limité à ses tâches régaliennes.

  6. Un article qui démontre que les analystes et autres experts du système sont largués et ont peur de voir leur petit monde d’entre-soi en train de changer ?
    Bien malins ceux qui peuvent aujourd’hui prévoir quoi que ce soit…

  7. oui, l’élection de Trump est la conséquence des postures de nos politiques, plus soucieux de leur carrière que des aspirations du peuple. Prochain tsunami politique, et pour les mêmes raisons : l’élection de MLP à la présidence française …

    1. Putine défend les intérêts russes (c’est ce qu’il dit, et apparemment aussi ce qu’il fait), Trump promet de faire de même pour son pays. Ils se comprendront. Hollande défend la planête contre une menace plus que douteuse (un réchauffement climatique catastrophique qui serait causé par l’activité humaine). Et les média s’étonnent des résultats des élections…

  8. Impossible de lire la faute au politiquement correct. Le lien n’est pas le bon.

  9. S’inquiéter ❓ Mouais, il vaudrait mieux espérer que cet homme saura s’entourer de gens compétents comme Reagan avait su le faire, et que ces gens sauront le refroidir dans ses idées les plus incongrues.

  10. Hé les gars faut pas vous emballez vous avez fait bien confiance à « Batman 2012 » sur une simple phrase : je vais tous changer et vous faite patience jusque en 2017 pour voir si les choses vont changer !!!!. Ce n’est pas de la radicalisation ça peut être Hiem du terrorisme sadomasochiste Hien ! Non, non , ça ne va pas le faire rien ne va changer en 2017 Trallalère !

    47 % des français pensent que tous va bien il y a donc 53 % de fachos en France et 47% d’intégristes sadomasochistes. C’est terrible ça non c’est pire que « Trump ».

    Et puis faut laisser reposer cette terre maintenant il temps que l’espèce humaine soit anéantie avec tous le mal que l’être humain lui a fait subir , il faut une guerre nucléaire et que la terre ce repose pendant au moins 10.000 d’années Les ruses ont déjà l’arme fatale il suffit que « Trump » les chatouillent un peu et Pafff dans ta gueule ! La France aime ce mêler de tous mais elle n’a eu jamais vraiment les moyens , la grenouille qui veut toujours ce faire plus grosse que le bœuf voilà où tous cela nous amène .

    Sincèrement certains esclaves sous les empires ce donnaient la mort plus tôt de rendre leur âme en esclavage , un dictons dit il vaut mieux vivre un jour de lion que cent ans de mouton : Que ce qui est le Mieux aujourd’hui pour l’espèce humaine?

    1. Vous y allez un peu fort, non ?
      Posez vos lunettes d’écologiste idéologue et mettez celle d’un géologue, ou d’un écologue (puisque le nom d’écologiste a été dévoyé par les politiques).
      La terre n’en a que faire de l’espèce humaine, qui jusqu’ici ne lui a pas fait grand mal, factuellement.
      Maintenant, une guerre thermonuclaire, c’est autre chose. Et ce n’est pas 10.000 ans qu’il faut attendre pour que la nature telle que vous la voyez reprenne ses « droits ».
      Le mieux pour l’espèce humaine ? Que le temps passe : sur la durée (parfois longue) les choses s’améliorent. Mais on ne voit les choses qu’avec un regard qui ne capte que quelques années avant et après nous, au mieux quelques décennies. Et c’est très insuffisant.
      Sur le temps, l’homme n’est rien pour la nature et pour la terre…

    2. Gavroche: il temps que l’espèce humaine soit anéantie avec tous le mal que l’être humain lui a fait subir , il faut une guerre nucléaire

      Ding ding ding, purifieeez par le feu, pauvres pêcheuuuurs…. ding ding ding…

      Un holocauste nucléaire pour « soigner la terre »… sacrés écolos… 🙂

      1. Vous n’y êtes pas, llmryn !
        C’est une déclaration d’amour écologiste !

        https://m.youtube.com/watch?v=ICcoOtqYVYY

        Et pour tous ceux qui auraient des sueurs froides a l’idée de voir Trump s’amuser avec ses nouveaux joujoux nucléaires, je vous rappellerai que de telles armes ont déjà été en la possession d’un certain Boris qui était assez porté sur l’alcool et d’un certain W, (sans parler du seul coréen du nord ayant de l’embonpoint et quelques lubies atomiques) et qu’on n’est toujours pas vaporisés…

        Alors relax et arrêtez de jouer a Fallout pendant un moment s’il-vous-plaît.
        Merci.

        1. Il y a aussi Pépère le Niaiseux chez nous qui a les codes….

      2. N’oubliez pas sacrifier vos voisins aussi ! Si c’est pour le bien de la terre, vous serez pardonné (ou pas) !

    3. J’avoue que ce commentaire m’a fait sourire.

    4.  » il temps que l’espèce humaine soit anéantie avec tous le mal que l’être humain lui a fait subir , il faut une guerre nucléaire  »

      Ce discour de plus en plus présent chez les fils de bobos bien nés qui n’ont jamais eu à souffrir de la nature hérisse l’homme de gauche qui sommeille en moi au plus haut point.

      Nihilistes, réactionnaires, anti-science, neo-païens, socialistes, etatistes, primitivistes, localistes, opposés à la mondialisation et donc on fine à la libre circulation des biens comme des personnes, neo-colonialistes… Leur sentiment de supériorité morale fait qu’ils n’ont aucun scrupule à souhaiter mort, douleur et misère pour des millions de leurs leurs congénères (pour la plupart pauvres, non éduqués, étrangers et pas trop blancs de peau, donc pas très importants) pour le plaisir de se donner bonne conscience vis à vis de Gaïa.
      La seule différence entre les écologistes et les nazis, c’est que leur haine porte sur la totalité du genre humain au lieu d’un groupe en particulier.

      Monsieur Gavroche, je me doute bien que vous êtes persuadé du contraire, mais vous êtes un immonde fasciste d’extrême-droite pétri de haine. Je vous conchie.

      Cordialement.

  11. Trump est un entrepreneur et un créateur, alors les soit disants libéraux de bouquin (partisans du capitalisme de connivence) peuvent aller se rhabiller ou essayer d’en faire autant …
    Je comprends que l’intelligentsia ait la gueu.. de bois ce matin. Petit message personnel : vous n’avez pas fini d’avoir mal à la tête les gars : attendez donc le référendum en Italie par exemple …

    1. Trump c’est le révélateur des pseudos libéraux, les faux libéraux, ceux qui n’ont pas les c….s des idées libérales, et quittent le navire dés que ça devient sérieux.
      Ce sont les « cuckservatives » des américains, ceux qui ne protègent en fait rien, se battent pour la défaite, et en fin de compte aident la gauche.
      Trump était LARGEMENT le moins pire des 2. Clinton était la plus gaucho / establishment / pro-guerre.
      Trump c’est une excellent nouvelle pour les les libéraux !!

  12. Désolé, j’ai arrêté de lire au mot populisme.
    A moins de définir exactement le mot populisme, ça n’a aucun sens de décrire le vote Trump ou le Brexit par le mot populisme qui aujourd’hui est juste un mot utilisé pour dévaloriser l’adversaire et stigmatiser les électeurs qui ne votent pas comme certains s’y attendent.
    Le vote Clinon était du populisme, c’est du populisme perdant.
    Voter Hollande est du populisme, voter Sarko aussi. Le monde est populiste. Quelle horreur!

    1. @ Meuh non

      Populisme ou démagogie ou poujadisme ou bolchévisme ou ultra-libéralisme: tous ces termes, sont utilisés par les politiciens (et certains journalistes) pour « condamner sans devoir argumenter » (en fait, des « insultes » mais que « l’usage » autorise. Sur Contrepoints, on peut y ajouter étatisme, socialisme, technocratie …).

      Une élection est évidemment « populaire », c’est son premier but! En démocratie: sauf fraude avérée, il devrait être un devoir évident d’en respecter, sans réserve, les résultats, surtout si il s’agit d’un pays étranger! C’est trivial (au sens « littéraire » du Larousse)!

      Les Américains ont choisi D.Trump: va pour D.Trump! (Et ils se fichent complètement de ce qu’en pensent les médias français, évidemment! C’est heureux!).

      Par chez nous, on dit: « bien faire et laisser braire »! On pourrait dire aussi: « les chiens aboient, la caravane passe! ».

      1. Vous oubliez fascisme. Le récidiviste en chef du PS a parlé de national populisme, c’est vrai que ça évite d’utiliser le mot socialisme.

        1. Il doit y en avoir beaucoup d’autres « optimistes » ou « pesimistes », positifs ou négatifs: chez vous, par exemple « républicain »= ah bon? Républicain, alors OK, passez! C’est comique!

        2. Et révisioniste… et sioniste… et chrétien… et sans dents… etc… Ils en font des tonnes
          M’enfin ya ka être expert en quelque chose !!! pourrait dire gaston à sa mouette.
          Ah ces zintélops !! Si la confiture passe par les trous de leur tartine… c’est la faute à la confiture pas aux trous !!!

  13. Au moins, Trump n’aura pas un wagon de renvois d’ascenseur à assurer. Et il apparaît plus honnête qu’Hillary, ce qui n’est certes pas compliqué vu le cortège de casseroles qu’elle se traîne.
    Comme le disent très bien certains commentateurs de l’article, quand on voit les résultats de ce scrutin, ayons au moins l’humilité et l’intelligence d’éviter le prévisionnisme…Qui peut dire ce qui va se passer ? Personne. Alors attendons de voir ses premières décisions avant de nous prononcer.
    Tout le monde a pris Trump de haut en le traitant comme un psychopathe sexiste et attardé. En attendant, il a un parcours personnel bien plus complexe que ce que les média mainstream en ont dit pendant la campagne. Au moins, il sait ce qu’est le business et il a les deux pieds dans la réalité, y compris dans ce que la réalité d’aujourd’hui a de plus caricaturale et il en a bien joué avec ses saillies, chapeau l’artiste.
    Je doute qu’Hillary sache encore ce qu’est la réalité depuis les années 70 mais là, elle et ses soutiens viennent de se prendre un rappel à l’ordre en pleine face et c’est assez jouissif.

    1. @ Cincinnatus

      D’accord avec vous à propos de D.Trump.

      Par contre, lire dans l’article:

      « Il est inquiétant de voir ainsi les hésitations d’Hillary Clinton pour faire un discours ce soir, laissant penser qu’elle n’accepte pas le résultat. », c’est à la limite du scandaleux:

      * D.Trump lui a, lui-même, rendu un hommage appuyé, possiblement sincère!
      * pour H.Clinton, c’est sans doute sa « fin de carrière » qui se conclut sur un échec
      * qui connait exactement son état de santé?
      * comment ne pas comprendre le traumatisme de ce moment où elle passe d’une hyperactivité combative à une brusque vacuité de son agenda. N’aurait-elle même pas le droit de « récupérer »? Il n’y a plus rien à faire et elle n’a plus rien à faire!
      * Pour peu qu’elle n’ait pas complètement digéré « l’affaire » de son mari Bill, elle ne peut que constater que si on disait, à l’époque, que c’était elle qui « l’avait fait président », elle n’a définitivement pas « gagné ce match-là, non plus ».

      Non, qu’elle soit éprouvée n’est que très compréhensible! Sans compter J.Comey qui risque encore de l’attendre au tournant, comme un certain N.S. est attendu, en France!

      1. Il n’y aura pas de mur, Pas de clandestins jetés à la mer et tout et tout…Ça c’était pour gagner des électeurs qui ne votaient plus depuis longtemps aux usa qu’il a tenu ces propos. Son but était de gagner des élections américains qui sont depuis des décennies truquées par des lobbys en fonction de leurs intérêts. Il a réussi le coup de maître de les remporters sans être redevable de quoi que se soit à leurs encontre. Maintenant. C’est un homme d’affaires redoutable et va se tourner vers ces lobbys et les dénoncer un par un. Il va ensuite se tourner vers la Russie et apaiser les choses en proposant un partenariat commercial réellement équitable pour Les deux partis. Il fera de même avec bcp de puissances et avec ça il redonnera de travail à tous ces américains qui ont voulu croire en lui.
        Quand aux lobbys, Ils ont du soucis à se faire et ça va secouer jusqu’à Bruxelles avec nos parlementaires corrompus pour certain.Sans compter certain de nos politicards et médias qui seront eux aussi dans la tourmente. Beaucoup de hauts responsables à la CIA n’attendent que le feu vert pour dénoncer ces systèmes véreux. La justice aura sûrement elle aussi à rendre des compte À l’heure qu’il est bcp de chefs d’états européens
        Doivent se rejouir (discrètement biensur) car il savent qu’avec lui nous allons enfin prendre notre destin en main en Europe et pouvoir créer un continent puissant qui pourra donner du travail à chacun toute en tendant la main à l’Afrique et d’autres pour Les aider dans leurs propre développement économique. Ok !! Vous allez penser que je me suis assoupi et que je rêve là !! Mais c’est pourtant réalisable avec un peu de bonnes volontés.
        Sinon pour le reste, à mon avis ils va y avoir un super business à ce faire avec les ventes de disques dur aux usa prochainement. Beaucoup vont s’empresser de changer le leur… À commencer par des journalistes…..

  14. Je cite : »le début d’une phase d’instabilité pour les marchés financiers mondiaux qui s’effondrent d’environ 5% ». Que de catastrophisme! 5% n’est pas un effondrement, plutôt une correction, et qui sera certainement effacée dans les prochains jours. Pourquoi l’élection de Trump devrait nécessairement nous faire entrer dans une phase d’incertitude? Certes il bouscule (relativement) l’ordre établi, mais est-ce à dire que le résultat en sera forcément négatif? Quand on écoute les principaux dirigeants de la planète, il faut remarquer que Hollande fait partie des plus perturbé et hostile. Il est incapable d’imaginer les choses autrement que comme elles sont depuis 40 ans. Même la Chine, pays communiste, est plus accueillante envers Trump.
    La plupart des analystes français partent avec un biais.
    A savoir qu’un candidat de droite est forcément « mauvais », souvent traité d’office d’extrémiste ou de populiste. En France « il faut » être de gauche ou d’extrême-gauche pour avoir droit à un débat équitable.

    1. @ CHATP

      Bien sûr que c’est de l’intox!

      En Europe, les bourses ont baissé de 2 à 3%, (avec correction en séance), tout au plus, très loin de ce qui a été vécu lors du « Brexit », si espéré sur Contrepoints!

      Londres a même fait des incursions dans le vert!

      Mais un « journaliste » qui se prend pour un « initié »sait que c’est la « peur » qui fait lire! Enfin, encore une prévision ridiculisée!

  15. On va surtout juger sur les actes.

  16. Incroyable de lire sur un site prétendument libéral que Trump est un pire résultat que Clinton.
    Clinton a supporté TOUTES les guerres US, et même directement causé la Libye et la Syrie. Trump n’a supporté aucune guerre.
    Clinton veut causer une guerre avec la Russie. Trump non.
    Clinton veut légiférer encore plus sur les armes. Trump non.
    Clinton pousse absolument tous les programmes étatistes foireux (Obamacazre, NAFTA, etc). Trump non.
    etc.

    1. Contrepoints s’était aligné sur le type qui ne savais pas où était Alep. Je ne sais même plus où il en est mais j’ai cru voir passer un autre article expliquant qu’il était passé d’un pouième à trois pouièmes, c’est un triomphe!

      Et certains s’étonnent que les libéraux ne parviennent pas à compter politiquement.

  17. Sortir de l’UE n’est point opposé au libéralisme et certainement pas opposé à la liberté,

    https://www.contrepoints.org/2012/11/01/102575-lue-union-douaniere-et-non-zone-de-libre-echange

  18. La « démocratie » n’est pas de respecter des promesses mais de respecter l’expression libre de la majorité des votants même si on n’est pas d’accord. Le reste est de la médiocratie.

    1. ll est sans doute temps de briser la connivence entre presse et pouvoir? « C’est juste une question! »

  19. Il fut un temps où l’on disait que ce qui se passait aux Etats-Unis nous permettait des savoir ce qui allait se passer chez nous un peu plus tard. En bien. Maintenant, c’est l’inverse, les Américains regardent l’Europe en se disant que ce qui se passe chez nous leur permet de savoir ce qui va se passer chez eux un peu plus tard. En mal. Avec le Brexit des Anglais et le Brexit + des Américains, les anglo-saxons expriment leur volonté d’échapper au bourbier où le politiquement correct enfonce l’Europe. Traiter cela de populisme pris dans un sens péjoratif est une injure gratuite. Je salue avec soulagement l’élection de Trump comme le réflexe salutaire d’un peuple qui jette une bassine d’eau froide à la tête d’élites auto-proclamées dans l’espoir qu’elles se réveillent ou qu’elles soient balayées. Le courage des Américains a eu raison de la peur et de la haine de soi diffusées ad nauseam par des pouvoirs indignes. Puissions-nous aussi retrouver le sens de la liberté et nous affranchir des pouvoirs analogues qui empoisonnent la vie dans nos pays.

  20. Un diplomate s’est cru autorisé à dire  » Un monde s’effondre devant nous « :J’ajouterai et ce sans hésitation aucune:… Il était temps !

  21. Bien sur Donald Trump n’a rien d’un liberal, il est protectionniste, anti immigration, prône le recour a la torture. Aucun le libéral ne devrait non plus s’attrister de la défaite de Hillary Clinton
    Un liberal toutefois devrait eviter de parler d’Etat Fort car cela signifie moins de liberté pour les individus.

  22. Ce paragraphe me fait bondir:

    « Pour un libéral, il y a tout lieu de s’inquiéter de cette victoire d’un candidat élu sur des promesses de protectionnisme et de rejet de l’immigration, avec un discours populiste insistant sur le repli sur soi et à l’opposé des valeurs libérales.  »

    Il faut arrêter de se poser en pape des valeurs libérales et de distribuer des excommunications à gauche et à droite. Le « protectionnisme » de Trump reste à démontrer ; jusqu’à présent, c’est surtout une arme de négociation et elle paraît très efficace. Quant à son prétendu « rejet de l’immigration », c’est juste n’importe quoi de votre part – sauf à considérer que gérer ses frontières, condition préalable à toute forme de politique migratoire, est déjà à vos yeux un « repli sur soi » ou un « rejet ».

    M. Trump n’a jamais parlé de renvoyer des immigrés légaux, mais d’évincer tous les illégaux qui n’ont rien à faire sur le territoire américains et qui lui nuisent (criminalité) ou en profitent (aides sociales). Il me semble que tout ceci est 100% libéral (voire a été plaidé dans les propres colonnes de cette publication) sauf à dire désormais que le repas gratuit ou le thème du passager clandestin sont désormais des concepts illibéraux.

    Pour un libéral, la victoire de Trump est un immense espoir à plus d’un titre:
    – la libération du discours loin du politiquement correct
    – le recul des impôts et donc de l’état
    – la défaite des élites et de la corruption (avec des procès à la clef)
    – le triomphe de la démocratie sur la technocratie
    – le refus du communautarisme
    – le renouveau de la Cour Suprême américaine dans son rôle de protectrice de la Constitution et du Bill of Rights
    – la perspective de paix dans le monde au lieu de l’interventionnisme guerrier qui a prévalu jusque-là.

    Etc.

    1.  » Il me semble que tout ceci est 100% libéral  »

      Mais c’est l’état qui détermine arbitrairement qu’une personne qui migre est illégale ou légale. Ce qui est libéral n’est pas de défendre une fermeture des frontières ou de renvoyer tout les illégaux puisque libéralement parlant la libre circulation des personnes est un droit naturel. Etre libéral est de défendre la fin de l’état providence mettant fin en même temps les aides sociales source d’oisiveté et de frein à l’ascenseur social. Le marché est un bien meilleur régulateur de l’immigration.

       » mais d’évincer tous les illégaux qui n’ont rien à faire sur le territoire américains et qui lui nuisent (criminalité)  »

      Il semblerait que les chiffres liant la criminalité et l’immigration aux USA ne sont pas d’accord avec vous.

      http://www.contrepoints.org/2016/04/12/246867-246867

      D.J

      1. Le marché est un bien meilleur régulateur de l’immigration.

        Tout à fait, mais le « marché » n’a plus rien de naturel dans nos pays.
        Milton Friedman disait :
        « Si l’État-providence n’existait pas, si nous avions une complète liberté des marchés, il serait alors logique de laisser la porte grande ouverte à l’immigration. Mais avec l’État-providence c’est impossible. Sa présence implique de contrôler l’immigration. »

        1. Exact. Je suis en train de le lire, il est excellent.

      2. « Mais c’est l’état qui détermine arbitrairement qu’une personne qui migre est illégale ou légale. »

        Ce n’est pas l’Etat mais la loi. L’Etat est chargé de son application au titre de ses prérogatives régaliennes. La défense du territoire en fait partie, sauf si vous en êtes à plaider l’utopie anarcap.

        « Le marché est un bien meilleur régulateur de l’immigration. »

        Tout à fait. Mais même si vous mettez en place une immigration aux enchères, un mécanisme de parrainage ou n’importe quel système établissant un marché pour l’immigration, vous n’irez pas loin si vos frontières permettent par ailleurs une immigration illégale incontrôlée.

        Tentative d’analogie: Voyons voir, je mets un nouveau modèle de boulangerie très astucieux en place avec un système de paiement tenant compte de la fraîcheur du pain, mais à côté de mes nouveaux locaux très bien pensés une vieille porte sans serrure permet à n’importe qui de venir se servir ni vu ni connu. A votre avis, ma boulangerie va tenir combien de temps?

        « Il semblerait que les chiffres liant la criminalité et l’immigration aux USA ne sont pas d’accord avec vous. »

        Tant mieux, allez dire ça aux Allemandes qui fêtaient le nouvel an place de la gare à Cologne. Ce sont des populations différentes, me rétorquerez-vous peut-être pudiquement. Admettons: là encore, avec des frontières ouvertes vous vous interdisez à nouveau tout critère de sélection pour qui vient s’installer dans votre pays. Ce n’est pas parce que les Américains ont la chance d’endurer une immigration illégale moins criminelle que sous nos latitudes que le problème n’existe pas.

    2. Chapeau. C’est pratiquement ce que je pense. Sauf que s’il laisse à son poste, le directeur du FBI qui aurait du « approfondir » le dossier des courriels de la candidate, pour la mettre en examen si je pus dire, alors j’ai l’impression que les millions d’américains qui « savent » que cette faute a mener à la mort de l’Ambassadeur des US en Libye, alors ils comprendront que la « traitresse » échappera à la justice de son pays et ne comprendront pas cette entourloupe politicienne.
      Par contre, quant il aura changé ce directeur du FBI et qu’il lui ordonne de « mettre en prison » l’ex candidate Hillary, alors, elle « risque l’AVC final » des gens de plus de 60 ans ayant eu trop de responsabilités et subitement « virés ».

  23. Cette victoire a cependant des bons côtés: savourer la schadenfreude, et reprendre TOUS les commentaires, videos, analyses, billets, de tous ceux qui prévoyaient la débandade Républicaine. On verra les résultats (probablement mauvais, mais qui sait) plus tard, en attendant, je commence à relire les commentaires de tous les articles sur l’élection présidentielle depuis 2015, et c’est très, très marrant.

  24. Il est évident que plus les biens pensant continueront à systématiquement sous estimer leur adversaires, allant jusqu’a les qualifier de débiles, plus ils tomberont de Charybde en Scylla. Apres, le brexit et les USA cela commence à faire beaucoup, il ne leur manque plus que l’Autriche, ce qui est plus que vraisemblable, et là ils auront perdu toute crédibilité les pauv’ chéris.
    Ceci dit je ne partage pas votre pessimisme vis à vis de Trump, c’est un pragmatique, il n’y a pas l’ombre d’un doute la dessus, son outrance correspondait à l’électorat qu’il lui fallait conquérir ! Désormais, les circonstances se chargeront de le rappeler à l’ordre.
    Pour ce qui concerne le libre échange. Disons que si il enterre la version actuelle du TAFTA nous ne lui en tiendront pas rigueur : Le libre échange d’accord, si cela profite à tout le monde !

  25. L’élection du Président Trump résulte de la révolte des opprimés. La mondialisation du néolibéralisme mafieux (délocalisations, paradis fiscaux, spéculation monétaire, dumping social et fiscal, néo-esclavagisme, ententes illicites, fraudes en tous genres…) est un cancer de destruction des sociétés, à évolution lente, qui a infecté les dirigeants conservateurs et sociaux démocrates des USA et de l’Europe. Il en résulte une grande paupérisation des Peuples.
    En absence d’alternative progressiste et humaniste (Sanders ?), les milieux populaires, aigris et découragés, se jettent dans les bras de l’extrême droite populiste, raciste et fasciste. Le péril peut être mortel, comme dans l’Europe du XXème siècle.
    Espérons qu’aux USA, des éléments modérateurs permettront à Trump d’être plus réaliste et raisonnable que ne l’indique son programme.
    Souhaitons aussi qu’en Europe, le Peuple de France pourra enfin s’exprimer en 2017, pour mettre au pouvoir un candidat unique de Gauche et une majorité progressiste et humaniste qui réinstalleront l’espoir dans les Peuples d’Europe, afin d’éviter les dérives populistes et fascistes qui résultent de cette infection néolibérale. Sinon, le péril peut être imminent chez nous, dans la suite de Trump.
    Rappelons le postulat suivant, largement vérifié par l’Histoire contemporaine : chaque fois que les Gauches trahissent et désespèrent les Peuples, elles provoquent une montée de l’extrême droite populiste et fasciste, parfois jusqu’au pouvoir par les urnes.

    1. Difficile de faire plus « mainstream » comme commentaire. Vous vous relisez des fois ? Et sans éclater de rire ?

    2. chaque fois que les Gauches trahissent et désespèrent les Peuples, elles provoquent une montée de l’extrême droite populiste et fasciste, parfois jusqu’au pouvoir par les urnes.

      Le fascisme comme le nazisme et le communisme ÉTAIENT socialiste. Les nazis par exemple sont arrivés au pouvoir avec un programme anti-finance, anti-riche parfaitement socialiste. C’est pour cela que les ouvriers ont voté pour eux massivement.
      https://www.contrepoints.org/2012/08/16/93794-joseph-goebbels-pourquoi-nous-sommes-socialistes

      La mondialisation du néolibéralisme mafieux [..] Il en résulte une grande paupérisation des Peuples.

      Faux… l’extrême pauvreté dans le monde est passée de 30% de la population mondiale (d’où l’appellation « tiers monde ») a moins de 10% actuellement alors que la population doublait quasiment dans le même temps.. Depuis que la chine s’est ouverte à la mondialisation, 80 millions de personnes accèdent à la classe moyenne chaque année. L’équivalent de la population allemande.

      Les nations les plus pauvres actuellement sont justement exclues de la mondialisation, du commerce et du capitalisme. Vérifiez les classements !
      http://centrafrique-presse.over-blog.com/2015/11/classement-2015-les-25-pays-les-plus-pauvres-du-monde.html

      Il en résulte une grande paupérisation des Peuples.

      Vous chérissez comme des protecteurs les politiques et l’état français qui appauvrissent le peuple, c’est tristement ironique.

      La France est no2 de la taxation dans le monde et sur 148 pays elle est classée :

      -134ème pour les prélèvements obligatoires.
      -130ème place pour le poids global des réglementations
      -137ème pour les règlementations liées au fait d’entreprendre.
      -137ème pour la fiscalité défavorable à l’investissement privé,
      -135ème pour la dette publique,
      -134ème pour le taux d’imposition en pourcentage des profits,
      -127ème pour les incitations fiscales à travailler
      -117ème pour la flexibilité.

      25% de chômage des jeunes, 8 millions de pauvres et 70 milliards d’endettement en plus chaque année, soit le budget de l’éducation+police+gendarmerie+justice.

      Game over et ça n’a strictement rien à voir avec la mondialisation ou votre « néoliberalisme ».

    3. Et inversement, Jancap, quand des droites trop corrompues, voire mafieuses, trahissent les peuples, elles provoquent une montée de gauches abusives, tout aussi corrompues. Il en résulte une certaine confusion. Au final, les détenteurs des pouvoirs politico-médiatiques, de droite comme de gauche, semblent développer des comportements de pervers narcissiques qui font qu’ils n’ont de cesse de dévaloriser le peuple pour asseoir leur domination. Forcément, ces pouvoirs ne peuvent qu’être renversés. Mais cela ne devrait pas vous inquiéter outre mesure : comme l’a rappelé Scrat 75 dans son commentaire de 15h21, avec l’élection de Donald Trump, il n’y aura pas de clandestins jetés à la mer, ni rien qui puisse réitérer les horreurs fascistes que vous semblez craindre. La lecture des commentaires de Dominogris à 9h31, Stéphane Montabert à 15h51, llmryn à 17h45 et Libertango à 16h24, devraient vous rassurer sur la capacité des peuples à retrouver la liberté de disposer d’eux-mêmes.

    4. « …mettre au pouvoir un candidat unique de Gauche et une majorité progressiste et humaniste… »

      C’est le progressisme qui est rejeté partout dans le monde car il se fait avec l’argent des autres.

  26. Sur le papier Trump reste une meilleure solution que Clinton, même pour un libéral, même avec ses propos outranciers, il est juste cash.
    Sinon c’est quoi un discours populiste ? Parler au peuple de ses problèmes et des solutions qu’il compte y apporter, être à l’écoute ? C’est mal ?

    Il faudrait se poser la question sur le fait que Trump n’est pas un politique et c’est certainement la raison pour laquelle il a été élu puisque les politiques prennent le peuple pour des personnes incultes « qu’il faut éclairer » (Valls aujourd’hui).

  27. Avec Clinton et Trump on revient aux origines du schisme politique droite/gauche, c’est à dire une gauche libérale contre une droite populiste.
    Le socialisme et le capitalisme sont des concepts vides aujourd’hui qui ne font plus sens, il n’y a plus de batailles d’idées là-dessus, tout le monde s’est résigné à une économie entre les deux, à différents degrés.
    Hillary Clinton était massivement soutenue par Wall Street, des milliardaires, le show business, elle n’a rien d’une socialiste de gauche, et Trump avec son programme économique protectionniste et son plan d’investissement public massif dans les infrastructures a coupé les ponts avec la droite néo-libérale inaugurée par Reagan, il fait tout au plus du Poujadisme pour les petits patrons, mais il tape sur la finance et le libre échange.

  28. « Pour un libéral, il y a tout lieu de s’inquiéter de cette victoire d’un candidat élu sur des promesses de protectionnisme et de rejet de l’immigration, avec un discours populiste insistant sur le repli sur soi et à l’opposé des valeurs libérales. »

    libéral: qui se rapporte au libéralisme économique, en tant que doctrine prônant la liberté des forces du marché et une intervention minimale de l’État. (merci wikipédia).

    où nous mène aujourd’hui cette liberté des forces du marché ? La crise de 2008 n’a-t-elle pas été la spoliation pure et simple par les banques des biens et richesses des peuples et des nations sans contrepartie ? un chantage odieux à la menace imminente de la destruction de l’économie réelle au profit de la finance ? Vous réclamer aujourd’hui d’un tel courant de pensée, c’est cracher à la face de 90 pour cent des gens de cette planète. Vous en avez le droit. Mais ne vous attendez pas à faire la pluie et le beau temps dans leurs consciences en prime.

    Et qu’est devenu l’argent offert au système bancaire, première « force libre » du marché, qui avait été concédé pour partir sur de nouvelles bases économiques plus saines ?

     » h_ixon : Ou sont partis les millions/milliards donnés par les différents gouvernements aux différentes banques ?

    Les milliards donnés par le contribuable dans une multitude de pays aux banques ont permis de renforcer le bilan de ces banques.
    Bilan mis au plus mal par les activités spéculatives, en particulier sur les crédits hypothécaires « subprime ».

    En échange de ce renforcement du bilan, les gouvernements s’attendaient à une augmentation du crédit bancaire, en particulier aux petites et
    moyennes entreprises, pour sortir de la récession et appuyer la reprise. Cela ne s’est pas fait, puisque les banques ont gardé les deniers du
    contribuable pour se renforcer, payer les bonus, voire acquérir des concurrents affaiblis par la crise.

    L’argent du contribuable a profité aux banques et non pas à l’ensemble de l’économie. »

    (En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/economie/chat/2010/09/14/de-lehman-a-goldman-a-qui-profite-la-crise_1411135_3234.html#0i6dc5OkpU8ZhFdg.99)

    Opposer le libéralisme au protectionnisme et à l’immigration est un non-sens, le libéralisme est une doctrine économique, le protectionnisme une doctrine sociale, vous croyez mettre à mal Trump par votre piètre raisonnement, mais ne parvenez à ne prouvez que le caractère erroné de la structuration de votre pensée par défaut de logique.

    « Dans un monde qui va lentement mais sûrement vers le populisme (Brexit, montée des extrêmes droites en Europe, Trump, etc.), il est temps d’ouvrir les yeux sur le diagnostic de la situation actuelle et les solutions à apporter pour défendre nos valeurs de société ouverte. »

    Le populisme : désigne un type de discours et de courants politiques qui fait appel aux intérêts du « peuple » (d’où son nom) et prône à son recours, tout particulièrement en opposant ses intérêts avec ceux de « l’élite », qu’il prend pour cible de ses critiques, s’incarnant dans une figure charismatique et soutenu par un parti acquis à ce corpus idéologique. (merci wikipédia).

    Analysons :

    un courant politique qui fait appel aux intérêts du peuple, prône son recours, s’oppose à « l’élite », (ce qui signifie bien l’oligarchie politico-médiatico-bancaire dans le monde d’aujourd’hui) ça me semble être un courant politique plus profitable à l’intérêt général de la majorité, principal soucis il me semble d’un régime supposé démocratique (démos le peuple cratos le pouvoir, donc le pouvoir du peuple). Par conséquent un parti respectueux des valeurs démocratiques n’est-il pas nécessairement un tantinet populiste ?

    Vous avez le droit d’être élitiste et libéral bien sûr, mais faire croire qu’il convient d’imposer votre vision des choses à la société, à la majorité, pour son propre bien, sous prétexte que vous sauriez mieux que la majorité ce qui est bon pour elle « il est temps d’ouvrir les yeux sur le diagnostic de la situation actuelle et les solutions à apporter pour défendre nos valeurs de société ouverte. », prétendre que le libéralisme oeuvre pour le bien d’une société alors que son sujet est l’enrichissement de l’individu sans prise en compte des intérêts du groupe c’est de la malhonnêteté intellectuelle. ou peut être de la bêtise, par manque de compréhension des propres concepts que vous manipulez ? dans un cas comme dans l’autre je suis bien curieux de savoir quelles sont « nos valeurs » ? qui est ce nous présent dans votre pronom nominal ? n’êtes vous pas seul à proclamer votre opinion ici ? et qu’est-ce qu’une société ouverte exactement ? une société sans nation ? si c’est le cas sachez qu’il n’y a de société et de civilisation que dans la nation, car elle est le produit de l’histoire et des constructions culturelles respectives des différents groupes humains, qui sont une réalité de fait, et non pas une pâte à modeler selon la fantaisie d’une doctrine.

    bonne soirée.

    1. stanley culdebrique: La crise de 2008 n’a-t-elle pas été la spoliation pure et simple par les banques des biens et richesses des peuples et des nations sans contrepartie ?

      Non… La crise des subprimes c’est à la base des banquiers qui prêtent à des pauvres sans travail et sans argent. Ces prêts seront même appelés ironiquement « NINA » ou « NINJA » pour « No Income, No Job, (and) no Assets loan », une simple carte de crédit suffit pour un prêt.

      Voilà comment une telle aberration a pu arriver

      Les dirigeants américains ont promulgué toute sorte de lois pour favoriser ces prêts (Community Reinforcement Act), comme ça ne suffisait pas les dirigeants américains les ont garantis via des organismes parapublics comme « Freddie Mac et Fannie Mae » qui rachètera d’ailleurs pour 5200 milliards de prêts pourris avant l’explosion. Les dirigeants américains ont cru pouvoir diriger l’économie en manipulant les taux d’intérêt via la FED, les taux seront NÉGATIFS dès 2004. L’investissement dans ces prêts malsains sont massif. Devant la surchauffe de l’économie les dirigeants américains ont remonté les taux en flèche dès 2006-> défaillance massive des prêts explosion de la crise des subprimes. Et pour finir le tableau, les dirigeants américains ont SAUVÉ des organismes qui auraient dû mourir avec l’argent public.

      C’est ce qui arrive quand l’état et les dirigeants se mettent à tripoter l’économie en changeant les règles du jeu.

      Maintenant la BCE pour éviter la faillite des pays dotés de dirigeants incompétents comme la France (70 milliards de dettes en plus chaque année malgré les impôts les plus élevés du monde!!!) imprime de l’argent « gratuit » à tour de bras et les taux sont à nouveau NÉGATIFS. L’économie est complètement TORDUE, MALSAINE, des bulles MONSTRUEUSES grossissent à nouveau.

      La prochaine explosion est sur les rails et elle va faire mal dans une France surendettée, vous pouvez remercier les dirigeants et les états.

      —————————————————————————-

      stanley culdebrique: Vous avez le droit d’être élitiste et libéral bien sûr, mais faire croire qu’il convient d’imposer votre vision des choses à la société

      Vous n’avez strictement rien compris à l’économie et au libéralisme.

      Je vous renvoie à la Déclaration des droits de l’homme pour revoir quelques fondamentaux:
      https://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9claration_des_droits_de_l%27homme_et_du_citoyen_de_1789

      Un état doit servir les citoyens en leur assurant d’une manière stable les droits, la liberté, la sécurité et la justice. L’état ne doit pas intervenir dans tous les aspects de leur vie, réprimer les libertés, denier les droits, parasiter la société (56% du PIB dévolu à l’état en France) ni changer constamment les règles du jeu entre citoyens libres.

      Vous chérissez les incompétents prétentieux qui vous plongent dans la faillite et méprisez la liberté et les droits fondamentaux des gens.

    2. Vous essayez d’avoir l’air cultivé en sortant des références tronquées à wikipédia? Commencez-donc par les lire et les comprendre, avant de faire du cherry-picking pour étayer votre argumentaire boiteux.

      Votre critique ultra convenue du libéralisme repose sur les lieux communs qu’on trouve à longueur de pages dans le Monde Diplo et consorts n’aura que peu de portée ici.
      Commencez-donc par lire quelques auteurs libéraux et par sortir de vos représentations partielles et partiales et apprenez ce qu’est vraiment le libéralisme, qui n’est pas qu’une doctrine économique loin de là ( ceux qui disent: »je suis libéral sur le plan économique, mais… » Sont des imposteurs antiliberaux).
      Vous rirez alors de la superficialité et du nombre incalculable de raccourcis, procès d’intention, hommes de mailles et autres sophisme que contient votre prose ci-dessous.

      Bonne journée.

Les commentaires sont fermés.