Brexit : comment attirer les entreprises britanniques ?

Alors que le nombre d’expatriés français a augmenté de 4,14% en l’espace de 2 ans pour atteindre 1, 7 million de personnes en 2015, la France cherche à renforcer sa crédibilité en mettant en place une stratégie d’attrait des entreprises britanniques.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Brexit : comment attirer les entreprises britanniques ?

Publié le 12 octobre 2016
- A +

Par Bérénice Moustial.
Un article de Trop Libre

Brexit : comment attirer les entreprises britanniques ?
By: Rasande TyskarCC BY 2.0

À l’approche du déclenchement de l’article 50 du Traité de Lisbonne, invoquant la sortie immédiate du Royaume-Uni de l’UE, les entreprises britanniques s’apprêtent à perdre le passeport européen, outil leur permettant d’avoir un accès total au marché unique européen. Certaines d’entre elles envisagent de quitter le sol britannique afin d’échapper à cette fatalité.

Les capitales européennes s’affrontent dès lors dans une bataille dans lequel le vainqueur sera celui proposant les meilleurs avantages fiscaux et les processus les plus efficaces d’impatriation. Paris ne compte pas manquer cette opportunité et vise à mettre en avant plus que jamais ses atouts pour attirer relocalisation et emplois, notamment dans le secteur financier. Siège de multinationales, d’établissements bancaires de rang mondial (5 banques françaises dans le top 20 européen), sont autant d’atouts qui témoignent du positionnement avantageux de la France.

C’est dans cette optique que Paris s’empresse de mettre à disposition un one way ticket pour les établissements financiers et les startups implantés au Royaume-Uni. « Faire de Paris la capitale de la Smart finance », telle est l’ambition du Premier ministre Manuel Valls.

Une meilleure fiscalité et un assouplissement de la bureaucratie

Sur le plan fiscal, le gouvernement français compte tout d’abord modifier le régime des impatriés afin de permettre aux salariés venus de l’étranger de bénéficier de réductions fiscales pendant 8 ans (contre 5 aujourd’hui). Il souhaite aussi que toute prime d’impatriation soit exonérée de taxe sur les salaires. Si une baisse de l’impôt sur les sociétés a été annoncée par le président de la République, certaines mesures apparaissent néanmoins comme insuffisantes : la baisse du taux normal d’impôt sur les sociétés sera progressivement ramené à 28% contre 33% aujourd’hui, alors qu’au Royaume-Uni, il est aujourd’hui à 20% et risque de tomber à 15% voire moins. Pire, François Hollande envisagerait d’augmenter l’impôt sur les particuliers à hauts salaires pour financer l’assurance chômage.

Au-delà de ces promesses fiscales, des procédures d’accueil simplifiées sont mises en place pour les sociétés basées au Royaume-Uni par l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) et l’Autorité du contrôle prudentiel et de Résolution (ACPR), comme l’instauration d’un « point d’entrée unique » pour faciliter les démarches administratives des entreprises étrangères souhaitant s’implanter en France, le 2 week ticket pour entamer les démarches de domiciliation au bout de 2 semaines seulement, ou encore la mise en place d’un coaching pour chaque établissement demandeur avec un chargé de dossier référent anglophone.

L’ensemble de ces mesures s’inscrit dans la perspective de faire de Paris la première place financière européenne suite au Brexit et de montrer le potentiel de la France comme terrain d’accueil.

Nouvelle carte à dessiner

Délocaliser une banque ou une salle de marché étant hasardeux, le président de l’association France Fintech Alain Clot explique que les startups sont les cibles premières. Or, comment attirer les fintechs britanniques alors qu’aucune startup hexagonale n’a encore atteint le statut de « licorne » (en dépassant la valorisation à plus d’un milliard de dollars), contrairement à plusieurs britanniques (Funding Circle, TransferWise), une néerlandaise (Adyen) et une suédoise (Klarna) ?

À l’heure où les cartes s’apprêtent à être rebattues pour déterminer la nouvelle première place financière d’Europe, la concurrence est vive avec Berlin qui a conclu cette année le plus gros deal en Fintech outre-Rhin (33 millions d’euros pour Finanzcheck), devançant nettement la plateforme française de financement participatif pour PME Lendix, avec 12 millions d’euros, mais aussi avec Dublin, le Luxembourg et Francfort (qui abrite la BCE et s’apprête à concrétiser la fusion entre les bourses de Francfort et de Londres).

Pour aller plus loin :

– http://premium.lefigaro.fr/economie/le-scan-eco/decryptage/2016/03/16/29002-20160316ARTFIG00006-expatriation-les-pays-preferes-des-francais.php

–  http://www.huffingtonpost.fr/2016/07/06/brexit-finance-city-paris-annonces-valls_n_10829880.html

http://www.latribune.fr/entreprises-finance/banques-finance/sur-fond-de-brexit-a-londres-la-france-chante-mon-amie-c-est-la-fintech-598525.html

Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Avec une législation fiscale mouvante, rétroactive, sans aucune perspective de stablité durable, avec des lois sociales spoliatrices, avec des transports en commun défaillants, des grèves à répétition, une paix sociale défaillante, un environnement politique médiocre et nauséabond, et des politiciens tous plus mauvais et menteurs les uns que les autres, franchement, qu’elle entreprise anglaise aurait la mauvaise idée de venir s’installer en France ?

  • Le titre est déjà rigolo en soi.
    C’est comme si on invitait les champions olympiques aux jeux paralympiques.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Après le bref passage de Liz Truss au poste de Premier ministre britannique, le Parti conservateur britannique continue de lutter, accusant un retard de 15 points de pourcentage sur l'opposition travailliste dans les sondages d'opinion. Il est intéressant de noter que Boris Johnson et Liz Truss ont lancé un défi à l'autorité du nouveau Premier ministre Rishi Sunak en rejoignant une rébellion conservatrice soutenant les parcs éoliens pour faire face à la crise énergétique.

Le journaliste britannique de GB News, Tom Harwood, a déploré la... Poursuivre la lecture

Par François-Joseph Schichan. Un article de Conflits

Qu’il s’agisse des sanctions, des livraisons d’armes ou de la rhétorique, le pays a joué un rôle central dans la mise en œuvre de l’unité occidentale face à Vladimir Poutine.

Ceci malgré un contexte interne difficile. Au début de l’année 2022, Boris Johnson est attaqué de toute part, affaibli au sein du Parti conservateur et dans le pays après des révélations sur son comportement au cours des confinements successifs. Mais par contraste avec ses atermoiements face à la pandémie... Poursuivre la lecture

Par Éric Mengus et Guillaume Plantin.

 

Le 23 septembre au Royaume-Uni, l’annonce du mini-budget et les événements qui ont suivi jusqu’à l’annonce de la démission de la Première ministre Liz Truss, le 20 octobre, ont suscité un regain d’intérêt pour le risque de « dominance budgétaire », c’est-à-dire une situation dans laquelle la banque centrale abandonne son objectif de stabilité des prix pour aider le gouvernement à financer ses déficits.

Mais dans quelle mesure cette séquence d’événements doit-elle nous pousser à... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles