Les jeunes Français sont optimistes et aiment l’entreprise

Selon un sondage BVA, la jeunesse française fait preuve d’optimisme et d’esprit d’entreprise. Et si on la laissait exprimer ses talents et ses idéaux ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les jeunes Français sont optimistes et aiment l’entreprise

Publié le 5 octobre 2016
- A +

Par la rédaction de Contrepoints.

Les jeunes français sont optimistes et aiment l'entreprise
By: Joe HuntCC BY 2.0

Un sondage BVA pour France Active1 s’intéresse à la jeunesse française et son rapport à l’engagement et à l’entrepreneuriat. Elle montre que les jeunes sont majoritairement confiants dans l’avenir mais qu’ils ne sont pas satisfaits de la situation du pays.

La jeunesse est entreprenante

55% des jeunes interrogés aimeraient créer ou reprendre une entreprise. 6% d’entre eux l’ont même déjà fait. L’indépendance est la valeur qui attire le plus les entrepreneurs potentiels (49%), ainsi que le fait de faire de sa passion son métier (39%) ou encore, tout simplement, de gagner plus d’argent (34%).

Jeunesse Aimeriez-vous créer ou reprendre une entreprise ?
Aimeriez-vous créer ou reprendre une entreprise ?

On ne pourra pas taxer la jeunesse de rêveuse puisque seuls 11% des créateurs potentiels le feraient pour changer le monde et 12% pour montrer que d’autres modèles économiques existent.

Parmi ceux qui ne souhaitent pas se lancer dans la création ou la reprise d’entreprise, 46% trouvent que c’est trop incertain, 42% n’ont pas les moyens financiers et 36% n’ont pas d’idée particulière. Seuls 9% ont peur de ne pas être suffisamment épaulés et 15% ne sauraient pas comment s’y prendre. On notera aussi que la jeunesse compte préférentiellement sur des professionnels (comptables, banquiers, juristes, à 54%) et son entourage (47%) pour se lancer. Seuls 28% des jeunes comptent sur les associations d’aide à la création d’entreprise, 24% sur le réseau professionnel ou étudiant et 21% sur les pouvoirs publics.

Une bonne confiance dans l’avenir

49% des jeunes interrogés sont confiants pour l’avenir et 27% sont optimistes sur le plan personnel. Pour ce qui est de l’aspect professionnel, ces proportions sont respectivement de 43% et de 22%. Malgré cette confiance et cet optimisme, la jeunesse estime que la société évolue dans un sens négatif à 69% et 79% pensent qu’un autre modèle économique et social est possible. La jeunesse se dit aussi engagée (59%) quelle que soit la cause, en contribuant à préserver l’environnement (48%) ou en faisant preuve de civisme (45%) ou encore en venant en aide aux autres (36%).

Confiance de la jeunesse dans l'avenir sur les plans personnel et professionnel
Confiance de la jeunesse dans l’avenir sur les plans personnel et professionnel.

La génération des moins de 30 ans a le sentiment d’être plus individualiste (69%), plus pessimiste (63%) et plus désenchantée (53%) que celle de ses parents. Pour autant, elle pense qu’il est plus facile de s’exprimer (53%), plus difficile de se mettre à son compte (48% plus difficile, 20% autant) et plus difficile de réussir sur un plan professionnel (64% plus difficile, 20% autant).

Aidez la jeunesse et la jeunesse s’aidera

La jeunesse française est optimiste. Elle veut pouvoir créer, entreprendre, s’engager. Pour cela, elle fait confiance à la société civile plus qu’à l’État. Si elle estime, probablement à juste titre, que les conditions sont plus difficiles que pour la génération de ses parents, elle ne perd pas espoir. Et si on laissait la possibilité à la jeunesse d’exprimer son potentiel et de décider, à son échelle, celle d’une association, d’un comportement au quotidien ou de son entreprise, de l’orientation qu’elle veut donner à sa vie et à la société ? Et si on essayait le libéralisme ? La jeunesse est mûre.

  1.  Enquête réalisée auprès d’un échantillon représentatif de jeunes interrogés par Internet du 2 au 13 septembre 2016. Échantillon de 1002 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 à 29 ans. La représentativité de l’échantillon est assurée par la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes : sexe, âge, profession de l’individu, catégorie d’agglomération et région.
Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Les jeunes Français sont optimistes et aiment l’entreprise….

    Le titre , à lui seul , interpelle , quant à l’article , il est du même tonneau…

    La réalité ( ils votent avec leurs pieds , disait Wladimir Illitch Oulianov) est bien que les jeunes et moins jeunes diplômés français , ainsi que les manuels entreprenants français votent avec leurs pieds , en partant à l’étranger …

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Patrick Aulnas.

Les politiciens doivent-ils nous faire rêver ? Ont-ils pour fonction de peindre un avenir radieux ? Bien entendu, le paradis terrestre n’existera que s’ils sont au pouvoir. Leurs opposants sont toujours mauvais et la société qu’ils promettent à rejeter. Cette dérive puérile et manichéenne du discours politique est certainement favorisée par les médias.

Les politiciens professionnels s’imaginent que pour exister il faut frapper fort par le verbe, au risque de tomber dans l’outrance ou dans le ridicule. En obse... Poursuivre la lecture

Par Claude Goudron.

Tout d’abord une petite anecdote. C’était en 2007, Nicolas Sarkozy venait d’être élu et une de ses premières annonces a été : « nous allons dépoussiérer le Code du travail. »

J’ai bien entendu applaudi à cette nouvelle et j’ai patiemment attendu le passage à l’acte. C’est donc en 2008 que ce Code du travail dépoussiéré est arrivé, une experte du droit du travail est venue nous le présenter.

Je lui ai posé une question préalable : « Pouvez-vous aller à la dernière page et nous donner le numéro de celle-... Poursuivre la lecture

Par Philippe Silberzahn.

Chacun d’entre nous en fait l’expérience, l’incertitude considérable que nous vivons actuellement avec la crise de la Covid, qui devient désormais une crise sociale et économique, est très anxiogène. Personne ne peut se projeter même à quelques semaines.

Bien que je ne sois pas psychologue, il arrive souvent qu’on me demande comment gérer cette incertitude à la fois sur un plan stratégique, mais aussi beaucoup en ce moment sur un plan managérial : que dire à mes équipes ? Comment les rassurer quand moi-m... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles