Faillite éventuelle de la Deutsche Bank : quelles répercussions pour vous ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
By: Tony Webster - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Faillite éventuelle de la Deutsche Bank : quelles répercussions pour vous ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 3 octobre 2016
- A +

Par Charles Sannat.

Faillite de la Deutsche Bank : quelles répercussions pour vous ?
Deutsche Bank By: Tony WebsterCC BY 2.0

La situation de la Deutsche Bank est grave. Devez-vous avoir peur ?

Sauver la Deutsche Bank

Comme la Deutsche Bank est d’une taille largement systémique, si elle tombe, le monde entier tombe. Donc elle sera sauvée. Conclusion : plus c’est grave, moins c’est pire !

Oui mais on n’a pas les moyens de la sauver…

Bien sûr que si. Il suffit d’imprimer les billets nécessaires. Mario Draghi fait d’ailleurs déjà chauffer les machines en sous-sol.

Oui mais l’inflation…

Pas de crainte ! Sur le court terme, ce n’est pas de l’argent qui « circule » en fait. Vous devez comprendre que pour que l’inflation existe, il faut que l’argent circule de plus en plus vite, qu’il y ait de plus en plus d’échanges et de transactions ; bref, d’activités économiques ! Tant que l’argent créé sert à financer ou à combler des trous qui ont déjà été faits, cela n’aura aucun impact ou très mineur sur l’inflation. C’est ce que l’on appelle une « trappe à liquidité ». Plus clairement, la quantité de nouvelle monnaie créée sert à équilibrer des bilans mais rien de plus. À ce compte-là, la création monétaire peut être bien plus importante que ce que l’on pense.

Pire, il n’y a aucune raison pour que des banques centrales, qui n’ont pas hésité à mettre en place des taux négatifs, impriment les billets qui viendraient à manquer… et ne pas le faire équivaudrait à un suicide économique collectif.

La Deutsche Bank : un vrai problème politique pour l’Allemagne

Angela Merkel serait obligée de quémander, à Mario Draghi, l’Italien laxiste, et à François Hollande, 1 000 milliards d’euros pour sauver sa Deutsche Bank. Il n’est pas sûr qu’elle y survive politiquement parlant.

Impossible, et c’est là que le sauvetage inéluctable de la Deutsche Bank devient complexe. Il est économiquement très simple. Politiquement beaucoup plus ardu.

Pour s’en sortir la tête haute, le plus probable est de faire ressortir les difficultés de banques étrangères comme les espagnoles, les italiennes et évidemment une ou deux portugaises.

Face à la crise bancaire européenne et non pas uniquement « allemande », la BCE, appuyée par la grande mansuétude allemande et grâce à la bienveillance de la chancelière, viendra sauver les banques européennes de la déroute à quelques semaines de l’élection présidentielle en France : François Hollande pourra proclamer : « J’ai sauvé l’Europe… c’est important l’Europe… »

Alors faut-il paniquer ?

Pas plus que d’habitude, mais pas moins. Ce nouvel épisode montre à quel point rien n’est réglé, et à quel point vous devez vous « débancariser » et migrer au maximum vers des actifs tangibles. Or, terre, un peu de cash mais point trop, et éventuellement vos biens professionnels sont les seules choses valables dans lesquelles investir. Enfin, n’oubliez pas quelques sacs de riz et boîtes de conserve. Cela ne vaut rien aujourd’hui ou presque rien.

Car si la Deutsche Bank devait s’effondrer, et tout le système avec… alors nous ne parlerions plus que de survie dans un chaos indescriptible. C’est la raison pour laquelle je pense qu’ils sauveront encore une fois les banques, a minima, et tout recommencera dans deux ans.

Sur le web

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • En vertue de la BRRD adoptée par la Commission et les parlements nationaux, l’Allemagne n’a pas le droit de renflouer cette banque sans un effacement de 8% de son passif. S’ils ne sont même pas capables de respecter les traités et les lois votées en parlements (niveau Europe + National), autant les supprimer définitivement.

    Que la banque soit re-capitalisée par le marché ou qu’elle diminue son bilan en cédant des activités.

  • Parler de banque systémique sur un site libéral, quelle hérésie ! Que cette banque pourrie crève et les européens montreront qu’ils sont plus malins que les américains. Franchement, essayer à tout prix (par l’impôt, ouvert ou cachée telle que l’inflation) de sauver une poubelle, pour satisfaire des marchés qui valorisent des sites internet à 300 milliards de dollars, quelle ineptie !

  • angela avait prévenu ………faites des provisions pour tenir dix jours avait elle dit . il va y avoir la queue devant les DAB ……..

  • la deutsche bank a versé aux clintons l’équivalent de 955 000 dollars entre 2012 et 2014 ….pour avoir fait deux discours devant des parterres de clients de la banque allemende ….évidement , en arrosant aussi bien quelques personnes , on se retrouve vite fauchés….lu sur leblogalupus.com

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pierre Baudry. Un article de The Conversation.

Angela Merkel a incontestablement marqué l’histoire moderne de l’Allemagne. Son arrivée au pouvoir en 2005 et son exceptionnelle longévité – comparable uniquement à celles de Konrad Adenauer (1949-1963) et de Helmut Kohl (1982-1998) – font d’elle une figure centrale de la politique allemande et européenne contemporaine.

Toutefois, après la fin de son dernier mandat en 2021, son parti (CDU-CSU, démocrate-chrétien) et son successeur désigné, Armin Laschet, ont été vaincus dans les urn... Poursuivre la lecture

Par Elie Blanc.

D’ordinaire, c’est un sujet qui fâche et qui peut vite vous valoir d'être catalogué dans le camp des grands méchants libéraux, fanatiques de l’austérité et nostalgiques du temps où les enfants travaillaient dans les mines. Mais entre le passe sanitaire et les élections qui approchent, la question de la gestion des comptes publics ne fait plus franchement rêver la presse.

Pourtant, la facture du fameux « quoi qu’il en coûte » d’Emmanuel Macron commence à pointer le bout de son nez. Il est utile de préciser que not... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Daniel Lacalle. Un article du Mises Institute

La Banque centrale européenne a annoncé une réduction progressive du programme de rachat d'actions le 9 septembre. On pourrait penser qu'il s'agit d'une idée judicieuse compte tenu de la récente hausse de l'inflation dans la zone euro, qui a atteint son plus haut niveau en dix ans, et de la reprise prétendument vigoureuse de l'économie.

Cependant, il y a un gros problème. L'annonce n'est pas vraiment une réduction progressive, mais simplement un ajustement à une offre nette d'obl... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles