Non, tout n’a pas été essayé en matière de chômage

Alors que les chiffres du chômage du mois d’août sont tombés, et qu’ils ne sont pas bons, on entend une partie de la classe politique prétendre qu’en matière de chômage, on a tout essayé. Et si on regardait comment s’en sortent nos voisins ?

Par Vladimir Vodarevski.

Non, tout n'a pas été essayé en matière de chômage
By: webhamsterCC BY 2.0

Le ministère du Travail a publié les chiffres des demandeurs d’emplois à pôle emploi en août 2016. Ils sont mauvais. Le chômage augmente, de quelque façon qu’on tourne ces chiffres.

Cette augmentation n’est pas très surprenante. La France a connu une légère baisse du PIB au deuxième trimestre 2016, de 0,1 %. Ce ralentissement se traduit logiquement en baisse d’emploi. On peut noter que cette augmentation du chômage se produit malgré le programme de stages lancé par le gouvernement pour faire diminuer le chômage. Et malgré la baisse de l’euro, ou encore la politique très laxiste de la BCE.

Nos voisins ont de meilleurs résultats sur le chômage

En France, on considère qu’on a tout essayé contre le chômage. Pourtant, d’autres pays ont de meilleurs résultats. Le Royaume-Uni par exemple. Cependant, ce pays est décrit comme une catastrophe sociale. Par exemple, on insiste sur les contrats zéro heure. Alors que ceux-ci sont marginaux (2,3 % à 2,5 % des actifs), et que la France remplace les CDI par des CDD (pour la situation au Royaume-Uni, voir ici).

Ou encore l’Allemagne, où les syndicats ont adhéré au plan de Schroder, en appliquant la modération salariale. Mais, malgré cette action syndicale en faveur de la modération salariale, la France dénigre cette politique en faveur de l’emploi (voir ici).

La France est même timorée face à l’évolution technologique. Alors que, historiquement, ces évolutions ont été synonymes de prospérité, la France craint le chômage (voir ici). Il y a une sorte d’enfermement idéologique qui refuse la réalité.

La France est entrée en période électorale. On va promettre et raser gratis. Mais, en attentant, la situation ne s’améliorera pas.

Sur le web