Chômage : la dégringolade du mois d’août

Publié Par Matthieu Mistret, le dans Pushmobile, Travail & emploi

Par Matthieu Mistret.

imgscan contrepoints 2013-2246 hollande courbe du chômage

imgscan contrepoints 2013-2246 hollande courbe du chômage

Les chiffres mensuels du chômage viennent de tomber. On nous avait dit que « ça allait mieux ». On nous avait dit aussi que quand la croissance était inférieure aux prévisions, c’était « pas de bol ». Après un mois de juillet à 20 000 chômeurs de moins en catégorie A, voilà que  les chiffres explosent à nouveau. 52 400 nouveaux chômeurs sont enregistrés en août dans cette catégorie.

Chômage : pour aller plus loin dans les chiffres

Un petit rappel semble à ce stade indispensable. Qu’entend-on par catégorie de chômeurs ? Le très officiel site du service public nous informe :

  • Catégorie A : personne sans emploi, tenue d’accomplir des actes positifs de recherche d’emploi, à la recherche d’un emploi quel que soit le type de contrat ( CDI, CDD, à temps plein, à temps partiel, temporaire ou saisonnier).
  • Catégorie B : personne ayant exercé une activité réduite de 78 heures maximum par mois, tenue d’accomplir des actes positifs de recherche d’emploi.
  • Catégorie C : personne ayant exercé une activité réduite de plus de 78 heures par mois, tenue d’accomplir des actes positifs de recherche d’emploi.
  • Catégorie D : personne sans emploi, qui n’est pas immédiatement disponible, non tenue d’accomplir des actes positifs de recherche d’emploi (demandeur d’emploi en formation, en maladie, etc.).
  • Catégorie E : personne pourvue d’un emploi, non tenue d’accomplir des actes positifs de recherche d’emploi.

Autrement dit, pour tout gouvernement qui se respecte, le chômage, c’est avant tout la catégorie A. Elle rassemble les personnes qui ne travaillent pas du tout. Tant que ce chiffre baisse, c’est que ça va mieux sur le front du chômage. Tenez-le vous pour dit.

Les catégories B et C représentent les personnes qui ont tellement peu travaillé qu’on ne peut même pas considérer qu’elles ont trouvé du travail. La catégorie D est réservée aux personnes en formation et en maladie pour l’essentiel. La catégorie E est enfin destinée à comptabiliser les personnes qui ont un travail, meilleur que celui des catégories B et C, mais pas suffisamment pour les extraire des statistiques.

Le gouvernement relativise…

Le Figaro rapporte que la ministre du Travail relativise la situation :

« Ce résultat, nettement moins favorable que ceux des mois précédents, peut s’expliquer notamment par les difficultés rencontrées dans certains secteurs d’activité particulièrement affectés par les attentats de juillet (tourisme, hôtellerie-restauration, commerce de loisir, notamment). Cette hausse a par ailleurs été amplifiée par une augmentation inhabituelle du nombre d’actualisations des demandeurs d’emploi, due notamment à un effet calendaire (nombre de jours ouvrés plus élevé) »

… mais les faits sont têtus

Le mois dernier, nous avions déjà décrypté les chiffres. Nous avions pu comprendre à quel point la baisse de la catégorie A masquait en fait une situation bien peu réjouissante. Toutes catégories confondues, le chômage avait augmenté de 10 900 personnes.

Ce mois-ci, c’est encore pire. Au total, cela représente 100 000 nouveaux chômeurs sur le seul mois d’août. Seule la catégorie B recule de moins de 10 000 personnes. La catégorie D, qui recueille les chômeurs en formation comptait 5 000 personnes de plus le mois dernier. Elle en compte 15 700 de plus en août, toujours sans certitude sur la qualité et l’efficacité des formations proposées. En tout cas, le transfert vers cette catégorie ne suffit pas à compenser la nette hausse observée par ailleurs.

Variation du nombre de chômeurs en août 2016 par catégorie.

Variation du nombre de chômeurs en août 2016 par catégorie.

Justifier l’injustifiable

La ministre du Travail prétend donc que ces résultats sont liés à quelques difficultés post-attentats et à des questions calendaires. Cette fois-ci, point d’opérateur téléphonique mis en cause. Le calendrier fera l’affaire. On ne peut pourtant que constater que ces justifications semblent dérisoires face aux situations personnelles des principaux intéressés.

À force de jongler avec les chiffres, on en oublierait que les chômeurs sont des personnes en chair et en os. Ces personnes sont aussi des électeurs. Ces électeurs pourraient bien tirer des conclusions assez directes de la baisse d’activité liée aux attentats, des hasards calendaires, des problèmes d’opérateurs ou des grands plans de formation et des grands discours sur le caractère insupportable d’un chômage dont ils ne sortent pas…

  1. À neuf mille kilomètres

    Mou président surfe sur l’hyperpasdebol du chômage. Il va se fracasser sur les récifs de l’élection.

  2. La seule vérité c’est que les fondamentaux économiques de la France sont mauvais, très mauvais
    sans perspective d’évolution favorable ….
    Et que sans une sensible amélioration sur ce plan …. il n’y aura nécessairement aucun changement
    quant aux chiffres du chômage … quellles que soient les manipulations des statistiques !

  3. Ces chiffres nous prouvent que nous sommes entrés au troisième trimestre en récession économique et ce de la faute du gouvernement ( les crispations de la loi travail en avril mai puis les attentats en juin juillet ont plombé l’ambiance ) la commission européenne va tomber sur le dos

  4. Cette augmentation en trompe l’œil prouve une chose c’est que la finance internationale réussit entraver l’action de notre bien aimé gouvernement…le sacrifice médiatique de notre gouvernement force le respect de tous ceux qui ont à coeur le bonheur des classes laborieuses.

    1. On t’a reconnu Nicolas M. !

  5. Soit notre Président est de parole et nous perdons un candidat qui tient ce qu’il promet, soit il se présente en 2017 et nous ne pouvons voter pour un menteur. Donc il ne sera élu, à moins que les électeurs soient si bêtes qu’il leurs fasse élire le roi des bêtes.

    1. Mais voilà : magie de la politique, on aura plus certainement un discours sur le mode :

      « Je pensais pouvoir me représenter à la faveur d’une baisse du chômage. Mais la situation économique est critique et n’a pas permis de créer autant d’emplois que je l’espérais : devant l’ampleur de la crise, il serait irresponsable de ma part de ne pas me représenter, de laisser le champ libre aux forces rétrogrades et de livrer le pays aux hordes fascistes [on peut broder sur ce thème]. Je serai donc candidat à la prochaine élection présidentielle. »

      1. Cette obsession des chiffres prouve qu’il est déjà en campagne électorale. Donc aucun besoin du futur.

    2. melitor ,

      Notre président sera réelu …je ne parierais pas un hamburger sur la négative…

  6. Et pourtant ,on a fait tout ce qui fallait pour que les entreprises embauchent !! On a fait le cice , on a fait cadeau des charges pour les nouveaux embauchés, on a même changer le code du travail !!!!! Alors !!!! Mère Theresa a été cannoises !!! Et ça n’embauche pas !! Pourtant on a montré l’exemple avec les emplois d’avenir! Même les collectivités embauchent !!! Mais voilà l’entrepreneur embauche quand il voit son carnet de commande grossir ; ho et puis c’est même pas ça : 400000 normes en France. L’employeur est plus responsable de ses salariés que de ses enfants .Etant dans le bâtiment je suis tributaire de l’étude du permis de construire qui va bien : ici pas de toit plat ,là de l’ardoise , et attention si il y a un bâtiment classé monument historique . Parfois trois dépôts de permis pour un simple agrandissement du vécu le client dit « tout compte fait c’est trop compliqué on a décidé d’acheter un camping car . En fait le problème est là: c’est trop compliqué. Et à chaque fois qu’ un élu dit « on va simplifier  » Hou là là! !!??? Ça fait peur et on s’aperçoit que l’on était bien quand on était mal . On sent une grande aigreur dans l’ entreprenariat .Bien trop d’heures à passer pour pas beaucoup de plus . Et avec tout ce qui ce prépare : compte pénibilité, prélèvement à la source , les contraintes de licenciement , pires que pour un divorce … comment avoir envie d’embaucher. Et pourtant quelle belle aventure, l’entreprise .Mais plus ça va plus on nous casse les pattes .Quand on voit la moyenne d’âge des artisans et commerçants … ça va bientôt s’arranger biologiquement …….

Les commentaires sont fermés.