7 raisons de continuer à se battre pour l’Europe

Publié Par Guy Sorman, le dans Europe

Par Guy Sorman.

Si les peuples étaient informés des bienfaits que l’Union européenne leur apporte, le référendum britannique n’aurait jamais eu raison d’être. Le fait même que l’on puisse sérieusement envisager de la quitter démontre à quel point l’Europe est une belle inconnue et combien ses porte-parole sont muets ou incompétents.

Où est passé Donald Tusk ?

Où donc, par exemple, est passé Donald Tusk, “Président” en titre de l’Union depuis un an ? Cet homme d’État polonais, issu des rangs de Solidarité, libéral convaincu et qui fut un remarquable Premier ministre dans son pays, serait à même d’expliquer ce que l’Union a apporté et l’Europe de l’Est, comment elle a contribué, en quelques années, à la transition du communisme à la démocratie et au développement économique.

Soit Donald Tusk est devenu muet, soit les chefs d’État en Europe lui imposent le silence, soit les médias passent à côté de ce qui va bien en Europe pour n’en souligner que les imperfections ? Soit les trois raisons à la fois : dans ce cas, Tusk devrait démissionner ou se révolter.

Les bonnes raisons d’aimer l’Union européenne sont pourtant nombreuses et persuasives, si évidentes peut-être que chacun les considère comme acquises, alors qu’elles sont miraculeuses et fragiles. J’en citerai sept, mais cette liste n’est pas exhaustive.

Tout d’abord, la paix : a-t-on déjà oublié que l’Union est parvenue à mettre un terme, sans doute définitif, à mille ans de guerres civiles ? Grâce à la méthode dessinée initialement par Jean Monnet : créer des solidarités économiques entre Européens, de manière à entremêler leur destin. Et de fait, le commerce a réussi là où tous les diplomates avaient échoué. Cette paix par le concret a résolu la “question allemande” – deuxième raison d’aimer l’Union – dont la puissance menaçait la paix et l’ordre du continent, depuis un siècle.

Recul de la misère

Cette Union, de par la facilitation des échanges, a apporté à tous en Europe – troisième raison – un supplément de croissance, généralement estimé à 1% par an : la misère a reculé dans toutes nos nations grâce à ce supplément de croissance et à la solidarité entre les membres. Une quatrième raison, essentielle, est la stabilité monétaire qu’apportent l’Euro et les monnaies qui y sont accrochées comme le Franc suisse, et la Couronne suédoise. Grâce à l’Euro et à sa gestion indépendante par la Banque de Francfort, l’inflation, qui fut la cause de malheurs considérables, a totalement disparu : aucun gouvernement national ne peut désormais détruire notre épargne ou anéantir notre pouvoir d’achat, parce que la monnaie est au-delà de leurs manipulations.

La libre circulation des hommes et des marchandises – cinquième raison -, le droit d’étudier et de travailler où on le souhaite, enrichit nos vies personnelles et professionnelles et enrichit aussi les pays d’accueil, en y apportant des talents et de la diversité culturelle : ceci est tellement intériorisé, quoique si récent, que l’on a oublié combien l’Union européenne seule nous a conféré ces libertés nouvelles.

Les jeunes gens qui passent un week-end à Gdansk ou Barcelone, étudient à Milan et travaillent à Londres, semblent ignorer que cette liberté de choix était inconcevable il y a une génération à peine ; mais ceux-là même qui profitent le plus de l’Union, sont souvent les moins informés et les moins militants. Pour mémoire, rappelons que l’immigration des non Européens ne dépend pas de l’Union mais des nations : les Britanniques qui ont voté pour le Brexit n’en étaient apparemment pas informés. Aux cinq raisons positives d’aimer l’Europe que j’ai énoncées, j’en ajouterai deux en forme de réfutation.

La paix au moindre coût

Non, l’Europe n’est pas trop coûteuse compte tenu des avantages qu’elle procure. Pour les pays qui contribuent le plus, Allemagne, France, Grande-Bretagne jusqu’ici, la taxe est de l’ordre de 2 000 euros par an, par personne, mais dont il faut déduire ce que l’Europe restitue, en subventions à l’agriculture et aux infrastructures. La France se voit restituer les deux tiers de sa contribution, en particulier pour ses agriculteurs. Pour l’Espagne et les pays de l’Est, l’Europe est quasiment gratuite.

À l’échelle de toute l’Union, celle-ci revient à moins de mille euros par an : la paix ne les vaut-elle pas ? Pour mémoire, la Suisse et la Norvège cotisent à l’Union sans en être membres pour, en contrepartie, bénéficier de la libre circulation. Ce que feront les Britanniques après leur suicide collectif dit Brexit.

Enfin, subsiste le débat, symbolique plus que réel, sur l’identité nationale : l’Europe porterait-elle atteinte à notre identité, à notre souveraineté ? Des politiciens populistes  en France, aux Pays-Bas, au Danemark, prospèrent sur cette peur entretenue mais sans fondement. D’aucune manière, l’Union européenne nous prive de nos racines, mais elle nous confère une identité supplémentaire : nous sommes devenus des Européens en sus de notre identité locale et le reste du monde nous envie pour cela. En Asie et en Amérique latine, l’Union européenne est justement perçue comme le grand succès diplomatique de l’après-guerre mondiale.

Ce qui manque à l’Union européenne ? Sans doute un mouvement intellectuel qui militerait en sa faveur et des organisations de citoyens européens pour empêcher d’autres Brexit. Nous avons bien un drapeau (inspiré, c’est peu connu, du voile de la Vierge Marie) et un hymne, l’Ode à la joie de Ludwig van Beethoven, mais que nul ne chante, parce qu’il n’a pas de paroles. Il est temps de les écrire, en Espéranto peut-être pour que nous chantions à l’unisson.

Sur le web

  1. marie druker receuille la réaction d’une assistante parlementaire franco allemande : les bureaucrates de bruxelle , un peu plus de 10 000 personnes ,mieux payés que le premier ministre britanique , ne paient pas d’impot , peuvent boire , manger , voyager tout frais payés …..'( france tv info ) ; les gens en ont marre de tout ça ; il ne faut pas s’étonner du résultat du référendum

  2. Non, l’UK a du demander par exemple une exception sur la libre circulation des migrants et c’est le refus de l’UE qui a conduit au referendum.

    The court ruled that where non-EU nationals hold a residence permit as a family member of a citizen of an EU member state, the UK cannot require them to apply for a visa to enter Britain. Woolfe says: « Britain will be forced to recognise residence permits issued by any EU member state, even though the system of permits is wide open to abuse and fraud. This ruling extends the so-called ‘right to free movement’ to millions of people from anywhere in the world who don’t have citizenship of any country of the EU. »

    « This is yet more proof that Britain can never take back control of its borders as long as it remains in the European Union. »
    ___________
    Ce qui est surprenant c’est que certaines demandes de l’UK, notamment sur la non-attribution automatique des aides sociales aux migrants ont conduit à sa condamnation par la CJUE… mais que maintenant cette demande émerge de pas mal de pays dont si ma mémoire est bonne l’Allemagne qui a demandé une présence continuelle de 4 ans sur le territoire avant cette automaticité.

  3. D’où sortez-vous ce calcul sur la contribution de chaque citoyen à l’UE.
    En France le budget alloué à l’UE est de 21.51 Mds pour 2016 et ça fait 325€ par habitant et non 2,000€.
    2000€ ça serait énorme !

    1. À ce propos, je vous suggère d’aller voir mon lien qui est la page FAQ qui s’oppose aux bobards circulant mais vous aurez sur le même site, la réalité du budget correspondant aux frais de fonctionnement de l’administration de l’U.E.

      http://ec.europa.eu/budget/explained/myths/myths_fr.cfm

      1. Ah encore le maître d’école.
        Pourquoi m’adressez-vous ce commentaire alors que je viens justement de dire qu’il y avait une erreur qui va dans ce sens.

        J’ai juste lu la première question de la FAQ : l’UE se compare aux états, c’est complètement aberrant. Il n’y a aucun rapport. Et ils vont même comparer leur budget et le PIB des états mais l’UE ne produit rien de marchand ! Jusqu’à dire moins de un euro par jour et par citoyen ! Pourquoi pas à l’heure ou à la minute….

        1. @ sam player

          Parce que ça ne fait qu’entre 5 et 6 % de frais administratif,
          parce que ça diminue, avec le temps,
          parce qu’il n’y a pas d’augmentation du nombre de fonctionnaires,
          parce qu’ils se disent à l’origine de croissance d’1% en moyenne du PIB des états (donc « productifs »),
          parce qu’ils sont (de mémoire) +/- 35 000 ou 36 000, tout compris, pour 500 millions de personnes (France: 5,640 millions pou 66 millions d’habitants), parce qu’il n’y a « que » 751 députés à Bruxelles pour faire 30 à 50% des lois dans 28 pays (avec traduction), pour 925 mandataires centraux français , parc que leur budget est respecté sans dette autorisée etc…etc…

          Et parce que la comparaison avec un état donne mieux un échelle de grandeur et que moins d’1 € par jour et par personne, c’est donné pour les effets obtenus, même « non marchands », comme la justice, ce qui n’est clairement pas le cas, dans votre pays!

          Mais argumenter contre la mauvaise foi est inutile. Alors, gardez ce bouc-émissaire qui vous arrange pour justifier ce dont, en fait, votre propre pays reste seul responsable! Mais ne vous plaignez plus! Même contre le « maître d’école » qui n’en est pas un mais qui a eu le bonheur de rentrer de France dans son pays au bon moment.

  4. Cet argument du manque de pédagogie devient lassant. Jamais un allemand ne paiera la retraite d’un grec, jamais les déficits des uns ne seront comblés par les excédents des autres, tout simplement parce qu’il n’existe pas de peuple européen ! Malgré tous les erasmus et toutes les vagues de migrants pour dissoudre les nations : ca n’existera jamais ! La seule chose qui existe c’est la bêtise de hauts fonctionnaires se prenant pour les oints du seigneur comme dirait Charles Gave, la cupidité des élites mondialistes et la soumission de la classe jacassiére …

    1. « Cet argument du manque de pédagogie devient lassant. »

      C’est mon sentiment personnel et c’est aussi je crois la cause de l’échec présent et de la fin proche de l’Europe ! Les Romains eux avaient compris : « du pain et des jeux ». Inutile d’expliquer aux peuples ce qui est bien ou mauvais pour eux, ils ne jugent que par ce qu’ils voient et par leur quotidien. Et ce quotidien est fait de difficultés économiques et de contraintes de toutes sortes, amplifiées par les peurs que l’on tente de propager de partout et sur tous les sujets afin de manipuler l’opinion. (Peur des robots, du capital, de la pollution, des étrangers, de l’avenir, des changements, de la pluie et du beau temps …)

      Quand le peuple se révolte, les raisons invoquées deviennent subjectives et les exigences souvent irréalistes ou surréalistes (Voir Nuit Debout). Celui qui prétend diriger doit d’abord identifier les causes du malaise, les résoudre et rendre le « peuple » heureux avant de tenter d’appliquer ses « visions d’avenir » et de lancer ses projets. La pédagogie est non seulement inutile mais contre-productive. Dans les conditions présentes, demandez n’importe-quoi au peuple et la réponse sera toujours : « Niet ! ».

  5. l’UE a apporté….des milliards dilapidés par une nuée de fonctionnaires européens. l’UE aurait pu être parfaite si elle n’avait pas de budgets destinés a subventionner pierre paul ou jacques . l’UE aurait due être juridique et ne surtout pas interférer avec l’économie.

    1. « l’UE aurait due être juridique et ne surtout pas interférer avec l’économie »

      Juridique, je ne pige pas ce que ça veut dire.

      Economique : si l’UE a interféré avec l’économie, c’est justement parce que les états interféraient avec l’économie en mettant des barrières et des réglementations pour chacun protéger leurs propres marchés : par exemple, importer une voiture nécessitait de faire un contrôle de conformité (homologation) au service des mines… alors qu’un étranger qui utilisait cette même voiture sur le territoire national pouvait circuler sans problèmes. Cette homologation nécessitait des attestations et adaptations diverses et variées source de coûts assez énormes. Dans les années 1992 j’avais voulu importer mon véhicule de fonction de Suisse, j’y ai renoncé à cause des modifications nécessaires et j’ai circulé pendant 3 ans avec les plaques suisses bien que c’était interdit pour un national. Seule mon assurance n’a pas été débile en acceptant de m’assurer ainsi.

      En fait seul le libéralisme peut résoudre ce problème en laissant tous les produits bons ou mauvais ou même dangereux (oui!) circuler sur les territoires car les labels se crééent d’eux mêmes et les bons produits éliminent les mauvais : un bon exemple est les cigarettes électroniques :les producteurs ont normalisé leurs produits (batteries, adaptateurs, prises etc…) pour pouvoir monter n’importe quel atomiseur sur n’importe quel batterie.Et d’eux mêmes les fabricants de produits (e-liquides) ont fait appel à des qualités pharma pour justement rassurer les clients.
      Ce qui est sidérant c’est que maintenant l’europe veut sortir une norme alors que ça fait 7-8 ans que ça fonctionne très très bien sans.

      1. par « juridique » j’entends justice, faire respecter la liberté de commerce et faire respecter l’égalité de traitement . dans ton exemple de voiture l’UE doit imposer qu’une réglementation interne a un pays s’applique uniquement pour les productions de ce pays et ne peut empêcher la commercialisation d’un produit étranger par une reglementation ou une campagne de dénigrement.
        une norme européenne n’a pas a exister et être imposé aux autres membres . chaque pays doit conserver sa propre culture en aucun cas on doit imposer une culture unique , par exemple les normes de pollutions d’élevages d’agriculture …pas question d’imposer une norme européenne sur la taille du concombre ou la hauteur d’échelle !

        1. @ reactitude

          Avec le commerce par internet, il est pourtant sécurisant qu’un article acheté dans l’Union puisse en cas de défaut être sujet à porter plainte. Qu’il y ait eu exagération, je ne peux pas le nier! Mais des normes de sécurité, les euro-citoyens n’y sont pas opposés.

          Maintenant, personne ne vous empêche d’acheter « sous le manteau » le vin de la vigne de votre voisin ou le fromage de ses biquettes dans une confiance que vous jugez suffisante.

          Pour l’exportation, c’est évidemment différent et ce n’est que logique: la protection du consommateur fait bien partie des missions de l’U.E., ce qui permet de répondre à des appels d’offres ouvertes aux fournisseurs étrangers mais d’un autre pays membre, adoptant les mêmes règles de qualité et de sécurité: ce n’est que la conséquence de l’ouverture des marchés.

          1. Réfléchissez un peu et vous verrez que ce n’est pas aux états de réglementer, ni à l’UE, même si pour vous c’est bien pratique que quelqu’un prenne la décision à votre place… sauf… sauf… qu’il n’en portera jamais la responsabilité. Je m’explique : si l’état ou l’UE met en place une norme mais qu’il est incapable de la faire respecter (c’est le cas car il faudrait trop de contrôleurs et en plus des contrôleurs non corruptibles ; qui contrôle les contrôleurs ?) ça ne sert à rien. C’est comme pour l’interdiction du port des armes : cette interdiction ne vous protège pas et l’état ne vous indemnisera pas s’il a failli. Je ne vous citerai que les listerias, les lasagnes au cheval, les prothèses Pip, le médiator, les tests pharma au CHU de Rennes, l’amiante etc…

            Les normes se sont toujours construites et développées en dehors des états : cf les normes sur les aciers, les soudures, les codes de constructions etc… qui ont été développées par des associations d’ingénieurs : ASTM, ASME.

            Dans l’industrie alimentaire aussi : les innovations viennent des entreprises : emballage sous vide, sous pression positive etc…. Ce n’est pas à l’état de donner la date de péremption d’un aliment mais au fabricant et sous sa responsabilité puisque ça dépend des conditions de fabrication. Il y a toujours dans l’alimentaire des réglementations assez kafkaïennes qui ne prennent pas en compte les nouveaux procédés d’élaboration et qui même parfois bloquent ces innovations.

            Vous pourriez dire : oui mais si un fabricant vend un produit dangereux. et là je vous dis que c’est un problème d’assurance. L’assurance est la seule façon de permettre au marché de fonctionner de manière ouverte et que les meilleurs produits émergent et que les mauvais disparaissent.
            Sur les routes on le voit bien, l’état s’en fout des zones accidentogènes, ce n’est pas lui qui paie, ce sont les assurances… et ce devrait donc être aux assurances de régler ces problèmes. Tout comme si vous avez un magasin c’est à votre assurance de voir si votre magasin est conforme à ses normes de sécurité à elle (l’assurance) puisque c’est elle qui indemnisera en cas de problèmes.

            1. @ sam player

              Je ne dis pas que c’est aux états ni à l’U.E. de contrôler mais de fixer les règles, le contrôle pouvant très bien revenir à des firmes privées qui évidemment s’écrouleraient au premier soupçon de tricherie comme on a vu l’AFSAPS, faisandée, disparaitre quand ses pratiques furent connues.

              Mais dans un pays voisins, j’ai connu l’un de ces contrôleurs techniques capables de prendre la responsabilité de certifier qu’une installation électrique dans une habitation, un ascenseur, une plomberie étaient aux nomes ou pas: vous avez donc un recours contre un responsable qui ne sait que trop bien qu’en homme du métier, comme contrôleur ou comme artisan, il risque son gagne-pain à chaque fraude, dès la première! Pas bon! Vu qu’il reporte la responsabilité sur celui, entrepreneur ou architecte, responsable du projet, puisque le « maître d’oeuvre » est traditionnellement le commanditaire.

              Il en est de même pour les armes: aucun armurier ne vendra DANS SA BOUTIQUE, ce qui n’est pas autorisé; en-dehors ???

              Il y a effectivement plusieurs labels privés comme le « TÜV » allemand à la réputation très sérieuse alors que le « CE » européen représente plus une autorisation de mise sur le marché qu’une garantie de qualité.

              Par contre, par internet, pas de problème pour des sites comme Amazon où vous aurez toujours votre premier responsable, bien localisé en Europe. Mais si il faut des recherches compliquées comme celle d’une adresse IP, regardez en bas de page de votre assurance, ce sera vraisemblablement exclu par votre police des risques couverts. À moins… à moins que l’U.E. ait interdit cette exclusion.

              Dans un aéroport de fret, il y a des moyens techniques comme l’examen d’un container au scanner, suivi éventuellement par l’ouverture (aléatoire, probablement) du container et d’une caisse de marchandise dont 1 pièce sera envoyée au laboratoire (privé ou public) pour examen de conformité: en cas d’échec c’est tout le container ou le lot de contaners qui sera détruit et pas renvoyé à l’expéditeur: la punition est sévère, ce qui pourra convaincre l’expéditeur, bien identifié, de réessayer!.

              Je ne dis toujours pas que l’U.E. est « parfaite » mais que son chemin déjà parcouru ne ferme pas du tout la porte de l’espoir. Il n’est évidemment pas réaliste de la juger d’un seul point de vue libéral quand ce simple terme est déjà traumatisant pour une partie des 500 million d’habitants. Donc que tout ne vous convienne pas, c’est normal. Mais la vie réelle démontre bien qu’il faut parfois faire des concessions. Ne fût-ce que pour respecter autrui et sa liberté de ne pas être en phase avec vous.

              1. Je dis que la réglementation étatique est contre-productive si il n’est pas possible de la faire respecter et vous me répondez qu’il n’y a qu’à déléguer le contrôle au privé ! Mais que ce soit privé ou public, ça reste un problème de moyens.
                Outre que c’est déjà le cas (contrôle délégué au privé, par exemple vôtre contrôle technique) ça ne résout pas le problème, même avec votre contrôle aléatoire. Si c’était le cas il n’y aurait plus de drogues ou d’armes sur le marché, plus de produits périmés dans certains restaurants (marronniers de l’été), plus de vins contrefaits, plus de contrefaçons des sacs Louis Vuitton, plus de déraillements de train, plus de problèmes avec les médicaments, plus de bombes dans les avions etc…
                Echapper à la réglementation c’est en fait basé sur un risk reward ratio : le bénéfice que l’on peut en tirer par rapport aux coûts d’évitement.

                Celui qui réglemente fait juste croire par là qu’il assure la sécurité : préférez vous entrer dans un magasin qui dit qu’il est aux normes ou entrer dans un magasin duquel son assurance vous dit que s’il vous arrive un problème alors vous serez indemnisé à X centaines de milliers ou X millions d’euros suivant un barême connu d’avance. Idem quand vous montez dans un avion etc…

                En fait, en s’en remettant à une assurance vous n’avez pas besoin en tant que consommateur de remonter vous-mêmes la chaîne des responsabilités, de savoir s’il y a eu faute ou pas (cf enquête sur déraillement Brétigny ha ha ha) ou d’attendre les résultats de l’enquête pendant 10 ans avant d’être indemnisé ou si la norme était foireuse ou si on en tirera la leçon pour la prochaine fois, ce qui vous fera une belle jambe si vous êtes mort ou en fauteuil roulant : la seule chose à savoir est que le site qui vous vend le produit, le magasin, la compagnie aérienne si vous achetez en direct, sinon l’agence de voyages etc.. sont assurés et quel est le montant de l’indemnité si l’un a failli. Vous n’avez qu’un seul interlocuteur et ce sont aux marchands ou à leur assurance à se subroger les uns les autres.
                C’est comme ça que ça marche dans l’industrie : je ne demande pas à mon client de se retourner contre mon fabricant de tôles si celui-ci a failli et que le truc a pété, le client ne connaît que moi et non l’organisme qui a contrôlé la soudure.

                L’assurance c’est la clef.
                C’est vous qui faites des concessions en déléguant à l’état ou l’UE le soin de vous protéger : ça vous coûte et ça ne rapporte rien.
                Vous n’avez apporté aucun élément pour montrer que votre solution est la bonne.
                Par contre, pour la mienne de solution je vous mets au défi d’y trouver une faille.

                Vous parliez du TÜV et on en a vu le résultat avec les prothèses PIP.
                Les clients ne savaient pas que l’assurance portait au global que sur 3ME (qui sont à partager entre 30,000 victimes MDR 100€ chacune !)
                Donc les victimes se sont retournées contre le TÜV mais ont été déboutées en 2ème instance car effectivement ce n’était pas le boulot du TÜV de faire des contrôles inopinés. Voilà comment fonctionne votre système de réglementations étatiques avec lequel on n’est même pas sûr que l’entreprise avec laquelle on contracte est assurée correctement.

                Pour revenir à ce qui se passe dans l’industrie, le client – industriel lui aussi – demande très souvent l’attestation d’assurance et une délégation de paiement… tout comme le propriétaire du logement demande au locataire son attestation d’assurance

        2. Réactitude, relisez, vous n’avez pas compris… mais c’est certainement aussi parce que vous percevez le problème.

          1- Ce sont les états qui mettaient des réglementations empêchant le commerce inter pays. Je cite souvent l’exemple des téléphones fixes sans fil, des télex, des fax, des répondeurs, des modems (en fait tout ce qui se branche sur une prise téléphonique) qui devaient être agréés par le laboratoire français des télécoms de Lannion en Bretagne, propriété de France Telecom et dont l’homologation coûtait quelques centaines de milliers de francs à l’époque. C’est du *protectionnisme* et aussi du capitalisme de connivence et on payait les appareils 3 fois leur prix sans pour autant avoir accès à tous les types commercialisés.

          2- Donc l’UE, pour faciliter le commerce intra-européen au *bénéfice* des clients a aboli toutes ces réglementations protectionnistes mais comme il n’est pas question dans leur logique de laisser des produits dangereux sur le marché (ou des clients mal informés)… elle en a créé une autre couche.

          Vous dites que chaque pays doit conserver sa propre norme de pollution… et donc vous en revenez à la réglementation des états… réglementation qui immanquablement redeviendra protectionniste : regardez comment ça s’est passé pour les cerises : la france n’accepte plus sur son territoire de traiter les cerises avec tel produit (méfaits non prouvés) et concomitamment elle n’accepte plus non plus l’importation de ces mêmes cerises. Idem pour les OGM. Il est là le protectionnisme.

  6. Le fait même que l’on puisse sérieusement envisager de quitter l’URSS démontre à quel point l’URSS est une belle inconnue et combien ses porte-parole sont muets ou incompétents.

    1. Merci bibi, j’avais pas vu / compris l’ineptie de cette accroche en tête de l’article.

      1. Remplacer UE par URSS c’est ma bote secrète pour déterminer le niveau de foutaise de la propagande européiste.

  7. La paix est-elle une cause ou une conséquence de l’UE? La « question allemande » ne resurgit-elle pas d’une autre manière? La stabilité monétaire est-elle un atout ou un problème en l’absence de convergence économique et fiscale? Que dire des manipulations monétaires de la BCE? Il est certain que les Européens apprécient la libre circulation, mais il semble qu’elle ait actuellement aussi quelques inconvénients…
    La coopération europénne aurait été mieux acceptée que la construction technocratique actuelle, si on avait veillé au principe libéral de subsidiarité. On a fait valoir aux peuples un certain nombre « d’avantages » (y compris de généreux subsides pour pousser certains pays à rejoindre l’Union), sans aborder de front la finalité qui est l’intégration politique. On a même triché sur les critères d’adhésion pour la Grèce ou la Roumanie pour des raisons géopolitiques,
    On ne peut séparer la construction européenne des grands projets mondialistes qui ont suivi la deuxième guerre mondiale dont l’obstacle était l’Union Soviétique…

  8. Ouai… Demain, si un référendum était organisé en France, il est à craindre que Monsieur Sormann soit très fortement déçu du résultat…

    1. @ Fred

      Ou vous!

      1. Mai 2015 :
        Référendum européen : dix ans après, les Français rediraient non
        « Selon notre sondage Ifop pour Le Figaro, 62 % des Français voteraient « non » si la question leur était posée aujourd’hui, soit sept points de plus qu’en 2005. »
        _____
        Vous confondez les conditions de fonctionnement et l’entrée / sortie de l’UE.
        En 2005 ils n’ont pas dit non à l’Europe et ils ne le disent toujours pas aujourd’hui. Ils ne veulent pas de cette Europe là. Mais il est à craindre que plus on insistera plus les système s’approchera de l’explosion… mais ça peut tenir facile 20 ans comme ça. L’idée est bonne en théorie, mais c’est dans la pratique que ça ne fonctionne pas.

        http://www.lefigaro.fr/politique/2015/05/28/01002-20150528ARTFIG00353-referendum-europeen-dix-ans-apres-les-francais-rediraient-non.php

        1. Schopenhauer, l’Art d’avoir toujours raison, stratagème 33 : l’idée est bonne en théorie mais pas en pratique !
          Quand les francais se sont « pronnoncé » sur la constitution européenne en 2005, combien l’avaient lue, ne serait-ce qu’en partie, et compris ?
          Le mythe du plombier polonais était largement médiatisé par les opposants, alors même que c’était un mythe.
          Le droit de vote devrait impliquer la compréhension du sujet pour (ou contre) lequel on vote.
          Sinon, autant jouer à pile ou face, ou laisse ceux qui geulent le plus fort trancher pour les autres…

          1. Oui, bien vu, je me suis fait avoir comme un bleu hi hi ce n’est pas le sens de ce que je voulais dire
            On nous a vendu un truc mais une fois ouvert l’emballage ça ne correspond pas à la pub !

            En fait le plombier polonais n’est pas un mythe : ce sont les travailleurs détachés. Ceux qui en profitent le plus sont actuellement les transporteurs routiers. Sans en juger la pertinence, on peut dire que ceux qui avaient soulevé ce problème avaient en fait raison. Le nier actuellement ce n’est même pas sérieux.

            Il me semble bien que les autres problèmes qui avaient été soulevés à l’époque sont bien apparus. En fait, les avoir occultés n’a pas permis de trouver les solutions adéquates pour conserver la compétitivité. L’URSSaf est à la manoeuvre pour récupérer ces travailleurs en produisant ces propres réglementations hors de tout contrôle de l’assemblée.

            1. Ceux qui en profitent le plus sont actuellement les transporteurs routiers.

              Oui, la filiale de Géodis ❗

              Ouais ben quoi, faut bien maintenir la SNCF à flot…

          2. Quand je lis la constitution de la Vème république je comprends, quand je lis la constitution US malgré mon niveau d’anglais je comprends, quand je lis le traité établissant une continuation pour l’Europe acheté pour 2€, je ne comprends rien si bien que je n’ai même pas eu le courage de terminer la lecture.

            On fait comment pour évaluer qui à la compréhension suffisante d’un sujet pour participer au vote?
            Mais bon sens mais c’est bien sur on laisse le soviet suprême décider de tous pour nous, l’avant-garde du prolétariat sait ce qui est bon pour les gueux.

            1. On devrait passer un examen pour obtenir le droit de vote.
              Des questions basiques voire « alakon » hein… Meme comme ça 10% de la population ne pourrait pas voter.

              1. Un examen d’état pour pouvoir veauter voila une bonne idée.

          3. Pour la constitution, vu la taille du bestiau, il fallait un niveau doctorat, et pas en technique de surface, pour le comprendre et trois mois de temps libre devant soi.
            VGE est mignon, mais il ne sait pas faire simple et il était hors sujet. On lui demandait des principes généraux, il a pondu un bouzin détaillant tout par le menu. Je me suis arrêté rapidement, mais je suis sûr qu’il y avait un paragraphe sur le nombre de marches minimum et maximum entre deux étages.

          4. « ou laisse ceux qui geulent le plus fort trancher pour les autre », n’est ce pas de cette manière que fonctionne nos démocraties contemporaines qu’ont le déplore ou pas? Le résultat d’un vote ne peut être dissocier de ses conditions d’organisation.

            Il est évident que les Brexit les plus virulents ont gagné la bataille du discours et de la communication à contrario les défenseurs d’un Brexit dans la modération ont été inaudibles de même que les partisans d’un maintien assortie de conditions de refondation de l’UE.

            Le Brexit n’est elle pas une sanction du jeu dangereux joué par Cameron à savoir mettre un couvercle sur la marmitte Ukip pour sauver les conservateurs d’une déroute probable aux prochaines élections?

            Un peu comme Sarkosy qui réaffirmait il y quelques semaines encore son attachement au racines chrétiennes de l’Europe.libre à chacun de juger de la sincérité de l’intéressé.

            Cameron s’est sacrifié pour que les conservateurs restent au pouvoir, la politique politicienne est le corollaire du parlementarisme, le niveau de la politique en France et lamentable mais n’allons pas idéaliser celui de nos voisins par simple rejet de la politique de notre pays.

      2. Il y a une chance sur deux pour que je me trompe en effet. Mais personnellement, je vois de plus en plus de gens désabusés par l' »Europe ».

  9. Bravo aux britanniques … et merci
    Sans ce camouflet à une Europe uniquement fondée sur l’argent, les banques, la finance de haut vol et l’individualisme forcené rien n’aurait bougé.
    Maintenant les choses vont évoluer, je l’espère car sinon …
    Harmonisation de la fiscalité, harmonisation de la protection sociale, harmonisation législative seront à l’ordre du jour sinon c’est l’éclatement avec toutes ses conséquences délétères.
    Est il normal que le Luxembourg soit un paradis fiscal ?
    Est il normal que dans une communauté censée harmoniser l’économie des pays fassent du dumping comme Irlande ou Hollande ?
    Je suis optimiste quand à l’avenir car il faut que les lignes bougent. Si le Ryaume Uni n’avait pas voté « exit » rien n’aurait changé.
    Un politique ne bouge que quand il est contraint.

    1. Vous vient-il à l’esprit parfois que l’harmonisation empêche la concurrence et concourt toujours à une augmentation des prix (fiscalité) et une diminution de la qualité ?

      1. @ sam player

        Contrairement à ce qu’on peut croire, l’harmonisation fiscale consiste à uniformiser les types d’impôts (revenus du travail, du capital (revenus +/- capital lui-même), immobilier; exception:TVA – qui est une taxe généralisée dans l’Union-). Par contre les autres taxes diffèrent de pays à pays.

        Mais, il n’y aura pas d’harmonisation des TAUX de ces taxes et impôts puisque ces taux sont du ressort de chaque pays et logiquement, dépendent de la gestion et des besoins financiers de l’état: il en va de même de la protection sociale: (tout le fameux problème de la CSG qui été finalement confirmée « cotisation sociale » et pas « impôt »: d’où l’exonération pour les étrangers assujettis à un autre système social). De même encore, les soins pratiqués dans un pays seront remboursables par l’assurance-maladie d’un autre pays, selon son barème, grâce à la carte européenne d’assurance-maladie.

        Il n’est pas mauvais de conserver ainsi une concurrence fiscale entre les pays, déjà amortie par les critères de convergence de Maastricht (pour ceux qui les respectent!) indispensables pour l’usage d’une monnaie commune, avec une banque centrale « indépendante » de la politique (et des banques commerciales, de préférence!) mais pas de l’économie commune à éventuellement influencer prudemment (cas actuel).

        Il faut ajouter dans cet article un avantage de l’U.E. non cité mais qui me paraît essentiel:

        Au fur et à mesure de la mondialisation et de la montée en puissance de ces « pays-continents » comme la Chine ou l’Inde avec plus d’1 milliard d’habitants, l’Europe des 27et son 1/2 milliard d’habitants relativement riches et consommateurs comptent encore, incontestablement, alors que plusieurs de ces pays pris séparément, n’auraient déjà plus aucun poids dans le monde, dans ce que j’appelle « WW3 », déjà en cours, où les armes deviennent peu utiles sur le terrain non plus géographique mais bien économique.

        On voit déjà des renaissances industrielles dans les secteurs où on peut robotiser le travail avec une finesse de précision inégalée, pour fabriquer des produits technologiques chers, compliqués mais rentables. Cela se voit déjà bien en Allemagne, en Scandinavie et en Suisse, mais avec un bon niveau général d’instruction, c’est relativement accessible à bien des pays européens: il suffit de regarder l’évolution des « paysans » pour qui l’informatique permet maintenant d’optimiser les rendements et la proximité, d’éviter les frais de transport, alors que la pénibilité a chuté et que le nombre de personnes nécessaires par hectare a énormément diminué.

        On peut donc bien détester l’Union Européenne ou la critiquer dans son état actuel (et J.C.Juncker est blindé contre la critique), entre autres par manque de démocratie (quoique toute décision ne vient que d’une combinaison d’accords conjoints du parlement et du conseil, représentant tous 2 les pays membres, mais jamais de la commission, pourtant aussi représentative de chaque pays, et surtout jamais de l’administration! Ces textes sont ensuite (théoriquement tels quels!!!!) ratifiés par les parlements nationaux pour leur donner valeur de loi nationale: reste à les appliquer!) mais cette Union n’est pas « achevée » et ne deviendra que ce qu’en feront ses pays membres. Il est donc bien nécessaire de faire de la pédagogie pendant que les politiciens populistes réclament d’abandonner le navire dans la tempête, forcément passagère.

        1. Et hop c’est la fotopopulisme !

          Non, l’harmonisation ne consiste pas pour leur défenseur à harmoniser les types d’impôts mais les taux. Les mêmes types d’impôts existent déjà dans toute l’union. Harmoniser les types ça ne veut rien dire.

          Ce qu’entendait Arcousan c’était bien une harmonisation des taux de taxes puisqu’il évoque aussi la protection sociale et même le législatif. Autrement dit un seul système unifié.

          Au sujet de la TVA,si vous lisiez les news anglaises, vous verriez par exemple que l’UK s’est fait renvoyer dans ses 22 quand elle a voulu baisser le taux de TVA sur les matériaux d’isolation : c’est ce type de dirigisme européen qui a exacerbé la colère des brexiteurs.

          1. @ sam player

            Oui, j’avais bien compris mais cette harmonisation des taux n’est pas, à ma connaissance, à l’ordre du jour ni même souhaitable! Il n’y aurait que 3 pays, actuellement, à répondre aux critères de Maastricht, alors sur quels taux va-t-on baser l’imposition?

            Évidemment pas sur les taux outranciers français et même si Fr.Hollande en rêvait au début de son quinquennat, raison de son inaction dans la voie de la rigueur de gestion avant d’invoquer le terrorisme et la sécurité pour dépasser, une fois de plus, l’objectif budgétaire, je ne suis pas sûr du tout que l’Union ait l’intention d’aider la France comme la Grèce!

            Ni d’ailleurs que les autre pays membres se cotisent pour remplir le trou français où les structures de l’état et de toutes les couches du millefeuille, les multiples comités « Théodule » ,des subsides à la presse, des abattements concédés aux journalistes ou des subsides aux syndicats saboteurs ni même à la pléthore insensée de fonctionnaires pour finir au 57,5% de PIB consommés, alors que vous habitez un pays béni des dieux par ses paysages, la longueur de son bord de mer, la montagne, les vignobles, les vestiges de toutes les époques qui devraient faire de vous des citoyens très riches. Êtes-vous d’accord que vous ne pourriez pas justifier logiquement ces dépenses somptuaires? Et que les autres pays partenaires ne doivent pas en être pénalisés?

            1. Hors sujet votre question. Vous prêchez un convaincu sur ces questions.
              L’harmonisation fiscale ce n’est pas ce que vous disiez plus haut, point barre.
              Pour beaucoup dont FH et les socialistes de tous bords la suite de l’UE c’est un smic unique, un système de santé unique, des taux de prélèvement uniques. On le voit bien auprès de ceux qui critiquent le taux d’IS en Irlande, les taux négociés au Luxembourg, les emplois zéro heure en UK, etc…

              1. Pierre Kirool (émigré)

                Et oui il faut lutter contre ce méchant dumping fiscal et social! C’est sur que Amazon aurait tout autant réussi en France s’il avait du payer ses impôts en France plutôt qu’en Irlande.

          2. Langue de bois magistral qui balaye d’un revers de la main la question de distorsions des taux, ignorer volontairement qu’au delà d’un certain écart des tensions se créent c’ est évidemment faire le lit du populisme, quand à l’Europe en tant qu’union économique et concurrentielle ne pas oublie que tout cela à fonctionné jusqu’au premier choc pétrolier de 73; Ah et j’ oubliais pour les bisounours: le libre échange, c’ est aussi la possibilité de fixer des barrière à ce dernier.,

        2. Il n’est pas mauvais de conserver ainsi une concurrence fiscale entre les pays,

          Harmoniser les taux, cela va à l’encontre de ce propos.
          Prochain pays cible : l’Irlande, futur paradis fiscal avec ses taux intéressants pour les entreprises:?:

    2. Un gros MDR sur le dumping au niveau de la fiscalité.
      Les mots ont un sens : le dumping est la vente à un coût inférieur au prix de revient dans le but de s’attribuer un marché. Outre que les libéraux n’ont rien contre le dumping tant qu’il n’est pas fait avec des subventions, un dumping fiscal ça n’existe pas : la fiscalité n’a pas de coût pour l’état, c’est un produit, c’est un coût juste pour les citoyens et proportionnel au taux d’imposition.

      Est-il normal pour vous que l’UEFA ait été exempté d’impôts sur les recettes de l’euro 2016 ? Ca c’est avec vos sous.

    3. Est il normal que le Luxembourg soit un paradis fiscal ?

      Certains revenus sont taxés à 41%, au prétexte d’une morale bidon et contre-productive.
      Paradis ❓ Cela dépend pour qui.

    4. Vous pourriez illustrer concrètement le fait que Luxembourg soit d’après-vous un paradis fiscal ? Par un vrai exemple, hein, pas par un article de Cash Investigation. Je connais pas mal le sujet, et franchement, je ne vois pas…

    5. Harmonisation de la protection sociale ? Vous pensez que les autres pays veulent un système communiste de sécurité sociale comme la France ?
      En outre comparé à notre cher pays tous sont des paradis fiscaux ! -)

  10. Ce que ne pigent pas pas mal d’europhiles, c’est qu’ils confondent construction européenne et UE. Or on peut très bien aimer l’Europe et la paix sans soutenir cette UE, qui organise le dumping à tous les niveaux, et dont les dirigeants sont corrompus par un système de lobby qui ne se cache même pas.

    1. Sur le supposé dumping voir ci-dessus.
      Contrairement à ce que vous pensez (pour ne pas l’avoir assez pensé justement) le lobbying c’est sain et ça s’appelle défendre sa peau quand on est un industriel. D’ailleurs,comme vous dites, les lobbyistes ne se cachent généralement pas. C’est plutôt la corruption qu’il faut condamner et c’est très différent. La corruption c’est quand l’état interdit Uber pour protéger leurs potes de G7.

      1. @ tigrou777 et @ sam player

        Vous avez raison, « sam player », il est bien plus honnête que les lobbyistes soient connus (comme à Bruxelles où ils doivent être inscrits). Et rien n’empêche un citoyen d’aller faire son lobbying personnel auprès de son député européen, théoriquement à son service puisqu’il le représente. La corruption, forcément illégale, je ne vais pas en parler Je risquerais bien de voir mon post « effacé ».

  11. Bonjour

    Je n’arrive pas à comprendre ces contre-vérités,

    Oui il y a 30-40 ans on pouvait voyager dans l’europe sans visa, oui on pouvait étudier à l’étranger, oui on pouvait travailler sans pb., je l’ai fait.

    Non la paix en europe n’est pas due à l’UE, mais la guerre froide (dissuasion nuk), mais à l’OTAN, à l’occupation de la moitié de l’europe par des forces étrangères (les alliés).

    Quant au bienfait de la PAC et des subventions aux infrastructures ce n’est pas ici ces arguments sont audibles.

  12. La 9ème de Beethoven n’a pas de paroles ?

    1. L’hymne européen est un arrangement du final de la 9e, et ne comporte effectivement aucune parole. Google est votre ami, G. Sorman a raison…

      1. FAUX!
        il y a au moins une version en Français et en Allemand.

        https://fr.wikipedia.org/wiki/Ode_%C3%A0_la_joie

        1. merci pour l’info… la symphonie préférée du IIIème R3eich suivant votre lien… et la plus jouée en Allemagne de 1933 à 1945…
          On était prévenus !

        2. L’ode à la joie de Schiller doit exister dans à peu près toutes les langues, mais l’hymne européen est lui sans parole.

          https://fr.wikipedia.org/wiki/Hymne_européen

        3. Faux : il s’agit de l’Ode à la Joie, le poème qui sert de paroles à la musique de Beethoven. Mais c’est uniquement l’arrangement musical qui a été retenu comme hymne. L’article de Wikipedia que vous citez est clair là dessus. Une petite recherche complémentaire sur le même Wikipedia vous en aurait dit plus.

  13. Visiblement G Sorman est renvoyé à ses chères études et c’est justice.

  14. A la lecture de ce texte de Guy Sorman j’ai hésité entre rire et pleurer ; rire tant ce textes fourmille d’erreurs et pleurer devant une telle stupidité ; être « vendu » à une cause entrainerait donc obligatoirement une forte diminution de la qualité du raisonnement et la création d’une vision angélique d’une réalité toute autre ? Et dire que une telle personne donne des cours d’économie devrait être requalifié en bourrage de crâne.

    1. @ Philvar

      Soyons justes. Qu’il y ait des erreurs, c’est possible même si cela ne m’a pas sauté aux yeux. Mais bon c’est un article court avec clairement un préjugé déclaré: en gros « 7 raisons anti-brexit » et moi aussi, je respecte d’abord le « choix souverain » des citoyens britanniques, sans désirer pour autant que cela soit contagieux.

      On ne peut nier que les pays européens soient dans une mauvais passe, pour le moment, avec une croissance qui stagne (en France, mais pas partout!), du chômage qui ne diminue pas (idem) et forcément un niveau de vie qui ne s’améliore que pour certains (idem encore). D’où une louche de sinistrose de plus, avec des autorités très loin d’avoir l’adhésion du peuple, contestées à droite comme à gauche! (Il faudra quand même prendre l’habitude de jeter un coup d’oeil par la fenêtre de la « maison-France », tant ce qui se passe ailleurs peut être enviable!…et possible!)

      Mais pourquoi, alors, revenir avec le bouc-émissaire, éculé, mais encore le plus utilisé en France: « l’Europe / « Bruxelles » / « Juncker », technocratique, bureaucratique, médiocre, méprisable, mêle-tout, arrogante, autoritaire, indifférente, ultra-libérale pour les uns mais aussi trop socialiste pour les autres ou même soviétique » mais surtout « désincarnée », comme si la France n’avait pas participé à sa construction, étape par étape, depuis le début?

      Du point de vue responsabilité, le « frexit » est déjà utilisé en France depuis très longtemps! En tout cas, dans le « blabla »!

      Même du temps où dans ses (+/- 10?) conférences de presse, en Français, « of course », à des journalistes français subsidiés et à destination exclusive des Français (pas de chance, j’écoutais), N.Sarkozi a raconté comment il a sauvé à lui tout seul (et in petto: « avec Angela »), l’Union Européenne et la Grèce: rien que ça!

      Alors que vous savez très bien où se trouvent maintenant les « incapables » qu’on ne croit plus et à qui on concède entre 10 et 15% de confiance! (donc 85 à 90% de défiance) qui ne règlent aucun problème autrement qu’en cédant de nouveaux avantages à des « structures », payés par les nouveaux sacrifices des citoyens. Et, en passant, ils veulent asseoir leur autorité en augmentant toujours plus votre surveillance et son arsenal pour investiguer et « réprimer » , la déviance, rognant ainsi vos libertés en légalisant son omniprésence dans votre vie sans trop de souci de la différence entre vie privée et vie publique. Vos liberté s’amenuise mais vous serez obligés d’attendre un an de plus (aucune possibilité de répudiation!) pour avoir un nouveau choix , probablement »entre la peste et le choléra » pour 5 nouvelles années!

      Quelle patience! Ou????

      Je sais! Je ne vous fais pas plaisir, surtout que comme étranger, je n’ai évidemment aucun droit de commenter l’actualité française t certainement pa de critiquer: c’est un droit réservé aux « souchiens ». Eh bien tant pis! J’ai suffisamment travaillé pour vous (à une place où aucun Français ne voulait venir) pour prendre maintenant cette liberté.

  15. Article surprenant parce qu’il fait des raccourcis que je vais qualifier de malhonnêtes ,vu la vision parcellaire exprimée par l’auteur, et meme si je suis d’accord sur le fait qu’il faut se battre pour l’Europe.

    En premier lieu, c’est vrai que nous vivons dans une Europe en paix depuis 70 ans. Mais cela est dû pour une large part à la démilitarisation de l’Allemagne (élément non traité par l’auteur de l’article) qui joue sa propre partition. Souvenez vous de la réunification ; elle a été organisée par la RFA et imposée à l’Europe. Plus récemment Madame MERKEL s’est arrogé le droit d’accueillir d’en Europe les réfugiés des pays musulmans, puis elle s’est auto proclamée Leader de l’UE pour négocier avec Mr ERDOGAN un accord sur l’accueil des migrants.
    Ce sont des illustrations du désir de puissance des Allemands qui ne s’est pas effacé avec les pages d’histoire. C’est l’Allemagne qui est à l’origine des 2 Guerrres mondiales et il est malheureusement à craindre qu’elle le soit pour la suivante si nous ne la « tempérons » pas. Le malheur c’est que pour l’instant elle a en face d’elle un capitaine de Pédalo avec son équipe de debiles mentaux.

    Deuxième raccourci : le succès économique de l’Europe. Assertion stupide : tous les pays de la planète se sont enrichis et ont fait des progrès au cours des 70 dernières années , à part ceux qui ont appliqué le dogme socialo – communiste et les dictatures tropicales folkloriques. Ce progrès est issu principalement du progrès technologique et d’une fabrication de masse par des pays à faible coût de main d’œuvre. En raccourci (schématique) c’est ce progrès qui a développé les échanges humains et facilite les échanges économiques.

    Dans ce contexte, l’Euope actuelle porte -t- elle atteinte à notre identité et notre identité , demande l auteur ?
    Bien sûr que oui
    parce qu’elle est gérée (j’allais écrire : dirigée) par des fonctionnaires ou des politiques qui n’ont pas reçu un mandat de le faire de la part des peuples composant l’UE,
    Et parce que ces « gens » ne se remettent pas en question ce qui est troublant et extrêmement dangereux pour les citoyens de la libre ( pour combien de temps) Europe,
    Ce qui amène à s’interroger légitimement sur les convictions réelles et profondes de ces dirigeants auto proclamés.

    Avec le résultat du Brexit , la Commission Europenne, et Mr Juncker en particulier, auraient dû présenter leur démission au motif qu’ ils n’ont pas su convaincre un de membres éminents de rester dans l’UE.
    S’ils ne l’ont pas fait , il faut savoir pourquoi ?
    Il n’y a qu’en France que 65 millions de personnes abandonnent leur destin a quelques milliers de politiciens, toujours les mêmes, veules, avides et incompétents.

  16. Philippe Gachet-mauroz_l

    Article tres angélique sur les  » bienfaits » de l europe
    Si il y a une paix militaire, la guerre économique bat son plein, tellement le différentiel entre les politiques fiscales de chaque pays est différente..
    L europe n est qu un montage juridique fiscal et financier, il n y a aucun ideal strictement aucun, ideal européen si ce n est de jouer avec des réglementations au détriment de la souveraineté des peuples.
    La plupart des articles et commentaires montrent le bruit comme une catastrophiques expérience.
    Elle ne l est que que poyr une tres petite minorité d européens, les juristes, fiscalistes et financiers, qui vont devoir
    réorganiser leur modele.
    Moi le petit entrepreneur que je suis, ca ne lui fait ni chaud ni froid

  17. L’ébauche d’idée de l’Europe était à l’origine une excellente chose. C’était un bon garde fou contre les aventuriers de la dévaluation comme le rougeaud de Lille et tous ceux qui accéléraient la déforestation et faisant tourner la planche à billets.Malheureusement elle a été dévoyée par des jean-foutre magouilleurs et démagogues, qui ont contourné les barrières de la raison grâce à la drogue de l’endettement. La stratégie de l’augmentation trop rapide du nombre de membres a créé un monstre ingouvernable, constitué d’économies et de cultures que les diafoirus de Bruxelles sont incapables d’unifier. L’admission de la Grande Bretagne fut une erreur car les Anglais sont îliens avant d’être Européens, et celle de la Grèce le résultat d’une tricherie éhontée connue de tous, et dont le résultat est imparable. Pour les politiciens l’objectif permanent est d’assurer et de développer leur pouvoir en augmentant la taille des populations soumises à leur joug. Pour eux il est plus valorisant de contrôler 500 millions d’êtres humains que 300 millions. Ne manque plus que la Turquie (c’est le mariage de la carpe et du lapin), et pourquoi pas l’Ukraine pour le chaos final. La Fontaine a traité ce genre de problème avec les grenouilles, celle qui veut être aussi grosse que le bœuf et celles qui veulent un roi.

    1.  » L’admission de la Grande Bretagne fut une erreur car les Anglais sont îliens avant d’être Européens  »

      Les écossais et les irlandais qui ont voté pour le maintient du nord sont tout aussi îlien.

       » La stratégie de l’augmentation trop rapide du nombre de membres a créé un monstre ingouvernable,  »

      Moi je pense que c’est plutôt mieux d’avoir le plus possible de nations au sein de l’UE. Cela permet de rendre plus difficile l’existence d’une autorité européenne centralisée et dirigiste comme l’est Paris avec le reste de la France.

      D.J

  18. => Pour une Europe Libérale Verte !
    (concentrée sur la Défense, la Sécurité, la Justice, les Libertés, les grands enjeux, la prévention des conflits, et non pas dans la normalisation à outrance du quotidien)
    Comme point de départ, par ex : http://www.alde.eu

    Souhaitable aussi : Plus de séparation des pouvoirs Exécutif, Législatif, et Judiciaire, avec meilleure prise en compte du pouvoir d’Opinion (presse et lanceurs d’alerte).

  19. Ce que l’Europe nous coûte : Un chaos économique sans précédent qui arrivera inévitablement du fait de la non-viabilité de l’euro et de son implosion à venir. Cette union utopique et absurde ne peut que s’autodétruire, comme toutes les constructions socialistes.

    http://www.objectifeco.com/economie/politiques-economiques/europe/comprendre-la-crise-europeenne-aujourdhui.html

    https://www.contrepoints.org/2012/07/30/92055-leuro-lirresponsabilite-a-trouve-son-etalon-monetaire

  20. Bonjour Loïc

    Je te cite car c’est une solution dont tu ne parles pas souvent :

    3) Baisser les salaires jusqu’à retrouver l’équilibre de compétitivité nécessaire.
    Cette solution fonctionnerait en théorie parfaitement, y compris dans un contexte de monnaie unique (que certains libéraux défendent pour cette raison). Seul problème : dans le monde réel, aucun responsable politique ou économique ne parviendra à appliquer les baisses de salaires nécessaires pour le retour à l’équilibre et cette solution ne sera jamais acceptée socialement.
    __________
    Ca me semble pourtant possible et ça s’est déjà fait dans d’autres pays. La sortie du salariat vers laquelle on se dirige serait même une opportunité pour appliquer ce principe de manière presque invisible.

    1. Bonjour Gameover, je suis quelqu’un de pragmatique et de réaliste. Ajuster la compétitivité par des changes flottants est simplissime. Alors qu’ajuster le salariat est comme tu le dis quasiment impossible (dans le meilleur des cas cela se fait de façon très rigide et très imparfaite).
      Donc le discours de certains libéraux en faveur de la monnaie unique n’est crédible que dans un univers complètement théorique et utopique, qui ne m’intéresse pas vraiment je l’avoue !
      Parce que dans l’univers réel ce qui se passera c’est une série de renflouements étatistes et socialistes de l’Europe du Nord vers l’Europe du sud pour tenter de corriger les déséquilibres causés par la monnaie unique dans un contexte où les salaires ne s’ajusteront quasiment pas, jusqu’à l’implosion.

  21. je suis en effet pour l’Europe mais pas celle de Mr Sorman. Europe sans goût sans saveur qui veut s’occuper de notre vie pour la détruire jusque dans notre chambre. Il pourrai peut être lire « 1984 » sans parti pris pour voir ce que je ne veux pas.
    Toutes ces personnes « bien pensantes » de la « classe dirigeante » veulent régenter nos vies. Ce qui d’ailleurs les arrange bien pour leurs finances personnelles.
    Pour moi, l’Homme vaut bien mieux que cela.
    Je terminerai par un seul mot qui ne fait pas partie du vocabulaire de nos « élites » : SUBSIDIARITÉ

  22. La lecture de tous les posts est fort interessante mais n’est , finalement que le constat que l’europe telle qu’elle est actuellement, n’aboutira jamais ; Le seul avenir de l’europe serait la creation des etats unis d’europe avec abandon des souverainetés nationales au profit d’un état féderal avec president elus et de députés également élus, les pays devenant de simples régions avec chacun un gouverneur ; Il est bien domage que les riquains soient intervenu au siècle dernier, car sans eux , l’europe serait faite depuis longtemps

  23. « Ce qui manque à l’Union européenne ? Sans doute un mouvement intellectuel qui militerait en sa faveur et des organisations de citoyens européens pour empêcher d’autres Brexit. »
    Okay, là on nage en plein délire, la totalité des Mainstream Medias a fait un barrage d’artillerie lourde anti-Brexit, la totalité des « intellectuels » bisoux-friendly y a contribué, et le tir continue son roulement à l’heure actuelle. Si une majorité d’Anglais ne veut pas de l’Europe, ILS N’EN VEULENT PAS, POINT FINAL.
    Et tout cela occulte complètement:
    Le cas Grec
    La crise des migrants
    Les relations avec la Russie
    La concurrence déloyale entre travailleurs
    Les normes à la con
    L’élargissement stupide et incompréhensible à tous les domaines d’action
    Le quid de la Démocratie dans ce machin notamment depuis le referendum de 2005 et le flingue sur la tempe de Syriza

  24. En gros il faudrait :
    – une alliance miliitaire (OTAN)
    – un traité de libre échange (OMC)
    – un traité de libre circulation (Schengen)
    – une charte des droits fondamentaux (CEDH)
    – une cour de justice pour faire juger les contentieux (cour de justice européenne)

    Toute ces institution sont déjà extérieur a l’UE.

  25. Une raison pour introduire d’humilité dans cette machine de bureaucrates, cette maison de retraite pour politicards rejeté par vox populi dans leur propre pays….

    “Of all tyrannies, a tyranny sincerely exercised for the good of its victims may be the most oppressive. It would be better to live under robber barons than under omnipotent moral busybodies. The robber baron’s cruelty may sometimes sleep, his cupidity may at some point be satiated; but those who torment us for our own good will torment us without end for they do so with the approval of their own conscience. They may be more likely to go to Heaven yet at the same time likelier to make a Hell of earth. This very kindness stings with intolerable insult. To be « cured » against one’s will and cured of states which we may not regard as disease is to be put on a level of those who have not yet reached the age of reason or those who never will; to be classed with infants, imbeciles, and domestic animals.”

    C.S. Lewis

    Je comprends les Anglais qui, n’importe les arguments économiques (excusez M Sorman mais truquées et plein de faux sentiments et vous le savez) , les scenario de mort subit, et peut être la raison, votent pour leur « Independence day ». Ils vont subir les conséquences a court terme et peut etre, qui sait, plus tard vont un « NaNaNeNére » de leur cote de la manche.

    Je les souhaite bon voyage

  26. L’Europe est une fumisterie, crée de toutes pièces par les américain depuis 1947… Washington à secrètement financée, avec le concours de la CIA, à imposer et pousser les anglais à accepter , bien que parfois irrités, les États-Unis ont utilisé l’UE comme point d’ancrage des intérêts régionaux américains,à côté de l’OTAN… Il n’y a jamais eu de stratégie du diviser pour mieux régner..!!
    A savoir que le camp eurosceptique a été aveugle à cela, supposant peu-être que des Forces puissantes, au delà de l’Atlantique, allaient pousser à une sécession britannique, et devenir comme des libérateur..??
    Le mouvement anti-Brussel en France – et dans la moindre mesure, en Italie, en Allemagne et parmi les partis de gauche des pays nordique – partent de l’hypothèse inverse, qui est que l’UE, est essentiellement un instrument du pouvoir anglo-saxon et du capitalisme sauvage…!
    Marine Le Pen, en France, est franchement anti-américaine.. Elle refuse la suprématie du dollar.. Son parti s’est fait financer par des banques Russes liées à Vladimir Poutine.! Que l’on aime ou pas, c’est au moins stratégiquement cohérent.

  27. Il faut bien un énarque pour trouver ce monstre beau !!!!

Les commentaires sont fermés.