Échapperons-nous aux 11 millions de taxes en plus sur l’huile de palme ?

Après plusieurs tentatives infructueuses depuis 2012, l’instauration de la « taxe Nutella » semble être abandonnée en France.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
nutella By: Emily Poisel - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Échapperons-nous aux 11 millions de taxes en plus sur l’huile de palme ?

Publié le 4 juin 2016
- A +

Par Patrick Coquart.
Un article de l’Institut économique Molinari

nutella
nutella By: Emily PoiselCC BY 2.0

Les sénateurs avaient adopté, en janvier 2016, dans le cadre de l’étude du projet de loi sur la biodiversité, une taxe additionnelle de 900 € par tonne sur l’huile de palme. Les députés, au mois de mars, avaient réduit celle-ci à 90 € par tonne à l’horizon 2020. Une taxe qui serait venue s’ajouter à la « taxe spéciale sur les huiles destinées à l’alimentation » qui existe déjà.

L’argument principal pour instaurer cette contribution est que la culture du palmier dans les pays concernés – principalement Malaisie et Indonésie – a des « effets dévastateurs » sur la biodiversité. Une étude de l’Institut économique Molinari a montré que cette affirmation est contestable. En effet, le palmier à huile produit 10 fois plus de matière grasse par hectare que le soja, et 5 fois plus que le colza. Par ailleurs, sa culture nécessite beaucoup moins d’intrants (engrais, pesticides, eau, carburant) que les autres huiles. Cela signifie concrètement que pour satisfaire une demande croissante d’huile végétale, le palmier à huile permet d’utiliser moins de surfaces et moins d’intrants.

Un autre argument avancé pour justifier la nouvelle taxe est que l’huile de palme est moins taxée que les autres huiles. La taxe spéciale sur les huiles destinées à la consommation est de 103,71 € par tonne pour l’huile de palme, 113,24 € pour les huiles de coprah et de palmiste, 170,13 € pour les huiles d’arachide et de maïs, 188,96 € pour l’huile d’olive. Au premier abord, l’huile d’olive est taxée 82 % de plus que l’huile de palme.

La taxe forfaitaire

Oui, mais c’est oublier que la taxe est forfaitaire. Pour bien comparer, il faut prendre en compte le prix. En mars 2016, la tonne d’huile de palme sur le marché mondial était vendue 607 €. Une taxe de 103,71 € par tonne représentait donc 17 % du prix de vente. L’huile d’olive, elle, était vendue 4 100 €. Avec 188,96 € de taxe par tonne, on obtient un taux de 4,6 %. L’huile de palme est donc taxée presque 4 fois plus que l’huile d’olive. Avec la nouvelle contribution additionnelle votée par les députés, l’huile de palme aurait été taxée à 32 %.

La France consommant annuellement 126 000 tonnes d’huile de palme à usage alimentaire, les consommateurs auraient donc été contraints de s’acquitter de 11,3 millions d’euros de taxes supplémentaires. Voilà donc comment, en France, on fait une « pause fiscale ».

Le texte a de nouveau été examiné par le Sénat au mois de mai. Et finalement, les sénateurs ont décidé de supprimer cette taxe additionnelle parce qu’elle a été jugée « contraire aux règles de l’OMC », et qu’elle risquait d’engendrer des difficultés diplomatiques avec les pays producteurs d’huile de palme.

Le projet de loi devrait faire l’objet d’un vote définitif à l’Assemblée nationale en juin ou juillet. Souhaitons que le bon sens sénatorial déteigne sur les députés.

  • Traduction d’un billet publié le 23 mai 2016 sur le blogue de l’EPICENTER.

Sur le web

 

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Bon sens sénatorial ? Où est-il ? Quand à 4 mois de distance, ils votent une chose et son contraire. Le bon sens est souvent le fruit d’une mûre réflexion même si la part de réalisme qui conduit au bon sens est importante. La réflexion des sénateurs semble être fluctuante en fonction de…de…on ne sait trop quoi. A un moment donné, ils intègrent une réflexion environnementale, à un autre ce sont des considérations diplomatiques. Où est la logique qui préside au bon sens dans cette démarche ?

    Ce sont bien des politiques…

  • Je rappelle tout de même que 60 % de l’huile de palme produite dans le monde est utilisée pour fabriquer des « biocarburants ». On va aussi taxer les biocarburants ? Comme l’essence sans plomb qui est taxée de façon extravagante et injuste !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La décision du gouvernement de supprimer la redevance audiovisuelle publique sera effective dès 2022. On nous explique qu’en fait la suppression de cette redevance va constituer « une mesure de plus en faveur du pouvoir d’achat » des Français qui devaient la payer, c’est-à-dire toute personne possédant un téléviseur, à moins qu’elle en soit exonérée sous certaines conditions. Le raisonnement semble limpide : ceux qui payaient 138 euros par an n’auront plus à supporter cette charge et leur pouvoir d’achat sera augmenté d’autant.

Qui va pay... Poursuivre la lecture

Selon l’agence Reuters citée par Boursorama, la Commission européenne va proposer à ses membres une taxe sur les bénéfices réalisés par les entreprises du secteur de l'énergie lors de la récente flambée des prix du gaz. 

Cette nouvelle recette serait ensuite investie pour subventionner encore un peu plus les énergies renouvelables et les travaux de rénovations permettant de réaliser des économies d'énergie.

Un racket institutionnalisé

Les gouvernements seront également encouragés à utiliser les recettes de ce racket institutionn... Poursuivre la lecture

Par Vincent Benard. Un article de l'IREF Europe

La cuvée 2022 du malus écologique automobile est arrivée, toujours plus saumâtre, puisqu’à émissions égales, la hausse tourne autour de 50 % par rapport au tarif 2021.

Le malus est une taxe à l’achat du véhicule, définie en fonction des grammes de CO2 émis par votre véhicule à chaque kilomètre selon une mesure normalisée officielle. Si votre véhicule émet moins de 127 g de CO2 au km selon cette norme, vous ne payez pas de malus. Au-delà, pour chaque gramme, le barème augmente, suiv... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles