Denis Baupin : le vert galant ?

L’écologiste Denis Baupin accusé de harcèlement par de nombreuses femmes. Une affaire connue de longue date chez EELV mais sur laquelle beaucoup auraient fermé les yeux.

Le regard de René Le Honzec.

Denis Baupin accusé de harcèlement, le vert galant ?Bon, je reconnais qu’à ma connaissance, il n’y a pas de lien entre l’affaire Denis Baupin et Mgr Barbarin : l’évêque ne pouvait pas dénoncer les mains baladeuses de l’apparatchik vert, parfait exemple du professionnel de la politique, verte en l’occurrence, allongeant depuis 30 ans une impressionnante liste d’activités, fonctions, distinctions et postes sensibles pour finir député ELLV et vice-président de l’Assemblée.

Et mari depuis 2015 (meilleurs vœux de la rédaction, on avait oublié) de l’ineffable Emmanuelle Cosse, enthousiaste ministre du logement de Pépère Ier, nommée avec d’autres élus EELV pour glaner d’hypothétiques voix en 2017. Ravie d’être achetée et sincère dans ses dénégations, Cosse a divorcé des Verts, dont elle était, quand même, la Présidente du groupe à la Région Île-de-France. Comme on n’est jamais si bien dénoncé que par les siens, Baupin est l’objet de plaintes de camarades du parti vert, qui l’accusent d’un tas d’horreurs sexistes.

Tout le monde savait pour Denis Baupin mais…

Ce qui est beau, c’est le grand foutage de gueule qui s’annonce. D’abord, on ne peut que constater que les mémoires défaillantes des victimes se sont lourdées (miraculisées, si vous préférez) des années plus tard, juste après la trahison de Cosse ; qu’ensuite, on va nous faire le coup de Barbarin (on a su des choses, mais, on n’a pas voulu les envenimer pour le bien de tous) version EELV : du « je n’ai jamais rien su », genre Mamère à la télé au : « tout le monde savait dans les couloirs, mais… ». Par expérience, tout se sait dans ces systèmes, particulièrement dans un parti comme EELV ou les engueulades sont aussi célèbres que les discussions d’amphi et les complots tordus de palais, avec moult, alliances et mésalliances qu’on a pu suivre depuis plus de 10 ans, les querelles des chefs et de personnalités étant la seule réussite des Verts que personne ne leur dispute ;

Alors, tout d’abord, je remarque que, pour l’instant, il n’y a même pas de plaintes déposées, d’autant qu’elles sont en principe couvertes par la prescription, ce qui est assez pratique. Puis, je remarque bis que si Mgr Barbarin a été l’objet de toutes les critiques et indignations pour les faits reprochés à certains de ses prêtres, j’attends de savoir qui sera le Mgr Barbarin vert, accusé d’avoir couvert de sa soutane verte ces affreux débordements sexuels.

Alors, ter, je ferai remarquer que la contre-offensive est en marche, sous la forme d’une tribune d’indignés(ées) appelant à la délation de tels actes et à l’émasculation en place publique des coupables (j’ai juste parcouru), de tous les coupables de TOUS les partis. Parfaite tentative de noyer le poisson en s’attribuant le beau rôle : c’est grâce au courage des VertEs que EELV est exemplaire, etc.

Le vrai problème, c’est que si j’ai intitulé « Vert Galant » mon dessin, ce n’est pas tellement pour faire preuve de cette belle érudition qui fait l’admiration de mes copains de bistro (surtout si je paye le coup), mais pour rappeler que dans une très longue tradition de monarques plus ou moins royalistes ou républicains, le droit de cuissage a été toléré et encouragé par le silence de tous ceux qui gloussaient dans les coulisses. Je ne referai pas le parcours des Giscard, Mitterrand, Chirac, mais je ne pense pas que toutes celles qui ont eu l’honneur des attentions- caleçon- de ces messieurs étaient si enthousiastes que cela. Mais c’était le Président…Mais c’était Denis Baupin, des Verts, et c’est connu, Monsieur, chez ces gens-là, on ne couche pas…