La dématérialisation économique, cet immense progrès écologique

Smartphone HTC (Crédits : Indigo Skies Photography, CC-BY-NC-ND 2.0)

On fait désormais beaucoup plus, avec beaucoup moins de matières premières utilisées : l’exemple du smartphone.

Par Guillaume Nicoulaud.

Smartphone HTC
Smartphone HTC (Crédits : Indigo Skies Photography, CC-BY-NC-ND 2.0)

Il y a une vingtaine d’années pour être au top de l’équipement, vous aviez un téléphone mobile, un agenda électronique, un appareil photo, un caméscope, un walkman (ou un lecteur de CDs portable) auxquels venaient souvent s’ajouter une radio et éventuellement un dictaphone, un réveil, une calculatrice et un ordinateur grâce auquel vous pouviez consulter internet et vos e-mails. Évidemment, pour avoir tout ceci, il fallait débourser pas mal d’argent et ça représentait un sacré paquet de matériel.

Aujourd’hui, le moindre smartphone fait la même chose pour beaucoup moins cher et en mieux et ce, sans compter que vous n’avez plus besoin de cassettes VHS pour sauvegarder vos films, vous n’avez plus besoin de faire développer vos photos ni de vous trimballer des films vierges, vous n’avez plus besoin de cassettes audio ni de CDs et tout votre bazar consomme beaucoup moins d’énergie.

Prenez un truc aussi simple que filmer votre petite dernière et envoyer le film à votre maman. Avant, il fallait avoir un caméscope et une VHS vierge, faire le film, emballer la cassette et envoyer ça par la poste. En quelques jours, hors périodes de grève, votre maman recevait un film de qualité médiocre et devait, bien sûr, disposer d’une télévision et d’un magnétoscope pour admirer sa petite fille. Et aujourd’hui ? Vous filmez avec votre smartphone, partagez un fichier électronique avec votre maman qui le reçoit quasi-instantanément et peut, d’une simple manipulation sur son propre téléphone, envoyer le film sur son écran plat. Au-delà de l’aspect pratique et convivial, pensez à la quantité de matières premières et d’énergie économisées en moins de vingt ans.

On en fait plus, beaucoup plus, avec moins, beaucoup moins. La divine surprise, c’est que la dématérialisation de l’économie, et donc la désindustrialisation, c’est aussi un immense progrès écologique : on produit de plus en plus de services utiles en consommant de moins en moins de matières premières et d’énergie. Considérations à classer au dossier limites écologiques de la croissance.

Sur le web