L’arbre Panama Papers cache la forêt des enfers fiscaux

Panama Papers : plutôt que de dénoncer les évadés fiscaux, faisons de la France un paradis fiscal pour tous !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Lil devil credits Darwin Bell via Flickr ( (CC BY-NC 2.0))

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

L’arbre Panama Papers cache la forêt des enfers fiscaux

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 4 avril 2016
- A +

Par le Parisien libéral.

Lil devil credits Darwin Bell via Flickr ( (CC BY-NC 2.0))
Lil devil credits Darwin Bell via Flickr ( (CC BY-NC 2.0))

Le buzz du jour ! Le Monde, et quelques autres journaux associés à la publication des  Panama Papers, nous livrent les infos suivantes : Vladimir Poutine est un milliardaire qui a moyennement confiance en le système bancaire de son pays, Jérôme Cahuzac était décidément bien placé pour être le ministre anti-fraude fiscale (mais François Hollande ne savait rien, juré !), Michel Platini a bien dû encaisser ses primes de millions de francs suisses quelque part, et ça n’était pas sur son PEL à la Banque Postale, etc.

Bref, parmi les ultra-riches (HNWI, dans le jargon du private banking), il y a des gens qui franchissent la ligne jaune de la « défiscalisation », celle qui sépare les œuvres d’arts (non prises en compte dans l’ISF), la non-fiscalisation de l’IRFM des députés, les investissements dans les DOM-TOM, la possession de PME dans les zones de revitalisation rurale (ZRR), la niche fiscale des journalistes des comptes au Panama ou des montages offshores douteux.

Ces politiciens patriotes

L’info est choquante, mais surtout pour UNE catégorie particulière de personnes mentionnées comme étant des fraudeurs : comment se fait-il que des politiciens, ceux qui votent ce déluge d’impôts qui accablent des pays comme la France, la Belgique ou la Scandinavie pour ne parler que d’eux, donc comment se fait-il que ces politiciens mettent « leur » argent ailleurs ? (Et il est important de mettre des guillemets à « leur », car on parle en fait de l’argent du contribuable, de notre argent, donc). Et quand ces politiciens se disent « patriotes », on tombe dans le LOL WTF le plus complet.

Mais peut-être que la réponse tient dans le niveau d’information : ces politiciens sont très bien placés pour savoir que s’il y a des paradis fiscaux comme le Panama, c’est qu’il y a des enfers fiscaux comme la France. Ils sont bien placés, ces politiciens, pour savoir que la France ne survivrait pas sans l’existence de ces soupapes de sécurité que sont le Luxembourg, Andorre, Monaco ou les niches fiscales.

Car, à un moment, il faut quand même dire les choses comme elles sont : parce que les politiciens passent leur temps à financer avec l’argent de tous des mesures destinées à quelques-uns, en espérant que les contribuables ne se révoltent pas, nous avons fini par atteindre un niveau critique. Nous sommes à un niveau de dépense publique de 57% par rapport au PIB. Et tout ça pour quoi ? Pour  faire fonctionner des écoles publiques désastreuses ? Pour ne pas être capables d’avoir un système carcéral qui respecte la dignité humaine ? Pour financer des guerres « contre le terrorisme » ?

Quand est-ce qu’on rappellera que le Liechtenstein, le Panama ou les Îles Vierges ne font de guerre contre personne et ne cherchent pas à imposer leurs législations aux autres (FATCA, on en parle ?) ?

Paradis fiscal pour tous

Plutôt que de construire des Murs de Berlin fiscaux (comme l’exit tax créée par Fillon en 2012) et de pointer les autres pays, demandons-nous plutôt comment faire de la France un paradis fiscal pour tous, pas juste pour les Qataris qui, eux, n’ont pas besoin de mettre leur argent au Panama.

Entre la folie taxatoire et les menaces sur l’existence du cash, certains ont choisi des solutions hasardeuses et illégales du type Panama Papers. Dommage, ils auraient pu s’organiser pour militer en faveur de l’arrêt de la progression des dépenses publiques, partout dans le monde, et en faveur de l’adoption de systèmes fiscaux simples et justes, type flat tax. Leurs fraudes vont maintenant servir à tous les étatistes interventionnistes de tout poil pour justifier un tour de vis liberticide supplémentaire. Ils seront d’autant plus enclins à agir en toute impunité que même le libre accès de la police et de la Sécurité sociale aux comptes bancaires des gens ne mobilise pas. Combien de temps avant que le ministre des Finances, Michel Sapin, pour ne citer que lui, nous annonce de nouvelles mesures de contrôle de tous (sauf des entreprises publiques détenues par l’État et qui opèrent dans les pays qualifiés de paradis fiscaux) ?

En tout cas, l’affaire des Panama Papers permet de rappeler que, partout dans le monde, se pose la question du « contrat social » entre contribuables, notamment les plus aisés, et les États.

Sur le web

Voir les commentaires (17)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (17)
  • Entièrement d’accord avec toi, mais en France « expliquer et comprendre c’est excuser » (théorème Vallsien)… donc pourquoi les gens mettent leur argent dans des paradis fiscal on s’en fou, ce qui compte c’est faire apparence, faire comme si on agissait, comme si… car en ne cherchant pas le pourquoi (ce que tu met en évidence en parlant de mettre la France comme un paradis fiscal) on ne trouve pas la solution. Bref cela est vrai pour tout en France (terrorisme, économie, fonctionnaires,…)

    Bon et sur fond, mon cher Parisien Libéral, on est en France…. le pays qui pratique un taux d’imposition de 65% de ces entreprises, leader avec l’Italie en Europe… on est les pires… et on peut étaler cela sur le reste des taxations… donc bon… il est doux de réver, mais bon… la France quoi.

  • Les paradis fiscaux permettent aussi de financer des attentats dans les enfers fiscaux comme la France ou l’Espagne ou le Royaume-Uni. Comment faire?

  • Du buzz bien journaleux…pour pas grand chose au final. Ils ont bien raison de cacher leur pognon ailleurs pour éviter de payer des impôts qui ne servent à rien, sauf à financer des milliers de termites (fonctionnaires), des guerres inutiles contre un terrorisme en pickup (ridicule), des élus utiles que pour eux-même, des gueuletons gigantesques à la Louis XVI (COP21)…bref rien ne change et ne changera dans le meilleur des mondes socialistes!

  • Je me suis rendu sur le site de Panama Papers histoire d’aller jouer les voyeurs et j’ai beau chercher les US dans la liste des pays dont les huiles se sont faites pincées, mais je ne trouve pas. Il n’y a rien.

    Bizarre quand-même. Vous ne trouvez-pas?

    • Je trouve aussi, tout comme j’ai trouvé aussi étrange l’attitude de notre pépère nationale ce matin: je l’ai rarement vu aussi emballé et pressé de commenter une actualité comme cela. On avait l’impression que cela le ravivait.

      • Poutine a parlé de complot des USA, j’ irai pas jusque là mais effectivement je suis allé sur site et aucune personnalité US troublant quand même

      • Les US ont poussés la chansonnette pour que tout le monde signe les AEOI (accords d’échange automatique d’infos), mais eux ne les ont pas signés… Sous prétexte d’accords FATCA (beaucoup plus souples).

        Résultat et jackpot pour eux: il est maintenant possible d’ouvrir des comptes dans une banque US pour une société immatriculée aux Seychelles, aux BVI et autres joyeuses îles à palmiers, et de bénéficier d’un confortable secret bancaire à l’américaine; Les banques US ne communiquent pas automatiquement avec leur administration pour les comptes perso en dessous de 50k USD et en dessous de 250K USD pour les comptes corporate. Et pour les sommes supérieures à ces seuils, les FATCA n’imposent pas d’échange automatique à l’administration US avec les autres signataires, contrairement aux AEOI…

        Pour le complot évoqué par Poutine (si complot il y a), il n’est peut être pas spécialement monté contre lui, mais il est plutôt une des « victimes » de cette fuite.

        Ce qui est tordant c’est que Mossak & Fonseca est un cabinet d’avocats parmi des centaines d’autres au Panama, et que Panama n’est qu’un PF parmi une bonne trentaine de PF, qui comptes eux mêmes des centaines de « Mossak & Fonceca ».

  • Ouais … Moi je vis au Panama .. ici c’est la liberté qui prime et c’est bien la raison pour laquelle les multinationales y implantent leurs sièges massivement depuis plus de dix ans …

    je regarde cet affaire et au départ en panique … maintenant je me dis que c’est une bonne chose et j’espère que l’on arrivera à abolir la triche. Car au fonds ce qui tient encore des pays comme la France c’est lévasion fiscale. C’est bien parce qu’ils sont très nombreux à arriver à évader une partie de leur patrimoine au luxembours, en suisse ou comme le révèle cette affaire aux BVIs qu’ils continuent et reste en France.

    Qu’on abolisse tout ça un bon coup. Ca s’effondrera immédiatement et on arrêtera de trainer le socialisme comme un boulet. Au fond qu’on supprime la triche et que ces gens se délocalisent enfin. le Panama est un super pays, qu’ils viennent.

  • Pendant que l’on jette un nonosse à ronger aux journalistes « embarqués », les petites magouilles crapuleuses du monde de la finance continuent !
    L’afaire clearstream en son temps était bien plus explosive et l’on a tout fait en haut lieu pour l’étouffer !
    Intouchable qu’ils s’autoproclament comme l’a dit un conseiller d’une rotschild lors de l’émission cash investigation !
    Et après que voulez vous que la bonne y fasse, à part qu’elle emploie les méthodes radicales à la corse envers ce monde mafieux…

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Par Nathalie MP. 

Après « Qu’est-ce que vous faites du pognon ? » dont la réponse est toute l’histoire de la France championne du monde des taxes et des dépenses publiques, autre question mystérieuse : « D’où vient l’argent ? » Là, je risque de décevoir : l’argent compris comme la richesse réelle ne pousse pas sur les arbres… Mais où, alors ?

Vous vous souvenez certainement de Jacline Mouraud. En novembre dernier, elle allumait la révolte fiscale des Gilets jaunes en lançant à Emmanuel Macron sa désormais célèbre – et judicieuse... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP.

Il n’est pas simple de nager à contre-courant. Cela demande des efforts particuliers qui, bien souvent, ne reçoivent en retour que méfiance et hostilité. C’est déjà ce que remarquait Jacques Rueff en 1934 alors qu’il s’adressait à ses camarades polytechniciens dont il observait que les travaux économiques ne se développaient guère « dans un sens purement libéral » :

Je me sens donc parmi vous en état de singularité, et je vous prie de croire que je n’en éprouve nul plaisir, car ce n’est pas un mol oreiller que l... Poursuivre la lecture

Un entretien avec Pascal Salin publié par Brussels Reports

Pascal Salin (né en 1939) est un économiste français bien connu, professeur émérite à l’Université de Paris-Dauphine et spécialiste de finance publique et d’économie monétaire. Il a été président de la Société du Mont-Pèlerin (de 1994 à 1996), qui est le réseau international d’universitaires faisant la promotion de la liberté d’entreprendre et des libertés individuelles le plus prestigieux. En 2014 il a publié un nouveau livre intitulé La tyrannie fiscale, qui met en évidence l... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles