Rentiers v. entrepreneurs : l’erreur logique de Piketty

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Thomas Piketty (Crédits Parti Socialiste du Loiret licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Rentiers v. entrepreneurs : l’erreur logique de Piketty

Publié le 1 avril 2016
- A +

Par Guillaume Nicoulaud.

Thomas Piketty (Crédits : PS du Loiret, licence Creative Commons)
Thomas Piketty (Crédits : PS du Loiret, licence Creative Commons)

L’idée force du Capital au XXIe siècle de Thomas Piketty peut se résumer comme suit : le taux de rendement du capital (r) est plus élevé que le taux de croissance des revenus (g). C’est l’inégalité fondamentale r>g qui fait que, même si les détenteurs de capital ne capitalisent qu’une fraction des revenus tirés d’icelui, leurs patrimoines (et les revenus associés) croîtront plus vite que le reste de l’économie. À plus ou moins brève échéance, ils posséderont pratiquement tout tandis que l’immense majorité de ceux qui ne vivent que des revenus de leur travail n’auront, pour ainsi dire, rien.

À l’appui de sa théorie, Piketty compare la croissance du patrimoine moyen mondial à celle des un cent millionièmes les plus riches d’entre nous (le 0,000001%) de 1987 à 2013 et observe, ce qui est sans doute exact, que ce x% a vu son patrimoine croître de 6,8% en moyenne contre seulement 2,1% pour le commun des mortels (Tableau 12.1, page 693). De là, l’auteur du Capital au XXIème siècle conclut que « de 1987 à 2013, les plus hauts patrimoines mondiaux ont progressé de 6%-7% par an, contre 2,1% par an pour le patrimoine moyen mondial ».

Piketty se trompe

J’ai déjà eu l’occasion de l’expliquer (voir The x% Puzzle) : c’est une erreur intellectuelle totale. Le fait que le x% d’aujourd’hui soit y% plus riche que le x% d’hier ne signifie en aucune façon que le x% d’hier se soit enrichi de y% ni même, d’ailleurs, qu’il se soit enrichi tout court. Plus précisément, la conclusion que tire Piketty n’est juste que si et seulement si le x% d’aujourd’hui est constitué, au moins en grande partie, des mêmes personnes que le x% d’hier (ou de leurs héritiers).

Une manière simple de comprendre ce principe consiste à imaginer que le x% d’il y a 10 ans possédait en moyenne 10 millions de dollars ; que tous, depuis, ont été intégralement ruinés et que, dans le même temps, une nouvelle génération d’entrepreneurs issus de milieux modestes aient construit des fortunes d’une valeur moyenne de 15 millions de dollars. On observe donc bien que les x% les plus riches d’aujourd’hui sont 50% plus riches que les x% d’il y a 10 ans.

En quoi est-ce différent des observations de Piketty ? En rien. En quoi est-ce différent des conclusions de Piketty ? En tout : c’est même une description parfaitement orthogonale de la réalité ; un monde dans lequel les riches se sont considérablement appauvris et quelques pauvres se sont considérablement enrichis ; l’antithèse du monde de rentiers décrit dans Le capital au XXIème siècle.

Question de logique

De la même manière, le fait que les x% les plus riches aujourd’hui se soient plus enrichis que la moyenne au cours des dernières décennies ne signifie aucunement que les riches se soient enrichis plus vite que les autres. C’est une simple question de logique : s’ils font partie du x% d’aujourd’hui, c’est peut-être (et même probablement) parce qu’ils se sont beaucoup enrichis récemment. C’est un biais de sélection à ce point classique qu’il porte même un nom : on l’appelle biais du survivant.

Bref, les démonstrations de Piketty n’ont aucune valeur. Cela ne signifie pas qu’il a nécessairement tort mais qu’il tire des conclusions sur la base d’observations qui peuvent tout aussi bien signifier l’exact contraire de ce qu’il dit.

Toute la question est donc de savoir si les données que nous observons tendent plus à confirmer les conclusions de Piketty — un monde d’héritiers oisifs qui se contentent de faire fructifier leurs fortunes — ou le scénario inverse : celui d’un monde dominé par des entrepreneurs qui bâtissent leurs fortunes de leurs propres mains. Comme j’ai déjà eu l’occasion de le souligner, une rapide analyse du CV des plus grandes fortunes mondiales tend vers le scénario des entrepreneurs mais les partisans de Piketty ne manqueront pas d’y opposer la faible représentativité du panel — et ils auront raison.

Seulement voilà, en y réfléchissant un peu, il y a quelques bonnes raisons de penser que c’est bien la thèse des entrepreneurs qui décrit le plus fidèlement la réalité. Cela fera l’objet d’un prochain billet ici même mais je vous préviens tout de suite, ça risque d’être un peu technique.

Sur le web

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Vous avez commis récemment un billet montrant que les 10premiers riches au monde avaient bâti l’ essentiel de leur fortune par eux mêmes, quoiqu’ ils ne soient pas tous partis de zéro. Qu’en est il pour les quarante ou les quatre vingt dix suivants ??? Parce qu’avec les seuls dix premiers, il serait peut-être possible que Piketty prétende que c’est l’exception confirmant la règle, vu l’ abondance des simples rentiers qui suivent dans cette liste?

  • Quelqu’un peut-il m’expliquer en quoi r>g est une découverte ? Ça ne peut surprendre qu’un créationniste, parce que dans le monde réel, un investisseur qui accepterait un rendement inférieur à la hausse de la production disparaitrait en un rien de temps.
    le capital s’use dans la production, il faut bien que quelqu’un investisse rien que pour maintenir la production constante, rien que pour g reste au moins nul (sans même parler de croissance !), et vous imaginez que vous allez trouver quelqu’un d’assez riche quelque part pour faire cet effort sans lui offrir un rendement, r>0; donc r>g ?
    Et ça reste évidemment valable dans un conteste de croissance. Celle-ci ne sort pas du néant, il a bien fallu que quelqu’un fasse un effort sous forme de capital ou de travail supplémentaire, dans le premier cas il faut le payer, et dans le second, le capital aura automatiquement sa part

  • Je ne pense pas que Piketty se trompe dans sa déduction, il est beaucoup trop fin mathématicien pour cela,.
    Non, je pense qu’il nous trompe, délibérément, ce qui n’est pas la même chose.
    Je laisserai soin à d’autres de spéculer sur les motifs de cette tromperie.

    • Il est difficile de nier qu’un bel héritage est un bon début dans la vie; bien sûr, sans travail, la troisième génération sera ruinée. Par contre, on voit que des entreprises familiales peuvent grandir quand un ou plusieurs héritiers continue(nt) de faire fructifier l’affaire familiale, alors que d’autres héritiers démarrent plus facilement d’autres activités, en plus des revenus issus de leur part d’héritage: donc si on voit le terme « rentier » comme un inactif, bien sûr qu’à chaque génération, la part de revenu du capital risque bien se réduire en peau de chagrin; par contre si un ou des héritiers s’occupe(nt) intelligemment à développer l’affaire tandis que d’autres créent, à partir d’un revenu de base assuré, d’autres sources d’enrichissement, le surplus de revenus, bien géré, en assure la pérennité.

      D’où ma méfiance envers un économiste qui sort de son rôle « historique », dont les données chiffrées existent, est bien moins fiable dans ses prévisions: inutile de me donner des noms de ceux qui ont vu juste, à un moment, on pourra en trouver autant qui ne partageaient pas leurs opinions.

  • Tea-Party France
    19 avril 2016 at 20 h 02 min

    Le raisonnement de l’article est vrai quant il s’agit de démonter que le raisonnement de Piketty est faux, mais il va trop loin quand il oppose deux modèles hermétiques.

    Le problème avec ce genre d’article c’est qu’avec cette opposition des deux éléments il semble dire que l’occident a un système juste, hors pourquoi la part d’hérité s’affaiblie dans le temps? Peut on nier les conséquences terribles d’une politique qui fait tout pour ruiné à long terme les patrimoines familiaux?

    Et cela est une bonne chose?

    Si l’Etat ne discriminait pas les héritiers, y aurait il moins d’entrepreneur? Plus encore les héritiers spolies seraient ils forcement oisif, ne pourrait il pas aussi entreprendre?

    Je ne pense pas que c’est le taux d’entrepreneur dans les grandes fortunes qui fasse preuve du dynamisme d’un pays mais leurs proportion sur la populations et je ne vois pas les héritiers comme ennemis de la liberté ou du capitalisme.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Tous ces médias entre les mains de groupes privés, tous ces capitalistes qui achètent des journaux, des radios, des chaînes de télé, et s’allient entre eux pour chercher des synergies et de la rentabilité, préoccupent quelques sénateurs de gauche.

Des sénateurs contre les patrons des médias

Une commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias a été créée fin 2021, et ce serait bien, pensent ses membres, de boucler ladite enquête avant le premier tour de l’élection présidentielle afin d'inciter les candidats à se saisir de ... Poursuivre la lecture

Par Thierry Godefridi.

[caption id="attachment_256135" align="aligncenter" width="640"] capitalism By: Jacob Bøtter - CC BY 2.0[/caption]

Corentin de Salle est probablement le principal expert contemporain ès libéralisme et capitalisme de langue française. Auteur d’un compendium en trois tomes de 500 pages chacun sur la Tradition de la liberté des origines de la pensée libérale à nos jours, il avait été invité à s’exprimer sur l’émergence du capitalisme en Europe dans le cadre des séminaires que le C... Poursuivre la lecture

Par Jon Miltimore. Un article de la Foundation for Economic Education

Il existe une poignée de livres d’économie que tout le monde devrait lire.

Economics in One Lesson et Free to Choose, ces ouvrages classiques écrits respectivement par Henry Hazlitt et Milton Friedman, figurent sur cette liste. Un de mes favoris est Basic Economics de Thomas Sowell, un livre qui a éveillé mon intérêt pour l’économie il y a de nombreuses années.

De La Richesse des Nations (1776) à Freakonomics (2005), beaucoup d’autres ouvrages sont cons... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles