Rentiers v. entrepreneurs : l’erreur logique de Piketty

Inégalités : pourquoi les démonstrations de Thomas Piketty n’ont aucune valeur.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Thomas Piketty (Crédits Parti Socialiste du Loiret licence Creative Commons)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Rentiers v. entrepreneurs : l’erreur logique de Piketty

Publié le 1 avril 2016
- A +

Par Guillaume Nicoulaud.

Thomas Piketty (Crédits : PS du Loiret, licence Creative Commons)
Thomas Piketty (Crédits : PS du Loiret, licence Creative Commons)

L’idée force du Capital au XXIe siècle de Thomas Piketty peut se résumer comme suit : le taux de rendement du capital (r) est plus élevé que le taux de croissance des revenus (g).

C’est l’inégalité fondamentale r>g qui fait que, même si les détenteurs de capital ne capitalisent qu’une fraction des revenus tirés d’icelui, leurs patrimoines (et les revenus associés) croîtront plus vite que le reste de l’économie. À plus ou moins brève échéance, ils posséderont pratiquement tout tandis que l’immense majorité de ceux qui ne vivent que des revenus de leur travail n’auront, pour ainsi dire, rien.

À l’appui de sa théorie, Piketty compare la croissance du patrimoine moyen mondial à celle des un cent millionièmes les plus riches d’entre nous (le 0,000001 %) de 1987 à 2013 et observe, ce qui est sans doute exact, que ce x % a vu son patrimoine croître de 6,8 % en moyenne contre seulement 2,1 % pour le commun des mortels (Tableau 12.1, page 693).

De là, l’auteur du Capital au XXIe siècle conclut que :

De 1987 à 2013, les plus hauts patrimoines mondiaux ont progressé de 6%-7 % par an, contre 2,1 % par an pour le patrimoine moyen mondial .

 

Piketty se trompe

J’ai déjà eu l’occasion de l’expliquer (voir The x % Puzzle) : c’est une erreur intellectuelle totale.

Le fait que le x % d’aujourd’hui soit y % plus riche que le x % d’hier ne signifie en aucune façon que le x % d’hier se soit enrichi de y % ni même, d’ailleurs, qu’il se soit enrichi tout court.

Plus précisément, la conclusion que tire Piketty n’est juste que si et seulement si le x % d’aujourd’hui est constitué, au moins en grande partie, des mêmes personnes que le x % d’hier (ou de leurs héritiers).

Une manière simple de comprendre ce principe consiste à imaginer que le x % d’il y a 10 ans possédait en moyenne 10 millions de dollars ; que tous, depuis, ont été intégralement ruinés et que, dans le même temps, une nouvelle génération d’entrepreneurs issus de milieux modestes aient construit des fortunes d’une valeur moyenne de 15 millions de dollars. On observe donc bien que les x % les plus riches d’aujourd’hui sont 50 % plus riches que les x % d’il y a 10 ans.

En quoi est-ce différent des observations de Piketty ? En rien.

En quoi est-ce différent des conclusions de Piketty ? En tout.

C’est même une description parfaitement orthogonale de la réalité ; un monde dans lequel les riches se sont considérablement appauvris et quelques pauvres se sont considérablement enrichis ; l’antithèse du monde de rentiers décrit dans Le capital au XXIe siècle.

 

Question de logique

De la même manière, le fait que les x % les plus riches aujourd’hui se soient plus enrichis que la moyenne au cours des dernières décennies ne signifie aucunement que les riches se soient enrichis plus vite que les autres.

C’est une simple question de logique : s’ils font partie du x % d’aujourd’hui, c’est peut-être (et même probablement) parce qu’ils se sont beaucoup enrichis récemment. C’est un biais de sélection à ce point classique qu’il porte même un nom : on l’appelle biais du survivant.

Bref, les démonstrations de Piketty n’ont aucune valeur. Cela ne signifie pas qu’il a nécessairement tort mais qu’il tire des conclusions sur la base d’observations qui peuvent tout aussi bien signifier l’exact contraire de ce qu’il dit.

Toute la question est donc de savoir si les données que nous observons tendent plus à confirmer les conclusions de Piketty — un monde d’héritiers oisifs qui se contentent de faire fructifier leurs fortunes — ou le scénario inverse : celui d’un monde dominé par des entrepreneurs qui bâtissent leurs fortunes de leurs propres mains. Comme j’ai déjà eu l’occasion de le souligner, une rapide analyse du CV des plus grandes fortunes mondiales tend vers le scénario des entrepreneurs mais les partisans de Piketty ne manqueront pas d’y opposer la faible représentativité du panel — et ils auront raison.

Seulement voilà, en y réfléchissant un peu, il y a quelques bonnes raisons de penser que c’est bien la thèse des entrepreneurs qui décrit le plus fidèlement la réalité. Cela fera l’objet d’un prochain billet ici même mais je vous préviens tout de suite, ça risque d’être un peu technique.

Sur le web

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
2
Sauvegarder cet article

Être libéral est un style de vie, fait de symboles et d’éléments culturels. Notre chroniqueur Olivier Palettu vous en fournit les clefs pour vivre votre libéralisme au quotidien.

 

C’est l’une des recettes phares de Michel Bras, le génial cuisiner de l’Aubrac. Le gargouillou de jeunes légumes, ce sont des légumes de saison, cuits délicatement dans du lard et du lait de poule, servis croquants et frais. Avec cette recette, créée en 1980, Michel Bras a imposé un classique copié et repris dans de nombreux restaurants du monde.... Poursuivre la lecture

Le colonialisme est devenu un sujet brûlant ces dernières années. La haine dirigée contre Israël dans les universités américaines et européennes est idéologiquement basée sur la théorie « post-colonialiste », devenue une sorte de religion politique, en particulier parmi les anticapitalistes « réveillés ».

Mais dans quelle mesure la thèse selon laquelle le capitalisme est fondé sur le colonialisme est-elle vraie ? L'économiste germano-britannique Kristian Niemietz, du prestigieux London Institute of Economic Affairs, s'est penché sur ce... Poursuivre la lecture

On suppose généralement que le capitalisme a fleuri à la même époque que les Lumières, c'est-à-dire au XVIIIe siècle, et que, tout comme les Lumières, il a entraîné une diminution de la religion organisée. En fait, l'Église catholique du Moyen Âge a été le principal foyer des premières manifestations du capitalisme. Max Weber a situé l'origine du capitalisme dans les villes protestantes modernes, mais les historiens d'aujourd'hui trouvent le capitalisme bien plus tôt que cela dans les zones rurales, où les monastères, en particulier ceux des ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles