Prévention du terrorisme : la logique contre le profilage

Thinking RFID credits Jacob Bøtter (CC BY 2.0)

Attentats de Bruxelles : pourquoi fouiller tout le monde ?

Par Charles Boyer.

Thinking RFID credits Jacob Bøtter (CC BY 2.0)
Thinking RFID credits Jacob Bøtter (CC BY 2.0)

Observons les coupables des attaques terroristes en France et en Belgique depuis quelques années. Les Merah, les Kouachi, Coulibaly, Nemmouche et les autres. Qui sont-ils, quelles caractéristiques ont-ils en commun ?

Sans sexisme aucun, ce sont des hommes.

Sans âgisme aucun, ils sont tous au dessus d’un certain âge et en dessous d’un certain âge.

Sans xénophobie aucune, ils sont originaires du Maghreb et du Moyen-Orient, avec certes la présence d’un subsaharien qui complique fort cette donnée-là.

Rien de ce qui est écrit ci dessus ne signifie : « les hommes sont les coupables » ou « les jeunes sont les coupables » ou « les Arabes sont les coupables ». Faire cette erreur logique d’inversion est franchement une suspension de l’intelligence.

Fouille à la gare centrale de Bruxelles

Or, on la fait. Comment le sais-je ? Parce que l’on fouille tous les voyageurs à la gare centrale de Bruxelles. Or, la plupart de ces personnes n’ont pas les caractéristiques ci-dessus. Ceci se fait clairement au détriment de la lutte contre la menace que l’on combat, puisque, premièrement, cela gâche des ressources pouvant être consacrées à cette lutte, et deuxièmement, cela crée une foule compacte, cible idéale pour une prochaine attaque.

Une amie bruxelloise m’informe aussi que sont fouillées désormais toutes les voitures à l’entrée du parking de son entreprise.

Pourquoi agir de cette façon ? Pour bien démontrer que ne sont pas visés les hommes, les jeunes et les Arabes. Donc, la mamie de 75 ans est fouillée. Il n’y a qu’un mot pour ça : idiot.

Tant que nous nous en tiendrons à l’obsession politique anti-profilage, nous n’aurons pas l’efficacité que nous devons avoir dans la lutte contre de telles attaques. Tant que nous n’aurons pas l’efficacité maximum, il y aura des morts et des personnes atrocement blessées, parfaitement évitables.

Aujourd’hui, accepter le profilage demanderait un certain courage politique face à une obsession extrêmement établie. Cependant, il faudra y venir : cette inversion de la logique doit cesser, qui associe un profilage logique à une mise en cause « âgiste », sexiste ou xénophobe de pans entiers de la population, et ce dans l’intérêt de chacun de nous.

Bien entendu il faut rester vigilant contre toute dérive, comme c’est le cas pour toute activité de la force publique. Ce n’est pas moi, ayant grandi à Paris et ayant donc constaté de mes propres yeux l’abus permanent et quotidien des contrôles d’identité au faciès des jeunes beurs, qui dirai le contraire.

Qu’est-ce qui compte le plus pour nous ? Le faux réconfort de nous accrocher à une inversion de la logique, ou éviter des morts et des blessés ?