Devant l’agression politique, l’entreprise doit se défendre !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
She has a message crédits smerikal (CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Devant l’agression politique, l’entreprise doit se défendre !

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 4 mars 2016
- A +

Par Michel Kelly-Gagnon, depuis le Canada

She has a message crédits smerikal (CC BY-SA 2.0)
She has a message crédits smerikal (CC BY-SA 2.0)

Le site Bloomberg.com publiait un article intéressant la semaine dernière sur la façon dont les principaux candidats à l’investiture des deux partis américains gagnent des points politiques en frappant sur les entreprises. Que ce soit Donald Trump, qui s’en est pris à Ford, Kraft (il a juré qu’il ne mangerait plus jamais de biscuit Oreo !) ou Apple, qu’il accuse de produire ailleurs qu’aux États-Unis. Ou encore Ted Cruz, qui se présente comme l’ennemi du capitalisme de copinage. Et le socialiste Bernie Sanders, pour qui les banques de Wall Street ne sont rien d’autre que cupides, malhonnêtes, frauduleuses et arrogantes !

Et que font ces entreprises ? Est-ce qu’elles répliquent avec vigueur pour défendre leur intégrité et leur contribution à la société ? Non. Elles tendent plutôt l’autre joue, comme le suggère l’article. En se disant, peut-être avec raison, qu’après la campagne électorale, tout va redevenir « business as usual ».

Ces observations viennent des États-Unis, mais je peux vous dire qu’elles sont compatibles avec mon expérience personnelle au Québec. Ici aussi, les dirigeants d’entreprises sont plutôt timides, à tort ou à raison. Et je crois qu’il existe des causes profondes à ceci. Sans vouloir paraître condescendant, j’ai l’intime conviction qu’un certain « cours d’autodéfense contre les attaques idéologiques » serait bénéfique à nos gens d’affaires, et à la société dans l’ensemble.

Les dirigeants et les cadres supérieurs doivent comprendre que leurs entreprises sont toujours à risque de subir des attaques. Surtout provenant de militants et d’ONG, dont les attaques sont idéologiques et récurrentes. Mais aussi, comme on le voit durant la campagne politique américaine, de politiciens toujours prêts à jouer la carte populiste pour gagner des votes.

Les entreprises doivent se défendre

Au cours de ces « crises », les entreprises ne peuvent pas espérer gagner la bataille en s’excusant, ou en tendant l’autre joue. Et comme les attaques idéologiques diffèrent de la gestion de crise liée au produit, les gens d’affaires ont besoin de « munitions intellectuelles » et d’arguments pour se défendre et contre-attaquer. Par exemple en démontrant le rôle positif et la contribution de leurs activités et/ou du libre marché en général pour la société, et ainsi offrir au public et aux médias une vision plus équilibrée.

Les entreprises sont souvent très bonnes pour convaincre les clients des mérites de leurs produits. Mais elles pourraient faire un bien meilleur travail à communiquer leur contribution à la société. Cela comprend la capacité de comprendre et d’articuler des arguments convaincants sur la valeur des droits de propriété, la liberté contractuelle et l’importance de l’économie de marché pour la société dans son ensemble.

Cela semble aller de soi. Et pourtant, où enseigne-t-on ces principes, et la défense de ceux-ci, aux gens d’affaires ? Dans nos écoles de gestion ? Permettez-moi d’en douter. Cela ferait pourtant un cours fort intéressant et pertinent dans un programme de MBA.

L’« entrepreneuriat » est un thème dont beaucoup aiment se gargariser par les temps qui courent. Mais comme je l’évoquais dans une chronique précédente, l’entrepreneuriat a comme condition préalable la liberté économique. Et ceci inclut la défense de cette liberté lorsqu’elle est attaquée. Pas en s’excusant. En contre-attaquant, et en convainquant.

Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Fondation pour l'innovation politique
    4 mars 2016 at 12 h 13 min

    « Les entreprises prospères de demain seront celles qui, face à une complexité croissante, adapteront une gouvernance souple qui favorise l’innovation, tout en analysant la contribution au bien-être au travail et au bien commun. » Pour découvrir plus encore des arguments pour la défense de l’utilité sociale de l’entreprise, la Fondation pour l’innovation politique vous invite à lire la note de Daniel Hurstel « Projet d’entreprise : renouveler le capitalisme » (https://lc.cx/4dJs)

  • En France, les attaques contre les entreprises, c’est pour la forme, c’est pour jeter en pâture un os à ronger aux électeurs communisants ou ignorants et frustrés, mais le capitalisme de copinage en prend bien soin des entreprises, c’est le filet de sécurité des politiciens qui ratent leur réélection. Un exemple : qui a dit « mon ennemi c’est la finance » et qui est maintenant copain comme cochon avec tous les banquiers de France ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Après un barrage non-stop de couverture négative des médias envers le croquemitaine orange – c’était justifié à l’occasion – le « sauveur » Joe Biden est arrivé. Un an après son inauguration, est-ce que l’enthousiasme débordant des médias à l’époque se justifie encore ?

Continuité des politiques de Trump avec Joe Biden

Non, en fait, il n’a jamais été justifiable considérant la trop grande proximité idéologique (antilibérale) des deux principaux concurrents pour la Maison Blanche en 2020.

C’est tellement évident que l’on peut dif... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Albin Wagener. Un article de The Conversation.

Considéré avant tout comme un emblème très actuel de la (contre-) culture web, les mèmes pullulent désormais sur les boards (ces plates-formes collaboratives alternatives comme 4chan, Reddit ou 9gag) ou les réseaux sociaux – et ont même permis l’émergence de groupes de chineurs de mèmes (ou neurchi), dédiés au rassemblement de consommateurs et de producteurs de mèmes, attirant ainsi à nouveau une population plus jeune sur Facebook. Mais les mèmes ne sont pas que de simples objets humor... Poursuivre la lecture

Par Jean-Éric Branaa.

Depuis le 6 janvier 2021, se pose la question de la place de Donald Trump dans le débat public, notamment en vue des prochaines échéances électorales. Cette interrogation relance en même temps la question de la survivance de ce que l’on a appelé le « trumpisme ». Après quelques mois de sidération face à une victoire qui n’avait pas été anticipée, en 2016, on a vu se multiplier l’utilisation de ce terme, régulièrement invoqué dans les articles ou les reportages les plus dramatiques sur l’état du pays de Lincoln.Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles