24 % des grands patrons ont débuté dans le secteur public

… et seulement 1% en Allemagne !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Alexandre de Juniac crédits Ecole Polytechnique (CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

24 % des grands patrons ont débuté dans le secteur public

Publié le 24 février 2016
- A +

Un article de l’IREF-Europe

Alexandre de Juniac crédits Ecole Polytechnique (CC BY-SA 2.0)
Alexandre de Juniac crédits Ecole Polytechnique (CC BY-SA 2.0)

En France, presque un grand patron sur quatre commence par travailler pour l’État ou le public avant de se diriger vers le secteur privé. Une exception bien française.

Selon l’étude du cabinet Heidrick & Struggles, 24 % des grands patrons français sont d’abord passés par le secteur public avant de prendre des responsabilités dans les grandes entreprises privées. Par comparaison, en Allemagne, 1 % seulement des patrons ont commencé leur carrière dans le secteur public (3 % au Royaume-Uni et aux États-Unis).

Lire sur Contrepoints notre dossier économie générale

Sur le web

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • Et il faut encore ajouter ceux qui travaillent dans des entreprises de droit public mais controllées par l’état, ou en régime mixte ou encore des entreprises vivant de commandes publiques !

  • Et si mes souvenirs sont exacts, 90% des PDG de banques françaises sont énarques…

  • C’est bien connu, notre grande école d’administration forme de super gestionnaires.
    Ces champions du meccano administratif frisent le génie, lorsqu’il s’agit de pourrir la vie des « usagers » les as de la complexité sont réputés dans le monde entier, mais curieusement préfèrent pantoufler dans certaines grosses boîtes grâce au réseau !
    Ce capitalisme de connivence bien compris peut conduire à de colossales catastrophes industrielles (Anne Laubergeon) EN TOUTE IMPUNITÉ !
    C’est pas beau la socialie ?

  • Je me souviens d’un ancien patron de Mercédès Benz , dans les années 1975 , qui avait commencé sa carrière dans cette entreprise comme apprenti laveur de voitures …

  • Et inversement… !
    C’est dans le privé qu’il faudrait recruter les agents « publics » en généralisant un contrat de travail public=privé

  • Merci d’avoir rectifié…
    Son principal mérite fut d’avoir été une sherpa de F. Mitterand !
    Il n’empêche que nous devrons assumer 5 milliards de pertes chez Areva. Notre pays privilégie le bardage de diplômes.
    Il apparaît que plus de 80% des patrons de PME sont des autodidactes !
    Le mérite reste une notion abstraite chez nos décideurs… Cela interpelle ?

    • « Notre pays privilégie le bardage de diplômes. »

      On est en socialie, le diplôme compte moins que le profil politique. Croyez-vous qu’on entre à l’ENA en défendant le primat de l’individu ou celui de l’Etat ?

  • Voilà une bonne question…
    Un bon diplôme, une très grosse ambition, et pour l’accessoire… L’intérêt général pour les utopistes, soyons pragmatiques il nous reste à mesurer les dégâts ….

  • ça me fait tout de même rire tous ces fonctionnaires qui pondent des lois sur l’entreprise ou l’agriculture sans avoir jamais bossé…
    On va tout de même à l’encontre du bon sens.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Dans un quartier populaire de Dijon, le président en campagne s’est trouvé confronté à une foule à qui la moutarde était montée au nez :

"J’étouffe avec les prix du gazole."

"Mon salaire n’a pas bougé depuis six ans, toutes mes factures ont augmenté."

"Je suis père de famille, j’ai quarante-six ans, je n’arrive plus à vivre de mes revenus."

 

Pourtant, en 2017, le candidat Macron assurait aux électeurs qu’il saurait doper le pouvoir d’achat.

Le Monde du 7 mai 2017 sur ce sujet :

"L... Poursuivre la lecture

Par Eddie Willers.

Il y a peu, un tweet de Michaël Youn a agité la Twittosphère :

« Ma fille m’a demandé : C’est quoi les impôts papa ? J’ai mangé la moitié de son pain au lait… elle a compris ! »

Ce tweet a provoqué la réaction indignée de nombreux membres et de politiques qui sont venus lui rappeler qu’après tout, il était bien content que sa fille profite des écoles et des hôpitaux de la République : publics et surtout gratuits !

Il y a quelques années, notre Président avait aussi affirmé le plus sereinement du ... Poursuivre la lecture

Par Claude Goudron.

Nul ne conteste aujourd’hui que la fonction publique française dysfonctionne. Le diagnostic est fait : pléthorique, intouchable, mal équipée et défaillante. Elle est un monstre d’inefficacité.

Nos hommes politiques s'accordent majoritairement sur ce diagnostic mais baissent les bras devant une réforme d’ampleur difficile à mettre en œuvre.

Fonction publique : état des lieux

Le pays compte 5,526 millions d'agents publics.

Cet effectif a augmenté de 40 % depuis François Mitterrand. On peut lui ajo... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles