États-Unis : Donald Trump doublé par Ted Cruz ?

Donald Trump est-il fini ? Pas si sûr…

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Ted Cruz crédits iprimages (CC BY-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

États-Unis : Donald Trump doublé par Ted Cruz ?

Publié le 2 février 2016
- A +

Par Frédéric Mas.

Ted Cruz crédits iprimages (CC BY-ND 2.0)
Ted Cruz crédits iprimages (CC BY-ND 2.0)

Les primaires au sein du Parti républicain sont tout sauf un long fleuve tranquille. Dernier rebondissement en date, Donald Trump, donné favori pour le Caucus de l’Iowa, vient de se faire souffler la vedette par Ted Cruz, qui est arrivé premier (27,7 % des voix contre 24,3 % à Trump).

Pour l’élection présidentielle américaine, chaque parti doit se choisir un champion. Ce champion est désigné au sein de primaires très médiatisées : celles-ci passent par l’élection de délégués dans chaque État, délégués qui par la suite désigneront le candidat qui se présentera à l’élection lors des conventions nationales démocrates et républicaines.

La première étape de ce grand chelem des primaires se tenait lundi avec le caucus de l’Iowa. À droite, Trump s’est distingué en refusant le débat télévisé sur Fox News. Le candidat anti-establishment, qui a réussi à se mettre à dos les médias mais aussi bon nombre de conservateurs et de libéraux, a jusqu’aujourd’hui bénéficié de sondages favorables exceptionnels de la part des sympathisants républicains, pour la plupart séduits par ses déclarations scandaleuses sur l’Islam ou l’immigration mexicaine.

Seulement, comme le remarque Rod Dreher dans The American Conservative, sans être définitivement hors course, son aura ne sera plus la même après cette première victoire de Ted Cruz. Si ce dernier, grâce à une organisation politique plus efficace que celle de Trump, a réussi à être victorieux, rien n’indique pourtant que la chance continue à lui sourire pour la prochaine échéance, c’est-à-dire pour la primaire du New Hampshire du 9 février. Ted Cruz est perçu par l’opinion publique américaine comme un ultraconservateur, image qu’il cultive intelligemment pour se démarquer de ses adversaires. Il faudra cependant réussir à se débarrasser de cette image clivante s’il veut franchir les prochaines étapes vers l’investiture.

Marco Rubio arrive troisième, et n’en reste pas moins bien placé pour gagner la première place. En effet, si Cruz a pu l’emporter, c’est qu’il bénéficiait d’une meilleure pénétration dans l’appareil du parti républicain, et à ce jeu-là Marco Rubio, qui reste le candidat des médias et des élites favorables au parti républicain, a une longueur d’avance.

Parmi les grands perdants des caucus de l’Iowa, on compte au sein du parti démocrate Hillary Clinton, contestée sur sa gauche par Bernie Sanders, et Jeb Bush au sein du parti républicain, qui peine à faire 3%. Comme le dit Rod Dreher de manière lyrique : la dynastie politique Bush est morte cette nuit dans les plaines du midwest.

Lire sur Contrepoints notre dossier spécial États-Unis

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • Malheureusement, Rand Paul n’a pas fait un bon score …

    • Il n’a aucune chance mais a nettement dépassé Jeb Bush, vu l’écart de notoriété et de moyens, c’est une belle surprise 🙂

  • Ted Cruz est à mon sens le candidat le plus intéressant .

    • Il y a tout de même le fait qu’il n’est pas né aux USA. Il risque d’avoir un problème avec ça.

      • Pas plus que John McCain en son temps. Les bondieuseries de Cruz me gavent mais son idée de fermer Washington et la façon dont il cuit son bacon me plaisent bien.

      • Qu’il soit né hors des USA ne pose aucun problème. C’est un faux débat lancé par Trump et des Démocrates pour le déstabiliser. Cruz est un juriste qui a plaidé plusieurs fois devant la Cour Suprême. La loi dit que pour prétendre à la fonction de président, il faut être « né américain » et non être « né aux Etas-Unis ». Bien qu’il soit né au Canada d’un parent non américain à ce moment-là, même si le droit du sol prévalait au Canada, il fallait que ses parents le réclament pour lui pour qu’on l’accuse d’être né non américain.

  • Cruz ou Trump , c est parfait pour le
    Bien etre de l humanité .

    C est une excellente nouvelle que ces 2 hommes soient arrivés en tête.

  • Malgré que l’Iowa soit l’état le plus engagé dans la production de bioéthanol, Cruz y a gagné, malgré – ou grâce – à son opposition tout à fait transparente aux énergies renouvelables. Il leur a dit «I don’t think Washington should be picking winners and losers, and there should be no mandates or subsidies for anybody.”

    Trump leur a dit si vous votez pour Cruz votre éthanol business est mort dans 6 mois. Trump est donc doit en faveur des subsides soit il leur ment.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Robby Soave.

YouTube a supprimé une vidéo téléchargée par le Comité du 6 janvier qui montrait des images de l'ancien président Donald Trump contestant les résultats de l'élection de 2020.

La fausse affirmation de Trump selon laquelle les machines à voter ont par erreur "déplacé des milliers de votes de mon compte vers le compte de Biden" a été diffusée lors des audiences du comité du 6 janvier, qui se poursuivent cette semaine. L'ancien procureur général William Barr a déclaré devant la commission qu'il n'avait découvert auc... Poursuivre la lecture

En 1974, Valéry Giscard d’Estaing avait affirmé que son adversaire n’avait pas « le monopole du cœur. » Les démocrates d’aujourd’hui et leurs supporteurs auraient grand intérêt à méditer sur cette phrase. En effet, ils adorent pointer du doigt la moindre faute de leurs adversaires – le raisonnement fût-il fautif – mais esquivent plus vite que le Flash quand on tente de leur appliquer la formule.

Prenons la triste fusillade d’un suprématiste blanc présumé à Buffalo récemment. Très vite, les laquais médiatiques des démocrates ont pointé ... Poursuivre la lecture

Les censeurs du monde entier retiennent leur souffle : Elon Musk a suspendu temporairement l’accord de rachat de Twitter, occasionnant une plongée en bourse de la célèbre entreprise à l’oiseau bleu. Avant de l'acquérir, le milliardaire voudrait évaluer le nombre de faux comptes et de spam sur le réseau, que ses administrateurs estiment à environ 5 %.

Elon Musk a bien précisé qu’il avait toujours l’intention de reprendre Twitter pour en faire une véritable zone de libre expression, au grand dam d’une improbable coalition de progressiste... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles