France, tes libertés foutent le camp !

Le premier qui filmera la vérité doit être censuré !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
pierrO-barbelés-(CC BY-SA 2.0)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

France, tes libertés foutent le camp !

Publié le 29 janvier 2016
- A +

Par Serge Federbusch.

pierrO-barbelés-(CC BY-SA 2.0)
pierrO-barbelés-(CC BY-SA 2.0)

Sans doute contaminés par l’esprit de l’état d’urgence, des hommes du ministère de l’Intérieur souhaitent interdire la diffusion du film de François Margolin, Salafistes, tourné bien avant les récents crimes islamistes. Le cinéaste montre cliniquement que nul dialogue n’est possible avec ces ennemis acharnés de l’Occident et des droits de l’Homme. On reproche à Margolin son approche froide et factuelle, laissant les adeptes de ce nouveau nazisme s’exprimer et reliant leurs discours à des images brutales de meurtres, tortures et exactions.

Mais ce ne sont pas des fonctionnaires qui doivent juger des choix narratifs d’un cinéaste qui traite d’un sujet politique. Derrière leur soi-disant prudence ou leur souci de ne pas donner la parole à des assassins, c’est la peur qui s’exprime. Ce qui est en cause ici est la pure et simple liberté de parole et de dénonciation. Le premier qui filmera la vérité doit être censuré, aurait pu fredonner Guy Béart qui nous a quittés suffisamment tôt pour ne pas voir dans quel bourbier nous nous enfonçons.

Confondre réalité crue et apologie de cette réalité est un cheminement mental particulièrement pervers. C’est toujours la même rengaine des censeurs et des ennemis de la liberté : les témoins du mal sont les complices du mal. C’est un syndrome de Stockholm présumé et par délégation. À l’heure où l’on vante les lanceurs d’alerte, Margolin en fait tout simplement partie.

Dans ce contexte, le prolongement de l’état d’urgence sert essentiellement à empêcher les manifestations qui gênent le pouvoir présidentiel et la dénonciation de son incompétence crasse. Il est inutile face au terrorisme. Les seules mesures qui permettraient d’endiguer la montée du radicalisme musulman, à savoir la rémunération des renseignements permettant d’appréhender les jihadistes ainsi que la fin du laxisme vis-à-vis du fondamentalisme ne sont, eux, toujours pas envisagés.

Patience, tout vient à point à qui sait attendre…

Sur le web

Lire sur Contrepoints tous les articles de Serge Federbusch

Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  • Cela relève surtout d’un sentiment de supériorité des censeurs glaçant; celui ci nous dit : j’ai vu salafiste et je peux en conclure que le « public » n’est pas assez mature/intelligent/distant pour le voir et en penser ce qu’on doit en penser…

    • Exactement. C’est exactement ca. Selon les censeurs, le peuple est trop stupide pour faire la part des choses, trop faible pour encaisser ca, trop déraisonnable pour bien choisir. On se demande comment ces gens peuvent se prétendre démocrate…

      • C’est tellement évident! la censure se compare à ceci:

        « je suis votre papa (votre maman), je sais ce qui est bon pour vous et ce qui est mauvais; je ne suis pas vraiment « in the mood » mais c’est moi qui décide, même si ça vous prive un peu de libertés, tant pis!

        Alors que la même émission passant après 22H00 ne changera rien à rien: ceux qui veulent partir partiront, les autres resteront mais un poil moins bêtes, en s’endormant, soit notre désir à tous de savoir plus!

        Il est insupportable qu’un autre choisisse à notre place, c’est bien clair!

        Et qui dit que que Fr. Hollande « sait mieux que moi »?

        Moi, je sais déjà qu’il a menti! L’inverse est-il prouvé?

        Qu’il aille se faire pendre: je verrais ce que moi, je veux. Je ne suis heureusement pas Français!

        J’aurais pu le devenir comme m’y invitait un collègue qui m’y aurait aidé, fort d’une « introduction politique » (honni soit qui mal y pense!).

        Mais moi-même j’ai dû me forcer à ne pas pouffer de rire!

        Allez demander à un de vos concitoyens Français, devenu monégasque si il veut redevenir Français!

        Moi je suis très bien dans la nationalité (unique) que j’ai choisie!

    • Ou de gens qui disposent d’un pouvoir total, avec la charge de l’équilibrer au mieux, mais qui finissent par agir selon leur confort ou leur idéologie personnelle.

      Dans ce cas, que vaut la vérité ou le droit d’expression des parties, si on peut éviter un reproche médiatique ou un désordre public.

      • D’accord avec vous: l’article est très bien écrit, entre révolte « prête à tout casser, de rage » et une constatation d’un pouvoir décidément imbécile!

  • « le prolongement de l’état d’urgence sert essentiellement à empêcher les manifestations qui gênent le pouvoir présidentiel et la dénonciation de son incompétence crasse »

    bravo pour cette phrase qui résume tout le quinquennat du roi de l’enfumage.

    • Assez bizarrement, certaines manifestations ont lieu quand même….

    • Désolé mais le précédent ne valait pas mieux (ce qui est certainement inquiétant!).

      Cette fois-ci, le « tous pourris » n’est pas bêtement et simplement « populariste » mais vérifié: ça déconne! Et plein tube! Et de plus en plus!

  • Utile ou non, l’état d’urgence est en place en France suite aux attentats perpétrés en 2015 par des djihadistes.

    N’y a-t-il pas quelque chose de paradoxal (qui chez un humain relèverait de troubles sévères de la personnalité) que d’interdire d’une main les sites internet prônant le djihad et d’autoriser de l’autre, les images de propagande salafiste sous couvert d’art cinématographique et liberté d’expression…?

    « ce ne sont pas des fonctionnaires qui doivent juger des choix narratifs d’un cinéaste qui traite d’un sujet politique. »

    Certes… mais dans un pays qui se juge en danger tel face à une menace ciblée qu’il décide de réduire les libertés individuelles pour y faire face, en quoi la liberté de création d’un artiste deviendrait-elle prépondérante…?

    Libertés pour tous ou état d’urgence pour tous, il faut parfois être cohérent avec soi-même.

    • ce que vous dites n’a aucun sens : comment condamner, comment décortiquer et dénoncer, une propagande qu’il est interdit de montrer ? voulez vous effacez des livres d’histoire les affiches de propagande nazis ou les publicités à fond raciste qu’on y trouve, justement pour les dénoncer ?
      Sauf erreur de ma part, « salafistes » est une œuvre de dénonciation, pas un ouvrage de propagande, exactement comme l’édition française de « Main Kampf » et ça récente réédition. Et ce sont des œuvres utiles de ce point de vue, comme une vaccination.

      • Mais est-ce vraiment de la dénonciation qu’il faut en ce moment ?

        Tout le monde est horrifié par ce qui c’est passé : c’était le but des attentats.

        Est ce que l’on a besoin d’indignation ou d’action et dans quelle mesure la première fait diversion au manque de la seconde ?

        Bref ça sert à quoi concrètement de dénoncer ?

        Tant que l’on ne comprend pas les motivations de ceux qui font cela, à mon avis ca ne sert a rien, c’est même assez voyeuriste comme démarche.

        • Oui, Bon! Vous avez eu des attentats, c’est triste et je compatis, évidemment! Mais la France avait bien annoncé « urrbi et orbi » qu’elle allait bombarder Daesh et Daesh s’est vengé, à sa manière!

          Vous n’êtes pas les seuls à avoir souffert de cette « guerre » décidée par votre président, loin de là, et bien moins atteints que beaucoup d’autre pays. Tout cela me parait logique même si détestable!

  • On peut visionner ce film sur internet? On peut acheter un DVD à l’étranger ou il n’est pas censuré?
    Si c’est possible, pourquoi se priver? Si c’est interdit, c’est à voir absolument.

  • peut être que c’est seulement une volonté politique qui consiste à dire : « nous n’avons pas vu ce qu’eux ont vu avant nous donc il faut le cacher aux français par soucis de popularité »
    cependant il est certains que le csa et d’autres organismes ont trop de pouvoirs : distribuer des subventions, retirer des subventions, autoriser des chaînes, contrôler tous les programmes etc.
    Il faut remonter à l’époque de la création de la télévision pour comprendre, les politiques ont tout de suite compris que c’était un moyen de contrôle indispensable et un réel outil de propagande.
    quant à libresechanges justement il faut peut être tout autoriser, nous sommes sur un site libéral, et en partant de là la seule option pour combattre une idée c’est de défendre son opinion propre, son personnelle et non de censurer celle des autres, car cela prouve juste que l’on est en position de faiblesse et que l’on a pas d’arguments solides. Il faut savoir que dans certains pays tout est autorisé ou quasiment tout , comme les usa par exemple, et que nous subissons actuellement cette politique anti libérale par « culpabilité des actes nazis commis en 39-45 », alors que la majorité des français n’ont jamais connus cette époque.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Par  Jonathan Ayling.

Le spectre du terrorisme est présent partout en Occident (et bien au-delà) mais en raison de notre passé récent en Nouvelle-Zélande, cette menace joue sur notre esprit de manière unique.

Le 15 mars 2019, 51 fidèles musulmans ont été tués par un terroriste australien solitaire, inspiré en partie par les actions du Norvégien Anders Behring Breivik. Plus explicitement cependant, comme le note Foreign Policy, ce sont des idées françaises (notamment celles de Renaud Camus) qui ont inspiré à Brenton Tarrant cette... Poursuivre la lecture

Dans un article publié le 30 janvier 2020 : « On peut rire de tout… mais pas avec la loi Avia ! » titre clin d’œil à la phrase de l’inénarrable Pierre Desproges : « On peut rire de tout, mais pas avec n’importe qui ! », j’évoquais la problématique de la censure algorithmique augmentée prévisible et inhérente à cette la loi. Je m’interrogeais sur la suite et « plaisantais » sur une prévisible censure augmentée des réseaux sociaux en faisant référence à la phrase culte de Coluche : « je ne suis pas raciste mon chien est noir ! » qui moque natur... Poursuivre la lecture

Il y a 8 ans a eu lieu l'attentat contre Charlie Hebdo. En réaction à celui-ci des manifestations de soutien à la liberté d’expression avaient été organisées. L’expression « Je suis Charlie » comme slogan de soutien au journal satirique est restée dans l’opinion publique.

Huit années plus tard, un sondage IFOP interroge la population française : l’esprit Charlie est-il encore présent ? Dans l’absolu, il existe toujours mais la jeunesse et la gauche radicale l’ont de moins de moins.

 

Un « esprit Charlie » majoritaire ma... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles