5 façons de couler sa boîte

Les pièges à éviter pour que le succès soit au rendez-vous.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
GraceOda-Help(CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

5 façons de couler sa boîte

Publié le 21 décembre 2015
- A +

Par Alain Goetzmann

GraceOda-Help(CC BY-NC-ND 2.0)
GraceOda-Help(CC BY-NC-ND 2.0)

 

Nous savons tous combien le succès est lent à se manifester et la somme d’efforts qu’il faut consentir avant de pouvoir enfin l’apprécier. Nous savons aussi qu’il est généralement le fruit de 95% de transpiration et de 5% d’inspiration. La chute, elle, est bien plus rapide. Il suffit de se laisser aller. Baissez la garde et vous serez rapidement submergé par l’une des 5 façons les plus efficaces d’échouer.

1. La suffisance

Grisé par le succès, vous vous sentez infaillible, hors d’atteinte de vos concurrents, dominant votre marché, barbotant tout seul dans votre océan bleu. Vous ne prêtez plus attention aux signaux faibles qui viennent de vos clients, de vos équipes, de vos proches. De toutes façons, vos produits sont les meilleurs, c’est au client de s’adapter. Vous vous satisfaites, petit à petit, de vos acquis et le jour arrive où – ô surprise ! – vous êtes dépassé.

2. La myopie

À force d’avoir le nez dans le guidon, si vous continuez à bien voir vos instruments, vous n’observez plus du tout le paysage alentour. Vous n’anticipez plus les difficultés à venir ou les obstacles qui peuvent se dresser sur votre route. C’est ainsi qu’arrive la chute ; patatras, un événement inattendu s’est produit.

3. L’entêtement

L’obstination est une qualité ; il faut savoir tomber vingt fois et se relever vingt-et-une fois. Mais l’entêtement, alors que vous savez bien que les mêmes attitudes produisent toujours les mêmes effets, est une grave erreur. Quand votre marché se transforme ou quand votre métier aborde des ruptures technologiques, croire qu’on peut alors « faire comme on a toujours fait » relève d’un acharnement coupable.

4. La mégalomanie

Oui, c’est vous le meilleur. Supérieur à tous les membres de votre équipe, vous exercez un pouvoir de plus en plus solitaire et faites confiance à votre seule intuition, que vous pensez infaillible, pour vous lancer dans des mutations risquées ou des investissements énormes. Il vous arrivera de ne pas vous tromper, mais c’est rare.

5. La cupidité

5 façons de couler sa boite rené le honzecPour tout entrepreneur, bien faire et bien conduire son projet est un défi quotidien. La réussite matérielle viendra plus tard et accompagnera inévitablement la réussite entrepreneuriale. Mais si, sans avoir la patience de continuer à faire votre métier avec talent, à bien répondre aux attentes de vos clients, vous devenez obsédé par le profit mensuel, si vous cherchez à maximiser vos résultats à court terme aux dépens de vos perspectives d’avenir, il y a de fortes probabilités pour que vos salariés pressurisés, vos fournisseurs rançonnés et vos clients maltraités vous fassent, tôt ou tard, payer cher ce dévoiement.

Soyons francs. Nous nous sommes tous laissés aller, à un moment ou à un autre de notre vie de chef d’entreprise, à flirter avec l’un de ces péchés mortels pour les affaires.

C’est pourquoi diriger est à la fois un art et une discipline. La maîtrise de son métier et l’assimilation de bonnes pratiques de management permettent de développer ses activités comme se construit une œuvre d’art, et vouloir exceller dans son leadership impose une discipline de fer quant à ses attitudes et à son comportement. C’est la combinaison de ces deux volontés qui vous permettra d’éviter de succomber aux dérives de caractères tant préjudiciables aux entreprises.

Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La façon dont nous formulons un problème, c’est-à-dire notre modèle mental, détermine notre capacité à le résoudre.

Le mauvais modèle mental nous enferme, tandis que le bon ouvre des possibles. Un bon exemple est celui qui distingue, dans le domaine de l’innovation, l’exploration de l’exploitation. Cette distinction est aujourd’hui universelle et semble évidente mais, comme souvent, elle est contestable, sans compter qu’elle a été sortie de son contexte et appliquée à des domaines où elle n’est pas pertinente. Il est temps de cesser de... Poursuivre la lecture

Ce qui est en jeu avec la question du pouvoir de gouverner, c’est, en réalité, la question de l’art de la création de valeurs.

 

Commençons par un constat. Nous, humains, n’avons pas été habitués à gouverner, du moins la grande majorité d’entre nous.

Dans les entreprises, on vient d’un modèle où règne la dualité entre ceux qui gouvernent et ceux qui sont gouvernés. Une dualité bien illustrée par les propos de Henry Ford :

« Pourquoi à chaque fois que je recrute une paire de bras, y a-t-il un cerveau qui vient ... Poursuivre la lecture

La performance des entreprises est souvent perçue comme n’ayant aucun impact sociétal.

Elle semble ne relever que du strict domaine financier et ne concerner que ses actionnaires, et personne d’autre. Et à ce titre elle est moralement suspecte. On est content pour l’entreprise qui a de bons résultats, mais on ne voit pas trop l’intérêt et, à la limite souvent franchie dans notre pays, on soupçonne même que cette performance se fasse au détriment de la société. Pourtant, la performance des entreprises représente un enjeu sociétal majeur... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles