Élections régionales : « dessine-moi une France qui se noie »

Aucun parti n’a saisi le prétexte des régionales pour prendre des risques et expérimenter des solutions inédites.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Élections régionales : « dessine-moi une France qui se noie »

Publié le 11 décembre 2015
- A +

Par Guy Sorman.

France qui se noie René Le Honzec« Dessine-moi un mouton », demandait le Petit Prince de Saint-Exupéry. Dans la même veine, on serait tenté de demander aux Français : « Dessine-moi une région ». La plupart en seraient incapables ; à l’exception de ceux qui en vivent, élus et fonctionnaires, nul ne sait trop où sont ces régions ni leur utilité. De surcroît, les socialistes les ont retaillées si bien que l’on aime sa commune, son département à la rigueur, mais sa région ? Il n’empêche que la moitié des électeurs ont voté pour ces conseillers régionaux dont ils ignorent la fonction. Nous, Français, avons la République dans le sang : appelé à voter, on vote. Les abstentionnistes ? Eh bien, relativement peu nombreux comparés à d’autres démocraties en Occident, on sait par mille études que s’ils votaient, ils ne modifieraient pas les résultats. Nous disposons donc d’une photographie, même pas floue, de l’état présent de l’opinion. Car ce scrutin du 6 décembre, sans trop d’enjeu de pouvoir véritable, a été un sondage d’opinion – onéreux – à l’échelle de la nation, plus comparable par sa nature aux élections européennes qu’à la sélection du président de la République, du maire ou du député. Le résultat est significatif mais pas prédictif : un score régional n’est pas nécessairement transformable en succès présidentiel. Mais comme rendu de l’état de la France, nous en apprenons beaucoup.

Notre nation, tout d’abord, n’est pas coupée en deux, droite-gauche, mais en trois. Ce qui n’est pas nouveau mais ne cesse d’être masqué sous la Cinquième République par des modes de scrutin dont le seul objet est de forcer à des regroupements forcés entre voisins mal embouchés. Sous des appellations diverses, l’Histoire de France est toute entière à trois bandes : Jacobins, Girondins, Marais. Nous voici dans la continuité derrière des dénominations et slogans qui renseignent peu sur la sensibilité et la réalité sociale qui se cachent derrière chaque parti.

Simplifions le trait : le Parti socialiste est devenu le parti de la fonction publique et du Tout État ; le Parti les républicains représente les classes moyennes du secteur privé et le Front national, les « exclus » ou ceux qui se vivent comme tels. Bien entendu, cette échographie ne coïncide pas avec les discours des partis : pareille discordance entre la vérité et le verbe, telle est la source de ce qu’Alain Peyrefitte appelait Le mal français. Aucun des trois partis majeurs ne confesse qui il est vraiment. Quelle est son analyse du déclin indéniable de la France ? Ni ce que, concrètement, il propose et qui serait applicable. Bien qu’ils s’en défendent, les trois ont crié à l’unisson « À nous les Régions ! » Quitte à recommencer dimanche prochain. Et après ?

Continuons à forcer le trait : le Mal véritable, celui dont tout le reste découle, jusque et y compris l’insécurité présente, c’est notre dépérissement économique. Il ne se crée plus d’entreprises et plus d’emplois. Seuls s’en sortent dans notre pays, les héritiers et les rentiers. Un symbole : l’âge moyen des entreprises dites du CAC 40 qui dominent notre économie, est de 101 ans, contre 30 ans pour l’indice équivalent aux États-Unis. À ce dépérissement, le Front national, parti de la rancœur, les Républicains, parti de la nostalgie gaulliste, les Socialistes, parti des conservateurs d’État, n’apportent aucune réponse ni régionale, ni nationale : les trois chantent une France qui n’existe plus dans un monde qui change sans nous.

Hélas ! Et à regret, aucun leader d’aucun parti n’a saisi le prétexte de ces élections régionales pour prendre des risques, expérimenter de nouveaux discours et des solutions inédites qui, ailleurs, existent et font leur preuve.

Se réconcilier avec notre époque, c’est jouable : on pourrait même concevoir de commencer dans des régions-témoin. Par exemple : autoriser les licenciements pour susciter des nouveaux emplois en masse, substituer au logement social en location l’accès à la propriété de manière à embourgeoiser les « quartiers » à l’abandon, accepter la concurrence des programmes entre les écoles, collèges, universités pour les tirer vers l’innovation, enseigner la diversité au lieu de la laïcité, par l’école, le sport et les médias.

Dans les années 1980, l’Allemagne, la Grande-Bretagne, les États-Unis étaient aussi déprimés, en vrai et au figuré, que la France l’est à ce jour : ils ne le sont plus, la dépression des nations se soigne. Mais en guise de thérapie, nos professionnels de la politique – attention, il en faut pour faire tourner la démocratie – nous dessinent des régions inutiles, lâchent une bombe dans le désert syrien, s’assoient sur le thermomètre climatique. Tout cela est déni de la réalité. Au second tour, votons soit pour ceux qui proposeraient de supprimer les régions, soit d’en faire des laboratoires de la rupture : une réconciliation avec notre siècle. Cela n’arrivera pas ? « Dessine-moi une France qui se noie », dira le Petit Prince.

Sur le web

Lire sur Contrepoints notre dossier élections régionales

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • Pour simplifier vous demandez de voter blanc.

  • Ilmryn: « on sait par mille études que s’ils votaient, ils ne modifieraient pas les résultats. »

    Très juste: Environ 47% pour Ebola tandis que la peste noire ne ferait que 45% des voix, on signale toutefois un choix supplémentaire avec l’arrivée du Typhus.

    C’est dommage parce que si on donnait aux gens le vote sur les décisions législative, la France serait réformée depuis longtemps.

    • Article: « Au second tour, votons soit pour ceux qui proposeraient de supprimer les régions »

      En attendant les élus qui proposeraient de limiter leur propre pouvoir et s’interdiraient les privilèges ou la distributions des privilèges ?

      Pitié !!!!

    •  » La France serait réformée depuis longtemps.  »

      Vaccinée contre la maladie de l’étatisme si l’on suit vos métaphores à la lettre.

      D.J

    • @ IImryn

      « on sait par mille études que s’ils votaient, ils ne modifieraient pas les résultats. » , c’est factuellement faux, donc ça n’existe pas et on peut rien en dire! Jusque dans l’isoloir, chacun a le droit de changer d’opinion.

      Le second fait c’est qu’aucun des deux magmas (quand on réunit autant de personnes sous une seule étiquette, pas étonnant qu’ils soient loin de penser la même chose: ça, ce sont des agrégats, pas des partis), donc aucun des deux magmas n’arrive à plus qu’à occuper le pouvoir. Pour faire quoi? Rien de plus que l’autre!, Soit légèrement plus rose, parfois (mais pas toujours), soit légèrement plus bleuté, sans plus!

      Il faut jeter ces professionnels carriéristes, rentiers de la politique, à n’importe quel poste! Tout le monde connait « leurs cornes » et plus personne de censé ne leur fait confance.

      Vous vous attendez à quoi? À un miracle?

  • « aucun leader d’aucun parti n’a saisi le prétexte de ces élections régionales pour … »
    Aucun leader ni parti n’a de projet à présenter, si ce n’est une façon de gérer la crise « un poil » différemment de son parti opposé
    Ce que j’attends, et beaucoup d’autres autour de moi, est une alternative
    Je ne veux pas de celle du parti dont l’acronyme rime avec peine, haine, chaîne … qui est la seule aujourd’hui
    Comme en 2002, je voterai blanc plutôt qu’à droite. Si tous les gens de gauche faisaient de même, nous saurions enfin combien de démocrates il reste à droite

  • Je ne suis pas d’accord avec l’image d’une France coupée en 3, girondins-jacobins-marais. Ca c’est fini, et le pays est bien coupé en deux: les votants et les abstentionnistes, qui se répartissent à peu près à 50/50.

    Les votants qui persistent à croire que leur vote leur permet de déterminer un changement qui se refuse à arriver depuis plus de 30 ans, et les non-votants, qui ont compris que ces élections n’étaient qu’une mascarade de démocratie, qui consiste en fait à donner son blanc-seing pour 5 années de plus d’immobilisme et de gabegie.

    D’un côté ceux qui croient aveuglément à la propagande médiatico-politique, à base de pourtoussisme, de vivrensemble, de clito-réchauffisme et d’état bienveillant, de l’autre ceux qui observent l’écart grandissant entre les discours et la réalité, et qui prennent cette réalité en pleine figure. Et ces 2 tendances sont effectivement, d’un côté, les gauchistes fonctionnaires, syndicalistes, sans oublier les grands patrons de banques et groupes copains et coquins de connivence, de l’autre la bourgeoisie, les petits patrons, artisans, entrepreneurs et autre professions libérales, les gens modestes, les banlieusards, les gagne-petit et autres ouvriers qui connaissent au quotidien les joies du vivrenfer.

    Ceux qui croient qu’il faut voter pour empêcher le retour de la bêheuteheu immoooondeheu, et ceux qui pensent qu’il faut se libérer de la sécu. Ceux qui croient que le pétrole et Monsanto c’est mal, et ceux qui, à bout, voyant des abrutis ruiner leur travail et leur créativité, se suicident, ou s’exilent.

    Arrêtez moi si je me trompe, mais je crois que vous pouvez regarder partout dans le monde, c’est toujours comme ça au final: deux camps principaux qui s’affrontent, les petites divisions internes ne comptant finalement que pour peu de choses. On le voit assez avec la façon dont la gauche réussit toujours à se maintenir au pouvoir en manoeuvrant ces petites factions, en les alliant ou en les court-circuitant.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Patrick Aulnas.

Les élections régionales et départementales de 2021 constituent un évènement historique. Les deux-tiers des électeurs ne se sont pas déplacés. Par indifférence. Ils ont d’autres chats à fouetter. Voilà une leçon dont la classe politique devra tirer toutes les conséquences. C’est urgent.

L’abstention politique a des causes multiples et complexes brillamment analysées par les politologues. Deux facteurs majeurs sont à l’œuvre et s’amplifieront si rien n’est fait : la médiatisation de la conflictualité politique... Poursuivre la lecture

Peut-on encore faire dérailler le train qui nous conduit sur la route de la servitude ? À quelques jours du premier tour de l’élection présidentielle, même les plus optimistes des intellectuels libéraux doutent. Tout paraît joué d’avance, et le candidat qui remportera la mise prévoit d’appliquer un programme qui de toute façon sera aux antipodes de l’esprit du libéralisme.

Cette année, l’offre politique est globalement assez pauvre et aucun programme ne propose de réforme suffisamment courageuse et originale pour créer l’adhésion plein... Poursuivre la lecture

L’abstention est un phénomène complexe qui touche toutes les démocraties des pays développés et la démocratie française en particulier. Elle est devenue l’un des symboles de la crise que les démocraties traversent au XXIe siècle.

La sociologie électorale privilégie l’approche inductive et fait régulièrement le point sur l’évolution du profil des abstentionnistes. L’économie politique préfère l’approche déductive et l’hypothèse de rationalité.

Elle pose une question simple : est-il rationnel de voter ?

Cet article souhaite... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles