La lutte contre l’optimisation fiscale, nouvelle arme de Big Brother

La confusion s’installe dans une commune dénonciation de l’évasion et de l’optimisation fiscales.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Orwell crédits David Blackwell (licence creative commons)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

La lutte contre l’optimisation fiscale, nouvelle arme de Big Brother

Publié le 26 novembre 2015
- A +

Par Jean-Philippe Delsol.
Un article de l’IREF-Europe

Orwell crédits David Blackwell (licence creative commons)
Orwell crédits David Blackwell (licence creative commons)

Le G20 a convenu le week end dernier de mettre en œuvre les règles BEPS (Base Erosion and Profit Shifting) à l’échelon mondial. Ce Projet OCDE/G20 de lutte contre l’érosion de la base d’imposition et le transfert de bénéfices a pour vocation de fournir aux États des solutions pour éliminer les brèches qui subsistent dans les règles internationales actuelles.

Mais la confusion s’installe dans une commune dénonciation de l’évasion et de l’optimisation fiscales, comme s’il s’agissait d’une seule et même chose. Pourtant les deux notions n’ont rien à voir.

L’évasion fiscale relève de la fraude, consiste à tromper l’autorité fiscale sur le vrai prix des services et produits ou sur le lieu où sont réalisés les bénéfices, ou à falsifier les relations économiques et juridiques pour réduire l’impôt, jusqu’à organiser par exemple des carrousels de TVA (par lequel des sociétés éphémères facturent des produits non livrés à d’autres sociétés éphémères récupérant auprès de l’administration fiscale la TVA facturée mais impayée avant de disparaître)… À cet égard, les gouvernements du monde ont raison de coordonner leurs efforts pour réduire la fraude. Ils sont également fondés à essayer d’empêcher que leurs accords internationaux permettent à certaines entreprises de bénéficier deux fois de la déduction d’une même charge ou d’éviter de payer tout impôt sur certains profits. Les mesures de transparence et d’information qui sont inscrites dans les BEPS apparaissent sous cet angle comme de bonne politique pour les pays concernés. À condition que la chasse aux sorcières ne soit pas étendue à l’optimisation fiscale en général.

L’optimisation fiscale consiste pour un contribuable à utiliser au mieux les lois et règlements existants pour payer moins d’impôts. Ainsi l’optimisation fiscale relève plutôt de la bonne gestion. Ne serait-il pas reproché à un entrepreneur de ne pas économiser ses charges ? Ne serait-il pas curieux qu’un contribuable réalise ses projets au travers d’actes ou processus le conduisant à supporter plus de fiscalité qu’il ne le devrait en faisant autrement pour obtenir le même résultat ? En matière d’abus de droit, un commissaire du gouvernement rappelait que « les enfants du siècle ont le droit d’être habiles ».

Mais surtout et plus encore l’éradication totale de l’optimisation fiscale voudrait dire à terme que la fiscalité de tous les pays devrait être uniforme. Tant qu’il existera en effet deux pays ayant des fiscalités différentes, une entreprise pourra faire le choix de s’installer dans l’un plutôt que dans l’autre pour des raisons fiscales. Pour supprimer cette option il ne reste que l’interdiction de sortie du territoire ou de transfert d’activités entre les pays en cause ou l’alignement de tous les pays sur le même régime fiscal pour éviter que les contribuables aient encore le moindre choix. Il faudrait alors un gouvernement mondial qui impose cet ordre nouveau ou à défaut des politiques totalement privatives de liberté dans les pays voulant interdire cette optimisation ! Dans tous les cas, il s’agit de solutions totalitaires dans le cadre desquelles la perte de liberté fiscale induirait bientôt la perte d’autres libertés.

Attention, danger, Big Brother cherche des solutions pour s’imposer au prétexte de bons sentiments. Il vaut mieux garder la liberté fiscale et toutes les libertés, la concurrence fiscale entre États et entre les entreprises, avec leur défauts, mais aussi leurs avantages qui sont infiniment supérieurs, surtout parce qu’ils protègent nos choix individuels, donc notre liberté.

Sur le web

Lire sur Contrepoints notre dossier optimisation fiscale

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • L’OCDE, c’est pas l’Organisation Communiste Distributive de l’Europe ❓

  • J’imagine un CA virant son manager  » pour ne pas avoir choisi les voies fiscales les moins avantageuses » …

    Poursuivre la bonne gestion, ce n’est que l’expression du dépit de prédateurs.

  • « L’évasion fiscale relève de la fraude »

    Je crois que vous êtes victime d’un anglicisme très répandu.

    fraude fiscale se traduit en anglais par tax evasion.
    évasion fiscale se traduit en anglais par tax avoidance

    La première (fraude) est illégale,
    la seconde (évasion) est légale et inclut l’optimisation.

    Parlons français.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

La performance des entreprises est souvent perçue comme n’ayant aucun impact sociétal.

Elle semble ne relever que du strict domaine financier et ne concerner que ses actionnaires, et personne d’autre. Et à ce titre elle est moralement suspecte. On est content pour l’entreprise qui a de bons résultats, mais on ne voit pas trop l’intérêt et, à la limite souvent franchie dans notre pays, on soupçonne même que cette performance se fasse au détriment de la société. Pourtant, la performance des entreprises représente un enjeu sociétal majeur... Poursuivre la lecture

Dans cette période difficile que nous traversons, une dizaine de bombes à retardement nous menacent à plus ou moins brève échéance. Je les traiterai individuellement dans de prochains articles.

L'une d'entre elles va prochainement éclater qui, malheureusement, ne fait pas la Une des médias. Il s’agit des entreprises dites zombies, celles qui ne sont pas ou plus viables, mais surtout celles qui ont artificiellement été maintenues la tête hors de l’eau avec le « quoiqu’il en coûte » mis en place à l'occasion du covid.

 

U... Poursuivre la lecture

Au début de 2022, l’humoriste Jon Stewart a mis en ligne une vidéo dans laquelle est affirmée que l’inflation des prix à la consommation est le résultat des hausses de prix mises en place par les entreprises et qui vont au-delà de la hausse des prix des intrants.

Autrement dit, Stewart pense que les entreprises augmentent les prix non seulement pour compenser la hausse de leurs coûts, mais aussi pour faire gonfler leurs profits.

Dans la vidéo, Stewart reçoit comme invitée la sociologue Lindsey Owens, qui a notamment été une cons... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles