L’entrepreneuriat comme méthode de changement social

Méthode de changement social, l’effectuation suggère que tout peut être changé par la volonté individuelle combinée avec d’autres volontés. Cela s’applique parfaitement à l’entrepreneuriat.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Tony MArtin Jumelles(CC BY-NC-ND 2.0)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

L’entrepreneuriat comme méthode de changement social

Publié le 23 novembre 2015
- A +
Tony MArtin Jumelles(CC BY-NC-ND 2.0)
Tony MArtin Jumelles(CC BY-NC-ND 2.0)

 

L’effectuation, la logique des entrepreneurs experts, n’est pas uniquement applicable à l’entrepreneuriat. En posant que le futur est créé par nous, et non pas découvert, et que ce futur est créé par les individus à partir des moyens dont ils disposent, c’est-à-dire qui ils sont, ce qu’ils savent et qui ils connaissent, l’effectuation fournit non pas une méthode, ce serait illusoire et contradictoire, mais des principes d’action pour permettre à l’entrepreneuriat d’être une méthode de changement social au sens le plus large.

Dans un billet précédent, j’évoquais l’histoire de Cheung Yan, cette chinoise qui a fait fortune en recyclant du papier et je montrais comment elle avait appliqué les principes de l’effectuation pour démarrer avec peu de moyens et une idée toute simple. Aujourd’hui, l’entreprise de Cheung représente un chiffre d’affaires de 4 milliards de dollars, emploie 17.000 personnes et est le premier fabricant mondial d’emballages.

Cette histoire, déjà intéressante en elle-même, nous suggère également quelque chose quant aux solutions aux grands problèmes de notre temps. Le problème des déchets papier est bien connu : les Américains en consomment plus de 300 kg par an, 55kg de papier recyclé permettent d’économiser un arbre, et le papier recyclé nécessite 64% d’énergie en moins que la fabrication du papier à partir de matières premières. Les gouvernements essayent depuis longtemps de convaincre les gens de recycler. Mais ces efforts sont coûteux, produisent peu de résultats et concernant le papier, les progrès ont été très lents. En créant une entreprise dont les produits utilisent en moyenne 85% à 90% de papier recyclé, Cheung permet de sauver beaucoup d’arbres, de recycler des déchets et d’économiser beaucoup d’énergie, tout en gagnant de l’argent.

Cheung, comme Mohamed Yunus, créateur de la Grameen Bank, et d’autres entrepreneurs créent des entreprises à partir de problèmes concrets et contribuent ainsi à apporter des solutions efficaces et durables à des problèmes plus généraux, qu’ils soient économiques, écologique ou sociaux. On le voit, l’impact écologique et social n’est ainsi pas contradictoire avec une logique de profit, bien au contraire. Ce que Cheung et Yunus suggèrent même, c’est qu’une logique de profit peut être plus efficace pour résoudre de tels problèmes qu’une logique a priori exclusivement sociale ou non lucrative.

Méthode de changement social, l’effectuation suggère que tout peut être changé par la volonté individuelle combinée avec d’autres volontés. Elle montre que l’action est accessible à tous parce que nécessitant des moyens que tous possèdent. Elle montre également qu’il n’est guère de domaine où ses principes ne puissent être appliqués, que ce changement soit le fruit d’une démarche lucrative ou non : entrepreneuriat, associations, intrapreneuriat, etc.


Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Entreprendre était bien au 20eme siècle

    Mais aujourd’hui avec le big data, les pesanteurs sociales et tous ces journalistes chians et lourds, c’est devenu à vomir

    Maintenant le truc cool c’est l’exil loin de ce bourbier ou attendre super faillite pour enfin être débarrassé et revenir comme au bon vieux temps

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
un homme devant des batiments regardant vers le ciel les bras écartés
2
Sauvegarder cet article

Dans l’entreprise, surtout les grandes, mais aussi les autres, la réussite consiste à gravir les échelons, à être nommé à des postes de plus en plus élevés dans la hiérarchie toujours pyramidale de l’entreprise. Certains salariés passent leur vie à ce jeu, jusqu’à atteindre les sommets et à se demander ensuite ce qu’ils vont faire de leur vie.

Mais cette « réussite » acquise échelon par échelon, c’est aussi le meilleur moyen d’ancrer des croyances qui peuvent justement empêcher d’aller plus loin. C’est le sujet du livre, et la spéciali... Poursuivre la lecture

Par Marius-Joseph Marchetti.

1) Big Players and The Economic Theory of Expectations, de Roger Koppl (2002)

J’ai terminé récemment la lecture de cet ouvrage, que je conseille ardemment à tout un chacun.

Méthodologiquement, Koppl part de deux fondements qu'il qualifie de misésiens, inspirés de Friedrich Hayek et Alfred Schultz. Il construit par la suite une théorie des anticipations cognitives (subjectives) et a-cognitives (objectives), plus ou moins fiables selon la nature des institutions.

Basant sa théorie sur des... Poursuivre la lecture

L’importance des ruptures auxquelles nous sommes parfois soumis et le côté impératif de certaines d’entre elles peut nous empêcher de penser sereinement et nous amener à conclure que nous n’avons pas le choix de telle ou telle action.

C’est pourtant faux. On peut même arguer que plus la rupture est importante, plus la crise est pressante, plus le stratège doit éviter de tomber dans le piège de la voie unique. Les organisations qui survivent aux crises sont en effet celles qui, précisément, trouvent une réponse originale et créative aux... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles