USA : la politique monétaire a creusé les inégalités

Les politiques publiques, qu’elles viennent de droite ou de gauche, ont contribué à l’augmentation des inégalités aux États-Unis.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Barack Obama (Crédits : barackobamadotcom, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

USA : la politique monétaire a creusé les inégalités

Publié le 13 novembre 2015
- A +

Par Randall Holcombe.

Barack Obama (Crédits : barackobamadotcom, licence Creative Commons)
Barack Obama (Crédits : barackobamadotcom, licence Creative Commons)

Aux États-Unis, le Parti démocrate est généralement considéré comme soutenant les intérêts de la classe pauvre et laborieuse, alors que le Parti républicain soignerait les intérêts des entreprises et des riches. Or, que s’est-il passé durant le mandat présidentiel du président démocrate Barack Obama, de la récession de 2008 à la reprise récente ?

En 2008, 13,2% des Américains étaient au-dessous du seuil de pauvreté. 14,8% en 2014. Pendant ce temps, l’indice Dow Jones progressait de 8776 fin 2008 à 17 900 en novembre 2015. Pendant que le taux de pauvreté augmentait de 12%, le prix des actions plus que doublait. Si l’on prend le taux de pauvreté comme un indicateur du bien-être des moins nantis et le marché boursier comme un indicateur du bien-être des plus aisés, ces indicateurs suggèrent que les riches sont devenus plus riches et les pauvres plus pauvres.

Malgré la rhétorique politique, les politiques publiques mises en œuvre au cours de cette période ont contribué à cette augmentation des inégalités. Observer que tout cela a eu lieu sous l’administration démocrate du président Obama ne vise pas à blâmer ce dernier, mais à souligner que les politiques de ce genre se produisent même quand le gouvernement est dirigé par le parti qui prétend protéger ceux à l’extrémité inférieure de la répartition des revenus. Les politiques publiques favorisent ceux qui ont le pouvoir politique, les « amis » bien connectés.

Le mouvement Occupy Wall Street lancé en 2010 démontre que la question des inégalités a capté l’attention du public. Le mouvement protestait contre le copinage évident des plans de sauvetage à la suite de l’effondrement du marché du logement. Ces protestations étaient fondées. Après l’effondrement du logement et l’arrivée de la récession, beaucoup de gens ont perdu leur emploi et ne pouvaient pas se permettre de continuer à payer leur crédit immobilier. Les banques opéraient des saisies et les propriétaires étaient expulsés de leurs maisons. Entre temps, les banques qui avaient subi des pertes en raison de prêts hypothécaires non performants étaient renflouées. Qui l’État a-t-il aidé ? Pas les propriétaires malheureux, mais les riches banquiers de Wall Street bien connectés.

Les critiques à l’encontre du capitalisme de copinage et des politiques favorisant le « 1% » plutôt que le « 99% » semblent fondées. Ce n’est en revanche pas le cas des solutions proposées par les manifestants, en termes de supervision politique et de programmes publics supplémentaires : si le politique est le problème, la solution ne se trouve sans doute pas dans plus de politique.

La Réserve fédérale (Fed) travailla avec le Trésor pour soutenir les grandes banques avec le Troubled Asset Relief Program (TARP), tout en laissant beaucoup de petites banques fermer. Les « amis » bien connectés reçurent l’aide, tandis que les 99% durent nager ou couler seuls. Pour la première fois,  la Fed commença également à payer un intérêt sur les réserves excédentaires des banques à la Fed : c’était une subvention très claire à l’industrie bancaire. En outre, la politique de la Fed de maintien des taux proches de zéro depuis 2008 avantage les emprunteurs au détriment des épargnants.

Les épargnants à faible revenu, et les épargnants confrontés à de graves problèmes de pertes en capital, ont peu de choix en dehors de celui de placer leur épargne dans des placements à revenu fixe. Ils ne peuvent pas se permettre de risquer des pertes en capital sur le marché boursier, par exemple. Les riches peuvent se permettre de prendre ces risques en échange de rendements plus élevés. Parce qu’il y a une relation inverse entre les taux d’intérêt et le prix des actifs, la politique de taux d’intérêt bas de la Fed a poussé à la hausse la valeur des actifs, principalement détenus par des riches. Cela explique en partie pourquoi les prix des actions ont plus que doublé depuis 2008. Les politiques de la Fed ont enrichi les riches, mais ont causé du tort à ceux se trouvant à l’extrémité inférieure de la répartition des revenus, qui souffrent des rendements d’intérêt bas qui leur sont offerts.

Aujourd’hui, le fonctionnement de l’État se caractérise par le copinage et des politiques publiques qui servent les intérêts du 1% plutôt que ceux des 99%. Le bien-être des pauvres a augmenté depuis le début de la révolution industrielle parce que l’économie de marché a conduit à des gains de productivité qui profitent à tous. La politique, qui récompense les gens en fonction de leur poids politique, tend à profiter à ceux qui ont le pouvoir politique aux dépens de ceux sans pouvoir. Et ce, même, comme la dernière décennie l’a montré, quand ceux qui prétendent défendre les intérêts des plus démunis sont au pouvoir. Ainsi, une évolution vers un « contrôle politique » de l’allocation des ressources n’aidera certainement pas les pauvres. La façon de vraiment aider les pauvres est de compter davantage sur l’économie de (vrai) marché et moins sur le politique (même un gouvernement aussi bienveillant qu’avec Obama, comme le montre l’histoire récente).

La banque centrale américaine a été conçue pour être apolitique, avec une direction nommée pour un long mandat, à l’abri des pressions démocratiques. Mais depuis 2008, les politiques de la Fed se sont détournées de la stabilité monétaire pour se diriger vers le soutien au secteur financier. Ces politiques ont ainsi favorisé certaines entreprises au détriment d’autres (les grandes banques vis à vis des petites banques, par exemple) et certains segments de la population par rapport aux autres (riches investisseurs plus petits épargnants, par exemple). Le « copinage » dans ces politiques est évident, et il est clair que les politiques de la Fed ont avantagé l’élite économique. Une Fed de plus en plus politisée a transformé la politique monétaire. La conséquence en a été l’augmentation des inégalités.

  • Randall Holcombe, Professeur d’économie à l’Université de Floride. Traduction par Emmanuel Martin – Le 9 novembre 2015.

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Excellent article.
    Hé oui, les QE et les manipulations monétaires sont des politiques qui ne favorisent ni les classes populaires et ni les classes moyennes.
    En réalité, la « reprise » économique des USA s’est faîte grâce à la relance du crédit.

    Ça explique d’ailleurs pourquoi l’économie US zig zag de trimestre en trimestre.
    Entre les deux derniers trimestres, on est passé d’une croissance de quasi 4 % à 1,5 %.
    Bref, on est loin d’une croissance stable et durable.

    L’autre point noir, c’est le taux d’emploi.
    Il n’a jamais été aussi bas que depuis 38 ans.
    Donc est-ce qu’on peut croire que le taux de chômage est de 5 % ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Vibhu Vikramaditya.

L'annulation de l'arrêt Roe v. Wade est une décision historique qui confirme le principe le plus élevé d'une république. Une république naît de la liberté d'association, de la même manière que les individus se regroupent pour former une famille, que celles-ci se regroupent pour former une communauté et que les communautés se regroupent pour former une société.

Dans une situation idéale de gouvernance fondée sur la loi, ceux qui donnent la loi et ceux qui la respectent doivent être les mêmes, car ce n'est ... Poursuivre la lecture

Aux États-Unis comme ailleurs, la novlangue corrompt de plus en plus le langage. Sous l’impulsion de la mouvance woke, on s’efforce de complètement redéfinir des mots afin d’excuser leurs pires exactions.

On croyait le secteur de l’économie protégé de ces inepties. C’est grandement sous-estimer la stupidité des politiciens…

En effet, selon les définitions classiques, les États-Unis sont entrés en récession après un second trimestre de croissance négative du PIB. Ce fut le cas depuis des décennies, y compris sous la présidence de... Poursuivre la lecture

Par Julien Pomarède.

« Régénérée », « revitalisée », « ressuscitée » : les adjectifs ne manquent pas pour qualifier le retour de premier plan de l’OTAN depuis le début de l’agression de l’Ukraine par la Russie le 24 février 2022.

L’idée d’une renaissance de l’OTAN tire sa crédibilité d’un constat simple. Après deux décennies d’errements dans le bourbier afghan, l’Alliance retrouve sa mission historique : dissuader une attaque conventionnelle d’un État tiers – qui plus est de l’ancien ennemi, la Russie – contre ses membres.

<... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles