Next imagine le transport polyvalent du futur (video)

Imaginez les transports collectifs du futur !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Next imagine le transport polyvalent du futur (video)

Publié le 7 novembre 2015
- A +

Par Charles Bwele.

À mi-chemin de la prospective et du design industriel, Next est une agence spécialisée dans les systèmes de transport, de surcroît dotée d’un site Web à découvrir absolument.

Dans cette vidéo, elle imagine un système de transport électrique, autonome et modulable qui se reconfigure automatiquement en voiture partagée, en bus accordéon, en tramway ou en wagon bar-restaurant selon les requêtes de ses utilisateurs/passagers connectés à des applications mobiles évoquant à la fois Uber, BlaBlaCar, Lyft et AirBnB.

Cette vision du transport urbain relève certes d’un futur conditionnel mais laisse présager des véhicules intelligents très différents des automobiles actuelles, de surcroît parfaitement intégrés dans un « technosystème » au stade embryonnaire à ce jour. L’architecture urbaine/routière et l’économie du transport/de la logistique subiraient également des transformations radicales.

À quoi bon obtenir un permis de conduire ou devenir (l’unique) propriétaire d’une voiture dans ces conditions ?

Connexe : Le conducteur de la voiture intelligente sera un passager navigateur

Sur le web

Voir les commentaires (24)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (24)
  • « À quoi bon obtenir un permis de conduire ou devenir (l’unique) propriétaire d’une voiture dans ces conditions ? »

    Parce que je fais ce que je veux.

    • Effectivement, pour aller d’un point A à un point B, rien ne pourra jamais surpasser en efficience un véhicule dédié à cette fin, étant donné qu’il existe autant de couples A-B qu’il existe d’individus en déplacement à un instant donné. L’avenir du transport est nécessairement individuel (familial). C’est ce qui explique l’incroyable, écrasant et universel succès de l’automobile individuelle par rapport à n’importe quel mode de transport concurrent. Les utopistes peuvent se creuser la cervelle tant qu’ils veulent, aucun système collectiviste planifié ne pourra jamais prétendre répondre aux besoins de l’infinité de couples A-B. Ayons dès à présent une pensée émue pour nos descendants qui devront arracher à grand frais les rails des tramways que nous nous acharnons à construire aujourd’hui. Leur mépris à notre égard sera pleinement justifié.

      La question du permis est accessoire : nul besoin d’un permis pour prendre le contrôle d’un véhicule automatique. Il y a en effet au moins deux niveaux d’automatisation différents : s’insérer dans la circulation et rejoindre une destination. Quant à la propriété du véhicule, cela relève du libre choix. D’ores et déjà, rien ne vous oblige à être propriétaire d’un véhicule. En revanche, l’Etat entend bien vous empêcher d’être à la fois propriétaire et exploitant rentable d’une flotte de véhicule de transports individuels ou collectifs en monopolisant ce secteur économique.

      Le transport fait parti des sept secteurs économique à privatiser pour espérer redresser un jour ce pays : santé, retraite, éducation, logement, transport, énergie, culture.

      • « Le transport fait parti des sept secteurs économique à privatiser pour espérer redresser un jour ce pays : santé, retraite, éducation, logement, transport, énergie, culture. »
        en effet mais sans nationaliser l’état cela ne sert a rien

      • Cavaignac: « Effectivement, pour aller d’un point A à un point B, rien ne pourra jamais surpasser en efficience un véhicule dédié à cette fin, étant donné qu’il existe autant de couples A-B qu’il existe d’individus en déplacement »

        C’est pour cela que la solution collective de la vidéo est inepte: utiliser des modules individuels de manière à avoir tous les inconvénient des transport public, c’est totalement idiot et ça n’arrivera pas.

        Programmeur d’IA et d’automatisme j’y ai beaucoup réfléchi avec ma fille… (voir ci-dessous)

  • franchement , pourquoi voulez vous que les dictateurs du futur permettent aux peuples de quitter leur prison avec ces cubes autonomes , c’est devenu un délit de rouler en voiture individuelle en 2015, alors en 2050 ou 2100……

  • ça y ressemblera mais ce ne sera pas cette solution collective parce qu’il est absurde et inutile dans des véhicules aussi léger et versatile d’entasser des pue-la-sueur ensemble (pour les déposer à 500m de leur destination comme un bus actuel !!??) Ça n’as aucun sens non plus de les connecter et le wagon bar pour 5 personne est ridicule.

    Donc ce sera des véhicules individuels à 2 ou 4 places que vous pouvez commander pour des trajets régulier ou ponctuel et qui resservent ou vont se garer dans des parking verticaux en votre absence.

    Il sera possible avec ce système d’acheter son propre véhicule privé et de le customiser avec tout le confort possible, pourvu qu’il soit au norme pour les parkings de masse et capable de s’intégrer dans l’IA qui gère la circulation. Les « publics » auront le strict minimum: chauffage, siège en plastique indestructible et caméra avec écrasement des données à la journée pour la responsabilisation et le paiement des dégâts éventuels.

    On pourrait imaginer aussi un système de « relocation », vous mettez votre véhicule « luxe » à disposition du public mais avec un surcout qui dépend des options. ça ferait pour les touristes, les gens de passages et ceux qui veulent s’offrir un trajet dans le confort.

    Certains confondent encore « futur » et « élevage de bétails ».

    • Le marché privé serait un vrai marché avec la possibilité pour les plus riches ou les adeptes d’avoir carrément des modules 8 places avec une petite chambre ou un mini salon/bar pour les longs trajets.

      La revue Auto &Modules de l’avenir pourrait vanter les avantages de tel ou tel équipement, mécanique (ex: suspension prédictive pour un confort total), des modification pour les voies rapides (carrosserie qui n’est plus une feuille de plastique comme les modules urbains, sécurité diverses) et des accessoire de confort intérieur.

    • Je trouve votre solution plus vraisemblable … et déjà actuelle: des autos électriques – de Tesla – qui se conduisent toutes seules sur un réseau routier sans travaux particuliers, sans autres signaux que les signaux habituels actuels: panneaux et marquage au sol, mais véhicules dont on peut influencer le comportement, en manipulant les clignotants pour dépasser, par exemple. Le jour où ce sera complètement sûr et totalement automatique et « non déconnectable » pourquoi avoir un permis (sauf du propriétaire) pour ne pas conduire une voiture: le GPS permettra de faire un circuit touristique pour des touristes sans autorisation locale de conduire.

      Le tout est de savoir si il sera, plus tard, encore autorisé de conduire pour le plaisir, avec encore un risque d’accident ou si ce sera jugé aussi inacceptable qu’irresponsable.

      • Ils vont inventer le permis de ne pas conduire, les connaissants 😀
        Même avec des humains au volant le nombre d’accident reste infinitésimal comparativement aux nombres de kilomètres parcourus. Rien pour justifier uje interdiction, tout spécialement s’il y a moins de voitures sur la route.

        • La justification ce n’est pas le nombre d’accidents mais la limite physique de la circulation en ville.
          Le rendement passager/seconde des routes actuelles en ville est totalement désastreux parce que les délais et distances de sécurité sont énorme pour pallier l’imperfection et la disparité de la conduite humaine.

          Résultat des millions d’heures perdues dans les bouchons, du stress et des trajets épuisant nerveusement qui font des journées de travail un enfer pour les moins bien lotis avec des « effets qu’on ne voit pas  » énorme: les familles qui éclatent parce que les deux arrivent sur les dents, tard et épuisés, une qualité de vie dégueulasse, une mobilité désastreuse, des monceaux d’argent perdu etc. etc.

          Avec des cubes pilotés par une IA, vous pouvez remplir un carrefour de fils de véhicules qui se croisent à une vitesse folle et à 5m de distance seulement sans ralentir.

          La vitesse moyenne des trajets en ville pourrait quadrupler facilement, les deux fois 45 minutes+10 mn de parking de bien des gens se transformer en 2 fois dix minutes confortables à faire des choses plus profitable que d’insulter les autres et pester sur les feux.

          Une famille de deux personne travaillant à seulement 30mn de leurs domicile gagnerait ~3000 heures de trajet en dix ans (6 mois) et je ne compte pas le temps de parking ni les frais: amendes, parking. essence brulée pour rien, assurances: encore un ou deux ans à travailler juste pour payer cela.

          • Ilmryn: « Avec des cubes pilotés par une IA, vous pouvez remplir un carrefour de fils de véhicules qui se croisent à une vitesse folle et à 5m de distance seulement sans ralentir. »

            Je fait aussi des modélisation 3D en plus de la programmation, je voulais modéliser un bout de ville avec des véhicules pilotés par une IA (C++ ou C# sur Unity) juste pour voir le « ballet » des véhicules.

            Le futur me passionne. Mais trop de boulot pour me lancer sur la « ville-démo »… Et puis c’est une idée évidente.

            • Pour inventer un système de transport intelligent automatisé et coopératif, il existe de formidables possibilités qui permettraient des gains importants en vitesse, capacité, souplesse …

              Mais ces systèmes peuvent-ils partager les mêmes structures que les systèmes actuels, ou même que des systèmes mixtes manuels/automatiques ?

              Je ne doute pas qu’on puisse mettre en place un système de « VAL sur pneu » 2.0. En revanche, je trouve très optimiste de vouloir réaliser des autos entièrement autonomes avec de l’IA, comme il est très à la mode actuellement. (Les avions volent et atterrissent tout seul – avec juste 2 pilotes aux commandes)

              Et si on ne sait intégrer des solutions dans un modèle économique valable, tout ça n’est que du rêve.

              • pragmat: « Et si on ne sait intégrer des solutions dans un modèle économique valable, tout ça n’est que du rêve. »

                On jette depuis des années les voitures dehors des centres villes, l’interdiction pur et simple a des zones de plus en plus étendue des villes n’est plus très loin (d’ici 40-60 ans) avec deux choix pour ces zones:

                -Un transport public que tous le monde paie sans aucun choix.
                -Des voitures « IA&électrique » que les gens peuvent soit louer, soit se payer et customiser à leur convenance avec des marques différentes pourvu qu’elles respectent les dimensions et les spécifications de l’informatique de conduite.

                Dans un premier temps, les villes vont jeter les voitures « fossile » avec obligation d’avoir une électrique mais ça ne règle absolument pas le problème de densité. A mon avis on va y venir par pallier et zones…

                ou ce sera des transport en commun collectiviste… Riches et pauvres entassés dans les mêmes bétaillères wagons, certains en rêvent de manière humide.

                • Jeter dehors les voitures est une fausse solution, vous le savez bien.

                  Favoriser les véhicules non polluants a toute sa raison d’être, en ville: qualité de l’air à respirer, puanteur, consommation d’hydrocarbures à l’arrêt, souillure des bâtiments.

                  Le réchauffement climatique n’étant pas pris en considération, en attendant les preuves, même si la ville est un foyer plus chaud que sa périphérie.

                  Il faudra continuer à livrer des poids et volumes aux commerces et entreprises, ce que ne résout pas le projet décrit dans l’article, surtout depuis les « flux tendus ».

                  Instaurer une taxe d’entrée (supplémentaire!) vaut-elle le fait d’abandonner un job? Qui le décidera actuellement?

                  Le problème (ranci depuis des années) n’aura pas de solution simple, ni courte, ni bon marché! Hélas, l’état n’a pas 1 € à investir!

                • La voirie urbaine est indispensable aux transports de marchandise, aux secours, etc … Elle doit permettre le passage de tout type de véhicules, du vélo au convoi exceptionnel. Vous ne pouvez pas squatter le réseau existant pour aménager un système automatique. Et je ne crois pas à la coexistence sur la même infrastructure de systèmes IA et de systèmes pilotés par l’humain. (l’humain restera trop illogique et imprévisible pour une IA pendant très longtemps)

                  On sait bien qu’il faudrait reconstruire les villes autour de réseaux de transports modernes. Pour ma part, j’aimerai autant vivre à la campagne que dans une ville fourmilière artificielle.

          • Vous avez raison! Né et ayant vécu 30 ans dans une capitale, je ne voudrais plus y vivre: le 3ième feu rouge me rend nerveux (mais j’ai appris à me détendre!).

            Et j’entends parler de bouchons à Paris depuis au moins 40 ans: tout le temps pour trouver des alternatives, à commencer par des parkings de « dissuasion » bien desservis par des transports en commun (métro).

            On sait ce que rapportent aux autorités la voiture, en France comme ailleurs (industrie, taxes diverses sur les véhicules et le carburant), surtout à une époque où la pollution (air, odeur, bâtiments salis) n’était pas prise en compte.

            Bien sûr, toute solution doit se faire sur un plan complexe et intégré avec toutes les autorités territoriales concernées aidées par toutes les entreprises privées aptes à proposer, intégrer et réaliser.

            Il est clair que puisque la France néglige de respecter les « facteurs de convergence », elle n’a pas le premier € pour un tel plan. C’est bien dommage!

    • L’idée est intéressante. Mais appliquée en France cela donnerait: la moitié des véhicules vandalisés/hors service après le troisième mois d’exploitation, des actions de désobéissance civile des taxis et employés des transports publics en raison de cette inacceptable concurrence (réelle ou fantasmée, peu importe), et au final un rétropédalage dans les règles de l’art de la part du gouvernement…

      • Les véhicules ne trainent pas dans les rues, soit ils roulent, soit ils sont en recharge dans des « garages de masse », des garages avec des ascenseurs sans fin ou ils sont entassés comme des cubes, le retrait et la dépose se faisant au sommet en FILO (First in, Last out) pour les publics.

        Comme ils peuvent se garer et s’entasser tout seul, toute sorte de garages de masse compact sont possible en fait.

        Jimmy: « Mais appliquée en France cela donnerait: la moitié des véhicules vandalisés/hors service après le troisième mois d’exploitation, des actions de désobéissance civile des taxis »

        Si la trajectoire de la France continue il faudra plutôt s’inquiéter de la vandalisation des fiacres. 😉

  • C’est beau à voir comme concept, mais je ne vois pas trop les avantages du système de docking à part pour des questions d’aerodynamisme (et encore, à 50kph la traîné est faible).

    • Aucun, c’est idiot, comme il est idiot de le concevoir collectif avec le gros Bob qui pue la sueur et la bière qui mange votre siège alors que le module fait 4 ou 6 places… (Et que des deux places sont parfaitement concevable pour la plupart des gens)

  • Personnellement je pense qu’au niveau énergie on en viendra à l’hybride. Electrique en cas de forte concentration de véhicules (villes), et de faible distance a parcourir et chimique liquide ou gazeux (pétrole, hydrogène…) dans les déplacements à plus grande échelle (intercitées). Quant au système de véhicules ils seront individuels (au titre de véhicule indépendants les uns des autres) mais reliés et automatisés, récupérés pour le trajet puis laissés à disposition… pour les petits volumes. Bien sur on pourra être propriétaire du véhicule mais la question du « parquement » sera délicate et repoussante. Il y aura aussi je pense la possibilité d’utiliser la route ou la voie ferrée (ou équivalent). Mais je pense que pour les longs trajets on aura affaire à des solutions communes de point à point (route, rail, air) relayées par les véhicules individualisés mis à disposition aux points d’arrêt. Qu’en sera-t-il de la sécurité dans les véhicules individuels collectivisés ???

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La progression de la population, les familles qui se décomposent, l’immigration, augmentent les besoins en logement et imposent aux municipalités des solutions complexes et génératrices d’effets quelquefois pervers.

Pour permettre la construction de logements, les municipalités ou les communautés de communes sont amenées à réviser les PLU (Plans Locaux d’Urbanisme) qui déterminent la destination des terrains enregistrés au cadastre. Cette classification se détermine en différentes zones :

Urbaines, dites U À urbaniser, dites AU Lo... Poursuivre la lecture

Par Christophe Alaux, Laura Carmouze, et Sarah Serval. Un article de The Conversation.

Qu’ils s’agissent d’entrepreneurs nomades, d’indépendants ou de salariés, la crise sanitaire et les confinements successifs redessinent la carte de l’attractivité résidentielle des territoires. Il est question ici d’un enjeu majeur pour les stratégies de marketing territorial. En effet, l’attractivité résidentielle correspond à la capacité d’un territoire d’attirer et de retenir des populations.

Les villes petites et moyennes, les territoires ... Poursuivre la lecture

Par Frédéric Mas.

En s’attaquant à la maison individuelle, Emmanuelle Wargon n’a fait que reprendre à son compte la vieille antienne, à la fois collectiviste et planiste, sur l’« idéologie pavillonnaire » chère au philosophe communiste Henri Lefebvre, nécessairement individualiste, ultralibérale et réactionnaire.

Jeudi dernier, la ministre du Logement a déclaré lors d'un discours que les maisons individuelles « ce rêve construit pour les Français dans les années 1970 », « ce modèle d'urbanisation qui dépend de la voiture pour le... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles