COP21 : il va falloir passer à la caisse

Changement climatique : le discours de peur n’a qu’un seul but, ouvrir tout grand les poches des contribuables !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

COP21 : il va falloir passer à la caisse

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 31 octobre 2015
- A +

Changement climatique : le discours de peur n’a qu’un seul but, ouvrir tout grand les poches des contribuables !

Par Laurent Dupont (membre du Collectif des climato-réalistes).

COP21 onu rené le honzecEn prévision de la COP 21, les médias, gouvernants et ONG ont repris avec une ardeur renouvelée, à grands renforts de projections délirantes, un discours millénariste pour décrire les conséquences inéluctables et cataclysmiques d’une montée des températures « si on ne fait rien ». Car tous y ont un intérêt vital ! Les gouvernants pour afficher quelques résultats dans un domaine faisant a priori consensus, sauver la planète, ce qui est de nature à redorer le blason d’un président en apnée dans les abimes sondagiers. Avec l’espoir fou que cette révolution verte génère des emplois par millions, ce que traduit bien le premier objectif de la loi de transition énergétique « favoriser une économie compétitive et riche en emplois ». De toute façon, pour créer des emplois, il n’y a pas de plan B. Les ONG y voient enfin l’occasion de renverser ce vieux modèle productiviste et consumériste pour faire éclore un monde plus juste, plus égalitaire, bref, les vieilles lunes marxistes. Les institutions internationales, elles, y décèlent l’opportunité d’aboutir à la formation d’un embryon de gouvernement mondial leur permettant enfin de peser de tout leur poids et de s’affranchir de tous ces peuples et gouvernements qui freinent la bonne marche libérale du monde. Des intérêts très divergents donc, mais avec un objectif commun, la réduction du CO2, à tout prix. Car tout ce discours de peur n’a qu’un seul but : mettre les peuples en condition pour accepter ce passage obligé, et accessoirement d’ouvrir tout grand leurs poches. Car cette « transition » a un coût, immense ! C’est la bourse (au carbone) ou la vie. Après le pilonnage de l’artillerie médiatique, c’est donc maintenant la charge des fantassins fiscaux qui sonne. Et avec l’imagination fertile qu’on leur connait, l’addition va être particulièrement salée.

Dans un premier temps, les pays les plus riches doivent trouver les 100 milliards de dollars promis aux pays les plus pauvres pour faire face au dérèglement climatique. Ces 100 milliards correspondent au montant mythique sorti du chapeau des négociateurs en toute fin de conférence de Copenhague pour échapper au désastre diplomatique qui s’annonçait. Le Monde retrace, dans une avalanche de chiffres, toute la gymnastique financière à laquelle l’OCDE a dû se livrer pour tenter d’estimer la somme déjà versée depuis cette date. Car si, pour ce beau monde, il est particulièrement aisé de mesurer la température de la planète à 0,1°C près sur l’ensemble du globe, comptabiliser les transactions financières s’avère une épreuve quasiment insurmontable. Après de savants calculs, c’est pour l’instant 61,8 milliards de dollars de financements climat nord-sud en 2014 qui auraient été réalisés. Le mieux placé pour livrer une synthèse claire et précise de ces chiffres était Michel Sapin, vieux briscard du noyage de poissons, qui en a connu d’autres après quelques années d’annonces mensuelles du chômage en France. Il a donc synthétisé ces résultats dans une formule susceptible d’embrumer les esprits les plus lucides :

« Le chiffre ne fait pas fuir ceux qui ont besoin de ces financements et n’ont donc pas de raison de se désespérer… Il ne fait pas fuir non plus ceux qui vont avoir à augmenter leurs efforts, puisque l’écart entre 61,8 et 100 milliards, d’ici à 2020, n’est pas hors de portée. »

Nous voilà donc rassurés : le petit delta financier de 38 milliards à trouver n’est pas hors de portée ! Et tant mieux, car pour 100 milliards, aujourd’hui, t’as plus rien. Ce que confirme benoitement Le Monde : « Que représentent 100 milliards face à l’immensité du chantier de la lutte contre le réchauffement climatique ? » Un « négociateur chevronné » penche effectivement pour un autre ordre de grandeur : « c’est presque une distraction, il faut réorienter des milliers de milliards d’investissements ». Ce que confirme l’ONU, avec des coûts d’adaptation estimés pour l’ensemble des pays en voie de développement compris « entre 250 et 500 milliards par an à l’horizon 2050 ».

finances climat rené le honzecDans ce passionnant match à la surenchère, c’est finalement Les Échos qui emportent haut la main le trophée : «  Les économistes ne se risquent plus à donner des chiffres mais jugent le coût potentiellement infini. » Encore une belle leçon des économistes aux climatologues, qui jouent, eux, petits bras pour chiffrer l’augmentation des températures à l’horizon 2100. L’infini, ça a de la gueule, non ?

Cependant, il ne faut pas accabler les économistes. Car on comprend que chiffrer les prédictions de Jean-Marc Jancovici, un des papes auto-proclamés de l’énergie, s’avère une tâche ardue, de nature à rebuter les âmes sensibles :

« Imaginez un monde où 30 % de l’humanité aurait succombé par maladie d’ici à 2089. Un monde où la moitié du globe serait devenue un désert en 2080. Un monde où le Gulf Stream aurait disparu en 2120. Tous ces événements sont possibles dans le cadre du réchauffement en cours. »

Pour sa part, en ce qui concerne le fonds de 100 milliards, Le Figaro ne s’inquiète pas et annonce la mise en place de « financements innovants ». En fait d’innovation, revoilà le serpent de mer de la taxe sur les transactions financières, qui n’a toujours pas été mise en place en Europe malgré des annonces récurrentes. Du coup, nos sénateurs suggèrent une piste là encore particulièrement innovante : la taxation du carburant des transports aériens et maritimes. Ce n’est au passage pas une idée très charitable pour les dirigeants d’Air France, qui risquent de ne plus sortir torse nu de leurs négociations syndicales, mais en slip.

La sénatrice Fabienne Keller a donc compris tout l’enjeu de la COP21, prévue par beaucoup comme une formidable machine à faire accepter de nouvelles taxes :

« La conférence de Paris est l’occasion unique d’en faire approuver le principe. Même s’il ne s’agit que d’une taxe de quelque dixième de point sur le prix du carburant. »

Ayant acté le principe de cette nouvelle manne financière, nos élus, jamais à court d’idées, en trouvent une tout aussi vite pour la dépenser : jugeant insuffisante la contribution nationale en faveur des pays pauvres pays en voie de développement pays émergents Pays les Moins Avancés (PMA), ils souhaitent une augmentation substantielle de l’enveloppe pour lesdits PMA. Et ils en profitent pour déplorer au passage que les engagements climats de la France se fassent sous forme de prêts et non pas de dons comme le pratique l’Allemagne.

Mais nos sénateurs ne sont pas les seuls à phosphorer sur de nouvelles taxes. Le Parisien nous apprend ainsi que, pour Christine Lagarde, présidente du FMI, « c’est simplement le bon moment pour introduire une taxe carbone », qui constituerait « un matelas de sécurité » pour « les ministres des finances [qui] cherchent des sources de revenus ». Elle affiche au passage sa préférence pour une taxe carbone par rapport au système concurrent d’un marché carbone.

Pas question pour la France d’afficher une préférence de ce type : enfants gâtés, nous bénéficions déjà des deux dispositifs. Dans un article sobrement intitulé « taxer le CO2, une solution pour le climat et pour l’économie » , Le Monde affirme qu’« une quarantaine de pays et une vingtaine de régions, provinces ou villes ont déjà mis en place ou s’apprêtent à le faire, un système de tarification du carbone » avec la précision incantatoire de circonstance : « Et cela sans nuire à la compétitivité économique des États ou collectivités concernés. » Cependant, les prix des quotas en Europe, ne sont que de 5 € la tonne de carbone, du fait, notamment « d’une récession économique ». Avec la reprise flamboyante que nous connaissons, il devient donc urgent d’augmenter le montant de ces quotas et à cette fin, une « réforme du marché communautaire du carbone est en cours ». Par la suite, pour éviter que les prix ne redescendent trop à cause d’une bête récession, Ségolène Royal avance une idée séduisante :

« pourquoi en France ne pas avancer dans le bon sens, avec un prix plancher du quota de CO2 pour le secteur électrique ? »

Quant à la taxe carbone, elle répond dans notre pays au doux nom de « contribution climat énergie » et s’applique aux combustibles et carburants d’origine fossile. C’est une taxe progressive, qui va passer de 14,5 € la tonne de CO2 cette année à 56 € en 2020 et 100 € en 2030. Un discret facteur 7 inodore et sans saveur, comme le CO2, qui couplé avec l’augmentation prévue du prix des quotas devrait sans nul doute continuer à ne pas « nuire à la compétitivité » des États et entreprises.

Il ne s’agit donc plus maintenant pour les occidentaux que d’exporter les bonnes médecines qu’ils ont concoctées pour sauver la planète. La Banque mondiale préconise ainsi que « tous les pays développés et émergents s’engagent à mettre en place une tarification du carbone d’ici à 2020 ».

Du côté des PMA, on s’organise pour tenter de capter une partie de cette précieuse pluie de dollars qui s’annonce. Les Échos nous apprennent ainsi la formation du V20, constitué des 20 pays les « plus vulnérables aux changements climatiques ». On retrouve bien entendu toutes les « îles menacées d’engloutissement par la montée des eaux du fait du réchauffement climatique » (Kiribati, Maldives, Tuvalu, Vanuatu…). Ils préviennent gentiment que :

« En l’absence d’une réponse globale effective, les pertes économiques annuelle dues au changement climatique pourraient excéder 400 milliards de dollars d’ici à 2030 pour les pays du V20 avec un impact surpassant de loin nos capacités locales et régionales. »

Il faut donc des fonds ! Et l’ONU appelle donc à « un financement ambitieux et rapide » en leur faveur. La Banque Mondiale, qui ne veut pas être en reste, estime que ce groupe « jouera un rôle important pour favoriser de plus amples investissements climatiques et mettre en place une croissance faiblement carbonée au niveau domestique et international ».

Le passage par le tiroir-caisse risque donc d’être particulièrement douloureux pour le contribuable. Et on comprend donc que les grincheux et les pisse-froid qui osent remettre en cause le bien-fondé de cette « nécessaire » transition énergétique subissent un accueil des plus tièdes. Car dans ce cas, c’est tout l’édifice qui risque de s’effondrer, le business plan qui est remis en cause. Alors… qu’on se le dise : le plateau de températures global n’existe pas et n’a jamais existé, les glaces de l’antarctique ne s’étendent surtout pas, pas plus que la population d’ours blancs ne se développe ! D’ailleurs, c’est bien connu, seuls les climato-sceptiques défendent des intérêts financiers…


Sur le web.

Voir les commentaires (101)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (101)
  • de tout cet argent retiré de force de la poche des citoyens , quel sera le pourcentage qui ira  » dans le changement climatique ? nous savons tous que nombreux sont ceux qui piocheront dans cette manne pour s’en mettre plein les fouilles ; du vol planifié , comme d’habitude .

  • Ce qui est assez surprenant lorsqu’on observe le discours des révisionnistes climatiques, climato-sceptiques ou climato-réalistes (je laisse le soin à chacun de cocher l’expression qu’il trouve le mieux approprié), c’est sa rhétorique si bien travaillé qui lui permet d’apparaître gagnant à tous les coups. Faisons l’hypothèse folle que les travaux scientifiques sur le climat qui convergent tous dans le même sens soient vrais, faisons l’hypothèse folle qu’il n’existe pas de complot mondial mêlant scientifiques, politiques, ONG, le discours révisionniste retarde, freine les changements économiques et sociaux nécessaires pour limiter les effets néfastes d’un changement climatique. Or plus ces mesures seront prises tard, plus le coût sera élevé, un peu comme dans le cas de la santé. Mais remarquez que justement les révisionnistes climatiques annoncent que la « farce » du changement climatique va coûter énormément d’argent aux contribuables. Ainsi, même si leur hypothèse centrale est fausse, les révisionnistes climatiques auront beau jeu de le faire oublier en annonçant qu’ils nous avaient prévenus qu’on allait payer très cher. On a là à la fois un exemple de performativité et de prophétie auto-réalisatrice.

    • Bonjour L.S7

      Vous jouez petit bras, traitez les septiques en négationnistes plutôt que révisionnistes.

      • le terme « négationniste » a une signification bien particulière dans notre société, l’employer à propos des révisionnistes climatiques serait une injure faite aux victimes du génocide nazi mais également aux révisionnistes climatiques eux-même, tandis que le terme « révisionniste » est bien plus ouvert. Cependant, il est vrai qu’on peut trouver certaines similitudes entre les discours des révisionnistes climatique et le discours négationniste, en particulier au niveau de la structure de l’argumentation qui use beaucoup de la méthode hypercritique.

        • Vivement une loi criminalisant les climato-agnostiques. vous en êtes capable.
          La sainte religion du RCA avec la grande messe du COP, son clergé (le giec) et le grand satan le CO2.

          On ne discute pas avec les incroyants on les brulent.

          • c’est marrant car justement j’explique dans ce qui précède qu’il ne faut pas mettre sur le même plan révisionnistes climatiques qui ne méritent pas le même traitement que les négationnistes même si je ne suis pas d’accord avec eux. Vous n’avez rien compris ou vous faites semblant (et vous y arrivez très bien).

            • « Vous n’avez rien compris ou vous faites semblant (et vous y arrivez très bien). »
              En général quand on n’a plus d’argument on passe aux insultes.

        • Négationnistes s’appliquent à tous ceux qui nient les faits et la réalité.

        • L.S7: « Cependant, il est vrai qu’on peut trouver certaines similitudes entre les discours des révisionnistes climatique et le discours négationniste »

          Bla bla bla

          -Transient Climate Response AR4 de 2007: 2.1C°
          -Transient Climate Response AR5 de 2014: 1.3°C (en dessous des 5% de « likely » de l’AR4)

          Le GIEC est aussi « négationniste » selon vous 🙂

          Étudiez un minimum vos sujets avant d’écrire, ça vous évitera de passer pour un idiot hypercritique comme ici:
          http://www.contrepoints.org/2015/11/01/227560-calamite-il-y-a-de-plus-en-plus-de-riches#comment-1174237

    • D’ailleurs je vais vous dire ce que l’on dira dans 50 ans; On a bien fait de taxer à tout va, vous voyez la température n’a augmenté que de 1° grace à nous.

      • Même si les températures continue de monter de plus belle le discourt sera toujours le même « ça aurait été bien pire si nous n’avions rien fait ». c’est le leitmotiv de tout les tyrans « sans moi le chaos »

      • si les prévisions scientifiques font état d’une hausse qui aurait été plus importante, cette conclusion sera valide, sinon elle sera fumeuse.

    • La chose la plus claire dans cette affaire, sans l’ombre du moindre doute, c’est qu’il n’y a pas complot.

      Un complot a un aspect de secret, alors qu’ici, la mission du GIEC est clairement définie comme ne cherchant que le rôle de l’homme (et donc pas les autres variables). C’est un biais de confirmation aussi explicite qu’officiel. C’est au grand jour, sans dissimulation aucune. C’est le contraire d’un complot.

      http://www.contrepoints.org/2013/10/01/141021-rapport-du-giec-communique-du-collectif-15-verites-derangent

    • L.S7: « le discours révisionniste retarde, freine les changements économiques et sociaux nécessaires pour limiter les effets néfastes d’un changement climatique. »

      C’est le GIEC qui ne cesse de « revisionner » la catastrophe à la baisse depuis l’AR4 avec des TCR et ECS en baisse à chaque rapport.

      Les climato-réalistes vrais scientifiques ne font que noter ce fait et constatent en sus que tous les modèles carbocentriste on échoués au test de la vérification: La réalité ne correspond pas du tout aux prédictions alarmistes.
      http://www.drroyspencer.com/wp-content/uploads/CMIP5-73-models-vs-obs-20N-20S-MT-5-yr-means1.png

      On constate aussi que, malgré cela, le discours catastrophiste, lui, n’a pas changé d’un itoa ce qui donne, avec un taux de confiance de 99%, toute sa saveur aux déclarations du prix Nobel de physique Ivar Giaever:

      « le réchauffement climatique est devenu une nouvelle religion »

      • Une dernière publication explosive pourtant publiée par Nature (Communications) et en accès libre annonce clairement que nous entrons dans un âge glaciaire qui pourrait durer au delà de 2100 : L’IPCC doit revoir encore une fois sa copie !
        https://jacqueshenry.wordpress.com/2015/10/31/alerte-nous-entrons-dans-un-age-glaciaire/

        • MERCI, Jacques Henry!!!
          Article plus qu’intéressant et qui devrait mettre fin aux comédies du GIEC….. si les braves gens voulaient bien le lire, s’instruire…..

        • C’est du lourd, merci Jacques.

        • Rendez-vous donc donc en 2030 pour la « lutte contre le [gaz quelconque] qui pourrait nous amener un nouvel age glaciaire catastrophique ». 🙂

          Les prédicateurs d’apocalypse, c’est comme les orties : ils repoussent à chaque génération.

          « En 1995, entre 75% et 85% de toutes les espèces animales seront disparues”
          Dr. S. Dillon Ripley April 1970

          “En 1985, la pollution aura réduit de moitié la lumière du soleil qui nous atteint. »
          Life magazine, Janvier 1970

          « la température se vicie rapidement; les excès climatériques deviennent habituels, les régions voient disparaître leurs cultures ancestrales; les saisons s’inversent; l’hiver surgit au printemps, le printemps arrive en hiver; la disparition des saisons intermédiaires; la fin des forets; le tarissement des sources; le déclenchement de ouragans ».
          Fourier dans Le Nouveau Monde industriel – 1830

      • « C’est le GIEC qui ne cesse de « revisionner » la catastrophe à la baisse depuis l’AR4 avec des TCR et ECS en baisse à chaque rapport. » Pas vraiment, tous les rapports du GIEC convergent dans le même sens.

        Je ne m’appesantirais pas sur la confusion que vous faites entre prédictions (prévision) et projections qui montrent que vous ne maîtrisez pas vraiment le sujet, tout simplement pour vous conseiller de bien lire les rapports du GIEC. Vous verrez que contrairement à vos croyances, la majeure partie des prévisions du GIEC sont vérifiées. http://23dd.fr/climat/les-climatosceptiques/52-les-previsions-passees-des-climatologues-etaient-fausses

        Vous savez beaucoup de prix Nobel ont raconté des âneries lorsqu’ils se sont aventurés dans des domaines qu’ils ne maîtrisent pas. Je pense par exemple à J. D. Watson (qui d’ailleurs ne méritait pas son Nobel, tout comme ses co-lauréat, le Nobel aurait dû être remis à Rosalind Franklin, mais c’est un détail).

        • Les prévisions, y compris la crosse de hockey ❓

          • vous confondez prévisions et modèles. Désolé je ne peux répondre à une question fausse.

            • C’est la question, qui est fausse, ou la crosse de hockey, car volontairement falsifiée?

              • la question. Une courbe ne peut être fausse, elle représente plus ou moins bien la réalité.

                • L.S7: « Une courbe ne peut être fausse, elle représente plus ou moins bien la réalité. »

                  Ce type est top 🙂

                  Faux (adjectif): Concept qui ne s’applique pas aux courbes.
                  Glaciation (nom féminin): Truc qui s’arrête quand les homo-sapiens taillent des silex.

                  • on parle d’un énoncé vrai ou faux, expliquez-moi ce qu’est une courbe fausse que je me marre. C’est bien ce que je pensais, vos lacunes en logique sont gargantuesque.

        • L.S7: « http://23dd.fr/climat/les-climatosceptiques/52-les-previsions-passees-des-climatologues-etaient-fausses »

          Vous croyez vraiment n’importe quel type d’une mauvaise foi hilarante. J’ai rarement vu une telle collection d’homme de paille. Vous n’irez nul part avec ses contre-arguments.

          Anyway, Les modèles, la réalité:
          http://www.drroyspencer.com/wp-content/uploads/CMIP5-73-models-vs-obs-20N-20S-MT-5-yr-means1.png

          TCR à 1,3°C, ECS à 2°C d’après le GIEC, fin de la discussion.

          L.S7: « Vous savez beaucoup de prix Nobel ont raconté des âneries »

          Le problème, c’est que Ian Gaver n’est de très loin pas le seul à savoir lire un papier scientifique ou à avoir les compétences et à juger très durement ce énième avatar du millénarisme. (Club de Rome, etc.)

          Reid Bryson, professeur émérite de météorologie à l’université du Wisconsin, Ph.D. en météorologie, un des pères fondateurs de la climatologie moderne : « les variations climatiques ont toujours existé et que le réchauffement climatique depuis le XIXe siècle est dû à la sortie du Petit Âge Glaciaire. »

          John Christy, professeur de sciences de l’atmosphère et directeur du centre des sciences de la terre à l’université de l’Alabama, ancien rédacteur des rapports du GIEC : « je ne vois venir ni la catastrophe qu’on nous annonce, ni la preuve évidente que l’activité humaine doive être mise en cause dans le réchauffement que l’on peut observer. Je vois plutôt l’utilisation aveugle de modèles climatiques (utiles mais qui ne sont jamais des « preuves ») et la coïncidence entre augmentation de la concentration en CO2 et réchauffement qui fonctionne de moins en moins avec le temps ».

          Diane Douglas, paléoclimatologue, auteur et éditeur de plus de 200 rapports scientifiques. Pour elle, les facteurs naturels et non le CO2 dominent le climat.

          Hans Jelbring, climatologie suédois, de l’Unité Paléogéophysique et de Géodynamique de l’Université de Stockholm. Selon Dr Jelbring, « la nature dysfonctionnelle des sciences du climat n’est pas autre chose qu’un scandale. La science est trop importante pour nos sociétés pour être pervertie comme elle l’a été par la communauté des sciences du climat. L’establishment du changement climatique a activement supprimé les résultats de chercheurs qui ne se plient pas au dogme du GIEC ».

          Harold Lewis, ancien directeur du département de physique à l’Université de Californie, Santa Barbara. « le réchauffement climatique est la fraude pseudo-scientifique la plus grande et la plus réussie jamais vue de toute ma carrière de physicien »

          Howard Hayden, professeur émérite de physique à l’Université du Connecticut. « les activistes du réchauffement climatique, comme des fourmis qui considèrent que le monde est fait de rochers de 1 mm de diamètre, regardent les 3 derniers millionièmes de 1% de l’histoire de la Terre et font des conclusions extravagantes sur le climat et en particulier sur leur compréhension du climat ».

          Richard Courtney, relecteur expert du GIEC, consultant en science du climat et de l’atmosphère, admet qu’aucune preuve convaincante d’un réchauffement climatique causé par l’homme n’a été découverte.

          Horst Malberg, professeur en météorologie et climatologie, ancien directeur de l’Institut de Météorologie de l’Université de Berlin. Il a été co-signataire d’une lettre ouverte de plus de 100 scientifiques allemands à la Chancelière allemande en juillet 2009 qui dénonce la croyance du réchauffement anthropique comme une pseudo-science.

          Patrick J. Michaels, climatologue américain, estime que le réchauffement se traduira par un modeste accroissement de trois quarts de degré sur les 50 prochaines années. Il estime qu’il n’y a aucune incitation pour un scientifique à sortir du catastrophisme actuel : « si vous faites ça, vous risquez d’être mis au pilori par vos collègues. Si le réchauffement n’est pas une menace, à quoi servent tous les fonds qui y sont consacrés ?

          Fred Singer, physicien et climatologue américano-autrichien, professeur émérite à l’Université de Virginie. « les preuves d’un réchauffement planétaire dû à l’activité humaine reposent sur du sable ».

          Augusto Mangini, paléoclimatologue et physicien à l’université de Heidelberg : sur la base de l’étude des climats anciens, il montre que les variations actuelles n’ont rien d’anormal : « Le GIEC estime que le CO2 a une influence déterminante sur les températures et que les variations naturelles sont négligeables. Or mes travaux montrent que le climat a toujours été soumis à des variations considérables, parfois lentes, parfois brutales. » Il accuse par ailleurs le GIEC de volontairement occulter ces variations passées pour faire naître la peur, ainsi que de nier le rôle du soleil, premier contributeur aux variations climatiques.

          etc. etc.

          • je remarque que vous ne répondez pas aux arguments démonstratifs de mon lien. Dommage.

            Ensuite, encore une fois vous confondez projections et prévisions, tant que vous n’aurez pas appris la différence, nous ne pourrons discuter sérieusement.

            Vous citez 11 individus contre des centaines de scientifiques.
            Pour le premier ‘ les variations climatiques ont toujours existé et que le réchauffement climatique depuis le XIXe siècle est dû à la sortie du Petit Âge Glaciaire », en quoi cela contredit-il les travaux du GIEC ? Vous confondez causes et effets. L’action de l’Homme influant sur le climat cause la fin de l’âge glaciaire, il n’y a aucune contradiction là-dedans.

            2. Cela montre que le GIEC n’est pas une entité monolithique et qu’existent des voix discordantes, critiques nécessaires au bon fonctionnement de la science. Vous n’avez toujours pas compris que la science se nourrit de critiques et controverses.

            3. « Pour elle, les facteurs naturels et non le CO2 dominent le climat. » Là vous vous surpassez, le CO2 n’est pas un facteur naturel ?

            4. un individu qui n’a pas grande compétence en matière climatique et qui tient un discours politico-idéologique, donc sans grand intérêt

            5. même remarque qu’en 4.

            6. même remarque qu’en 5.

            7. une citation serait la bienvenue mais je ferai la même remarque qu’en 2.

            8. le problème c’est que le réchauffement climatique n’est pas une croyance et est bien établi. Idem pour son origine anthropique qui a été d’abord discuté mais qui a été également établi.

            9. sans doute ce qu’il y a de plus intéressant dans ce que vous citez. Ceci dit, cela fait longtemps qu’il aurait dû savoir comment fonctionne l’institution scientifique et universitaire, ce n’est pas spécifique à la climatologie.

            9. on peut faire de magnifique construction solide avec du sable mouillé….

            10. « Le GIEC estime que le CO2 a une influence déterminante sur les températures et que les variations naturelles sont négligeables. Or mes travaux montrent que le climat a toujours été soumis à des variations considérables, parfois lentes, parfois brutales. » même remarque qu’en 3. de plus je ne vois pas en quoi sa seconde phrase contredit les travaux du giec

            • L.S7: « Vous citez 11 individus contre des centaines de scientifiques. »

              On n’est plus en maternelle, la liste est beaucoup plus grande.
              L’AR5 contredit l’AR4, il est donc aussi « négationniste » selon vos critères votre blabla fumeux ni changera rien.

              L.S7: « L’action de l’Homme influant sur le climat cause la fin de l’âge glaciaire, il n’y a aucune contradiction là-dedans.  »

              MUAHAHAHAHAHAHA ! Depuis 2005 que je m’intéresse au sujet, je n’avais jamais lu une telle imbécilité… C’est collector ! 🙂

              Vous n’avez même pas le niveau CM1 en Science & Histoire….

              • désolé c’était 10 et non pas 11.

                Etant donné que vous me prêtez des termes que je n’emploie pas je me tâte à vous répondre, est-ce bien utile de discuter avec un idéologue sectaire comme vous ? Dans le doute et étant optimiste (ie croyant en l’intelligence humaine, je fais le pari (sans doute risqué) que vous avez les moyens de comprendre. Allez soyons fou.

                Vous vous intéressez au sujet c’est très bien mais visiblement vous n’y comprenez rien. La fin de l’âge glaciaire est une observation, c’est un résultat. Cette fin de l’âge glaciaire peut très bien être due à l’action de l’Homme agissant sur le climat, cela semble être hors de portée de votre intelligence. C’est inquiétant.

                • L.S7: « Cette fin de l’âge glaciaire peut très bien être due à l’action de l’Homme agissant sur le climat »

                  MUARHAHAHAHAHAHAHAHAHAH et il remet ça en plus !!!!!
                  Quelques chasseurs-cueilleurs dans des cavernes qui « gouvernent les glaciations »…. Même Sylvestre Huet serait écroulé de rire.

                  L.S7: « mais visiblement vous n’y comprenez rien. »

                  Ouais ouais 🙂

                  • c’est trop marrant, j’ai l’impression que vous croyez que l’Homme ne peut agir sur la nature, sur son environnement. Il faut vraiment vivre avec de la crotte dans les yeux pour croire cela.

                    Je vous réexplique : la fin de l’âge glaciaire est une constatation. Dire que la hausse des températures et causée par la fin de l’âge glaciaire n’a aucun sens puisque la fin de l’âge glaciaire c’est justement la hausse des températures.

                    Vous êtes nul en logique mon cher.

                    • C’est clair, LOL !

                      « Cette fin de l’âge glaciaire peut très bien être due à l’action de l’Homme » – in « Les meilleures déductions scientifique de L.S7 » broché 2015

                    • dixit un type qui croient que les Hommes du XIXème siècle vivaient dans des cavernes. Trop marrant le comique nommé llmryn

                    • Pour info, mon petit : age glaciaire ≠ petit age glaciaire. Rien à voir donc, mais bon, au point de confusion où tu en es 🙂
                      Intéressons-nous plutôt, et une fois de plus, au cœur du sujet :

                      Le but des études du GIEC se résume à calculer la sensibilité du climat au CO2.

                      -En 2007 la probabilité (TCR) était à plus de 95% que le forçage soit de 2.1°C
                      -Quand les vrais scientifiques ont pointé du doigt les absurdités de ce chiffre à l’époque, on les a traités de tous les noms.
                      -En 2014, le forçage est finalement recalculé bien en dessous des 5% de 2007, trèès, très loin donc des 95%: Les « négationnistes » avaient raison.

                      Tu ignore superbement ce fondamental là, chaque fois que je le poste, forcément… Tu ne comprends pas du tout, ce qu’est la TCR ni à quoi ça sert ni quoi répondre d’ailleurs. Ce n’est pas Huet ni l’autre avec ses hommes de paille qui t’on préparés à répondre a de vrais arguments scientifiques.

                    • llmryn, comique à ses heures, un petit âge glaciaire est un âge glaciaire, c’est comme si vous disiez qu’un petit chien n’est pas un chien, vous rendez-vous compte de ce que vous écrivez quelquefois ?

                      Quant à la réponse climatique transitoire, ce que vous écrivez est incompréhensible. « En 2014, le forçage est finalement recalculé bien en dessous des 5% de 2007, trèès, très loin donc des 95%: », cela ne veut rien dire, je ne sais pas sur quel site ou blog d’ignorants vous êtes allé chercher ça. Sachez également que lorsqu’on parle d’une probabilité à 95%, ce n’est jamais pour un nombre mais pour un intervalle. ainsi lorsque vous écrivez : « En 2007 la probabilité (TCR) était à plus de 95% que le forçage soit de 2.1°C » c’est faux encore une fois.

                      Si vous voulez que je vous réponde commencez déjà par faire preuve de rigueur et d’énoncer des choses vraies. Pour vous y aider, je vous conseille de me donner l’intervalle de la TCR pour 2007 et 2014.

                    • L.S7: « commencez déjà par faire preuve de rigueur »

                      Oui oui, on va voir ça plus bas…

                      L.S7: « un petit âge glaciaire est un âge glaciaire »

                      Même en 6ëme, ils savent faire la distinction, quelle rigueur, quel savoir ! 🙂
                      Le « petit age glaciaire » désigne spécifiquement une simple fluctuation climatique froide de ~1C° qui a eu lieu entre le XIVe et le XIXe siècle, rien à voir avec une période glaciaire.

                      L.S7: « je ne sais pas sur quel site ou blog d’ignorants vous êtes allé chercher ça. »

                      Section 9.6.2 du rapport AR4 du GIEC…

                      Quel troll ce L.S7 ! 🙂

                      L.S7: « Pour vous y aider, je vous conseille de me donner l’intervalle de la TCR pour 2007 et 2014. »

                      Pourquoi faire ? Tu ne connais rien à rien et ergotes sans fin sur des conneries en passant systématiquement à côté de l’essentiel.

                      Typique des trolls.

                    • je répète pour être sûr : pour vous un petit chien n’est pas un chien c’est bien ce que vous prétendez ? Sinon pourquoi traiter différemment petit âge glaciaire et âge glaciaire ? Il faudra nous expliquer.

                      Ensuite je vous réexplique que prétendre que la hausse des températures est due à la fin d’un âge glaciaire (petit ou non) n’a aucun sens puisque la fin d’un âge glaciaire (petit ou non) c’est justement la hausse des températures. Je remarque que vous n’avez pas répondu.

                      « Section 9.6.2 du rapport AR4 du GIEC… » rapport publié en 2007, vous prétendez que c’est dans ce rapport qu’on trouve « « En 2014, le forçage est finalement recalculé bien en dessous des 5% de 2007, trèès, très loin donc des 95%: », trop fort !

                      Récapitulons, pour llmryn, les Hommes du XIXème vivaient dans des cavernes, une courbe peut être fausse mais il nous pas expliqué ce que cela signifiait, pour lui un petit âge glaciaire n’est pas un âge glaciaire, ce qui signifie qu’un petit chien n’est pas un chien pour lui, un rapport de 2007 peut contenir des données de 2014 et pour finir il ne sait pas que lorsqu’on parle de probabilité à 95% on parle d’un intervalle et non pas d’un seul nombre.

                      Rendez-vous au prochain épisode du feuilleton : « je m’appelle llmryn et j’adore me ridiculiser devant L.S7 » j’ose espèrer qu’il ne nous en privera pas.

                • Cette fin de l’âge glaciaire peut très bien être due à l’action de l’Homme agissant sur le climat

                  5 milliards d’hommes n’ont pas été fichus de faire pour le climat en plusieurs années ce que le Pinatubo a fait en quelques heures. Croire que l’homme peut contrôler son environnement est d’une prétention inouïe. L’homme viendrait à disparaître de la Terre, aucune fourmi ne s’en rendrait compte. Et cette ingrate de Gaïa ne dirait pas merci avec tout ce que ces connards d’écolos font pour elle.

                  • l’histoire de l’Humanité c’est l’histoire de la libération de l’Homme des contraintes naturelles, la « domestication » de la nature.

      • Oui, c’est la nouvelle religion : prosternez vous tous devant l’étoile polaire sinon vous serez tous congelés (ou cons gelés…).

        Pensez-vous, il y a plus de banquise en ce moment qu’en 2013, bonne année, et si on est en dessous de 2014, cru exceptionnel pour un réchauffement, on est pas mal… 2.24 millions de km2 de banquise en plus en 1 mois, ciel on va cramer…

    • Les « révisionnistes » n’interdisent pas ceux qui croient au dahu d’allez le chasser. Donc que les donneur de leçon commence par montrer l’exemple et abandonne leur voiture, cesse de chauffer leur appartement, ne prennent plus l’avion ni le bateau et plus généralement restreigne leur consommation au strict minimum. Si vraiment une majorité de « fidèle » est convaincu alors la réduction du CO2 sera dramatique et les objectifs seront facilement atteints. Et tout cela dans la joie et la bonne humeur car chacun aura agit selon son inclinaison.

      • Sauf que si mon voisin n’agit pas de cette manière, cela ne sert à rien. Vous n’avez pas compris que le changement doit se faire de manière holistique pour être efficace.

        • holistique ❓ En attendant, c’est holistoc ❗

        • L.S7: « Sauf que si mon voisin n’agit pas de cette manière, cela ne sert à rien. »

          Et votre voisin tient le même discours en vous regardant.

          En fait, l’alarmisme a déjà perdu, il ne se passera rien parce qu’un gouvernement mondial basé sur le rationnement des ressources s’effondrerait naturellement. Que personne chez les dirigeants n’a envie ni ne peut vraiment rationner son peuple (cf rien que le marché carbone et les autres conférences)

          Et que ni vous ni votre voisin n’en avez envie aussi.

          Les mesures débiles et ostentatoires vont s’enchaîner, elles vont faire du dégât, comme en Allemagne qui paie trois fois le prix pour deux fois plus de CO2, mais à part appauvrir et faire régresser quelques peuples apeurés ça n’aura quasi aucun impact.

          La technologie, issue du monde libre et dynamique en aura bien plus.

          • « Et votre voisin tient le même discours en vous regardant. » Exact, cela fait penser au dilemme du prisonnier. L’intérêt individuel pris séparément conduit à une décision moins efficace que lorsqu’il est pris globalement.

        • Le changement holistique à grands coups d’exterminations et de camps de concentration, ça n’a pas donné des résultats terribles hormis remplir les cimetières.

          La solution de Staline s’appelait « neuf grammes de plomb dans la nuque ». Et la votre ?

          • je ne sais pas si vous connaissez la signification de « holistique »

            • Vous, par contre, vous semblez ignorer ce que cela implique…

                • «La folie de la Révolution fut de vouloir instituer la vertu sur Terre. Quand on veut rendre les hommes bons et sages, libres, modérés, généreux, on est amené fatalement à vouloir les tuer tous » , a fait dire à l’un de ses personnages Anatole France. Tel est le paradoxe de toute révolution dont le rêve central est de changer l’homme, créer l’homme nouveau et un peuple neuf. L’entreprise implique une pédagogie mais aussi une violence d’État. La terreur imposée est à proportion de l’ambition. Les arrestations arbitraires, les condamnations sommaires, les liquidations de masse, la police politique omniprésente, la surveillance ininterrompue de chacun, les persécutions religieuses, les déportations, l’encouragement à la délation ont été érigés en système permanent de gouvernement.

        • Tout comme le communisme ?

    • On peut retourner le compliment aux réchauffistes, soit c’est une vaste fumisterie et il ne se passera rien niveau climat, et dans ce cas ils pourront fanfaroner que c’est grace à eux, soit en effet vient la catastrophe (très improbable) et là « on vous l’avait bien dis! ».

      • sauf que s’il ne se passe rien alors qu’aucune mesure n’a été prise, ils auront l’air c… Si rien ne se passe alors que des mesures ont été prises, tout dépendra de l’état des connaissances scientifiques, s’il est démontré qu’il ne devait rien se passer, là encore ils auront l’air c;;;, sinon ils auront raison de s’auto-congratuler. n’oublier pas que derrière ce que vous appelez « réchauffisme », il y a des travaux scientifiques, contrairement aux révisionnistes climatiques qui sont surtout dans la critique et le commentaire (chose qui d’ailleurs est louable lorsqu’elle est faites honnêtement et intelligemment, c’est à dire lorsque la critique n’est pas de l’hypercritique).

        • L.S7: « n’oublier pas que derrière ce que vous appelez « réchauffisme », il y a des travaux scientifiques »

          Dont la grande majorité ne concluent rien, car ils n’étudient qu’une infime partie du problème, tandis qu’une minorité d’études s’essaient à la prédiction avec des marges énormes qui n’arrivent même pas à masquer l’échec des modèles.

          Et la dessus vous avec le rapport pour les décideurs qui est un bon exemple de science dévoyée et des idéologues et journalistes qui confondent Hollywood et science.

            • L.S7 délires !

              « Délire » partagé par nombre de scientifiques, y compris du GIEC 😉

              Par contre il faudra m’en trouver un qui partage ton « L’action de l’Homme influant sur le climat cause la fin de l’âge glaciaire »

              MUAHAHAHAHA AH AH Excuses moi … AH AH AH AH ! aaah p..ain !!!!
              Je n’ai jamais vu un tel suicide rhétorique depuis 10 ans que j’étudie le sujet et pourtant j’ai vu passer pas mal de gamins totalement ignorants.

              • trop marrant donc le GIEC a bien une attitude dans les normes de la science. Honnêtement je ne sais qui se suicide, mais c’est vrai que vous n’êtes pas un grand malin pour comprendre.

                • Il déclare que ce sont « les hommes des cavernes qui ont fait sortir la terre d’une glaciation » et il ne comprend même pas à quel point il passe pour un demeuré complet en Science.

                  Incroyable ! Jamais vu !!! LOL !!!

                  • Voici ce que vous écrivez :  » les variations climatiques ont toujours existé et que le réchauffement climatique depuis le XIXe siècle est dû à la sortie du Petit Âge Glaciaire ». Depuis quand les Hommes du XIXème vivaient dans des cavernes ? Qui se suicide ici ?

            • Qu’un timbré trouve des propos délirants est la démonstration qu’ils sont sensés.

              • sans aucun doute. Ce qui signifie que la théorie ‘réchauffiste » est vraie. Vous voulez que je vous cite des timbrés révisionnistes climatiques ? Vous prenez d’énormes risques en écrivant cela… Aurez-vous le courage d’aller jusqu’au bout ?

    • ah non désolé mesure prise tôt ou tard…ça ne change pas grand chose…
      à l’heure actuelle déjà il n’est pas impossible me semble t il dans les scénario du giec qu’il ne se passer rien de catastrophique si..on ne fait rien… alors certes, il n’est pas impossible qu’il se passe une catastrophe si on e fait rien…

      alors c’est Si la catastrophe doit se produire agir tard sera néfaste
      mais si il ne doit rien se passer agir est néfaste…

      n’oubliez pas que le giec ne prédit pas la catastrophe mais un possible catastrophe…laissez donc un petit bout de conditionnel dans tout ce que vous affirmez…sinon vous êtes une sceptique des travaux du giec que dis je un négationniste!!! et un criminel de masse par appauvrissement général ..

      en gros si j’en crois le giec… j’ai la flemme d’aller revoir les distributions des modèles mais bon…
      si on pousse à ne rien faire on a (1- proportion de runs de modèles sous deux degrés)de probabilité d(être un criminel climatique..
      et si on pousse à faire quelque chose c’est ( proportion de runs de modèles sous deux degrés) de probabilité un criminel de masse par appauvrissement général.
      du moins je crois, c’est samedi le jour où la probabilité que je raconte des conneries est 0,99…

      • je prends note de votre commentaire mais il me semble hors sujet. A la base je ne parle pas tellement de ce que dit le GIEC, je m’intéresse au discours performatif et auto-réalisateur des révisionnistes climatiques

        • oui désolé; c’est vrai… mal lu je crois, toutefois , il me semble qu’il y a peu de chance que des mesures capables de modifier réellement les scénario soient prises ( cop 21!!!!) donc… donc nous aurons la catastrophe…ou pas…
          votre problème reste que vous pensez que la catastrophe doit se produire me semble t il.

  • Et pour avoir une idée de l’utilité de la lutte contre le CO2, lisez « Merci aux producteurs de CO2 » de Claude Brasseur: il présente – par ses points les plus importants – un film à voir absolument.

  • Le pire, c’est pas le boulet que va se traîner l’économie à cause de cette prétendue croissance verte qui en fait ne sera que décroissance.
    Ce n’est pas la hausse des prélèvements sur la richesse produite.
    C’est la perte des libertés publiques qui va être imposée à la population : celle de circuler librement par le moyen de transport de son choix, celle de construire sa maison, celle d’utiliser énergie de son choix, celle de se nourrir comme on l’entend, celle d’avoir des loisirs qui ne plaisent pas à l’écolo-socialisme.
    Quelle misère, quelle courte vue, quel manque d’ambition et de lucidité de la part de politiques!

    • Le rêve humide de tous les socialoides est en marche : l’homme nouveau. dépourvu de toutes les tares de l’homme ancien et en premier lieu la liberté cette obscure incongruité de la préhistoire un temps ou l’homme était davantage une bête mu avant tous par des besoins égoïstes, quelle horreur!!!
      Finalement ce que n’ont pas réussi à faire les communiste du 20 ième siècle est en passe d’être réussi par les socialistes du 21 ième…

  • COP21… TTC cela fait combien de milliards partis en fumées qui par un heureux hasard alimentent des banques pas vraiment de chez nous?

  • Tout ça pour financer un concept fumeux qui ressemble de plus en plus à une nouvelle religion. Amis Gaîaistes, donnez votre obole! Sauvons ces pauvres espèces de la menace du CO2!

  • COP21 ……
    Attendez vous à un déluge de taxes aussi diverses que variées au prétexte d’améliorer le climat. Taxes qui donneront lieu à des spéculateurs avisés un motif de se remplir les poches à l’image des magouilles sur la taxe carbone, de droit à polluer qui s’achète, se vend au plus offrant et curieusement la pollution, bien réelle, disparait comme par miracle … et le tour est joué.
    Le meilleur outil de dépollution et qui va faire chuter le thermomètre: la taxe.

  • Le hold d’up du siècle !
    Le plus fort est que le monde ne s’apercevra du casse que lorsque la fiction du dérèglement climatique anthropique et des supposés cataclysmes qui l’accompagnent seront démontés. Rendez-vous nous est fixé en 2100, pas sûr cependant que des comptes ne soient demandés un peu plus tôt.

  • Car si, pour ce beau monde, il est particulièrement aisé de mesurer la température de la planète à 0,1°C

    En fait carrément 0,04c°… Le « record » de l’année 2014 clamé dans tous les médias…
    Mesuré mondialement avec 6000 thermomètres (un tout les 85’000 km2) qui ont une précision >2C°…

    lol

    • Mais c’est ignorer la science infuse de nos politiques et de toute leur chorte d’experts ou pseudo experts aux ordres.
      Si vous le demandez ils sont tous capables de vous donner des chiffres en millionièmes de degré afin de valider leurs élucubrations.

  • Ce qui m’épate, c’est la précision des chiffres qui tournent en boucle dans les médias, donnée comme une vérité absolue: 2,7 °c augmentation en 2100, en l’état actuelle des choses. Mais comment peut-on sérieusement prédire 80 ans à l’avance ce que sera le climat moyen de la terre?

  • Il faut préciser que le Fond vert pour le climat prévoit 100 milliards de dollar PAR AN d’ici 2020.
    Le montant qui est annoncé (62) est un total et non pas PAR AN. L’écart est donc gigantesque.

  • De toute façon le libéralisme empêche toute écologie. Cela s’appelle être libre de polluer sans être emmerder par l’état castrateur.

    Ex : les gaz de shistes.

    Le tafta aussi doit être excellent pour les libéraux…

    • Bonjour dogmeliberale

      Dans un système libéral les individus sont responsables des conséquences de leurs actes.
      Dans les faits un système libéral pollue moins qu’un système collectiviste étatique, RDA vs RDA.
      C’est normal les libertés individuelles sont respectées, un état de droit existe.

    • dogmeliberale: « De toute façon le libéralisme empêche toute écologie. »

      La très sainte verte Allemagne en la matière rejette deux fois le C02 français par habitant pour trois fois le prix. L’inquisition verte a bien fait son travail et il parait que la France devrait faire de même (!??)

      Les moralistes comme vous, pourtant héritiers de 1789 et de la déclaration des droits de l’homme qui crachent maintenant à la gueule des libertés et des droits des gens ne cessent de vouloir les forcer à adopter des solutions absurdes alors qu’ils ne changent pas d’un iota eux-mêmes.

      Vous les mangez avec bons appétits vos tonnes de fossile chaque année hein ? Et au mieux vous voulez emboîter le pas à l’Allemagne avec ses solutions couteuses qui ne marchent pas.

      • En réalité, au vu des attaques en règle contre la liberté et la propriété privée, ces gens sont les héritiers de l’Ancien Régime qu’ils espèrent rétablir à leur profit, puisqu’évidemment ils s’imaginent faisant fonction de nouveaux nobles (du climat) pour ce qui concerne les politiques et les fonctionnaires internationaux, ou de nouveau clergé (du climat) pour ce qui concerne les scientistes du GIEC et autres hérauts médiatiques, tous escrocs bien connus.

  • Un détail m’échappe. Par exemple les Maldives ou autres qui vivent du tourisme et donc de la consommation mondiale de kérosène. Espèrent-t’il qu’on va les subventionner à hauteur des pertes et compenser le collapsus de leur économie ?

    Quand les dirigeants se seront bien rempli les poches avec les subventions un peu partout dans les PPC (Pays les Plus Corrompus), et que leur économie aura capoté, ce sera la révolution un peu partout et le problème des réfugiés Syriens deviendra une vaste blague …

    • Pas que les Maldives : toutes les îles seront dans le cas ❗
      Et quand le rançonnement sera général, il ne restera plus qu’à vivre vêtu d’un feuille de vigne, ou vêtu d’un casse-tête … ou « casse-toi » pour les plus aimables…

  • Pourquoi le GIEC et la COP21 ont tout faux. Réunissant un panel de personnes désignés par leur gouvernement, les statuts du GIEC indiquent qu’il « a pour mission d’évaluer, sans parti pris et de façon méthodique, claire et objective, les informations d’ordre scientifique, technique et socio-économique qui nous sont nécessaires pour mieux comprendre les risques liés au changement climatique d’origine humaine, cerner plus précisément les conséquences possibles de ce changement et envisager d’éventuelles stratégies d’adaptation et d’atténuation. Il n’a pas pour mandat d’entreprendre des travaux de recherche, ni de suivre l’évolution des variables climatologiques ou de d’autres paramètres pertinents. Ses évaluations sont principalement fondées sur les publications scientifiques et techniques dont la valeur scientifique est largement reconnue. » Par conséquent, le GIEC prend d’emblée comme point de départ certifié une controverse scientifique toujours non réglée à ce jour, à savoir que le réchauffement du climat est une catastrophe due aux émissions de gaz à effet de serre (dont le CO2 et le méthane), et principalement aux émissions d’origine humaine. Le GIEC n’étudie donc pas le changement climatique, mais seulement « les risques liés au changement climatique d’origine humaine ». Sa mission lui impose ainsi, sans aucune preuve, la conclusion de ses travaux, avant même de commencer ledit travail ! Ainsi Tous ceux qui ont tenté au sein du GIEC de dénoncer scientifiquement les affirmations douteuses se sont vu désigner la porte de sortie. Et le GIEC s’est retrouvé confronté a pas moins de 110 courbes censées traduire la croissance d’un hypothétique réchauffement, hypothétiquement humain , sans aucun moyen scientifique ne permette d’en privilégier aucune. Alors que la dissemblance de ces courbes s’étale avec des écarts de 1 à 4 en 2100 ! En s’en tenant aux 30 années écoulées où l’on peut désormais confronter les prévisions du GIEC avec la réalité enregistrée, on constate que celle –ci se situe systématiquement et de plus en plus fortement, très en dessous des courbes les plus modestes en catasstrophes. Pire aucune des hypothèses émises par le GIEC n’a été confortée par l’expérimentation, rendant ainsi caduque la totalité de ses conclusions . A tel point que la prévision d’un refroidissement est envisagée par de plus en de savants, mais non prise en compte par COP21. Ce qui prouve indubitablement que tout ce qui se dit sur le RC est très surement archi faux. La seule vérité géologique actuelle est que la température moyenne sur notre Terre a augmenté peut-être très légèrement depuis la fin de la dernière glaciation, et que le niveau des océans s’est élevé de plus de 60 m, mais plus aujourd’hui. Bref, on nous roule dans la farine avec un RC introuvable depuis 19 ans et d’absurdes politiques climat-énergie qui ne servent à rien sauf à réduire le pouvoir d’achat des ménages et la compétitivité de nos entreprises. La Télévision d’État théoriquement indépendante, mais devenue très partisane diffuse de manière continue des émissions visant, dans les faits, à éliminer toute théorie déviante par rapport au parti pris imposé au Giec dès le départ. Le comble de la tricherie est donné par la photo de Hollande au pied d’un glacier islandais en train de fondre, situé et réchauffé par un volcan en éruption !

  • Je trouve étonnant qu’on puisse encore se poser la question de l’objectif des gouvernements et de ceux qui sont instrumentaux dans le déroulé de cet agenda. De même qu’il est clair que nous avons une partie de l’establishment médiatico-politico-universitaire sous influence.
    Comment sinon expliquer qu’une fois de plus on assiste à ce genre de dérive sidérante dans une démocratie:
    http://dailycaller.com/2015/10/28/climate-wars-govt-scientists-refuse-to-hand-over-internal-records-to-lawmakers/
    De plus les dérives récentes d’une partie des concernés visant clairement à criminaliser les sceptiques rebaptisés négationnistes, comme la tentative de les faire poursuivre sous l’égide du RICO act aux US, ou les récentes nouvelles inquiétantes en provenance du R-U et de sa justice supérieure comme l’a dénoncé entre autres Lord Monckton, ou les appels incessant pour les priver de parole et les rééduquer sans que cela provoque de la part des dirigeants de nations dites démocratiques la moindre réaction sont autant de signes clairs de leur position réelle.
    Si on y ajoute les derniers développements dont parle Karl Denninger dans cet excellent billet, on peut se demander combien de temps nous pourrons écrire ces lignes sans risque.
    http://market-ticker.org/akcs-www?post=230850
    Ce mot fera peut-être redite car j’en ai posté un similaire il y a quelques heures mais il n’apparait pas au moment présent.

  • Dérèglement mais par rapport à quoi ? Aux glaciations de l’ère quaternaire ? A l’optimum médiéval ? Au refroidissement du XVII° siècle ?

    Le GIEC ne fait pas de la science mais de la politique.

  • Comment les citoyens se laissent-ils berner de la sorte ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jon Miltimore.

Le jour de la Terre, Wynn Alan Bruce, un écologiste et photographe du Colorado âgé de 50 ans s'est immolé devant la Cour suprême des États-Unis.

À la suite de sa mort, ses amis ont déclaré qu'il s'inquiétait du changement climatique. Kritee Kanko, la scientifique en chef de l'Environmental Defense Fund a déclaré :

« Ce gars était mon ami. Ce n'était pas un acte de suicide. C'est un acte de compassion profondément intrépide pour attirer l'attention sur la crise climatique. »

T... Poursuivre la lecture

Par Patrick Carroll.

Si vous avez ressenti une certaine douleur à la pompe ces dernières semaines, vous n'êtes pas seul. Les prix de l'essence sont en hausse dans le monde entier et aux États-Unis ils ont récemment atteint un nouveau record historique, battant celui de 2008.

Les raisons de ces prix élevés sont multiples, certaines étant plus évidentes que d'autres. L'impression monétaire de la Fed et le conflit Russie-Ukraine sont quelques-uns des facteurs les plus récents et les plus connus.

Mais il existe de nombreux au... Poursuivre la lecture

Alors que les crises s’enchaînent, le GIEC a dévoilé le 28 février dernier le second volet de son sixième rapport sur l’état du climat.

Ironie de l’actualité : ce document est publié seulement quelques jours après le début du conflit russo-ukrainien, ou du moins de sa partie la plus médiatisée puisque les deux pays sont en conflit depuis bientôt 8 ans.

Qu'il s'agisse du conflit ukrainien, des élections présidentielles ou du retour du covid, à l’hiver qui s’abat sur la France s’ajoutent de vieilles ficelles, celles qui viennent t... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles