Peut-on forcer l’Irak à être libre ? La réponse sunnite

Entre la tentation sunnite de la Tour de Babel et la démocratie, peut-on forcer les peuples à être libre ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Peut-on forcer l’Irak à être libre ? La réponse sunnite

Publié le 27 octobre 2015
- A +

Par François de Laboulaye.

Myriam Benraad Irak la revanche de l'histoireMyriam Benraad, chercheuse au CNRS et spécialiste du Moyen Orient, tente d’analyser dans Irak, la revanche de l’Histoire les causes qui ont conduit à l’émergence dans cette région du monde d’un communautarisme sunnite de plus en plus violent dont le dernier avatar est l’État Islamique. Elle part du constat évident que la stratégie américaine déployée lors de la seconde guerre du Golfe, brouillonne et confuse, n’a pas su « gagner les cœurs et les esprits » et aurait braqué une part importante de la population sunnite qui se serait sentie ostracisée. De là à dire que l’État Islamique est le fruit de l’Occident, c’est un pas qu’elle ne franchit heureusement pas, s’attachant dans une première partie de son ouvrage à rappeler les causes proprement historiques et, dans une deuxième partie, les causes nées de l’intervention américaine de 2003 de cet engrenage dont la montée en puissance irrésistible du pseudo-califat en est une des conséquences les plus graves.

Les causes historiques

En 1921, les Britanniques placent l’État Irakien tout juste créé sous la tutelle d’un monarque sunnite : le prince Fayçal, héritier de la dynastie hachémite gardienne des lieux saints de La Mecque et de Médine. Le pays, à majorité chiite est donc dirigé par une minorité sunnite. Toutefois, loin de tout confessionnalisme, le monarque tentera de fédérer un peuple très divers ethniquement et spirituellement autour d’une cause nationale.

À partir de 1963, l’ascension du parti Baas va favoriser indirectement la suprématie sunnite. Le pouvoir central, en effet, va s’employer à briser les revendications kurdes, communistes et surtout dès 1979, en raison de la Révolution Iranienne, les revendications chiites.

La première guerre du Golfe (1991), suivie de l’embargo, va entraîner un sentiment d’humiliation et plonger dans la misère une classe moyenne que l’appartenance au baasisme ne protège plus. Des associations salafistes vont en profiter pour investir le champ social et exercer sur ces populations en manque de repère une véritable magistrature morale. Un communautarisme sunnite anti-gouvernemental et anti-occidental voit le jour qui s’exprime aussi bien dans les prêches que dans les programmes d’études islamiques encouragés par le régime. La réislamisation de la société promue par les autorités se retourne ainsi contre elles.

Les causes propres à l’invasion américaine de 2003 de la communautarisation sunnite

Les forces d’occupation vont appliquer à la lettre la vision néo-conservatrice et orientalisante du gouvernement qu’elles représentent à savoir que l’oppression des chiites par les sunnites est la cause des malheurs de l’Irak. Il faut dès lors libérer les chiites « moins fanatiques ».

Ainsi, les deux décrets de l’Autorité Provisoire de la Coalition, de mai 2003, qui procèdent à la « débaasification » et à la dissolution de l’État, vont priver de leur emploi de nombreux sunnites très représentés parmi les fonctionnaires et les membres du parti Baas. Beaucoup se sentiront personnellement visés à cause de leur religion.

En outre, les nouvelles institutions démocratiques imposées d’en haut qui voient le triomphe des kurdes et des chiites au détriment des sunnites, achèvent de convaincre ces derniers qu’ils n’ont rien à gagner à rentrer dans le rang. Ils cherchent alors d’autres moyens de s’imposer. Certains s’appuient sur l’attentat contre la mosquée chiite de Samarra en 2006 pour négocier leur entrée au gouvernement. D’autres placent leur espoir en Iyad Alawi qui a promis de réintégrer les sunnites dans le jeu démocratique. Mais leurs tentatives restent vaines face au premier ministre chiite Nouri Al-Maliki dont la « dérive dictatoriale » s’explique autant par le goût du pouvoir que la méfiance à l’égard des membres de l’ancien régime.

Les sunnites vont aussi remettre en question leurs représentants. Déçus des opposants historiques au dictateur déchu, peu connus et de mèche avec l’occupant, ils se tournent vers des partis opposés à l’occupation d’abord nationalistes, puis nationalistes-islamiques comme le Parti Islamique ou le Comité des oulémas musulmans, puis  baasistes (le Retour) et baasistes-djihadistes (Armée de Mahomet), et enfin  salafistes. Plus le parti se revendique islamiste, plus il a en aversion non seulement l’occupation américaine, mais aussi la démocratie, la nation, le panarabisme et surtout les chiites. Les deux batailles de Fallouja, « la ville des mosquées » sanctuaire sunnite  d’Irak, en avril 2003 et en novembre 2004 va voir se briser définitivement toute solidarité nationale inter-partisane au nom d’un confessionnalisme exacerbé.

La montée irrésistible d’Al-Qaïda-État islamique (EI)

Au cœur de cette confessionnalisation du conflit, Al-Qaïda devenue par la suite l’État Islamique s’impose par sa haine paranoïaque et auto-entretenue dirigée d’abord contre les chiites : «  Si nous parvenons à pousser [les chiites] à la violence, alors nous pourrons faire prendre conscience aux sunnites du danger qu’ils représentent ».

L’État Islamique va s’imposer aux autres partis sunnites irakiens d’avantage que sa matrice, d’une part parce que ses cadres, à l’inverse d’Al-Qaïda, sont majoritairement Irakiens et d’autre part, parce qu’ils remportent des victoires militaires. Mais l’EI tire surtout sa légitimité du fait que ses membres auraient « recueilli » en premier le Califat,  « [ce] fruit tombé de lui-même dans des mais sûres […] pour qu’il ne finisse pas dans la boue », rêve partagé par bien d’autres partis salafistes. Jouissant de la légitimité de ceux qui ont osé, ils divisent leur adversaires par leur arme la plus efficace : leur propagande, où ils opposent leur intransigeance aux conflits d’intérêts des autres partis, leur universalisme islamique au particularisme national et leur désintéressement à l’opportunisme affairiste des tribus sunnites de l’Al-Anbar qui, alliées des Américains, leur avait déclaré une guerre éphémère en 2006.

Myriam Benraad montre ainsi dans ce livre écrit d’une plume alerte que la question sunnite recouvre des enjeux politiques et spirituels profondément imbriqués. Habitués à la confusion entre le pouvoir et la religion, les sunnites irakiens, à la faveur des événements violents qui ont agité l’Irak, sont assignés à choisir non entre la loi des hommes et la loi de Dieu, mais entre le pouvoir sans la religion et la religion sans le pouvoir, entre vivre repliés sur eux-mêmes ou vivre avec les autres au risque de la remise en question de leurs croyances et de l’exercice nécessaire de la liberté de conscience. Entre la tentation sunnite de la Tour de Babel et la démocratie qui a pour cadre la nation, peut-on forcer les peuples à être libre ? L’Irak semble contredire ce credo des Lumières.

Sur le web

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • C’est étrange qu’il ne soit pas abordé le désengagement tout à fait prématuré et politicien d’Obama, qui a permit à l’Iran de littéralement téléguider toute la politique irakienne grâce à al-Maliki.

    Les américains avaient mit en place en certaine subsidiarité qui permettait aux provinces kurdes et sunnites de prendre des décisions pour elles mêmes et de se protéger grâce à leurs propres forces de défenses.

    C’est autonomie en soit déplaisait à l’Iran, mais c’est surtout ces forces de sécurité qui s’occupaient très bien des terroristes qui traumatisait ce pays. Elles étaient très bien armés, entrainés et populaire car opérés par des gens respectés de ces provinces. Al-Maliki avait peur que ces forces se rebelles contre son autorité alors qu’il mettait en place une politique anti-sunnite.

    Il lui est donc venu l’idée de supprimer ces forces en leur coupant les vivres, la constitution ne lui permettant pas de les dissoudre. En effet les provinces sunnites n’ont pas de pétrole et sont donc dépendantes du bon vouloir de Bagdad pour leur financement.

    Loin de faire rentrer ces gens chez eux, leur couper les vivres, et donc en même temps le financement de bien des services de l’état dans les provinces de l’ouest a poussé ces gens à la révolte. Ce n’était, contrairement à la Syrie, pas une révolte révolutionnaire. Ces gens ne voulaient pas changer de régime mais juste revenir à la situation qui fonctionnait quelques mois auparavant.

    L’état a évidemment répondu violemment à ces révoltes, tout d’abord car il ne souhaitait pas revenir en arrière mais aussi car une radicalisation des sunnites arrangeait bien l’Iran car cela justifie leur soumission totale. Toutefois la puissance de ces milices a été sous estimé et elles ont gagné du terrain.

    Elle ont vite été à cours d’argent. Le monde étant sourd et aveugle face à leur oppression alors que c’était elle, et non l’armé irakienne, qui avaient vaincu le terrorisme, ces gens se sont sentis avec raison trahis. C’est pour cela qu’il se sont rallié avec les islamistes du conflit syrien a qui il ont apporter tout leur savoir faire militaire en échange de financement.

    La bonne question n’est donc pas « peut-on forcer les peuples à être libre ? » mais « Peut on maintenir tel quel des états formé de gens qui ne souhaitent pas vivre ensemble ? ».

    Vous parlez dans votre article de l’oppression des kurdes et des chiites par les sunnites, puis des sunnites par les chiites (ce qui arrive aussi en Syrie). Pourquoi ne pas en revenir à la subsidiarité et laisser chaque communauté s’autodéterminer ?

    • Le Point a publié un article où un général chrétien irakien (médecin) est interviewé. Titre de l’article « Mes anciens compagnons d’armes ont rejoint Daesh » http://www.lepoint.fr/monde/confessions-d-un-general-irakien-mes-anciens-compagnons-d-armes-ont-rejoint-daesh-27-10-2015-1977101_24.php

      Les régimes baassistes (la doctrine du Baas fut pensée par le chrétien Michel Afflak au début du XX° siècle) étaient laïques et permettaient donc aux différentes confessions musulmanes de cohabiter et d’accepter également les minorités chrétiennes dont les membres pouvaient accéder aux plus hautes fonctions – en Egypte, Boutros-Boutros Ghali, en Irak Tarek Azziz, le ministre des affaires étrangères de Saddam Hussein.
      En Syrie, le régime baassiste des Assad père et fils protège les chrétiens.

      Le Baassisme est la doctrine qui inspira les jeunes officiers arabes qui prirent le pouvoir durant cette période des années 1950 que le français Benoist-Méchin appela « le Printemps Arabe » , le vrai http://www.albin-michel.fr/Un-printemps-arabe-EAN=9782226000699

      • Le baathisme a seulement donné l’illusion d’avoir fait disparaitre les différences religieuses mais ceci n’est pas le cas. Il suffit de regarder ce qu’était le régime de Saddam et celui de Bachar aujourd’hui, dominé par les alaouites en Syrie et par les sunnites en Irak. Vous oubliez de dire que si le baathisme en théorie faisait disparaitre les différences religieuses celui-ci exacerbait les différences raciales en promouvant le suprémacisme arabe. Les juifs, les perses, les kurdes et les turques étaient profondément détestés et certaines communautés l’ont payé chère.

        Quoiqu’il en soit le baathisme était en forme de socialisme et le socialisme ne fonctionne pas. Le baathisme est mort idéologiquement quand ces régimes ont renoncé à la création d’un état pan-arabe (c’est comme si des communistes renonçaient à la collectivisation des moyens de production, leur idéologie n’a plus de sens). Ces régimes sont donc entré dans un état de lente putréfaction, jusqu’à ce que Saddam soit écarté du pouvoir et que les Syriens se révoltent, voyant ce qu’était vraiment leur régime, une dictature absurde d’une minorité religieuse.

        Qui aujourd’hui rejoint le parti baath avec la volonté de créer un état pan-arabe ? Qui aujourd’hui rejoint IS avec la volonté de créer un état pan-islamique ? Le baathisme a été islamisé (tout en abandonnant les prétentions suprémacistes arabes) pour retrouver ses ambitions et nous donner l’IS d’aujourd’hui. La propagande que l’URSS avait préparé pour les régimes socialistes arabe a été islamisé.

        « En Syrie, le régime baassiste des Assad père et fils protège les chrétiens. »

        Les chrétiens ont vécus plus de 1900 ans au moyen orient sans dictature socialiste. C’est une autre arnaque intellectuelle. Sans ces dictatures (et l’invasion soviétique de l’Afghanistan) l’islam radical ne serait que des bandes d’originaux se regroupant dans les villages. Les chrétiens n’ont jamais été plus en danger que depuis qu’il existe ces dictatures baathistes.

        La solution pour le ME c’est d’en revenir à la subsidiarité, que chaque communauté soit gouverné par une membre de sa communauté, dans des états plus petits avec des structures plus traditionnelles.

    • la subsidiarité au moyen orient est un mythe

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
2
Sauvegarder cet article

Aujourd’hui, le terme croisade est passé dans le langage courant pour désigner une action militante : croisade contre le tabagisme, contre l’installation d’un champ d’éoliennes, pour une alimentation bio dans les cantines scolaires… En Occident, la référence religieuse aux croisades, l’histoire de ces croisés du Moyen-Âge partis libérer la Terre sainte, est oubliée ou enfouie dans nos manuels scolaires.

Mais pas dans l’imaginaire musulman ! Et pas seulement chez les islamistes radicaux, chez qui le souvenir des croisades est sans cesse... Poursuivre la lecture

ur
3
Sauvegarder cet article

Notre cinquième Centre du progrès est la ville mésopotamienne d'Ur pendant ce qu'on appelle la Renaissance sumérienne, au XXIe siècle avant J.-C.

Ur était alors la capitale d'un roi nommé Ur-Nammu. Sous sa direction, la ville a publié le plus ancien code juridique existant au monde, le code d'Ur-Nammu, qui précède de trois siècles le code d'Hammurabi, plus connu. Le code de lois d'Ur-Nammu, gravé sur des tablettes de terre cuite et distribué dans tout son royaume, a représenté une avancée significative dans l'histoire de la civilisatio... Poursuivre la lecture

Contrepoints : Votre nouvel essai est une piqûre de rappel salutaire contre certaines idées reçues qui circulent dans le débat public. Pour vous, le procès contemporain intenté contre l’individualisme est une fausse piste. Au contraire, c’est le communautarisme, le grégarisme et le tribalisme qui gagnent du terrain. À quoi répond ce besoin d’identité collective ? En quoi est-il un danger mortel, psychologiquement et socialement, pour l’individu singulier ?

Thierry Aimar : J’ai distingué dans le livre deux catégories d’individus : les I... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles